AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .



Je suis un(e) trainee ; je bosse dur !
avatar



Je suis un(e) trainee ; je bosse dur !


•• Mes notes : 61
•• J'habite : Pour l'instant, loin de ma proprio °°
•• Métier : Ca dépend des jours... Et Trainee

MessageSujet: MinHuan&Reina ♣ Les grands esprits se rencontrent le ventre plein   Lun 26 Mai - 22:06

TITRE :

 MinHuan&Reina ♣ Les grands esprits se rencontrent le ventre plein




 

    7:00 du matin. Une seule pensée : que tout irait mal.
    J'avais décidé qu'il en serait ainsi en me levant ce matin-là quand mon réveil sonna : je n'avais aucune envie d'essayer. J'étais de vilaine humeur déjà à cause d'un fantastique cauchemar. Et comme si ce n'était pas un motif suffisant pour être de mauvais poil, mon mal de crâne n'avait visiblement toujours pas pris congé.

    7:20 du matin. Je m'étais très mollement levée, repoussant mon lit et expulsant mon corps tant bien que mal de son doux foyer. Le froid secoua mon corps de quelques petits frissons qui m'arrachèrent une nouvelle grimace. Mais j'allais y arriver, j'allai me lever, j'allai avancer et faire quelque-chose de cette fichue journée qui serait mauvaise : souvenez-vous, je l'avais décidé, cette journée n'allait pouvoir être bonne.

    7:25 du matin. Je sors de ma chambre en me tenant fermement la gorge d'une main. Cette désagréable impression qu'elle était un désert où le soleil frappait sans pitié, écartait, éventrait et séparait lentement le sol. Scoop de la matinée : je tombais malade. En même temps, rentrer du boulot tard, manger de la glace après s'être pris une trempée et peu dormir n'était pas le régime recommandé pour rester en forme et en bonne santé.Je tentais néanmoins de me nourrir, mauvaise journée ne rimera jamais avec grève de la faim : qu'est-ce qui rimait avec ça, sauf "c'est la fin" ou "il n'y a plus de pain" ? Cependant ma gorge trancha pour moi : rien sauf mon thé chaud ne passa la barrière de mes lèvres : la douane était catégorique, tout autre nourriture ne passerait pas.

    7:50 du matin. Douchée à la va-vite et le ventre vide, je sortais de chez moi. En retard, pour en rajouter, car hein, il n'y en a jamais assez. C'est comme les devoirs : quand il n'y en a plus, il y en a encore. J'avais néanmoins choppé avec moi une trousse de maquillage bien maigre dans l'espoir de me donner un air convenable. Après tout, je ne tenais pas à ce que mon état se voit. C'était ça ou le sachet en papier cartonné sur la tête de toutes les manières !

    8:15 du matin. Après une déclaration d'amour à la noix qui a bloqué le bus et le petit septuagénaire qui hurlait à chaque feu vert "A fond Gaston", me faisant hoqueter à chaque fois de surprise, j'arrivais encore plus en retard que prévu à mon entrainement. Ajoutez à ça deux bonnes minutes de réprimande et trois autres minutes de grommèlements inintelligibles de mon professeur et je commençais enfin ma fichue journée.

    8:20 du matin. C'est officiel. Je hais le monde. En passant des fiancés niais aux petits retraités fous du volant qui se croyaient à Monaco ou au Mans. Mais surtout, il ne fallait pas que j'oublie la source de ma morosité que je voyais comme fatalité : mon colocataire, menteur et escroc. J'en faisais des caisses à ce sujet, je m'en rendais bien compte... Mais il était mon sunbae depuis tout ce temps, je l'ignorais alors que lui savait tout de ma vie. Je n'aimais pas que les gens que je fréquentais pour des raisons "professionnelles" se mêlent à ma vie personnelle sans mon consentement. S'il l'avait fait exprès ? Certainement que non. Ou peut-être bien que si : une hoobae aurait jamais refusé un service à monsieur Choi Dan Il.

    Mon dieu, je me sentais stupide. Je me pris la tête entre les mains, m'accroupissant. Il fallait que j'oublie mais comment ? J'avais risqué ma peau dans tout ça : si seulement son manager ou l'agence avait su, ils n'auraient pas donné cher de la petite trainee qui venait de Starlight. Y avait-il seulement pensé ? Moi qui avait pris pitié de lui...
    Et voilà, je me sentais encore stupide. Je m'étais fait une image toute fausse de ce garçon. Je le pensais perdu et innocent, il était capricieux et irritant. Encore une fois, je me retrouvais avec un inconnu chez moi et c'était fort désagréable. Je me demandais combien il était facile de se moquer de moi ou d'abuser de ma bonne volonté... Moi qui pensait tellement bien faire la part des choses et mettre les bonnes distances. Tss, il avait fait voler en l'air toutes les miennes.

    Je tombais au sol, fatiguée. Il était 12:10 et je n'avais pas arrêté de danser, y mettant toute mon énergie et toute ma rage. Les autres trainees étaient un peu surpris, partagés entre l'interrogation et une envie évidente de garder leur distance. Cela ne plut qu'à une seule personne : le coach. Pour une fois qu'il ne me demandait pas de m'impliquer plus...

    12:30 je décidai de manger. J'avais faim, tellement faim ! Et après avoir vidé deux petites bouteilles d'eau, ma gorge se sentait enfin apte à ouvrir un peu plus l'entrée à l'estomac.
    Le pas léger, tout autant que l'était mon cœur alors, je m'avançai vers les cuisines quand... « Vous avez entendu les rumeurs ? Dan Il sunbae-nim aurait pris une chambre avec- » je grimaçai, retenant un grognement. Non mais j'avais vraiment l'air de pouvoir supporter les commérages ? Réalisant que les miss potins allaient aussi remplir leur ventre, je m'échappai vers le distributeur, frustrée et de nouveau agacée.

    Je l'avais dit, cette journée était mauvaise.
    14:45 et tout le monde bossait dur à nouveau. Même moi. La rage m'était revenue et une détermination sans frontières me saisit les membres quand les dernières rumeurs chuchotées disaient que Choi Dan Il allait venir non loin de nos locaux. La réaction fut radicale : je m'étais échappée. Hors de question que je me laisse pourrir plus longtemps. Raah rien que de l'imaginer se la jouer grand monsieur à l'agence alors que- MINCE. C'était mon animal de compagnie, oui !
    Fallait que je me remplisse l'estomac, que je le fasse fuir loin de mon esprit avant que quelque-chose de regrettable - pour moi - n'arrive.

    14:55 et personne n'était en vue. J'enfonçai brutalement la porte qui menait aux cuisines, mimant théâtralement un accident dans le cas où il y aurait quelqu'un à l'intérieur. Mais R.A.S. J'avance donc vers mes futurs biens et saisis goulument déjà une assiette avec une tranche de melon. Un sourire se dessina sur mes lèvres : mon estomac allait recevoir son dû ! Je m'avançai pour placer sur mon plateau quelques fruits gaiement et grommelant à nouveau quelques insanités sur cet idiot de "sunbae". Hop, un "menteur" qui valait une banane et un "profiteur" que je troquai pour une assiette de bœuf avec des pâtes........... et..... une main...
    Attendez.
    Une main ?

    « AH ! » hurlai-je brièvement en me rendant compte que ça n'avait RIEN à faire là. Le temps de passer ma langue sur les lèvres avec appréhension, je finis par remonter le bras rattaché à cette main et rencontrai finalement les yeux de... « Oh mon dieu, Kawaii-... Je veux dire, Eden ? Mais... qu'est-ce que tu fais là ? » La main plaquée contre ma poitrine, je soufflai les sourcils froncés en le regardant. J'aurais pu me damner si ça avait été l'autre... Il m'avait tellement poursuivi toute la sainte journée que cela m'avait paru possible. « Enfin heureusement que c'est toi... Je te la laisse si tu veux » Je poussai l'assiette vers lui avant d'en prendre une autre. Oui, j'allais manger tout ça, j'étais motivée pour rester dans ces cuisines jusqu'à ce mon plateau soit vide.

    Mon regard se posa à nouveau sur Eden. Il avait l'air préoccupé... HA. J'aurais voulu dire que ça aussi, c'était la faute de Dan Il mais... fallait que je me calme sérieusement. « Je vais t'en chanter des ballades moi...; » marmonnai-je avant de m'adresser finalement à Eden. « Hey... t'as l'air préoccupé et crois-en ma présente expérience, on ne vient pas manger dans les cuisines en cachette à 15h par simple goût du risque ! » Je m'assis sur un plan de travail, entamant mon melon. Je ne lâchai pas pour autant le jeune chanteur du regard, lui tendant le spray de chantilly dans le cas où il en voudrait.
    Voir la tête de "kawaii" allait me faire le plus grand bien, j'en avais l'intime conviction. Le voir s'animer, s'indigner et se mentir parfois... c'était m'éviter de passer par tout ça.




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

I won't give anyone three seconds







so I guess you will have to take them from me

Guide de ce qu'il ne faut pas faire by Reina :
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur



Je suis une idole, aimez-moi ♥
avatar



Je suis une idole, aimez-moi ♥


•• Mes notes : 277
•• J'habite : Jung-gu
•• Métier : Chanteur

MessageSujet: Re: MinHuan&Reina ♣ Les grands esprits se rencontrent le ventre plein   Mar 27 Mai - 16:08

TITRE :

 MinHuan&Reina ♣ Les grands esprits se rencontrent le ventre plein




 


    Aujourd'hui, à 13 heures précises, cela ferait deux jours : deux jours que je me souvenais de la soirée que j'avais passé avec l'autre plaie (oui, à partir de maintenant, je ne comptais plus l'appeler par son prénom, j'avais en tête tout un tas de qualificatifs dégradant qui conviendraient parfaitement à sa personnalité). Depuis j'avais réalisé une petite liste de choses qu'il ne fallait pas que j'oublie de faire dans l'immédiat et surtout dans l'avenir. Eun Seok avait éclaté de rire en la voyant, visiblement, il n'y croyait pas une minute. Mais je comptais bien m'y tenir, qu'il y croit ou pas de toute façon.

    ○ Ne plus boire qu'avec Kwang Ho-hyung.
    ○ Rayer le concept de «l'aegyo » de mon style de vie (celui qui avait donné l'idée pour ces mimiques stupides devait probablement être un mégalomane en manque d'attention).
    ○ Couper le réseau WIFI à la maison pour que Hyo Lin n'apprenne jamais, au grand jamais, ce qui s'était passé l'autre nuit.

    Dire que j'étais d'une humeur massacrante était un doux euphémisme. J'avais décidé d'être infecte avec qui aurait le malheur de m'adresser la parole. Et je m'y étais mis dès le réveil. Comment, me demanderez-vous ? En passant l'aspirateur dans toute la maison. Vous ajouterez sûrement alors : en quoi est-ce une mauvaise chose ? Eh bien voilà, j'ai joué la petite fée du logis à six heures pétantes. Bien sûr, avant cela j'avais vérifié que Monsieur Papa n'était pas à la maison, car je ne voulais pas finir à côté du trophée de la tête de cerf empaillé dans le salon. Cela dit, en ce moment Hyo Lin était tout autant, voire plus, dangereuse que son paternel (qu'on se comprenne bien, pour cette fois, je n'avais rien de personnel contre elle, j'avais juste décidé d'embêter tous le monde, je ne pouvais pas faire d'exception avec elle parce que j'avais été un enfoiré il y a peu). Alors après avoir réveillé tout le voisinage, j'avais rapidement appelé Eun Seok pour qu'il vienne me chercher. J'allais avoir entraînement dans quatre heures, d'accord. Seulement je voulais être là-bas très tôt, Eun Seok était réveillé à six heures quarante cinq, n'est ce pas ?

    Décidé à continuer sur cette lancée, au moment où mon manager allait se garer sur le parking privé de l'agence, j'avais piqué une crise pour qu'il ne se mette pas ici, car je ne voulais pas marcher aujourd'hui. Il a donc été obligé de faire plusieurs tours avant de trouver une place convenable. Résultat des courses, son mal des transports le calma sec, et lui ôta toute envie de me passer un savon. Parfait. Après tout, ce n'était pas de ma faute s'il ne savait pas conduire correctement hein.
    Je me rendis compte que je l'avais peut-être un peu agacé quand il me balança mon sac de sport dans la figure, et qu'il pris un ascenseur différent du mien. D'ailleurs, avant de le quitter cet ascenseur, je pris soin de donner plusieurs claque sur le tableau des étages : une vingtaine en somme, ce qui me valu des plaintes, noms d'oiseaux et ronchonnement. Moi ? J'étais déjà loin, à la recherche de ma prochaine victime. Et elle était toute trouvée. Ma chorégraphe qui avait pris du poids récemment. Ma question innocente sur l'arrivée prochaine de jumeaux ne la fit pas rire, et elle me demanda de quitter la salle.

    « Qu'est-ce qu'elle peut être susceptible bon sang, c'est probablement les hormones qui font ça, j'espère qu'ils n'hériteront pas du sale caractère de leurs Maman. » Bien sûr tout ça, j'avais seulement fait mine de le chuchoter à mon voisin, histoire de laisser un dernier petit cadeau à la gentille danseuse, avant de partir.

    Les grognements de mon ventre affamé annoncèrent un temps mort, et je menais le jeu avec : 3 pour Min Huan et 0 pour les autres.
    Ma prochaine destination ? Les cuisines. C'était une mission périlleuse, mais je comptais bien me remplir la panse avant d'aller pourrir la vie à d'autres malheureux innocents.
    Je descendais donc plusieurs étages, avant d'arriver devant les deux portes à battants et les poussais sans attendre, ne prenant même pas la peine de faire doucement au cas-où il y aurait quelqu'un derrière, mais heureusement, il n'y avait plus personne à cette heure-ci, c'était désert. Ce qui signifiait : desserts pour moi. Satisfait, je me glissais donc à l'intérieur, tel un brigand, et roulais ensuite par terre pour me terrer dans un coin, là où les victuailles gisaient en abondance. J'étendais mon bras aussi loin que je pouvais pour attraper n'importe quoi de mangeable, mais à ce moment là, j'entendis la porte s'ouvrir, et dans un réflexe complètement stupide, je décidais de cacher ma main... sous un melon ? Une pastèque ? Une orange ? Je n'en avais pas la moindre idée en fait.

    Plus un souffle, plus un mouvement, plus rien. Avec un peu de chance, l'intrus se ferait la malle rapidement. Qui mangeait des fruits après tout ? L'intrus précisément. J'avais la poisse. Surtout que vu le cri, c'était une intruse, je hoquetais de surprise, et me relevais presque aussi sec, ayant reconnu le visage de Reina, la surveillante de l'université de Hyo Lin. « Oh mon dieu, Kawaii-... Je veux dire, Eden ? Mais... qu'est-ce que tu fais là ? Enfin heureusement que c'est toi... Je te la laisse si tu veux » Je fis la moue et croisai mes bras, n'ayant pas envie d'être désagréable avec elle, vu que je l'aimais «bien». « Je comptais passer mes nerfs sur une pastèque, mais je n'ai pas eu le temps de m'y mettre... Cela dit, c'est bien ça aussi... Merci.  » Mon dernier mot avait été presque soufflé, car il était toujours aussi étrange pour moi de le dire et d'être sincère.

    Pendant qu'elle s'installait sur le plan de travail, moi je m'asseyais de nouveau sur le sol, après avoir pris une fourchette. Une fois installé, une idée me vint, à la fin de la journée, je laisserai un petit mot, et mettrai toute la faute sur Dan Il. -oui, j'étais obligé de le dire cette fois-ci-. Si j'avais été infecte tout au long de la journée c'était la faute de ce nuisible. « Je vais t'en chanter des ballades moi...; » Je levais la tête vers elle, surpris et me demandant de quoi pouvait-elle parler. Reina avait l'air... agacée ? Quand elle posa ses yeux sur moi, je m'empressais de regarder ailleurs, commençant à manger. « Hey... t'as l'air préoccupé et crois-en ma présente expérience, on ne vient pas manger dans les cuisines en cachette à 15h par simple goût du risque ! » Intrigué, je tournais de nouveau la tête vers elle :

    « Disons que j'accorde une pause à mes supérieurs, tu as raison, je suis préoccupé, et quand je suis préoccupé, ce n'est bon pour personne, crois-le ou non, parait que je devient même pire que d'habitude. Seulement, vu que la justice est sévère, ben je suis obligé de me venger sur les autres, pour éviter lui couper la tête à lui. lui confiais-je en haussant les épaules, mais je finissais par faire un coup de tête en avant vers-elle : Mais tu peux parler, je suis pas certain que c'est des ballades douces que t'as en tête, Reina'ssi.  » Après cela, je mettais en bouche une portion énorme de pâtes à tel point que j'avais des airs de hamster.

    Il n'y avait rien de mal à être UN PETIT PEU agréable dans cette journée où j'avais prévu de pourrir tout mon entourage, pas vrai ?





[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Superstar»


I know you think that you've got it all, and by making other people feel small, makes you think you're unable to fall. And when you do, who you gonna call? See, what you give is just what you get, I know it hasn't hit you yet.
Lauryn Hill ; Superstar
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur



Je suis un(e) trainee ; je bosse dur !
avatar



Je suis un(e) trainee ; je bosse dur !


•• Mes notes : 61
•• J'habite : Pour l'instant, loin de ma proprio °°
•• Métier : Ca dépend des jours... Et Trainee

MessageSujet: Re: MinHuan&Reina ♣ Les grands esprits se rencontrent le ventre plein   Mar 17 Juin - 12:01

TITRE :

 MinHuan&Reina ♣ Les grands esprits se rencontrent le ventre plein




 

Il était 15h00, je m'étais retrouvée... rectifions : je m'étais enfuie dans les cuisines du bâtiment mère de New Generation Entertainment... et sous mes yeux se trouvait un Eden, aussi suspicieux que moi. Et fallait le faire, avouons-le.
Vous avez bien lu. Eden, le chanteur capricieux mais ô combien talentueux issu de la NG. Je ne m'attendais déjà pas à le rencontrer souvent à l'agence, encore moins souvent dans les cuisines de celle-ci et sûrement pas dans un de mes mauvais jours. Faut dire qu'aussi, ces derniers temps, je pensais plus à éviter les gens qu'à les croiser... J'aurais probablement détester l'idée que quelqu'un ruine ma cachette si ça n'avait pas été lui. Je le connaissais de l'extérieur, un peu moins dans l'agence et il n'avait jamais menacé mon intimité. On s'en était finalement, après observation éclaire de la situation, toujours tenu à ce qui nous regardait. Si on se parlait, c'est que sur le moment, nous étions tous deux concernés. J'appréciais cette distance. Elle n'était pas froide pour une fois, mais confortable. Aussi décidai-je de ne pas fuir ailleurs après cette constatation. De toutes les manières, mon ventre ne me l'aurait jamais pardonné. Déjà que je mangeais très mal ces derniers temps, si j'oubliais de le faire une fois, j'étais bonne pour finir en amante du sol.

« Je comptais passer mes nerfs sur une pastèque, mais je n'ai pas eu le temps de m'y mettre... Cela dit, c'est bien ça aussi... Merci. » Un fin sourire étira mes lèvres. Comme je m'en étais doutée, sa présence m'amusait déjà. Je ne m'en moquais pas, non, je le trouvais juste ... venu d'ailleurs ? Il était intéressant de l'entendre parler : sa vision des choses était très personnelle... et très tournée vers lui. Mais je n'allais pas dire que ça me gênait, bien au contraire.

Croquant à nouveau dans mon melon comme une enfant sauvage - oui, oubliez fourchettes et couteaux distingués - je l'observais un peu, attendant de savoir sa raison à lui d'être là. S'enfermer dans un coin, cela ne collait pas à l'image que renvoyait Eden. Il semblait prêt à se montrer au monde en toutes circonstances. C'est vrai qu'il avait un côté solitaire ou coupé de tous. Mais là quand même... pour en arriver à avoir la même idée que moi, intolérante au monde entier, ahem.
« Disons que j'accorde une pause à mes supérieurs, tu as raison, je suis préoccupé, et quand je suis préoccupé, ce n'est bon pour personne, crois-le ou non, parait que je devient même pire que d'habitude. Seulement, vu que la justice est sévère, ben je suis obligé de me venger sur les autres, pour éviter lui couper la tête à lui. » Je ris finalement avec franchise, bloquant le dos de ma main contre ma bouche pour éviter de regrettables et peu jolis incidents. Je hochai la tête deux fois, lui montrant que je voyais un peu ce qu'il voulait dire. « Mais tu peux parler, je suis pas certain que c'est des ballades douces que t'as en tête, Reina'ssi. » Je fis une moue, repensant à ce qui me rendait si morose...

Je relevai les yeux vers lui et retins un rire en voyant sa tête de hamster. Si quelqu'un me demandais encore pourquoi je l'appelais Kawaii - dans ma tête seulement bien-sûr. « Tu sais, tu n'as pas à m'appeler Reina ssi. En plus tu es mon sunbae il me semble, non ? Demander à un chanteur comme Eden de m'appeler "ssi", tes fans me trouveraient pompeuse... » je secouai deux fois la tête avec un sourire, blaguant un petit peu. « Parle-moi juste comme ça, pas de chichi si ça ne te gêne pas. Puis comme ça, ça m'évite aussi de t'appeler sunbae. Oui, car excuse-moi, mais les sunbae-deul, en ce moment, je les ai en travers de la gorge » finis-je en saisissant mon assiette de pâtes avec du bœuf. Oui, j'avais commencé par le dessert et donc ? Il était 15h, vous n'espériez pas encore que je fasse dans la normalité quand je déjeunais à cette heure, si ?

Une fourchette enfoncée sèchement dans la viande, je saisis un couteau et tranchai la viande avant de l'engouffrer dans ma bouche, une expression frustrée sur mes traits. « Pas de balades pour moi, non. Dans ma tête, tu vois, c'est plutôt du heavy metal en fait... » et hop, une fourchette de pâtes. J'attendis d'avoir tout avalé pour poursuivre, le ton plus calme mais pas moins agacé. « Dis-moi, si quelqu'un profitait de toi pour en plus des raisons très légères, tu aurais de quoi t'énerver non ? Je n'aime pas qu'on se moque de moi... » Je recoupai en même temps un morceau de viande. Tant pis, j'étais à rien d'être vraiment végétarienne mais j'avais besoin de bœuf. Choi Dan Il était ma fin. Et l'autre trainee aussi...

« Ne me laisse pas parler de... de... de lui. Sinon, je ne vais pas m'arrêter et je vais être plus méchante que nécessaire » Surtout que je ne le détestais pas. Je me sentais juste percée dans mon intimité. Trahie quoi... J'avais l'impression de ne plus être en sécurité. J'étais si personnelle et privée comme personne... « Il y a bien quelque-chose qui te rend aussi associable que moi, non ? » Un petit sourire graciant mes lèvres, je levai la tête vers lui. Allons, même le petit prince qu'il était avait des raisons d'être d'humeur terrible. « Faut bien qu'on se soutienne entre locataires des cuisines de NG et êtres injustement persécutés par le monde... » Moi ? Dramatique ? Jamais...
J'avais envie de glace. Oui, et d'écouter de la musique. Mais je tenais à finir d'abord les fruits que j'avais pris. En plus de m'éloigner de mes projets végétariens, je devenais boulimique. Choi Dan Il... Si seulement je pouvais oublier. Ce n'était pas franchement mieux que ça m'atteigne autant cette histoire. Je fis une nouvelle moue en retirant la peau d'une clémentine.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

I won't give anyone three seconds







so I guess you will have to take them from me

Guide de ce qu'il ne faut pas faire by Reina :
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur



Je suis une idole, aimez-moi ♥
avatar



Je suis une idole, aimez-moi ♥


•• Mes notes : 277
•• J'habite : Jung-gu
•• Métier : Chanteur

MessageSujet: Re: MinHuan&Reina ♣ Les grands esprits se rencontrent le ventre plein   Jeu 19 Juin - 16:02

TITRE :

 MinHuan&Reina ♣ Les grands esprits se rencontrent le ventre plein




 


    « Je ne suis pas quelqu'un de si terrible » pensais-je, en jouant de la fourchette dans mes pâtes qui allaient finir avec une triste mine si ça continuait.

    D'accord, il m'arrivait d'être arbitraire, colérique, immature et parfois même méchant. Mais le fait que j'en sois conscient, ne prouvait-il pas ma bonne foi ? Je détestais cela, mais ma mère me trouvait attachant et mignon, c'était ma mère et elle n'était probablement pas objective, certes. Mais ça pesait dans la balance, pas vrai ?

    Peu de gens m'appréciaient sincèrement et je ne faisais rien pour changer cela, je le savais ça aussi. Mais Reina, elle ne me jugeait pas comme tout le monde le faisait en temps normal. Je savais que la plupart des gens étaient gentils avec moi parce que je rapportais de l'argent, si j'avais été un citoyen lambda, ils n'auraient pas posé un œil sur moi et se seraient fait un plaisir de me critiquer directement. Elle, elle ne cherchait pas à comprendre, elle m'écoutait, me laissais parler et c'était très agréable. Il était rare qu'elle s'attarde sur des sujets qui lui étaient plus personnels, mais ça n'était pas quelque chose qui me dérangeait. Je n'étais pas très doué pour conseiller les autres de toutes les manières. Et en général, ça m'ennuyait quand on se plaignait à moi. Si Reina le faisait, ce serait différent, elle méritait que je l'écoute. Hyo Lin aussi, si elle ne me détestait pas tant. Mais dans un cas comme dans l'autre, ce n'était pas quelque chose que je pouvais dire. Pour Eun Seok, c'était la même chose. Mes proches, je ne savais pas leurs parler.

    Choi Dan Il, cet homme... enfin ce «truc» faisait quant à lui ressortir mes mauvais côtés. Il ne méritait rien d'autres que ma méchanceté gratuite. Les nouvelles étaient déjà sur le net bon sang ! Eun Seok était très en colère la dernière fois qu'il m'avait téléphoné, et je me sentais trop coupable pour jouer les petites pestes.

    Je secouais la tête et posais mes yeux sur elle, je fourrais une nouvelle fourchette pleine dans ma bouche pour éviter de parler de tout ça. Si elle le connaissait hein ? Je me sentais vraiment trop honteux pour dire quoi que ce soit maintenant, même à elle. « Tu sais, tu n'as pas à m'appeler Reinassi. En plus tu es mon sunbae il me semble, non ? Demander à un chanteur comme Eden de m'appeler "ssi", tes fans me trouveraient pompeuse... Parle-moi juste comme ça, pas de chichi si ça ne te gêne pas. Puis comme ça, ça m'évite aussi de t'appeler sunbae. Oui, car excuse-moi, mais les sunbae-deul, en ce moment, je les ai en travers de la gorge » A ces quelques mots, je pouffais de rire, flatté. Je m'empressais par la suite de couvrir ma bouche pleine, de ma main, avant de finir par sourire simplement :

    « Oui c'est vrai, tu as raison après tout. Oublions les formes. Si ça peut te rassurer, ils voient tous un enfant en moi, pas un sunbae. Ça doit te faire bizarre le changement, non ? Ici il y a une bonne palanquée d'idiots talentueux.... Talentueux certes, mais pas moins idiots...  » lui confiais-je en faisant la moue et en gonflant les joues (non je ne pensais à personne en particulier)
    En plus, elle n'avait pas tort, les soit-disant « sunbae » qui finissaient trop alcoolisés et qui ME tiraient dans leurs escapades foireuses, ça allait cinq minutes.

    Si ça se trouve, elle pourrait m'aider ? Et je pourrai... envisager l'idée de lui filer un coup de main ?

    Je secouais la tête aussi sec, mettant cette idée de côté. Reina avait déjà trop de dossiers sur moi, je ne me sentais pas prêt à lui tendre de nouvelles perches, si jamais il lui venait l'envie de s'en servir. Les yeux toujours posés sur elle, je soufflais et doucement je tentais de me calmer un tant soit peu, ne souhaitant vraiment pas être désagréable avec elle. Si je faisais un faux pas, ce serait terminé, car jamais je ne m'excusais, même si parfois j'étais en tort et que je feignais l'ignorance. Les gens avaient tendance à oublier quelque chose. J'étais immature, pas complètement idiot.

    De là où je suis assis, je l'observe s'énerver contre son assiette, mais je ne fais pas de commentaires, me contentant de hausser les épaules, et de jouer à nouveau de la fourchette dans ma viande. « Pas de balades pour moi, non. Dans ma tête, tu vois, c'est plutôt du heavy metal en fait... Dis-moi, si quelqu'un profitait de toi pour en plus des raisons très légères, tu aurais de quoi t'énerver non ? Je n'aime pas qu'on se moque de moi... » Je fronçais les sourcils, notant l'inédit de la situation. Elle devait vraiment en avoir lourd sur le cœur, hein ?

    « Je ne sais pas trop ce que tu as, mais j'espère que tu n'attends pas de conseils tempérés venant de moi. Œil pour œil, dent pour dent. On t'a fait de la peine, venge toi. Après, si c'est trop extrême, utilise une façon plus subtile. Je fourrais ma bouche de pâtes à la viande, et ajoutais, d'une manière très peu raffinée : A la guerre comme à la guerre, soldat! » terminais-je vite. Avant d'être frappé par une réalité assez étrange.

    Option une : la nuit dernière avait grillé quelques circuits là haut.
    Option deux : je suis resté trop longtemps au contact d'action man aka le père de Joo Hyo Lin. Je haussais les épaules, en marmonnant quelque chose de totalement inintelligible -probablement une malédiction vaudou à l'encontre du soit-disant artiste populaire fan de bob l'éponge- « Ne me laisse pas parler de... de... de lui. Sinon, je ne vais pas m'arrêter et je vais être plus méchante que nécessaire » Lui ? Oh, bien sûr, il y avait un garçon derrière toute cette histoire hein, quoi d'autre ? « Il y a bien quelque-chose qui te rend aussi associable que moi, non ? » « Quelqu'un. Tout le monde dit que je suis l'enfant terrible, je t'assure que lui aussi, il a ses chances pour prendre la relève.  » dis-je en tapant avec ma fourchette contre le bord de mon assiette, sentant ma mauvaise humeur revenir. « Faut bien qu'on se soutienne entre locataires des cuisines de NG et êtres injustement persécutés par le monde...» Je me pinçais les lèvres, bougon un peu, avant de lui dire :

    « Tout à fait d'accord oui. D'ailleurs, tu ne sais pas s'il y a des poires quelque-part, sans la peau ce serait bien...? Je pensais plus à voix haute qu'autre chose au final, mais pas de quoi s'alarmer pas vrai ? Si tu veux, je pourrais pourrir la vie à ton sunbae, il doit forcément me connaître, et savoir que je m’encombre pas des.. titres. Rassure moi, c'est pas Summer Yong Jae, hein ?  »

    Ok, peut-être qu'il fallait s'affoler un petit peu en fait. Je venais de lui proposer mon aide. LA MIENNE, pas celle de Eun Seok.

    C'était encore une fois : inédit.


hors-jeu:
 





[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Superstar»


I know you think that you've got it all, and by making other people feel small, makes you think you're unable to fall. And when you do, who you gonna call? See, what you give is just what you get, I know it hasn't hit you yet.
Lauryn Hill ; Superstar
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur



Je suis un(e) trainee ; je bosse dur !
avatar



Je suis un(e) trainee ; je bosse dur !


•• Mes notes : 61
•• J'habite : Pour l'instant, loin de ma proprio °°
•• Métier : Ca dépend des jours... Et Trainee

MessageSujet: Re: MinHuan&Reina ♣ Les grands esprits se rencontrent le ventre plein   Jeu 17 Juil - 0:41

TITRE :

 MinHuan&Reina ♣ Les grands esprits se rencontrent le ventre plein




 

Mon ventre commençait enfin à me gratifier du traitement que je lui accordais enfin. Mes nerfs en étaient moins agressés du coup, les crampes de mon estomac cessant quelque peu. Avec un peu de chance, cette escapade allait réellement finir par me calmer un petit peu. Au moins, j’allais avoir le ventre rempli et j’aurais fait une rencontre agréable. Aujourd’hui, c’était un luxe fallait croire donc autant savoir l’apprécier, non ? Fallait déjà saluer le fait qu’en général, je puisse apprécier une présence quelle qu’elle soit. Cela n’avait rien de facile pour une personne aussi solitaire que moi. Ca, Dan Il, il ne s’en doutait pas hein ? Il ne s’imaginait pas ce que représentait tout ce que j’avais, ou plutôt le peu que j’avais… J’avais quand même fait de sacrés efforts tout ça pour finalement me sentir trahie et manipulée.
Ugh, rien que l’idée de lui devoir le respect entre ces murs me rendaient folle et il fallait que je croque dans quelque-chose. L’appeler sunbae : un croc. Suivre un conseil : un autre croc. Devoir l’écouter seulement sans broncher : on avale le tout. Je doutais vraiment d’en être capable. Au moins, là, je ne me sentais pas contrainte à le faire. J’avais envie de parler à une personne, pas à un titre. « Oui c'est vrai, tu as raison après tout. Oublions les formes. Si ça peut te rassurer, ils voient tous un enfant en moi, pas un sunbae. Ça doit te faire bizarre le changement, non ? Ici il y a une bonne palanquée d'idiots talentueux.... Talentueux certes, mais pas moins idiots... » J’étais surprise. Il disait exactement ce que je pensais depuis quelques temps de certaines personnes. Même les trainees se la jouaient terriblement maintenant, certains de devenir bientôt des petites vedettes vu la réputation de l’agence. Mais je savais moi, je savais qu’aujourd’hui, tout brillait et que demain nous réservait le noir total. Je ne pensais pas entendre ces mots, cela dit, de la bouche d’Eden. Je pensais qu’il était maintenant loin de tout ça, de par son statut de starlette. Je hochai la tête vigoureusement. « Malheureusement, tu as raison. Si tu les voyais, personne ne connait leur nom pour certains et ils fanfaronnent déjà. Même les plus vieux ont parfois un drôle de comportement… donc ils peuvent bien te voir comme un gamin, je suis certaine que certains ne sont pas mieux que ça… » Je pensais chaque mot et pas forcément en faisait écho à mon embêtant colocataire. J’étais juste étrangement concernée par ce que disait mon interlocuteur. Certes, cela m’arrivait, bien-sûr, mais là, j’avais l’impression de pouvoir vraiment comprendre de quoi il s’agissait exactement. Je n’aurais jamais pensé ça. Remarque, par son jeune âge, c’est vrai qu’il avait dû en avoir à souper de « plus grands » qui lui dictaient ce qu’il devait faire.

Mon agacement n’allait pas en s’allégeant du point de vue de Dan Il au final. Je me sentais un peu moins incomprise en parlant et trouvant des échos dans ce que me disait Eden, oui. Mais cela ne résolvait guère mes problèmes. Qu’allais-je lui faire ? Et si je finissais par le scotcher à son lit à l’heure de Bob l’éponge ? Cela ne semblait pas une grande torture pour le commun des mortels, pourtant, j’étais sûre que Dan Il saisirait toute la symbolique du geste et n’apprécierait pas du tout…
Il ne fallait pas que je me fasse de plans pareils, pas même dans ma tête. Je ne savais plus si j’exagérai, si j’étais sous le choc, si c’était légitime ou si je laissai la folie prendre le contrôle sur moi. Probablement un savant mélange du tout. Cela expliquait certainement ma soudaine question au chanteur qui mangeait non loin de moi. J’écoutais sa réponse en m’affairant avec de nouveau de quoi manger. « Je ne sais pas trop ce que tu as, mais j'espère que tu n'attends pas de conseils tempérés venant de moi. Œil pour œil, dent pour dent. On t'a fait de la peine, venge toi. Après, si c'est trop extrême, utilise une façon plus subtile. A la guerre comme à la guerre, soldat! » Je souris un peu en entendant ça, retenant comme je le pouvais un gloussement. Cette façon de parler me rappelait un film de Rambo ou avec un vieux vétéran de la guerre. Ceci dit je ne passais pas sur le reste pour autant. Peut-être que j’étais bel et bien en guerre après tout. J’avais été tempérée dans la plupart de mes actions, pas dans ma façon de répondre, ça non. Mais mes actes étaient toujours savamment calculés de façon à ce que les erreurs ne se répètent pas et qu’on ne puisse rien me reprocher : je refusais d’être dans le tort en fait. Mais cette fois, je n’y arriverai pas. C’était le genre de choses que je n’aimais vraiment pas.
« Tu as peut-être raison, oui… De toute façon, je l’ai trop mauvaise jusque-là pour avoir une réaction posée… J’imagine que c’est ce que tu ferais non ? Pour ton problème, je veux dire… » Car je n’oubliais pas quand même qu’on était deux à être d’une terrible humeur et pour ennuyer quelqu’un comme Kawaii, selon moi, fallait quand même y aller. Il avait la réputation de tourner en bourrique les gens donc… le faire tourner en bourrique, lui ! Fallait en avoir un niveau quand même. Le genre de niveau que ma bête (et je ne parle ni de mon chat, ni de mon écureuil) pourrait avoir de toute évidence. « Quelqu'un. Tout le monde dit que je suis l'enfant terrible, je t'assure que lui aussi, il a ses chances pour prendre la relève. » Qu’est-ce que je disais ? Décidément, on devançait les pensées de l’autre sans même s’en rendre compte. Il était difficilement envisageable pour moi qu’Eden se fasse de réels ennemis. Je veux dire, il faisait sûrement le diablotin de temps à autres et appréciait entretenir cette image de petit caïd starlette de la NG mais il n’en restait pas moins un jeune homme qui avait encore à mûrir. Il n’était pas non plus le mal selon moi : il restait bien assez correct avec moi pour ne pas me demander de me taire ! « S’il t’ennuie tant, je ne suis pas sûre d’avoir envie de savoir qui c’est ! Mais ne parle pas de toi comme ça ! Celui qui fait de ma journée un enfer te retirerait tes complexes d’enfant terrible – pour te citer ! Ha ! » Je secouai la tête, n’y croyant pas moi-même mais satisfaite que les bêtises de Dan Il puissent au moins montrer mon vis-à-vis sous un autre jour : c’était toujours ça.

Il fallait qu’on se serre les coudes, du coup. On n’allait pas se laisser morfondre. Nos persécuteurs seraient bien trop contents. Non ? « Tout à fait d'accord oui. D'ailleurs, tu ne sais pas s'il y a des poires quelque-part, sans la peau ce serait bien...? » Je levai des yeux un peu étonnés sur lui avant de sourire un peu et de regarder autour de moi, très sérieusement. Oui, pas faux, fallait bien aussi aider nos estomacs mutuels… Je lui envoyai une boîte qui semblait répondre à ses attentes en lui disant d’attraper juste avant. J’en profitai pour regarder s’il n’y avait pas dans le coin d’autres fruits. Oh je sais, j’avais envie d’une glace. Une bonne glace aux fruits rouges avec quelques copeaux de chocolat blanc. Je m’avançai le pas léger vers les congélateurs des cuisines, espérant trouver le produit de mon imagination. « Si tu veux, je pourrais pourrir la vie à ton sunbae, il doit forcément me connaître, et savoir que je m’encombre pas des.. titres. Rassure moi, c'est pas Summer Yong Jae, hein ? » Je clignai des yeux en me retournant vers lui. « Summer qui ? … Ça ne me dit rien, non… Je ne suis pas très familière avec la plupart des ‘sunbae-deul’ ici… Ni vraiment avec certaines stars en fait. Je ne trouve pas ça particulièrement utile… » Je haussai un coup les épaules avant de me replonger dans l’exploration du congélateur. Un sourire vint enfin illuminer mon visage : je venais de trouver une glace se rapprochant de mon idée du dessert parfait. Aux fruits rouges, avec de la vanille. Il ne manquait que les copeaux de chocolat blanc. Peut-être que si je trouvais une râpe et du chocolat blanc en tablette ? Hé, ho, Reina, tu n’es pas chez grand-mère !
Je me servis une coupe et pointai la glace en la montrant à Eden, lui demandant donc s’il en voulait une coupe. Je procédai ensuite et rangeai la glace avant qu’elle ne fonde. Seulement à ce moment, je pris le temps de répondre au jeune homme. « Pour en revenir sinon à ce que tu disais, mon … sunbae… n’est pas ce Summer mais je ne te souhaite pas de te frotter à lui. Qui sait, tu l’apprécies peut-être tiens ! » Je grimaçai à cette éventualité et enfonçai une cuillère plein de glace dans ma bouche. J’attendis d’engloutir avant de poursuivre une nouvelle fois. « Puis je veux régler ça moi-même mais… on pourrait s’aider mutuellement peut-être ? Se donner un petit coup de main, oui… » Que m’arrivait-il ? Ce n’était pas vraiment mon genre de faire des complots machiavéliques. Mais bon, on parlait de rendre la monnaie de leur pièce à nos trolls. Pas à les tuer, ni les torturer. C’était bien plus agréable que la plupart de mes idées… Puis c’était une juste revanche. De toute façon, on n’avait encore décidé de rien et j’étais curieuse d’apprendre qui embêtait tellement Eden.
Oui, j’allais culpabiliser plus tard : lui n’avait pas l’air vraiment rongé par les remords selon moi. Donc me sentir mal avant même d’avoir planifié réellement quoi que ce soit contre lui. J’étais décidément trop sage parfois…

« Bon, je te le dis qu’à toi, ok ? Pas envie que des rumeurs étranges trainent… Je te fais confiance. C’est… » Je soupirai en grimaçant et en arrachant le contenu d’une nouvelle cuillère. Je ne crois pas que ‘Kawaii’ irait répandre des rumeurs étranges avec des stagiaires à la machine à café – j’osais espérer qu’il trouvait ça aussi débile que moi… Bref, j’avalai et lâchai le maudit nom. « Choi Dan Il… Pas qu’il soit terrible mais… il a vraiment trouvé le moyen de… Oh puis si, il est terrible, voilà ! … Toi ? » Je continuai de manger ma glace, l’ayant presque finie. C’est fou ce que la rage ouvrait l’appétit…




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

I won't give anyone three seconds







so I guess you will have to take them from me

Guide de ce qu'il ne faut pas faire by Reina :
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur



Je suis une idole, aimez-moi ♥
avatar



Je suis une idole, aimez-moi ♥


•• Mes notes : 277
•• J'habite : Jung-gu
•• Métier : Chanteur

MessageSujet: Re: MinHuan&Reina ♣ Les grands esprits se rencontrent le ventre plein   Dim 27 Juil - 23:15

TITRE :

 MinHuan&Reina ♣ Les grands esprits se rencontrent le ventre plein




 



    Reina était mon amie, c'est ça ? Je n'en avais pas beaucoup, alors je ne savais pas franchement ce qu'il fallait faire pour les garder. Mais si je réussissais à être correct avec Reina, peut-être que plus tard, je pourrais l'être avec d'autre personnes ? Hyo Lin était une challenger trop difficile pour commencer, je m’entraînerais peut-être d'abord avec Eun Seok. Après tout, il travaillait beaucoup pour me satisfaire et arranger les problèmes que je créais. Ce n'était pas sa faute si le kimchi qu'il cuisinait, était trop épicé.
    J'inspirai un long moment, tout en réfléchissant avant d'écouter Reina m'approuver. « Malheureusement, tu as raison. Si tu les voyais, personne ne connaît leur nom pour certains et ils fanfaronnent déjà. Même les plus vieux ont parfois un drôle de comportement… donc ils peuvent bien te voir comme un gamin, je suis certaine que certains ne sont pas mieux que ça… » Sans trop pouvoir l'empêcher, un grand sourire satisfait tira mes lèvres vers le haut.

    « Bien sûr que j'ai raison. Mais dis-toi qu'ils ne savent pas ce qui les attends.  » Je parlais d'expérience oui.

    J'avais beau avoir une mauvaise réputation en tant que personne, mon succès il était mérité. Je travaillais très dur pour maintenir ma voix au top, et pour donner des performances dignes de ce nom. Mes eves le savaient, sinon elles ne me supporteraient pas autant.
    Reina ne le savait probablement pas, mais je n'étais pas la meilleure personne à qui demander des conseils. Mes réactions étaient souvent disproportionnées et dramatiquement dramatique. Autant dire que Dan Il ne se doutait pas de ce qui l'attendait. Il allait se rendre compte que mon nom de scène paradisiaque me donnaient certains droit. A savoir, j'allais lui décocher un vol express pour l'enfer. Il ne comprendrait rien à sa vie le pauvre.

    Et de toute façon, il serait trop tard pour y comprendre quoique ce soit à sa vie puisque je comptais la lui ôter. « Tu as peut-être raison, oui… De toute façon, je l’ai trop mauvaise jusque-là pour avoir une réaction posée… J’imagine que c’est ce que tu ferais non ? Pour ton problème, je veux dire… » Je posais mes yeux sur elle un court instant, avant de me concentrer à nouveau sur la recherche de poires, car après avoir terminé mes pâtes, j'avais envie de sucré.

    « Oh ça, crois-moi, il ne l'emportera pas au Paradis. Je n'ai pas pour coutume de ne pas répliquer. Puéril ou pas, m'en fiche, on se sent tellement mieux après.  » dis-je en haussant les épaules, tout en regardant autour de moi, alors qu'elle semblait faire de même.

    Je me demandais un court instant ce qu'elle pouvait vouloir, avant de me dire que ça n'était pas le plus important ; mon estomac réclamait des poires, et il avait des droits. J'allais le satisfaire, qu'il n'ait pas peur pour ça. « S’il t’ennuie tant, je ne suis pas sûre d’avoir envie de savoir qui c’est ! Mais ne parle pas de toi comme ça ! Celui qui fait de ma journée un enfer te retirerait tes complexes d’enfant terrible – pour te citer ! Ha ! » Sans m'en rendre compte, et peu habitué à cela, je me mettais à rire à cette remarque. Mais sincèrement, pas d'ironie ni rien. Reina venait vraiment de me faire rire.

    « Tu ne l'aimerais pas. Je suis certain que c'est pas lui qui écrit ses chansons, et pourtant il prétends le contraire. C'est pas terrible ça ?  » Oui bon, j'étais peut-être un peu mauvais, mais elle ne le connaissait pas, alors je pouvais me le permettre hein ? En plus elle tenait entre ses mains quelque chose qui m'intéressait grandement. Quand elle me lança la boîte de poire, je lui souris d'un large sourire, reconnaissant. « Merci.  » soufflais-je discrètement.

    Oui, il ne fallait pas non plus trop m'en demander hein.

    D'ailleurs, scoop, je venais de lui proposer mon aide, sincèrement. A condition que le sunbae en question n'ait rien à voir avec Summer Yong Jae.
    Une fois la boîte de poires ouvertes, j'oubliais le reste et m'attaquais en premier au sirop que je buvais goulûment directement à la boîte. Puis je me rendais compte que j'oubliais un truc qui se faisait entre amis.

    D'un regard un peu confus, j'arrêtais de boire et lui demandais : « Tu en veux peut-être... ?  » Et dans le doute, je posais la boîte à côté, attendant qu'elle me dise si elle était intéressé ou non. «Summer qui ? … Ça ne me dit rien, non… Je ne suis pas très familière avec la plupart des ‘sunbae-deul’ ici… Ni vraiment avec certaines stars en fait. Je ne trouve pas ça particulièrement utile… » J'écarquillais les yeux à sa réponse et j'ajoutais un regard pétillant et heureux à mon sourire qui laissait montrer toutes mes dents.

    « Tu ne rates rien d'extraordinaire tu sais, ce qu'il rap, c'est surfait, et il fait peur...  » Pourquoi est-ce que j'étais si honnête avec elle d'un coup ?

    Et donc c'était de la glace qu'elle voulait ? Quand elle m'en proposa je refusais gentiment en secouant la tête de gauche à droite. Ce qu'elle se préparait, avait l'air délicieux. Je n'aimais pas beaucoup la glace, je voyais trop cela comme un médicament, Eun Seok m'en donnait tellement quand je tombais malade que je supportais pas l'idée d'en prendre quand j'allais bien. « Pour en revenir sinon à ce que tu disais, mon … sunbae… n’est pas ce Summer mais je ne te souhaite pas de te frotter à lui. Qui sait, tu l’apprécies peut-être tiens ! » Après cela, je haussais les épaules et lui répondais : « L'un n'empêche pas l'autre tu sais.  » Quoi je suis irrécupérable ? [/b][/color] »

    « Puis je veux régler ça moi-même mais… on pourrait s’aider mutuellement peut-être ? Se donner un petit coup de main, oui… » Je hochais la tête à cette proposition, décidant de ne pas revenir sur mes mots pour une fois. Et ensuite je fronçais les sourcils, perplexe, elle avait l'air prête à faire une bêtise... « Bon, je te le dis qu’à toi, ok ? Pas envie que des rumeurs étranges trainent… Je te fais confiance. C’est… Choi Dan Il… Pas qu’il soit terrible mais… il a vraiment trouvé le moyen de… Oh puis si, il est terrible, voilà ! … Toi ? » Qu'est-ce que je disais hein ? Pourquoi est-ce qu'elle se confiait à moi ? Qui lui assurait que j'étais quelqu'un de confiance ? C'était une grave bêtise, une très grave bêtise. Surtout que maintenant, je devais lui faire une confidence.

    Je manquais de m'étouffer d'ailleurs avec le sirop de poire, suite à une violente quinte de toux. Dan Il avait donc décidé de pourrir la vie à toute l'agence. Du grand art. Quel plouc nuisible et inutile.

    «  Je ne dirai rien, t'en fais pas... Et Dan Il hein... Tu as raison je le connais, mais je l'aime pas, tu sais pourquoi ? Gêné, je toussais à nouveau et regardais un moment ailleurs. Tu vas rire. . . C'est lui que je veux pourrir moi aussi... Je la regardais enfin, guettant une réaction : Du coup, c'est plus simple, hein ?  » Nerveux, pas qu'un peu.

    Et si elle me demandait ce qui s'était passé ?





[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Superstar»


I know you think that you've got it all, and by making other people feel small, makes you think you're unable to fall. And when you do, who you gonna call? See, what you give is just what you get, I know it hasn't hit you yet.
Lauryn Hill ; Superstar
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur




Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: MinHuan&Reina ♣ Les grands esprits se rencontrent le ventre plein   

TITRE :

 MinHuan&Reina ♣ Les grands esprits se rencontrent le ventre plein




 



Revenir en haut Aller en bas

 

MinHuan&Reina ♣ Les grands esprits se rencontrent le ventre plein

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les grands esprits discutent des idées ; les esprits moyensdiscutent des événements ; les petits esprits discutent des gens. | PV Helvia
» Les grands esprits se trouvent toujours [Pv Carl/Iosa/Vindi]
» Grands garçons musclés et bronzés

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
New Generation :: La ng entertainment :: Random place Cause random, that's always cool.-