AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .



Je suis une idole, aimez-moi ♥
avatar



Je suis une idole, aimez-moi ♥


•• Mes notes : 305
•• Métier : Acteur, chanteur solo & présentateur TV

MessageSujet: Trop tard pour regretter ?    Mer 3 Sep - 18:26

TITRE :

 Trop tard pour regretter ?




 

Je suis clairement au fond du trou, si ce dernier a un fond... en même temps, il faut être assez con pour espérer trouver un semblant de tranquillité alors que je suis au cœur du scandale de la Thaïlande depuis des mois. La conférence de presse n'a servi à rien, qui plus est, si ce n'est m'ajouter un mal inutile. En plus cette fichue salle est devenue une scène de crime dans ma tête. Ce n'était pas la première fois que je me disputais avec mon manager, ce n'était pas la première fois que je lui demandais de démissionner mais, étonnamment, c'était la dernière fois que je l'avais vu. Il a décidé de m'écouter, moi, et de me foutre la paix. Personne ne m'écoute, surtout pas lui, alors pourquoi commencer maintenant. Comme je me suis mis environ 70% des employés à dos, on ne manquait pas de me raconter que Nam Sun avait démissionné et qu'on lui avait même assigné un nouveau protégé, une fille. Au départ, je les ai ignorés - un don développé au fil des années - puis l'absence soudaine de mon supérieur m'a alarmé.

Tous les jours, je m'attends à ce qu'on m'annonce que mes cartes bancaires ne sont plus opérationnelles, que je dois participer à un rendez-vous arrangé avec une fan très très fan, ou à devoir présenter des concours télévisés ridicules... à un signe de vie de Nam Sun, quoi. Mais... rien. Telle une petite amie inquiète, qui attend que son mec pense à lui envoyer un texto pour la rassurer, je vérifie la liste des appels toutes les heures, il m'arrive même de l'appeler. Mais il reste désespérément injoignable. J'en suis même venu à faire des bêtises exprès, histoire qu'il m'agresse par un SMS ou vienne me tirer les oreilles en direct, live. J'ai tout fait pour attirer son attention, tout... sauf aller le chercher chez lui. Chose que toute personne dotée d'un minimum d'intelligence aurait fait avant toute chose. C'est ainsi que je me retrouve devant son immeuble. Je savais pas que le métier de manager payait si bien, tiens. Ma dernière visite remonte à très longtemps, mais le gardien de l'immeuble semble encore me reconnaître. Après avoir prétexté une urgence, il me laisse entrer.

Contre toute attente, l'endroit est chaleureux, on dirait vraiment que quelqu'un vit ici. Et rangé, mais ça, je m'y attendais. Curieux, d’une façon totalement indiscrète et probablement malsaine, je fais la visite de l'appartement alors que je sais que le propriétaire est pas là. Il n'y a pas un seul indice de sa présence, par contre je suis tombé sur des choses intéressantes. Le soutif sur son lit me fait froncer les sourcils, mais j'y touche pas, brocode oblige. Comme ça, monsieur s'amuse... « Il est assez mal placé pour me faire la morale... tsssh. » Je reviens dans le salon et prends place sur son canapé, ce truc est super confortable. Mais Nam Sun est pas là, je suis déçu d’être arrivé si prêt du but pour me retrouver à nouveau à la case départ. Un DVD attire mon attention, je me penche légèrement en avant pour le prendre entre les mains et reconnais le titre de ce film porno que j'ai téléchargé sur le pc de Reina pour l'embêter. Je grimace et le repose sur la télé avant de sortir mon portable et de vérifier ma messagerie, il a pas répondu à mes SMS. Du coup, je m'occupe à les relire. « Tu sais quoi j'irai pas au boulot jusqu'à ce que tu te ramènes ! », « Bon, je suis allé au boulot, mais bien parce que j'en avais envie, hein. » pas parce que mon contrat m'y oblige, nooon. « Bravo, tu viens de rater un fanmeeting important, y'en a une qui a volé mon marqueur, je sais même pas comment. », « Tu me manques. » Quoi... PUTAIN. J'ai même pas remarqué que je lui avais envoyé un message pareil, à croire que je me suis laissé submerger par mes émotions. Merde. Je me frappe violemment le front contre je ne sais quoi, mais finis par me rassurer : peut-être qu'il va trouver ça assez étrange pour revenir.

Je soupire finalement et me lève, prêt à repartir. Mais une lettre sur la table basse me fait froncer les sourcils, je me débarrasse de l'enveloppe et commence à lire. Mes mains tremblotent, ma mâchoire se décroche, mes jambes sont sur le point de me lâcher. Il est sérieux, il compte me quitter... démissionner. Je fourre la lettre dans ma poche et me rassois : pas question qu'il le fasse. Histoire d'être sûr - et parce que son appart sent bon, et que je le trouve pas mal confortable - je me décide à rester. A un moment, il va devoir revenir, non ? J'informe vaguement Reina que je crèche chez quelqu'un pour une durée indéterminée puis... je me mets à l'aise. Deux jours durant.

Quelqu'un glisse les clés dans la serrure, ce qui me fait sursauter. Je décroche mes yeux de la télévision pour les poser sur le nouveau venu, je me lève, les miettes de chips collés depuis deux jours sur mon torse tombent sur son joli tapis. « Nam Sun !! » lâche-je d'une voix aiguë comme si j'avait pris de l’hélium. Je m'approche de lui, incrédule, puis allez trop savoir comment je me retrouve à lui sauter dessus et le serrer dans mes bras. Je me recule ensuite, un grand sourire aux lèvres. « Mais t'étais où ? En fait, je m'en fiche mais ils n'ont pas de téléphones, là où tu étais ? Je me suis fait un sang d'encre, sérieux ! » Puis je grimace, me souvenant que je suis chez lui. « Pour info, la brosse à dent est... inutilisable. »





[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
▬ CHILDHOOD CAN ALWAYS FLARE UP WITHIN US ▬
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur



je suis la star des backstages ; staff
avatar



je suis la star des backstages ; staff


•• Mes notes : 85
•• J'habite : Mapo-gu
•• Métier : Manager de Dan Il

MessageSujet: Re: Trop tard pour regretter ?    Mer 3 Sep - 23:47

TITRE :

 Trop tard pour regretter ?




 


    La dernière altercation en date avec Dan Il avait été virulente. En y réfléchissant à nouveau, je m'étonnais moi-même, m'emporter de la sorte ne me ressemblait guère. Pourtant je l'avais bien fait, et du coup je me sentais un peu égoïste, car j'avais pris deux jours de congés pour reprendre des forces. En revenant de la conférence de presse, j'étais terriblement en colère, au point où j'avais sérieusement écrit une lettre de démission. Je revoyais encore quelques lignes, telles que : « Je ne peux ni ne veux assumer le futur de Choi Dan Il » « Nos deux manières de fonctionner sont trop différentes » «  Si vous souhaitez continuer à m'employer, je vous pris d'envisager la possibilité de m'assigner un nouveau poulain ». Après cela, j'avais juste laissé la lettre en plan, et j'étais allé visiter Eun Hee. Elle n'avait pas refusé ma venue, car elle était plutôt rate, elle s'était doutée que quelque chose n'allait pas.

    «  Il faut qu'il réfléchisse un peu à ce qui s'est passé, c'est un grand garçon.  » Elle m'avait laissé sous-entendre que j'étais peut-être un peu dur sur ce coup-là. Moi je jugeais cela nécessaire. Puis ce n'était pas comme si je le laissais vraiment tomber.

    La portée des mots n'est pas à prendre à la légère si les gestes suivaient le même chemin. Je lui montrais ce que j'attendais de lui, un discours qui soit en accord avec son comportement. Voilà tout. Ses messages me firent sourire et presque flancher. Je décidais de limiter mon arrêt à deux jours, connaissant Dan Il, il devait s'inquiéter, pour qu'il pousse le vice jusqu'à un « tu me manques ». Il était temps que je rentre chez moi, et que je redonne des signes de vie. Après avoir déjeuné avec Eun Hee, je reprenais la voiture et rentrais chez moi, ayant décidé qu'une fois à l'appartement, j'allais lui téléphoner, et lui passer un savon.

    Pourquoi ?
    Il me le dirait lui même. Mais je le connaissais, et j'étais prêt à parier qu'il n'était pas resté tranquille pendant ces deux jours. Si j'insistais un tant soit peu, et que je faisais les gros yeux, il passerait à table, et m'avouerait des choses que je n'aurai même pas imaginé.
    C'était comme ça que j'avais appris pour le scandale de l'hôtel avec Min Huan, la dernière fois.

    En moins d'une demie heure, j'arrivais enfin devant chez moi et le bruit à l'intérieur de mon appartement m'alerta. Doucement, j'entrais la clé dans la serrure et ouvrais la porte. Je ne m'attendais pas à recevoir Dan Il dans les bras à peine entré.

    «  Qu'est-ce que...  » Je l'attrapais par les épaules et le faisais reculer, détaillant les traits de son visage, médusé.

    Pourquoi est-ce qu'il avait des chips sur le visage ?
    . . . . . Non, en fait, je ne voulais pas savoir.

    Mais je ne pouvais pas passer à côté en fait. La télévision était allumée, des chips, une légère odeur de renfermée... Je posais à nouveau mes yeux sur lui, comme si je le découvrais. « Mais t'étais où ? En fait, je m'en fiche mais ils n'ont pas de téléphones, là où tu étais ? Je me suis fait un sang d'encre, sérieux ! » Je fronçais les sourcils et préférais commencer par une toute autre question :

    «  Tu es chez moi depuis combien de temps ?  » Toute personne ne connaissant pas Dan Il aurait plutôt formulé sa question ainsi : « Pourquoi es-tu chez moi ? ». Mais je le connaissais, et peut-être mieux que lui-même, alors autant éviter ce qui pouvait l'être.

    « Pour info, la brosse à dent est... inutilisable. » J'arquais un sourcil et venais me pincer l'arrête du nez, avant d'aller éteindre la télévision. «  Je vois, je pense avoir ma réponse donc... Je levais les yeux au ciel, pas certain de vouloir tout savoir en détail : Pour te répondre sinon, j'étais en congé et donc injoignable. Mais de souvenir, tu voulais que je démissionne non ? Tu as changé d'avis ? Encore ?  » Je soulignais bien le «encore » pour qu'il se rende compte du ridicule de la situation. Elle se répétait tellement que s'en était même plus crédible, même si cette fois, j'avais bien failli l'écouter.

    Ce n'était sûrement pas très fin de commencer ainsi, mais je tenais à mettre les choses au clair dès maintenant, faire comme si de rien, ce n'était pas moi.




we're afire love
Hold me in your arms the way you did last night. And we'll lie inside for a little while, here oh. I could look into your eyes until the sun comes up and we're wrapped in light, in life, in love ------------------------------- ♘ .ReedNight
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur



Je suis une idole, aimez-moi ♥
avatar



Je suis une idole, aimez-moi ♥


•• Mes notes : 305
•• Métier : Acteur, chanteur solo & présentateur TV

MessageSujet: Re: Trop tard pour regretter ?    Mer 10 Sep - 19:33

TITRE :

 Trop tard pour regretter ?




 

A première vue, il semble désapprouver mon idée de crécher ici. Pourtant, j'ai pensé avoir une illumination digne d'un prix Nobel. L'idée est pas idiote après tout, il est là devant moi après deux jours d'absence. Enfin, le plaisir de le revoir est de courte durée puisqu'il commence déjà à poser ses questions en ignorant les miennes. J'ai un léger pincement au cœur quand il éteint la télévision, mais n'ose rien dire. «  Je vois, je pense avoir ma réponse donc... » Je souris sans le quitter des yeux. «  Je suis chez toi depuis 48 heures. Tu sais, la période qu'il faut attendre avant de signaler la disparition de quelqu'un à la police. » Depuis des années, je trouve qu'on passe trop de temps ensemble. Un rendez-vous par an à l'occasion du Noël des employés de l'agence m'aurait totalement suffi, mais en fait moins il est présent plus il me manque.

« Pour te répondre sinon, j'étais en congé et donc injoignable. Mais de souvenir, tu voulais que je démissionne non ? Tu as changé d'avis ? Encore ? » Je déglutis : il perd pas de temps... mais je crois être content, car il passe pas par quatre chemins pour me mettre dans une situation gênante. « Je sais pas ce que t'as fait pendant ce "congé" mais ça avait la capacité de t'éloigner du téléphone pendant deux jours. » dis-je sur un ton lourd de reproches, mon sourire s'efface tout de même pas. Je m'avance pour me placer derrière lui, poser mes mains sur ses épaules, et y exercer une légère pression dans l'optique de le faire s’asseoir sur le canapé. « Calme-toi, s'énerver ne va pas arranger les choses. J'ai fait un thé, ça te calmera les nerfs. » Je lâche ça normal, comme si j'étais chez moi. Oui je connais l'emplacement des tasses, du thé et du sucre. Je me dirige vers la cuisine, non sans lui lancer un regard par-dessus mon épaule. « Heureusement que t'as pensé à enlever tes chaussures, j'ai fait le ménage ce matin. »

Après un bref aller-retour dans la cuisine, je reviens avec un plateau. Je lui souris en posant la tasse de thé devant lui. Il doit trouver ça bizarre. « Malheureusement, on a plus de gaufrettes mais si ça peut te consoler, le stock de légumes est intact. » Je porte la tasse à mes lèvres mais finis par grimacer une gorgée plus tard, la langue coincée entre les dents. Beurk, j'ai fait une erreur... celle-là ne contient que deux petites cuillères de sucre et étais destinée à Nam Sun, ce qui veut dire que sa tasse en contient cinq. Magnifique, on vient de se retrouver et il peut dire sans problème que je veux qu'il fasse une crise d'hyperglycémie. « C'est sympa chez toi, et j'ai bien respecté les règles. » que j'ai moi-même imposées, en me basant sur mes connaissances sur lui. « Tu sais : porter au moins un caleçon, ne pas toucher au lit ni à tes affaires personnelles, faire la vaisselle après utilisation... »





[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
▬ CHILDHOOD CAN ALWAYS FLARE UP WITHIN US ▬
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur



je suis la star des backstages ; staff
avatar



je suis la star des backstages ; staff


•• Mes notes : 85
•• J'habite : Mapo-gu
•• Métier : Manager de Dan Il

MessageSujet: Re: Trop tard pour regretter ?    Mer 10 Sep - 20:48

TITRE :

 Trop tard pour regretter ?




 


    Je ne m'étais vraiment pas attendu à le voir confortablement installé chez moi à m'attendre. Comme si c'était la chose la plus naturelle du monde à faire en cas de crise et peut-être que ça l'était pour Dan Il. En effet, je ne pouvais pas reprocher grand chose à sa logique : où aurait-il pu avoir plus de chances de me trouver que dans mon propre appartement ? « Je suis chez toi depuis 48 heures. Tu sais, la période qu'il faut attendre avant de signaler la disparition de quelqu'un à la police. » J'arquais les sourcils, et croisais les bras en entendant cela. Il sous-entendait quoi exactement ? Malheureusement, je n'étais pas du genre à oublier les disputes sans une bonne discussion.
    Je n'étais pas spécialement rancunier, c'était juste que je le connaissais et savais comment il pouvait fonctionner. Dan Il n'aurait pas de mal à laisser cet épisode derrière nous. Le mal aise ou la gêne, ça n'était pas dans son vocabulaire, et ça en faisait un show man incroyable, mais quand il interagissait avec ses proches, c'était une toute autre histoire. A croire qu'il ne réussissait à être correct que devant quinze milles personne.

    « Oui, je sais.  » Je répondais cela simplement, ne voyant pas l'utilité de dire quoi que ce soit de plus. Si j'avais eu envie de rester un jour de plus chez Eun Hee et que la police était venu me chercher là-bas, Dan Il aurait passé un sale quart d'heure. Ou comme j'aimais le dire : une bonne demie heure si j'étais en forme.

    Après toutes ces belles paroles, je tranchais dans le vif du sujet, car je voulais savoir s'il avait réfléchi, sérieusement. Nous ne pouvions pas continuer sur cette lancée de toute manière, ce serait foncer droit dans le mur. Je lui tapais sur le système et il me rendait chèvre. Si nous avions été frères, cela n'aurait pas franchement été un problème. Mais j'étais son manager, et j'étais sensé gérer sa vie professionnelle un minimum. Sauf que ça n'était pas ce que je faisais, je passais plutôt ma vie à régler les problèmes de sa vie personnelle. Comme si j'étais une sorte de tuteur légal. « Je sais pas ce que t'as fait pendant ce "congé" mais ça avait la capacité de t'éloigner du téléphone pendant deux jours. » J'arquais un sourcil, et entrouvrais la bouche, soufflé. Il croyait vraiment réussir à passer sur le principal aussi facilement ?

    Loin d'être dupe, je revenais sur le sujet : « Ne t'en fais pas, je te donnerai un préavis avant de te laisser, à moins que tu souhaites faire ça sans ?  » Il ne m'avait pas répondu quand je lui avais demandé s'il avait changé d'avis quant à ma démission fortement recommandée par ses soins, alors dans le but de le faire réagir, j'assumais que c'était toujours le cas.

    Je m'installais sur le canapé quand il me guidait vers celui-ci, restant silencieux. « Calme-toi, s'énerver ne va pas arranger les choses. J'ai fait un thé, ça te calmera les nerfs. » Je levais les yeux au ciel en entendant cela, n'y croyant presque pas. Il allait vraiment faire comme si de rien était.  « Heureusement que t'as pensé à enlever tes chaussures, j'ai fait le ménage ce matin. »  Je lâchais un petit rire en entendant cela. Non, il ne fallait pas s'y fier, ce n'était pas de l'amusement, plutôt de l'impatience.

    «  C'est la moindre des choses effectivement ; que tu fasses le ménage quand tu t'invites chez moi quand je ne suis pas là.  » dis-je en haussant les yeux vers lui alors qu'il se dirigeait vers la cuisine en vraie petite femme d'intérieure.

    Quand il revint et me souris, je fronçais les sourcils. Est-ce qu'il avait peur d'aborder le sujet ? Ce serait la raison de son comportement ? « Malheureusement, on a plus de gaufrettes mais si ça peut te consoler, le stock de légumes est intact. » Je ne savais même pas quoi dire, il m'ôtait les mots de la bouche, je savais qu'il était culotté et que c'était ce qui faisait son « charme » mais là c'était... beaucoup, même pour moi... « Je...  » Je préférais inspirer profondément, et buvais une longue gorgée du thé qu'il m'avait apporté, avant de tousser, surpris. Je posais alors mes yeux sur lui :

    «  Par le plus grand des hasards, essaierais-tu de me tuer ? Enfin, merci.  » Je demandais cela, le plus naturellement du monde, comme si nous parlions chiffons et meurtres tous les deux jours.

    Je posais la tasse sur la table, et posais mes yeux sur lui, me demandant s'il allait jouer la comédie encore longtemps : « C'est sympa chez toi, et j'ai bien respecté les règles. Tu sais : porter au moins un caleçon, ne pas toucher au lit ni à tes affaires personnelles, faire la vaisselle après utilisation... » En entendant cela, un profond soupir de lassitude fila entre mes lèvres :

    « Arrête, tu veux ? C'est bon là. Qu'est-ce que tu as Dan Il ? Tu as peur de me parler ? Je t'ai connu bien plus téméraire. Tu es celui qui a dit clairement à une maquilleuse qu'elle était pas talentueuse car incapable de te faire un bob l'éponge, tu as insulté ton prof d'art scénique de gay, envoyé des lettres anonymes au CEO.... C'est quoi le problème avec moi ?  » demandais-je en posant mes mains sur mes genoux, attendant une réponse. Mais je continuais sans lui laisser l'occasion de me répondre : «  Tu étais chez moi, et c'était pas pour me faire du thé, ni parce que tu aimes les gaufrettes que j'achète, alors ne tourne pas autour du pot. disais-je en le regardant droit dans les yeux, très sérieux : Je ne vais pas démissionner, à moins que tu me le demandes sérieusement et pas sous le coup de la colère. Je me levais et allais vers la fenêtre : Tu veux qu'on arrête là, oui ou non ?  »

    J'essayais de ne pas être trop sec dans mes paroles, car je ne tenais pas à me disputer à nouveau avec lui, nous avions juste besoin d'avoir une conversation sérieuse.




we're afire love
Hold me in your arms the way you did last night. And we'll lie inside for a little while, here oh. I could look into your eyes until the sun comes up and we're wrapped in light, in life, in love ------------------------------- ♘ .ReedNight
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur



Je suis une idole, aimez-moi ♥
avatar



Je suis une idole, aimez-moi ♥


•• Mes notes : 305
•• Métier : Acteur, chanteur solo & présentateur TV

MessageSujet: Re: Trop tard pour regretter ?    Sam 27 Sep - 20:11

TITRE :

 Trop tard pour regretter ?




 

Visiblement, mes paroles passent vite à la trappe et il enchaîne sur le sujet qui nous intéresse... qui l'intéresse en fait, moi je peux oublier la conférence de presse sans problème. Mais il fait en sorte qu'on doive passer par un discours qui a une valeur sentimentale pour me pardonner... Si je souhaitais qu'il me prévienne de son départ ou pas ? Je déglutis juste, ne sachant pas comment lui dire que je veux pas qu'il parte. Heureusement, la préparation du thé me laisse quelques minutes pour réfléchir car maintenant je suis convaincu qu'il me permettra plus de changer de sujet. D'ailleurs, c'est vrai que faire le ménage devient une obligation puisque je me suis invité chez lui, mais c'est bien parce que c'est lui que je me plie aux règles de la amison... avec Reina, je suis bien moins coopératif.

« Grillé. » je dis, amusé par le fait qu'il prenne l'excès de sucre pour une tentative de meurtre. Mon sourire s'efface tout de suite, Nam Sun se lance dans un discours trop long à mon goût. Je me détends un peu à l'évocation de mes conneries dont je suis pas peu fier, je n'ai pas le temps de sourire que déjà il me demande dans la même phrase pourquoi j'agis différemment avec lui. Je serre les dents, le regard soudain fuyant. Monsieur a pas fini son speech, ça dévie sur la raison de ma venue et bien que je sois désireux de le laisser me rassurer, je me demande quel pourcentage de ce qu'il dit est vrai. Parce qu'il me sort là qu'il va pas démissionner de lui même, alors que dans ma poche est planquée sa lettre de démission. Mon regard le suit jusqu'à la fenêtre, « Tu veux qu'on arrête là, oui ou non ?  » Je m'enfonce dans les coussins du divan, incapable d'articuler le moindre mot. Il va pas se contenter d'un oui ou d'un non qui plus est, son regard en demande clairement plus. Il y a des moments comme ça, où il faut être un homme...

« On va encore me soupçonner d'avoir fumé de la Marijuana pour dire ça mais...  » profonde inspiration, on dirait que je m'apprête à me jeter dans un trou sans fin. « Le problème avec toi ? Je t'apprécie contrairement aux autres personnes citées. J'ai l'impression de t'avoir connu que de mauvaise humeur, mais t'avais toujours le petit commentaire qu'il fallait pour me remonter le moral, pour me rappeler que ma vie manque de stabilité, tout ça. T'as beaucoup donné, et je pense que je pourrais jamais tout te rendre, t'es certainement sous-payé aussi... mais si j'ai jamais eu de père ou des frères, je sais au moins ce que ça fait d'en avoir, grâce à toi. J'aurais pas pu espérer mieux en fait, t'es plus mon manager mais un membre de ma fratrie. On s'en fiche de ne pas être liés par le sang hein ? » Je fais une pause, les discours sont pas mon fort et j'ai pas envie de rentrer dans les détails. J'ai assez massacré ma fierté comme ça.

« Donc non, je veux pas qu'on arrête là. » je sors la fameuse lettre que j'aurais aimé découper ou brûler de ma poche et la lui tends après l'avoir rejoint. « Voilà, en tombant par hasard sur cette lettre... » Merde, sois honnête, sois un homme pour une fois. « Non... en fouinant, j'ai trouvé ça. Ta décision est déjà prise, n'est-ce pas ? » Je garde un air sérieux. « Si oui, laisse-moi te dire que même si tu démissionnes en tant que manager, t'es condamné à jouer mon grand frère jusqu'à ma mort. » Petit sourire un brin douloureux. Entre le jour de la conférence de presse et maintenant, j'ai définitivement perdu ma fierté.





[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
▬ CHILDHOOD CAN ALWAYS FLARE UP WITHIN US ▬
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur



je suis la star des backstages ; staff
avatar



je suis la star des backstages ; staff


•• Mes notes : 85
•• J'habite : Mapo-gu
•• Métier : Manager de Dan Il

MessageSujet: Re: Trop tard pour regretter ?    Mer 1 Oct - 20:46

TITRE :

 Trop tard pour regretter ?




 


    Je me tenais près de la fenêtre et restais silencieux après mon petit monologue. Même si l'idée me gênait, j'étais bel et bien sur la défensive. Je ne savais pas vraiment ce qui me mettait dans cet état, mais le fait que Dan Il se comporte de manière aussi inconsciente parfois me rendait nerveux. J'étais son manager après tout, n'est-ce pas ? Il était normal que son avenir me concerne, mais des fois, je me disais que j'en faisais un peu trop. Je me mêlais de ce qui ne me regardais pas, j'interférais un peu trop... Mine de rien, je tenais beaucoup à cet idiot, mais cela me drainait beaucoup d'énergie, car l'idiot cité un peu plus haut n'y allait jamais de main morte lorsqu'il s'agissait de fiche sa vie sans dessus dessous. « On va encore me soupçonner d'avoir fumé de la Marijuana pour dire ça mais... Le problème avec toi ? Je t'apprécie contrairement aux autres personnes citées. J'ai l'impression de t'avoir connu que de mauvaise humeur, mais t'avais toujours le petit commentaire qu'il fallait pour me remonter le moral, pour me rappeler que ma vie manque de stabilité, tout ça. T'as beaucoup donné, et je pense que je pourrais jamais tout te rendre, t'es certainement sous-payé aussi... mais si j'ai jamais eu de père ou des frères, je sais au moins ce que ça fait d'en avoir, grâce à toi. J'aurais pas pu espérer mieux en fait, t'es plus mon manager mais un membre de ma fratrie. On s'en fiche de ne pas être liés par le sang hein ? » J'entrouvrais la bouche, laissant ma lèvre inférieure tomber un peu, mais aucun son ne sortait.

    Je passais une main maladroite contre ma nuque, et plantais mon regard dans le sien : « Hm. C'est soudain, et... touchant. Tu n'as peut-être pas envie d'entendre ça, mais tu ne m'as connu de mauvaise humeur car tu n'as jamais fais grand chose pour que le contraire arrive, tu t'en rends compte ?  » Je n'ajoutais rien de plus, ne tenant pas à ce qu'il pense que j'avais encore des griefs contre lui, car ce n'était pas le cas.

    Calmement, je me mettais à faire les cent pas dans le salon, tout en restant silencieux. « Donc non, je veux pas qu'on arrête là. Voilà, en tombant par hasard sur cette lettre... » Je m'arrêtais presque aussitôt en entendant cela, et posais mes yeux sur lui, puis sur la lettre qu'il tenait entre ses mains. Oh, c'est vrai... Je l'avais presque oubliée elle. Soucieux, et soudain un peu gêné je plantais mon regard dans le sien. « Non... en fouinant, j'ai trouvé ça. Ta décision est déjà prise, n'est-ce pas ? Si oui, laisse-moi te dire que même si tu démissionnes en tant que manager, t'es condamné à jouer mon grand frère jusqu'à ma mort. » Un fin rictus trouva enfin sa place sur mon visage alors que je revenais m'installer dans mon fauteuil, près d'où était Dan Il, dans un premier temps, j'attrapais ses joues et les tirais doucement de part et d'autres.

    « Tu ne fais jamais rien sous le coup de la colère toi ? Je ne vais pas démissionner. Ne te monte pas la tête maintenant, car à mon avis, tu vas avoir de quoi le faire dans les semaines à venir. Le CEO m'a appelé...  » C'était effectivement le cas, et une entrevue dans son bureau était à prévoir. Je n'allais de toute évidence, pas le lâcher dans un moment aussi critique. Même si j'en avais réellement eu l'intention en premier lieux, j'avais un certain sens de l'éthique.

    «  Le boulot de grand frère, c'est d'être agaçant, alors laisse-moi être agaçant autant qu'il le faudra, jusqu'à ce qu'on te remette sur pieds.  » Je croisais les bras, et le regardais calmement, attendant de voir s'il était réellement près à faire des efforts pour changer. Cette discussion ne devait pas rester sans suite ni sans conséquences.




we're afire love
Hold me in your arms the way you did last night. And we'll lie inside for a little while, here oh. I could look into your eyes until the sun comes up and we're wrapped in light, in life, in love ------------------------------- ♘ .ReedNight
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur



Je suis une idole, aimez-moi ♥
avatar



Je suis une idole, aimez-moi ♥


•• Mes notes : 305
•• Métier : Acteur, chanteur solo & présentateur TV

MessageSujet: Re: Trop tard pour regretter ?    Ven 10 Oct - 18:57

TITRE :

 Trop tard pour regretter ?




 

Il me fait comprendre que je participe à l'atmosphère tendue et que je m'en plains. Ça me fait presque halluciner, c'est à moi de me masser la nuque nerveusement. « Bon, tu dois penser que c'est mon plan de jouer avec ta patience et tes nerfs, que mes gestes sont de la pure provocation. Mais en fait, non, pas du tout. » J'ai vraiment fait des efforts pour être plus supportable, seulement... bah "chassez le naturel, il revient au galop" comme le dit le proverbe. « C'est vrai qu'au départ je t'appréciais pas, mais avec le temps t'as pris une part trop importante dans ma vie. » Pour sortir tout ça, il me fallait un effort colossal et je me demandais quel impact ça aurait sur lui. Je m'attendais à tout, sauf à ce qu'il me tire les joues. Surpris par le geste, je fronce les sourcils, espérant que rien n'a disjoncté dans son cerveau, mais sans me reculer. « Hey... » « Tu ne fais jamais rien sous le coup de la colère toi ? Je ne vais pas démissionner. Ne te monte pas la tête maintenant, car à mon avis, tu vas avoir de quoi le faire dans les semaines à venir. Le CEO m'a appelé...  » Sous le coup de la colère... « Donc t'es juste impulsif ? Pfiou, je pensais que t'aurais aucun remords à me quitter pour aller ailleurs... attends pourquoi le vieux... le CEO t'a appelé ? » je me reprends, horrifié. J'ai oublié l'espace de quelques minutes que j'étais dans la galère.

«  Le boulot de grand frère, c'est d'être agaçant, alors laisse-moi être agaçant autant qu'il le faudra, jusqu'à ce qu'on te remette sur pieds.  » Je retrouve mon sourire, content d'avoir du soutien, de pouvoir compter sur lui, pour pas changer. « Merci d'être agaçant alors. Tu penses que je vais m'en sortir ? » Je suppose qu'il est temps de m'en aller, n'ayant plus rien à dire. Ah si ! « C'est vrai que tu comptes prendre un autre protégé en charge ? Une fille ? Tu devrais penser à deux fois avant de te lancer dans ce projet. Tu sais ta copine, ou je sais pas à qui appartient le sous-vêtement dans ta chambre, risque d'être jalouse.  » Je tire une tête de grand blasé, signifiant clairement que c'est pas la fameuse copine qui serait jalouse mais bien moi puisque je me sens plus concerné. Bah oui, une protégée toute gentille toute mignonne qui dit amen à tout, c'est de la vraie concurrence. « D'ailleurs, je savais pas que t'étais fan des coups d'un soir. Comme ça m'étonne de toi... »





[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
▬ CHILDHOOD CAN ALWAYS FLARE UP WITHIN US ▬
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur



je suis la star des backstages ; staff
avatar



je suis la star des backstages ; staff


•• Mes notes : 85
•• J'habite : Mapo-gu
•• Métier : Manager de Dan Il

MessageSujet: Re: Trop tard pour regretter ?    Ven 31 Oct - 20:56

TITRE :

 Trop tard pour regretter ?




 


    «  Bon, tu dois penser que c'est mon plan de jouer avec ta patience et tes nerfs, que mes gestes sont de la pure provocation. Mais en fait, non, pas du tout. » En entendant cela, je fronçais les sourcils, me remémorant le nombre de fois où j'avais pensé que c'était le cas. Dan Il était si peu souvent sérieux, qu'il était difficile de savoir quand il disait la vérité de quand il tentait de se sortir d'un mauvais pas. Même si j'avais quelques doutes, je ne le quittais pas des yeux pour autant, et prenait mon temps pour réfléchir à la situation. Le remettre sur pieds n'allait pas être une tâche aisé, mais de mémoire d'homme, il n'avait pas connu de passes tranquilles, alors au fond, c'était du pareil au même. « C'est vrai qu'au départ je t'appréciais pas, mais avec le temps t'as pris une part trop importante dans ma vie. » Je pouffais de rire doucement, et passais une main dans mes cheveux.

    « Je n'en demandais pas tant, mais ça me touche de le savoir.  » Un fin sourire, que je voulais chaleureux, réchauffa mon visage alors que je lui tirais les joues comme le ferais un grand frère.

    « Donc t'es juste impulsif ? Pfiou, je pensais que t'aurais aucun remords à me quitter pour aller ailleurs... attends pourquoi le vieux... le CEO t'a appelé ? » Je roulais des yeux en entendant le «vieux», mais ne m'offusquais pas, ayant l'habitude depuis le temps. « A ton avis ? Tu penses que le sabotage de conférence c'est monnaie courante ?  » Je demandais cela sans la moindre once d'ironie, j'étais tout à fait sérieux, et plus vraiment en colère : je ne voyais plus de raison de l'être, nous avions remis les choses à plat après tout. « Merci d'être agaçant alors. Tu penses que je vais m'en sortir ? »  Surpris de cette question, et n'ayant pas l'habitude que Dan s'inquiète, je lui disais :

    « Je ne suis pas du genre à mentir et je pense que toi-même tu le sais : ça va être compliqué.  » Un long soupir fila entre mes lèvres alors que je laissais mes pensées vagabonder quelque peu. « C'est vrai que tu comptes prendre un autre protégé en charge ? Une fille ? Tu devrais penser à deux fois avant de te lancer dans ce projet. Tu sais ta copine, ou je sais pas à qui appartient le sous-vêtement dans ta chambre, risque d'être jalouse.  » J'écarquillai les yeux et : «  Pardon ?  » Je lui lançais un air peu amène, avant de croiser les bras. Il avait squatter mon appartement, mais en plus, il avait fouillé, hein ?

    « Ma copine n'a aucun soucis à se faire de ce côté, ne t'inquiète pas. Mais effectivement, il a été dit que j'allais avoir quelqu'un en plus, à ma charge.  » Je faisais exprès de ne pas relever son petit air de chien boudeur.

    « D'ailleurs, je savais pas que t'étais fan des coups d'un soir. Comme ça m'étonne de toi... » Je fronçais les sourcils avant de rire tout bonnement en entendant cela. « Tu es sûr de toi Dan Il ? On passe du « je te déteste » à « je te raconte ma vie sexuelle » ? Vraiment ?  » Je savais que le fait que le mot « sexuel » sorte de ma bouche allait le dégoûter, voilà pourquoi j'avais habilement choisi mes mots. Je n'avais pour ma part, pas très envie de m'étaler sur le sujet.




we're afire love
Hold me in your arms the way you did last night. And we'll lie inside for a little while, here oh. I could look into your eyes until the sun comes up and we're wrapped in light, in life, in love ------------------------------- ♘ .ReedNight
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur




Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Trop tard pour regretter ?    

TITRE :

 Trop tard pour regretter ?




 



Revenir en haut Aller en bas

 

Trop tard pour regretter ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Il n'est jamais trop tard pour vivre ses rêves [ Étoile Brillante ].
» Il est trop tard pour travailler. [pv Montgo/Seb/Mel]
» Trop froid pour être dehors. [Autumn ]
» apres l' heure, c'est trop tard
» europe ❖ je voulais être seule mais trop tard, j'étais déjà née.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
New Generation :: Welcome to Séoul! :: Mapo-gu - Seodaemun-gu You. Me. Fun. Now. :: Les Résidences -