AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez



Anonymous

Invité


Invité



I need you - Chuchu ni Empty
MessageSujet: I need you - Chuchu ni   I need you - Chuchu ni EmptyJeu 28 Mar - 7:10

TITRE :

 I need you - Chuchu ni




 

« Même avec le temps, la perte d'un être cher est une blessure
qui ne se referme jamais, c'est quelque chose qu'on ne peut pas oublier... »


S’il n’y avait que ça… Ce qui est difficile est de prendre une décision et de tomber sur la bonne. Ming Yue avait décidé de prendre les devants et de s’émanciper de ses parents. Kanzaki san lui avait dit qu’il le prendrait sous son aile et qu’il pouvait devenir son tuteur s’il voulait. Sur le coup.. Cela lui avait fait plaisir de voir qu’il comptait pour une personne. De savoir qu’il n’était pas un poids pour son manager qui a tant fait pour lui. Cependant.. L’inquiétude pour ses parents est toujours aussi grande. Est-ce qu’ils sont toujours en vie ? Depuis que son paternel l’avait abandonné aux mains de ses bookmakers, il n’avait plus revu ce dernier. Il fallait qu’il prenne son courage pour l’annoncer à ses parents même si, son absence avait certainement passée inaperçue. Il ne voulait pas passer toute sa vie à réparer les pots cassés… Il n’y avait plus rien à réparer. Aussi douloureuse soit la décision. Il lui avait fallu presque une année entière pour comprendre et se rendre compte qu’il n’y avait plus rien à récupérer. Il ne s’était jamais sentit à l’aise dans cette famille. Trop de pression. Le seul regret est de ne pas avoir assez profité de son grand frère. Ils n’ont jamais été proches et, les quelques amis qu’il s’était fait… Finalement, se dirigeaient vers Yuan à part Callie, et deux trois amis. Tout le monde disait que c’était un génie mais, il travaillait en réalité tellement dur pour satisfaire les désirs de leur mère particulièrement. C’est cette dernière, l’envie de se montrer à ses amis qui a tout brisé. Quand ils partaient en vacance, ce n’était pas rare que parfois, ils l’oublient dans la maison ou le laisse tout seul. La raison ? Parce qu’il ne l’avait pas mérité. Ses notes étaient à peine au-dessus de la moyenne. Il le faisait exprès pour son frère. Peut-être qu’il n’aurait pas dû. Peut-être qu’il aurait dû le soutenir et montrer que lui aussi était un génie mais, son frère semblait si heureux d’être la fierté de leurs parents. Yu n’oubliera jamais son regard et les paroles qu’il lui a jeté au visage quand il avait décidé d’être bon lui aussi. De montrer qu’il pouvait être le meilleur élève de l’établissement. Miyu n’a jamais eu le désir de se moquer de lui comme il l’avait dit. Sa mère qui insistait pour le fait que ce soit Yuan qui avait réussi les interrogations. Elle n’a jamais voulu voir qu’il était capable lui aussi. Qu’il pouvait faire plus que son frère. Cela lui en était inconcevable apparemment.

Pourquoi repenser à ça maintenant ? Parce qu’il a revu il y a une heure sa mère.. Dans cette rue. Elle l’a attrapé et plaquer rudement contre le mur avant de se mettre à le griffer et le frapper quand il lui a dit qu’il n’avait pas d’argent. Qu’il lui avait crié qu’il ne lui donnerait pas ses médicaments et surtout… Qu’il n’était pas YUAN !!!! Yuan était mort !!! Il ne reviendra pas. Ses paroles… à l’expression de sa mère… Il s’était détesté sur le coup mais, il l’avait crié à plein poumons. Pour la première fois de sa vie, devant elle il s’était exprimé. Du moins un peu. Il avait voulu l’enlacer, ce qu’elle lui avait interdit depuis tout petit. Pour s’excuser mais, le regard noir qu’elle lui jeta ou plutôt ce regard vide avant de voir un éclat de folie le paralysa de la tête au pied. Il avait voulu dire quelque chose mais, ce fut une claque douloureuse résonnante avant de sentir des ongles s’enfonçaient dans sa chaire et des filets de sang qui en découlèrent et qui glissèrent le long. Ce ne fut que le prélude. Elle cria à nouveau et le frappa pas seulement au visage. Une vraie furie.. Jamais il n’aurait crut que ce corps pouvait être aussi fort. Il se replia sur lui-même essayant de défendre son visage. Il présenta des excuses tout en étouffant ses sanglots qui menaçaient de sortir ainsi que ses cris de douleur. Elle lui faisait mal. C’était comme quand il était revenu de l’hôpital après l’accident. Elle n’avait fait que le frapper aussi furieusement que ça lui crachant des mots blessants avant de s’excuser en l’appelant Yuan. Mais, il pleurait comme là. Il ferma les yeux et mettait ses deux bras sur sa tête. Son corps fut pris de secousses et une plainte sortit de ses lèvres quand il sentit un coup de pied et un talon s’enfonçait dans son estomac. Est-ce qu’elle allait le tuer. Il peut sentir ses doigts se resserrant sur son cou avec tellement de force qu’il commença à suffoquer directe. Il eut vraiment peur et commençait à voir flou puis… Sa vue redevint claire lorsqu’il sentit la pression de son cou se desserrait voir le relâchait complètement. Son corps douloureux tremblait et il pu voit qu’un homme tenait sa mère qui était en train de se débattre pendant qu’une autre femme ainsi qu’un autre homme lui demandèrent si cela allait. Il ne répondit rien. N’entendait rien. Il se releva et piqua soudainement un sprint pour s’éloigner d’elle le plus vite possible.

Et, là.. Cela fait une heure qu’il était retourné dans le loft qu’il partageait avec son manager. Il s’était prodigué lui-même les soins après avoir pris une douche. Il portait un énorme pansement sur la joue. Cependant cela n’enlevait en rien qu’il avait des marques rouges sur son cou avec les traces de doigts de sa mère et plus que tout.. Que des hématomes étaient apparus sur ses flancs. Il n’avait appelé personne, s’était réfugié dans ce lieu où il se sentait en sécurité mais il souffrait. Il ne voulait plus entendre la voix de sa mère résonnait dans sa tête. Il se mit même à crier et supplier avec des larmes pour qu’elles s’arrêtent. C’est en sentant la fraicheur d’un anneau sur sa joue qu’il revint à la réalité. Tout doucement il regarda sa main où se trouvait son plus beau présent. Cette bague… Une autre larme glissa quand le visage de celui qu’il lui a donné apparut. Il se rappelait leur conversation lors de leurs retrouvailles. Qu’il pouvait l’appeler à n’importe quelle heure. Qu’il accourrait… Il ne pouvait pas lui cacher plus longtemps. Pas avec ses blessures. Il verrait clair dans son jeu et puis.. Miyu n’en pouvait plus de lui cacher ça. Ce fut plus difficile depuis l’évènement à l’hôpital. Il allait le détester probablement mais, il ne pouvait plus garder ça pour lui. La mère de Chul Hei le couvrait mais, il s’était rendu compte qu’elle avait quand même du mal à garder cela depuis que son fils était revenu vivre avec elle la rendant d’autant plus heureuse.

Il était effrayé de perdre Chul Hei mais, il fallait qu’il lui révèle tout. Tant pis s’il perdait tout aujourd’hui. Il arriverait à relever si Chul Hei le déteste non ? NON … Il n’y arriverait point. Il serait une loque. Le jeune adolescent nouvellement diplômé alla chercher son mobile dans sa chambre et tapa ce numéro qu’il connaissait par cœur. Une première sonnerie puis, deux, trois avant qu’il n’entende un petit bruit et entende cette voix qui l’apaisait dès qu’il avait un coup de blues. La voix de Chul Hei était un vrai trésor. Plus encore, quand il chantait. Déglutissant une fois il finit par prendre la parole doucement.

«Chuchu ni… Est-ce que… Tu es libre ? Je suis désolé si je te dérange est-ce qu’on peut se voir ? Je… Je pense qu’il est temps que je te dise tout.»

Sa voix ne tremblait pas sur cette dernière phrase. Il regardait à travers la baie vitrée la ville et s’y rapprocha. Ming Yue lui donna l’adresse de l’appartement de Ryu ainsi que l’étage et le numéro de la porte. Il se sentait incapable de sortir. L’appel terminé il laissa tomber son bras le long de son corps et attendit l’arrivée de Chul Hei devant le magnifique panorama qui s’offrait à lui.


Revenir en haut Aller en bas




Anonymous

Invité


Invité



I need you - Chuchu ni Empty
MessageSujet: Re: I need you - Chuchu ni   I need you - Chuchu ni EmptyVen 29 Mar - 22:16

TITRE :

 I need you - Chuchu ni




 







Chul Heiii ! Attrapes la balle !


Au loin, deux enfants semblent s'amuser de bon coeur. J'ai dû mal à percevoir nettement la scène mais, alors qu'au premier plan les deux bouilles jouaient au football, malgré les difficultés qu'éprouvait l'un des deux ayant plutôt l'air intello, au seconde plan, assit sur une balançoire, un autre petit garçon observait la scène. Tout devient flou, et maintenant, je n'entends plus très clairement les deux voix des petits enfants, dont je fais partis. Un souvenir d'enfance ? Je ne sais pas. J'ai eu dû mal à reconnaître Ming Yuan en face de moi, qui avait dû mal avec le ballon de foot. Mais sa voix m'a fait réalisé à quel point il m'avait manqué. Il me manque toujours, pourtant je ne sais pas où il est. Et alors que je commençais à écouter ce que tous les deux nous disions, mon esprit s'est lui concentré sur ce petit garçon, ressemblant fortement à Yuan, qui nous observait jouer sans dire un mot. Il semblait heureux mais, je le voyais bien, ce n'était qu'une façade. En réalité, il ne se sentait pas bien du tout. Cela fait des jours et des jours que je vois ce moment comme si j'étais le parfait témoin de cette scène. Ce petit garçon ressemble fort à Yuan mais, bizarrement, une seconde sur deux, son visage devient flou. Je n'arrive donc pas à mettre un nom sur son visage. Et puis, soudainement, tout me parut clair. Le regard du petit garçon assit sur la balançoire croisa le mien, et j'eus comme des frissons. Ça y est, je sais de qui il s'agit. Ming Yue.

Je me réveille en sursaut, complètement en sueur. Je jette un oeil vers mon réveil, deux heures du matin. Je me frotte le front doucement et me rallonge de la même façon dans mon lit. Je garde les yeux ouverts, et j'allume ma veilleuse. Ma mère doit dormir à l'heure qu'il est. Cela fait plusieurs jours que je fais le même rêve. Deux enfants qui jouent dans un parc de Séoul, celui où j'ai revu Ming Yue il y a quelques mois, Ming Yuan et moi, et toujours cette même petite bouille qui cache son mal-être à l'intérieur de soi. Que je viens juste de reconnaître. Mais pourquoi aujourd'hui ? Est-ce que mon rêve aurait un signe ? Je ne sais pas ce que tout cela veut dire mais j'ai peur, peur pour lui. Je jette un oeil à mon portable, l'objet que j'oublie toujours tellement j'y accorde de l'importance. Et quand je rate ses appels à lui, je me sens vraiment mal. En parlant d'appel, j'hésite vraiment à l'appeler. Mais je me dis qu'à cette heure-ci, ce ne serait pas une bonne idée.

Je ne sais pas combien de temps je suis resté éveillé, mais ça m'a permit de remettre toutes mes idées en place. Il faut dire qu'en ce moment, il m'arrive tellement de choses. Depuis que je suis arrivé, j'ai revu Ming Yue, j'ai rencontré les Wonderland dont je suis actuellement le Leader, je me suis lié d'une forte amitié avec ma petite soeur de coeur, j'ai maintenant un grand-frère japonais qui est aussi mon manager, j'ai rencontré en ma coiffeuse préférée une meilleure amie, mais il y a une chose que je n'ai pas encore faîte: revoir Ming Yuan. L'autre fois, j'ai bien sentis que son frère était un sujet tabou à l'égard de Yue, je n'ai donc pas insister. Je n'en connais toujours pas les raisons mais plus les jours passent, plus je m'inquiète autant pour Yue que je vois parfois très triste, que pour Yuan, qui a complètement disparu. Je ne sais plus quoi penser, ni quoi faire. L'autre jour à la cérémonie de remise des diplômes pour notre Maknae, j'ai fais le ménage dans ces nouveaux sentiments qui m'envahissaient à chaque fois que je croisais son regard. J'ai compris à présent. Eh bien, moi qui me croyait purement hétérosexuel et attiré seulement par les jolies filles, me voilà n'avoir d'yeux que pour ce petit brun de quatre ans mon cadet, tout adorable. Je suis resté longtemps avec aucunes réponses à cette fameuse question mais je ne pense pas que cela soit un hasard si, de plus en plus, à chaque fois que je le vois, mon coeur bat et que je suis obligé de refouler ce sentiment de gêne qui s'empare de moi. Quand je repense à avant, quand je ne pouvais vraiment pas le voir, je ne sais pas comment je faisais. Bien sûr, il y avait ce sentiment d'être ridicule par rapport à lui, ce sentiment de jalousie qui revenait à chaque fois qu'il se montrait meilleur que moi dans une discipline quelconque. Mais Ming Yue est un génie, je le savais, mais même s'il m'intriguait, je préfèrai rester en compagnie de son frère jumeau. J'aurai tellement voulu savoir ce qu'il se passait dans sa tête à ce moment-là. Je lâchais soudainement un soupir d'une façon assez bruyante. De toutes manières, tout ça est passé à présent. Je ne dois me concentrer que sur ce qu'il se passe en ce moment.

Je me réveille et cette fois-ci, il est dix heures du matin. Nous sommes Samedi, et l'agence nous a accordé à nous, Wonderland, un jour de repos. Ryu a cédé à nos demandes incessantes, mais lorsque Gabi & Yue lui font des yeux doux, Jun Hee, Dean & moi-même savons très bien qu'ils obtiendront ce qu'ils veulent. Heureusement que nous sommes en jour de repos, sinon j'aurai été très en retard je crois bien. Sous l'énervement d'entendre Kuro, le chat noir de ma mère miauler sur le rebord de ma fenêtre, à quelques centimètres de moi, j'ai donné un grand coup violent à l'adresse de celui-ci, signifiant clairement, La ferme où je te jette par la fenêtre. Il a immédiatement comprit le message et en un énième miaulement, a sauté de son perchoir agilement avant de s'en aller de ma chambre, par la porte entrouverte. J'ai peur des chiens, mais alors les chats, j'en suis pas du tout effrayé. Parfois, je trouve ça même plutôt chiant. Je jette un œil à mon portable posé sur ma table de chevet. Je touche du bout du doigt l'écran tactile, et mon fond d'écran s'affiche instantanément. Sur la photo, on peut voir nettement Jun Hee au premier plan, qui avait prit mon portable et qui a lui-même capturé l'instant. Il sourit en faisant le signe 'peace'. Derrière lui, Gabriel a passé un bras autour des épaules de Ming Yue et il sourit à pleine dent. Yue, à côté de lui, rougit légèrement mais affiche lui aussi un sourire ravissant. Et derrière eux, plus loin dans la salle d'entraînement, on peut voir Dean me taquiner pour la énième fois de la journée. Je ne fais pas vraiment une belle tête sur cette photo, mais je l'aime, tout simplement parce qu'elle représente mon quotidien heureux de tous les jours avec ma deuxième famille. Avec Sae Hee, Ryu, Hope et Ming Yuan, ils sont ceux qui comptent le plus à mes yeux. Mon regard parcourt la photo et un léger sourire s'affiche sur mon visage. Je ne sais pas ce que je ferais sans eux. Je les aime tellement. En tant que Leader, c'est parfois difficile de tout gérer, mais je sais que je peux toujours compter sur Dean pour m'épauler dans les moments durs. Gabriel, il est toujours là quand il faut, et malgré son optimisme qui a le don de m'énerver parfois, je dois bien avouer qu'il me redonne à chaque fois le sourire quand je ne vais pas bien. Jun Hee, je l'adore, parce qu'entre nous, c'est toujours qui cherchera le plus l'autre. Il me taquine, je le taquine puis, je deviens vraiment un enfant parfois quand je reste avec lui. D'ailleurs grâce à lui, j'ai toujours mon portable et je l'oublie moins qu'avant. Et enfin, Ming Yue, c'est... Je l'aime, et je crois que cela suffit amplement comme raison. J'en suis tombé raide dingue, et je dois avouer que de jours en jours, mes sentiments deviennent de plus en plus forts. Ça me tue, parce que je sais qu'il ne les partage pas, mais pourtant, je ne peux pas m'empêcher de regarder dans sa direction, même s'il y a pleins d'autres personnes autour de nous, y compris des jolies filles. Aaah, si tu savais à quel point tu comptes pour moi.

Le vent est assez froid aujourd'hui. Cela fait une heure que je suis sortis de notre maison, et que Kuro a arrêté de me coller dans les pattes par la même occasion. Je ne vais pas dire qu'il fait très beau, mais il y a pas mal de mondes à Séoul tout de même. Mes écouteurs dans les oreilles et mon iPod dans la poche de mon sweat, j'avance tranquillement dans le centre-ville en regardant attentivement tout autour de moi. Pour une fois, je n'ai pas oublié mon portable, je suis plutôt fier de moi. Les gens se bousculent mais les étudiants étant en week-end, s'amusent et traînent en bande, les rires au rendez-vous évidemment. Parfois, lorsque je passe devant un groupe de filles par exemple, elle me jette des regards intrigués, et à un moment, une fille toute mignonne m'a stoppé dans ma petite balade en solo dans la ville pour me demander un autographe. Depuis l'émission, Wonderland n'est plus vraiment inconnu du public. Ils savent tous, tout du moins ceux qui sont à l'affût des nouveaux groupes des agences, que Wonderland est un boysband qui va bientôt terminer, même si moi-même je ne connais pas encore la date. Je pense que Ryu me tiendra au courant lorsque le moment viendra. Pour en revenir à l'autographe, je l'ai signé avec plaisir évidemment et elle est repartie vers son groupe d'amies en leur disant Ooooh, le Leader est vraiment beau en vrai et de près! J'ai affiché un sourire fier avant de reprendre ma marche vers je ne sais où. De temps en temps, je jetais un œil à mon Samsung, je recevais parfois des messages de Dean, des trucs du genre Ca va mon pote? ou bien encore T'oublies pas ton foutu portable demain, hein ! Non promis, je ne l'oublie pas.

En fin de journée, vers sept heures et demi, je suis allé dans un café. Je me suis assis à une table et j'ai observé les différentes personnes qui marchaient dans les rues. Je pouvais facilement remarquer les gens pressés des gens qui profitaient de la vie à cent pour cent. Pendant que je portais mon café à mes lèvres, j'ai sentis mon portable vibrer. Pendant toute la journée, mes pensées avaient été complètement dirigés vers lui. En même temps, lorsque l'on aime quelqu'un, il occupe une grande partie dans notre esprit. Mais étrangement, je n'ai pas réussis à lui envoyer de messages aujourd'hui. Je me suis demandé toute la journée ce qu'il faisait, à quoi il pensait, s'il s'amusait, s'il était triste, s'il mangeait bien, s'il était en danger, s'il était en train d'écouter de la musique, si lui aussi repensait aux méthodes de danses que nous ont donné Jun Hee et Dean pour s'y débrouiller beaucoup mieux. Je suis peut-être excessif, mais je tiens énormément à lui. Bien sûr que je veux à tout prix revoir Ming Yuan. Mais avec Yue, ce n'est pas la même chose. Je n'ai jamais sentis mon cœur battre de cette façon pour Yuan, c'est pour ça que j'ai ressentis à identifier la nature de mes sentiments envers mon ami d'enfance. Alors, lorsque j'ai vu Nam Ming Yue s'afficher sur mon portable en mode 'Appel Entrant', j'ai sentis le rythme de mon cœur s'accélérer immédiatement. Il m'appelle ? Pourquoi moi ? Lui est-il arrivé quelque chose ? Me voilà assis sur ma chaise dans un café de Séoul, en train de paniquer comme un malade, et en plus, j'ai faillis renverser mon café brûlant sur mon slim. Ah, j'aurais eu l'air idiot. Je repose ma tasse sur la table le plus rapidement possible, observe mon anneau noir avec des diamants incrustés dedans pendant quelques secondes avant de prendre mon Samsung avec rapidité. J'ai eu tellement peur qu'il raccroche, croyant que j'avais une énième fois oublié mon portable. J'ai appuyer sur l'icône verte avant de porter l'appareil à mon oreille. Un simple Allô? sortit de ma bouche, assez hésitant. Le fait d'entendre la voix de Ming Yue me met dans tous mes états. J'adore sa voix, et entendre celle qui appartient à celui que j'aime à présent est un véritable plaisir. Mais plus je l'écoutais plus je m'inquiètais. Il voulait que l'on se voit ? Maintenant ? Il pense qu'il temps de tout me dire ? Je repensais à ce qu'il m'avait dit le Jour de Nöel, du fait qu'il voulait profiter un peu de moi avant de me dire ce qui n'allait pas. Je m'en souviens très bien à présent. J'ai donc acquiescer et lui ai dis que cela ne me dérangeait pas du tout. Refuser de voir celui dont je suis amoureux ? C'est totalement du suicide. En plus, quelque chose me dit qu'il ne va pas bien. Bon, je sais, je m'inquiète de trop mais en ce qui concerne Ming Yue, j'ai souvent raison, sans vouloir me vanter. Il me dit donc de me rendre à Jongno-gu, ce que je fis dans les minutes qui suivèrent son appel. Je me rappelle même être sortis en trombe du café, comme si un drame s'était produit.

J'ai monté les escaliers quatre à quatre, en vérifiant bien de ne pas m'être trompé d'adresse. Arrivé devant la porte, je pu remarquer qu'elle était entrouverte, comme la porte de ma chambre dans la matinée. Peut-être que Ming Yue ne l'avait pas bien fermé ? Enfin, je n'ai pas cherché à réfléchir sur le coup et je suis rentré tout doucement en ôtant mes écouteurs de mes oreilles. Je me suis avancé de la même façon dans l'appartement, les lumières étaient allumées. Là, dans ce qui me semblait être la plus grande pièce de l'appartement, se trouvait Ming Yue, qui regardait apparemment toute la ville de Séoul, éclairée par les lumières des nombreux appartements et des immeubles. Il faisait nuit noir et je me suis approché discrètement de lui, il me semble qu'il ne m'a pas remarqué encore. Il doit être vraiment dans ses pensées. Je m'approche de lui et une fois arrivé tout juste derrière lui, je passe mes bras autour de sa taille (je sais très bien pourtant que je ne devrai pas le faire, et je me maudis intèrieurement), et pose ma tête sur son épaule.

« Coucou toi ~ Tu ne devrais pas laisser la porte de l'appartement ouverte comme ça, n'importe qui peut entrer, tu sais.. », lui ais-je chuchoté doucement à l'oreille.
Taquinerie ? Je ne sais pas, mais enfin, tout est bon pour lui rendre le morale, parce qu'au téléphone, je n'ai pas eu l'impression qu'il allait super bien. L'annonce qu'il va me faire ? Je n'en ai absolument aucunes idées. Mais je sais que quoiqu'il dira, mes sentiments ne changeront pas, je l'aime tellement.


Revenir en haut Aller en bas




Anonymous

Invité


Invité



I need you - Chuchu ni Empty
MessageSujet: Re: I need you - Chuchu ni   I need you - Chuchu ni EmptyMer 3 Avr - 12:26

TITRE :

 I need you - Chuchu ni




 

La ville semblait si belle de là où il se tenait avec toutes ses lumières lui donnant une aura enchantée. C’était réellement un magnifique spectacle qui se tenait devant lui. Il posa une main sur la baie vitrée où il frissonna à son contact froid. Pourtant, ce n’était qu’une illusion. Si la ville semblait belle d’en haut, d’en bas il pouvait voir la douleur, la ville perdait de son charme excepté en période de fêtes. Cette vision avait le don de calmer ses peurs profondes. Il avait pris la décision de tout dire à Chul Hei. Il risquait beaucoup, il le savait pertinemment. Il risquait de le perdre définitivement. De détruire ce lien qu’ils avaient créé tous les deux au fils des mois. Il n’avait jamais cessé de lui courir après dans l’espoir de pouvoir le rattraper. De pouvoir l’attraper afin de marcher à ses côtés. Il fut une époque où il avait essayé de tout donner pour que ce dernier le voit. Il ne demandait pas d’être vu plus que son frère mais au moins, qu’on le reconnaisse pour ce qu’il était. Cependant, ses efforts n’avaient pas réellement payés du moins jusqu’à quelques temps avant que son aîné et ami d’enfance parte en Australie. Un peu avant son départ, ils étaient arrivés à devenir amis. Il avait probablement été le garçon le plus heureux. Au moins quelqu’un qui voyait au-delà des apparences, qui ne voyaient pas en « lui » son aîné et jumeau. Il pensait qu’il ne le reverrait jamais et pourtant, le jour de noël, ils s’étaient retrouvés. Ming Yue fut le garçon le plus heureux. La bague qu’il porte en est la preuve, preuve qu’il n’a jamais enlevée. Elle est son porte bonheur, celle qui lui donne la force de se relever alors qu’il est plus bas que terre. Dernièrement, il s’est rendu compte que ce qu’il ressentait pour le jeune Hwang était le même sentiment qu’il éprouvait par le passé. Il ne voulait pas l’inquiéter. Il voulait rester près de lui, à ses côtés, pouvoir partager des souvenirs, des bons, comme des mauvais avec lui. Partager sa douleur mais lui ? Que faisait-il de son côté ? Il ne s’était pas réellement ouvert à lui, il lui dissimulait des informations, des secrets qui le concernait indirectement. Il n’était pas idiot, il ressentait l’envie de Chul Hei de revoir Yuan. Lui aussi… Il voulait revoir son jumeau. Il voulait dire à ce dernier qu’il regrettait de ne pas avoir essayé dès leurs plus jeunes âges d’être aussi studieux que lui. Il n’aurait pas eu à porter toute cette pression donnée par leur mère. Il avait perdu beaucoup. Il savait qu’il aurait encore des amis qu’importe ce qui se passait ce soir mais… Rien… Rien ne remplacera son grand frère, ses parents qui n’ont jamais réellement été présents dans sa vie, des parents dont il demandait juste de l’attention et surtout Chul Hei.

L’adolescent ne voulait pas perdre ce dernier. Il tenait trop à lui. Comment pouvait-il lui dire que la personne qu’il aimait le plus était décédée depuis près de 9 mois désormais ? Qu’il ne pourrait jamais plus le revoir. Il s’en voulait toujours, il avait repris un peu du poil de la bête mais, la vérité… Il était effrayé. Effrayé qu’une autre personne à qui il tient l’abandonne. Il ne pourrait plus se relever. Le leader des Wonderland était une personne très précieuse pour lui. Il allait le rendre triste, il ne supporterait pas de le voir blessé mais, continuer à dire que tout va bien alors que ce n’est pas vrai.. Est pire que tout. De continuer à le faire espérer d’avoir la chance de revoir la personne à qui il le tenait le plus n’était-ce pas cruel. Chul Hei était véritablement trop gentil… Lui ? Il abusait de cette gentillesse. Il se détestait de toutes ses forces…. Serrant doucement les poings, il sursaute quand il sentit soudainement deux bras chauds et puissants encerclaient sa taille tandis qu’un poids sur son épaule se fit sentir. Son cœur se mit à s’affoler quand cette voix si mélodieuse parvint à son oreille ainsi que ce souffle chaud qui lui donne quelques frissons. Un léger sourire apparut après la surprise passée alors que le rouge lui était monté aux joues à cause de la gêne. Il était gêné d’avoi r été pris en flagrant délit en train de contempler la ville mais, aussi d’avoir laissé la porte entre-ouverte. Il se retourne doucement vers lui pour rencontre son regard et, son cœur battit très vite contre sa poitrine. Pourtant, l’étreinte était agréable et pour rien au monde il voulait s’en détacher. Il voulait rester dans les bras de Chul Hei pour l’éternité, c’est ce qui lui traversa l’esprit avant de se souvenir de la raison pour laquelle il avait appelé.

«Tu as raison… J’espère que je ne t’ai pas dérangé Chuchu ni. J’aurais pu attendre.. Tu veux boire quelque chose ?»

C’était juste par politesse qu’il vient de lui demander. Parce qu’en réalité, il n’avait pas envie de bouger. Il avait envie de rester dans ses bras. Il avait réellement besoin d’être rassuré, de ne plus sentir ses affreuses mains autour de son cou. A cette pensée… Il en frissonna et se retourna complètement pour lui faire face et l’enlacer à son tour en fermant les yeux avant d’enfouir son visage sur son torse. Il ne voulait plus bouger. Il voulait profiter des derniers instants. Il ne pourrait probablement plus être aussi proche de lui que maintenant. Le jeune resserra à cette pensée un peu plus son étreinte. Sa gorge se serra alors que son corps tremblait et que les larmes commençaient à lui revenir. Il ne pouvait plus reculer. Pourtant, il ne dit rien se contentant juste de cette étreinte pendant de longues minutes. Il commençait à avoir de redoutables maux de tête, mal au ventre, au cœur. Finalement, il brisa le silence qui les avait entourés :

«Je suis désolé Chuchu nii.. Réellement désolé… Je…. Voulais te le dire mais… Je n’avais pas le courage… Pourtant… Il faut que tu le sois.. Ming Yuan… Ming…Yuan…. Tu ne pourras pas le revoir…»

Le ton était tremblant et ses mains relâchèrent la veste de Chul Hei pour s’écarter l’entement de lui et se reculait afin que son dos se retrouve collé contre la baie vitrée et que son regard croisa celui de Chul Hei. C’était un chuchotement, un souffle. Il se mordit la lèvre inférieure alors que ses bras étaient le long de son corps. Il n’arrivait pas à trouver les mots. Il ne voulait pas que Chul Hei souffre. Il s’en voudrait pour le restant de ses jours de le voir dans la douleur. Il détourna finalement le regard, c’était trop difficile de lui dire dans les yeux. Il redoutait fortement la suite des évènements mais, il s’était préparé au fait que Chul Hei, le déteste, lui en veuille ou bien, lui tourne le dos et continue de marcher pour s’éloigner de lui. Marcher tellement loin qu’il le perdrait de vue et ne pourrait plus jamais le voir. Il déglutit difficilement avant de continuer sur sa lancée :

«Ming Yuan… Nous a quitté 5 mois avant que tu ne reviennes au pays.. Cela fait 9 mois qu’il n’est plus parmi nous..»

Il fallait qu’il reste fort. Il n’allait pas pleuré. Il l’avait assez fait. De plus, il n’avait pas finit mais, quand bien même il lui avait lâché ça… Quand bien même il venait de lui dire que Yuan était mort, le poids sur ses épaules, dans son « cœur » ne s’était pas allégé pour autant. Son estomac s’était serré. Que pouvait-il lui dire d’autre ? Il était terrifié au fond de lui… C’était la fin.. Tout était terminé. Tout, c’en était finit aujourd’hui. Il aurait tellement voulu que cela soit le contraire. Il aurait tellement voulu croire que les médecins auraient pu permettre à son frère de pouvoir s’en sortir. Ce dernier aurait dû avoir le droit de choisir s’il voulait continuer de vivre ou de mourir. Parce qu’il était sur le point de mourir, il n’y avait eu que leur père qui avait eu le « choix » de sauver un de ses enfants. Yue se doutait que si, sa mère en avait été capable, elle aurait gardé Yuan qu’importe s’il était un légume. Elle aurait eu son fils chéris quand bien même, son existence elle l’aurait oublié. Après tout, n’était pas déjà le cas ? N’espérait-elle pas de revoir son frère tous les jours que dieu fait ? Pourquoi son père lui avait permit de vivre hein ?? Il serra doucement les poings pleurant amèrement à l’intérieur de lui puisque à l’extérieur… Il ne laissait rien transparaître.


Revenir en haut Aller en bas




Anonymous

Invité


Invité



I need you - Chuchu ni Empty
MessageSujet: Re: I need you - Chuchu ni   I need you - Chuchu ni EmptyDim 14 Avr - 16:25

TITRE :

 I need you - Chuchu ni




 

Il avait sursauté à l'entente de ma voix près de son oreille. J'aperçus néanmoins un petit sourire s'afficher doucement sur son visage tandis que la gêne se faisait voir à présent sur ses joues. Spectacle tout à fait amusant, mais en même temps, totalement adorable. Je ne savais pas trop comment réagir sur le coup, alors heureusement que c'est lui qui a enchaîné la suite des évènements. Lorsque mon regard a croisé le sien, j'ai sentis le stress monter d'un coup. Et ça me fait peur, parce que dans ces moments-là, je ne sais pas trop comment je peux réagir. Le fait est que la personne que j'aime plus que tout se trouve dans mes bras en ce moment-même, alors oui, je ne peux pas prévoir les gestes que je pourrai avoir à son égard. Mais il faut quand même que je fasse attention. Et pour ça, il faudrait aussi qu'il arrête de me regarder avec cette bouille trop mignonne.

Je le regardais avec une petite incompréhension dans les yeux. Non, je ne veux rien boire Ming Yue. Je suis venu là parce que tu m'as appelé et surtout en fait, parce que c'est toi. Je peux faire n'importe quoi pour que tu me sortes un de tes magnifiques sourires. Est-ce si difficile à comprendre ? Je le sentis frissonner légèrement et j'ai donc voulu resserrer mon étreinte mais il se retourna d'office pour me faire face. Soudainement, j'ai sentis deux bras s'enroulé aussi autour de moi. Lorsque sa tête se posa doucement contre mon torse, j'ai sentis les battements de mon coeur prendre une vitesse incontrôlable. Je vous assure, c'était vraiment compliqué de se comporter normalement. Depuis que j'ai découvert la nature de mes sentiments envers lui, je n'ai jamais eu à me retenir de cette manière. C'est vraiment difficile.. Je sentis qu'il venait de resserrer un tout petit plus son étreinte, comme j'avais voulu le faire quelques secondes plus tôt. Une chose est certaine; il ne va pas bien. S'il n'est pas malade, c'est sûrement moralement. Il y a quelque chose qu'il doit me dire et apparemment, ça lui fend le coeur. Pendant de longues minutes, le silence s'était installé dans l'appartement. Je ne faisais attention qu'à son corps qui tremblait, comme s'il ne tenait plus sur ses jambes. J'avais tellement peur. Que lui était-il arrivé pour qu'il soit dans cet état ? J'allais passer une main dans ses cheveux comme pour le rassurer mais j'annulais immédiatement ce que j'avais prévu au son de sa voix, qui se trouvait très tremblante. Vous savez, ce genre de ton qui vous rend si mal à l'aise et qui vous donne carrément envie de le rassurer par tous les moyens possibles ? Eh bien, c'était exactement ce qu'il se passait de mon côté.

Ming Yuan, tu ne pourras plus le revoir... Cette phrase, même tout ce qu'il me dit avec hésitation et en tremblant, me brisa le coeur. Je ne savais pas vraiment ce qu'il voulait dire, mais je m'en doutais. Je m'imaginais totalement les pires scénarios dans mon esprit, mais je crois que c'est bien le pire des pires qui est à prévoir. En disant cela, il ne m'avait pas regardé. Pas une seule fois. Comme s'il s'en voulait. Comme s'il avait trop honte pour croiser mon regard. Je ne savais pas comment réagir, j'étais tout bonnement perdu. Il n'arrêtait pas de s'excuser, il répétait qu'il n'avait pas eu le courage de me le dire, mais je sentais qu'il n'avait pas finit de tout me dire. Impuissant, je sentis une pression sur mes vêtements qui se défit peu à peu. Il s'écartait doucement de moi, comme les enfants, quand ils essaient de se cacher, parce qu'ils savent qu'ils ont fait quelque chose de mal. J'ai essayé de le retenir légèrement mais je n'ai pas réussis. Il s'était reculé jusqu'à se coller contre la baie vitrée. Il se trouvait à présent en face de moi, mais pourtant, je n'avais toujours pas eu le plaisir de sentir son regard se poser sur moi. Que lui arrive-t-il ? Ce qu'il a à me dire est si horrible ? Et puis, je suis totalement perdu. Pourquoi m'a-t-il parlé de son frère jumeau ? Pourquoi m'a-t-il dit que je ne pourrai plus le revoir ? Comment ça plus le revoir ? Plus jamais ? Mon coeur n'avait pas arrêté sa course effrénée depuis tout à l'heure mais maintenant, je n'étais plus trop certain de la raison. Ah, ça y est. J'ai croisé son regard, très triste d'ailleurs. Non, je t'en supplie, ne me lance pas ce genre de regard, s'il te plaît. Tu me fais me sentir totalement impuissant face à tout le malheur du monde qui semble s'abattre sur toi d'un seul coup.

Il se mordait la lèvre inférieure, geste qui me fit tourner la tête une nouvelle fois. Depuis que je suis amoureux de lui, chaque geste dans ce style est une torture pour moi. Si seulement je pouvais lui dire de stopper ça. Finalement, alors que je commençais à espérer qu'il me parle les yeux dans les yeux, il baissa son regard sur le côté. Et puis, il continua à parler. Je l'écoutais. Indéfiniment.

J'ai eu nettement l'impression que ce qu'il venait de m'annoncer était resté en suspend. Comme si le temps s'était arrêté et que l'information avait dû mal à arriver jusqu'à mon cerveau. Il nous a quitté. Cela fait 9 mois qu'il n'est plus parmi nous.. Tout ça, je ne voulais pas y croire. Je le fixais en silence, sans rien dire. Tout ce qu'il venait de dire, tout ce qui venait de sortir de sa bouche en quelques secondes, ce n'était pas possible. Pas vrai, ce n'était pas la réalité. Pas lui, pas Ming Yuan. Pas Ming Yuan, pas Ming Yuan... Je sentais une boule dans ma gorge se former peu à peu, et puis, j'avais les larmes aux yeux. Mais je ne disais toujours rien. Celui que je voulais revoir depuis que je suis arrivé, celui dont le rire me manque. Pourquoi ? Pourquoi, pourquoi.. Je retenais mes larmes avec facilité, ce qui m'étonna tout de même. J'observais Ming Yue qui ne pouvait me regarder en face. J'ai fais un pas, lentement. Puis deux, tout aussi lentement que le premier. Malgré la souffrance que je ressentais vis à vis de Yuan, je ne pouvais m'empêcher de penser à la personne qui se trouvait en face de moi. J'avais mal, parce que je ne devrais pas faire passer Yue avant Yuan. Pourtant... C'est impossible. Je me suis approché lentement de mon ami d'enfance qui ne me regardait toujours pas dans les yeux. J'étais à présent devant lui, et je le serrais doucement contre moi. J'ai ensuite relâché légèrement mon étreinte pour pouvoir observer son visage. Rien à faire, ses yeux étaient posés partout, sauf dans les miens. Je t'en supplie...

« Je t'en... supplie... Yu-Yue... Regardes-moi.. S'il... te plaît.. »

Ma voix s'était faîte tremblante, comme la sienne un peu plus tôt. J'avais honte de montrer ma faiblesse devant lui, mais ma voix tremblait du fait des pleurs que je retenais inlassablement. Tout s'était accumulé d'un seul coup. L'annonce de la mort de Yuan que je ne voulais toujours pas m'avouer, mes sentiments pour Yue qui prenait le dessus sur ma tristesse pour Yuan, et la vue de celui que j'aime, qui ne m'adresse même plus un regard. Oui je souffre, oui j'ai mal. Je sais que ce n'est pas ce qu'il veut. Je ne pouvais pas attendre, alors je lui ai délicatement relevé le menton, pour qu'il pose enfin ses yeux sur moi. En voyant qu'il était prêt à pleurer lui aussi, je.. Ça a été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase. Je me suis littéralement jeté à son cou, enfouissant ma tête dans son cou. Je sens que les larmes coulent mais je ne veux pas qu'il me voit pleurer. Je dois me montrer fort devant lui, et je sais que c'est lui dans cette histoire qui a dû le plus souffrir.

« Je... J'ai dû mal à... à me dire qu'il n'est plus là mais je... Je me sens si idiot en ce moment... »

Totalement incompréhensible. Comment voulez-vous qu'il me comprenne avec ces bouts de phrases qui ne sont sans queues ni têtes ?

« Ming... Ming Yu.. Ming Yuan n'est plus là, je viens de l'apprendre mais... Je... Je ne peux pas... m'empêcher de penser à quel point... tu-tu as dû tellement... souffrir... »

J'essayais de me calmer et de reprendre le plus tranquillement possible mes esprits. Je sortis mon paquet de mouchoirs de ma poche et essuya le cou à présent assez humide de mon cadet. Je m'en voulais d'avoir pleuré, je sais que c'est normal après une telle annonce mais je me sens tellement faible.

« Je ne sais pas encore tout mais... Au fur et à mesure des mois que j'ai passé avec toi et Wonderland, j'ai appris vraiment à te connaître et maintenant, maintenant que j'apprends que j'ai perdu une personne qui était chère à mon coeur, j'ai peur de... »

Je soufflais pour reprendre calmer ma respiration. Je ne le regardais toujours pas dans les yeux, je le serrais toujours dans mes bras.

« J'ai peur de te perdre, toi aussi. »

Oui, j'ai vraiment peur. Ming Yuan... Ming Yuan... En pensant à lui, un sanglot a faillit s'échapper une nouvelle fois. Ne plus jamais le revoir, ne plus jamais l'entendre dire qu'il fait de son mieux pour être respecté de ses parents. Mes souvenirs d'enfances défilèrent à la vitesse de l'éclair, je nous revis tous les deux en train de rire dans la ville de Séoul, moi en train de l'attendre devant son Collège et puis ce fameux rêve que j'ai fais ce matin. Alors tout cela, c'est vraiment finit ? Je ne voulais pas y croire, et j'étais vraiment emplis de tristesse à ce moment précis. Mais je devais me ressaisir.

Je tenais dans mes bras quelqu'un qui a beaucoup plus souffert que moi. Je ne veux pas qu'il croit que je tiens plus à Ming Yuan qu'à lui. C'est faux, totalement faux. Il n'y a que lui qui compte à présent. Ming Yuan a toujours été un bon ami, un très bon ami même. Mais il ne s'est jamais rien passé entre nous deux. Je ne sortais qu'avec des filles. Et même si Ming Yue ne doit me considérer que comme un ami d'enfance, pour moi, il est beaucoup plus que ça. Je ne supporte pas de le voir dans cet état, c'est plus fort que moi. Alors je lui ai chuchoté à l'oreille, mes bras l'entourant toujours:

« Calmes-toi. Je suis là, alors maintenant, si tu veux pleurer, ne t'en fais pas. Mais je... Je ne supporterai pas que tu pleures quand je ne suis pas là. Je tiens énormément à toi, je te l'ai déjà dis, et ça ne changera pas. Peu importe ce que tu peux m'annoncer ensuite. Ce que tu viens de me dire, c'est très dur pour moi, mais finalement... Te voir dans cet état est encore plus difficile à supporter. », tout cela d'une voix plus rassurante qu'avant.

Pourquoi ne puis-je tout simplement pas lui dire que je l'aime ? Au lieu de Je tiens énormément à toi, ah bah génial. Je sais qu'il ne m'a pas tout dit, ou tout du moins, pas en détails. Je ne veux pas qu'il souffre, je l'aime trop pour ça. Quand je pense à tout ce qu'il a pu endurer tous ces mois. Et moi qui n'arrêtait pas de dire tout naturellement qu'il faudrait que je pense à revoir Ming Yuan. Sans coeur. Je n'étais pas au courant, mais à chaque fois, il devait se sentir mal. S'il te plaît, tu es la personne la plus chère à mon coeur, ne penses pas du mal de moi. C'est la dernière chose que je veux que tu fasses.

Là, dans mes bras, se trouve celui que j'aime. De tout mon coeur. Il est quelqu'un de complètement inaccessible, parce que je sais très bien qu'il ne m'aimera jamais comme je l'aime. Mais pourtant, je continue d'espérer. J'ai cette envie forte de le protéger, pour ne plus qu'on lui fasse du mal. Il ne m'a pas dit ce qui s'était passé aujourd'hui, juste avant que je vienne. Parce que oui, vous croyiez que je l'avais oublié, vous pensiez que je ne l'avais pas remarqué mais... le pansement sur sa joue est extrêmement visible. Et quand j'ai essuyé son cou tout à l'heure, j'ai pu remarquer des marques rouges et des traces de doigts il me semble. Qui a osé le toucher ? Maintenant que j'y repense, je me retiens d'en parler. Je ne supporte pas qu'on lui fasse du mal et les traces que j'ai pu voir, je ne sais pas ce que c'est, mais ça ne me dit rien de bon. A moins que... ça soit les traces de doigts d'une fille qui s'est acharnée sur lui durant une scène au lit. Ce qui m'étonnerait mais enfin, on ne sait jamais. Les filles sont sauvages, parfois. Je venais de m'écarter de lui mais mes bras l'entourait toujours, comme pour éviter qu'il ne s'en aille, de peur de le perdre pour toujours, comme Ming Yuan. Mon regard n'arrêtait pas de fixer ses blessures à son cou. Que lui est-il arrivé, bon sang ? Ça me fout les boules, de ne pas savoir.


Revenir en haut Aller en bas




Anonymous

Invité


Invité



I need you - Chuchu ni Empty
MessageSujet: Re: I need you - Chuchu ni   I need you - Chuchu ni EmptyMer 17 Avr - 6:25

TITRE :

 I need you - Chuchu ni




 

    GAME OVER… C’est ce qu’il pensait à cet instant. Le temps s’était suspendu suite à l’annonce qu’il vient de révéler. Une révélation qui le rongeait de l’intérieur depuis presque un an. Miyu n’a jamais eu l’intention de faire souffrir son aîné. Terrifié. Terrifié de croiser son regard. Voir ses larmes, sa douleur, sa souffrance causée par ce lourd secret qu’il gardait pour lui était au-dessus de ses forces. Il s’attendait à ce qu’il s’énerve, le frappe, lui demande des explications mais, rien ne vint. Le pire des scénarios qui lui tombe dessus. Son cœur cognait violemment contre sa cage thoracique au point qu’il en avait mal. Ce silence le faisait souffrir… Peut-être que Chul Hei pleurait et, il était incapable d’esquisser le moindre mouvement. Il ne fallait pas qu’il agisse comme un lâche, il fallait qu’il lui fasse face mais, c’était bien au-dessus de ses forces. Il a tout perdu n’est-ce pas ? Ming Yuan et maintenant Chul Hei hein ? Qu’est-ce qui fait le plus mal ? De se rendre compte qu’il n’aura plus jamais la chance de goûter aux joies d’une famille qui n’a jamais existé ou, de perdre la personne la plus importante à ses yeux ? Plus importante ? Ses yeux s’écarquillèrent soudainement à cette révélation ! Mais, était-ce si surprenant en fin de compte ? Il aurait voulu répondre à cette question même si, celui ferait plus de torts que du bien. Parce qu’à cet instant, il était convaincu que son leader ne le regarderait plus de la même façon. Les derniers mois qu’ils avaient passés ensemble, défilèrent et l’envie de pleurer devint plus forte. Il fut secoué de frissons, il avait froid.. Son cœur saignait pendant que son âme se brisait petit à petit. Il était en train de sombrer dans la noirceur et les ténèbres de son propre cœur et sentiments… Ils ne pourront plus jamais passés ou partagés de tels moments ensemble… C’était finit…Sa vue commence à se brouiller à cause des larmes qui menacent de tomber mais… L’improbable se produisit qu’il en fut tétanisé et incapable de réagir.

    Chul Hei vient de le prendre doucement dans ses bras. Il ne rêve pas hein ? Ses yeux s’étaient ouverts en grand pendant que ses lèvres s’étaient séparées et que son corps quant à lui, fut tendu. Les bras le long de son corps, sa tête commence à lui tourner à cause de son cœur qui s’était affolé soupçonnant Chul Hei de le sentir comme il pouvait sentir et entendre le sien. Qu’est-ce qui se passait ? Il ne lui criait pas après ? Pourquoi était-il si calme et en même si chaud ? Yue n’avait pas posé le regard sur son ami d’enfance. Et, quand ce dernier lui demanda d’un ton si tremblant, il sentit l’émotion devenir plus grosse. Il était perdu… Effrayé de pouvoir lire des sentiments si douloureux et se dire que c’est lui qui les a provoqué chez son aîné. Il se mordit la lèvre inférieure avant de se laisser totalement faire quand Chul Hei lui prit doucement le menton pour le forcer à le regarder. Ce qu’il put y lire à cet instant dans ses orbes bien sombres lui vida toutes ses forces. Jamais, il n’aurait cru pouvoir voir autant de sentiments dans ce regard. Il pouvait y voir clairement de la tristesse, de la souffrance mais… Il n’y avait pas de haine ou de colère non.. Juste de la douceur et un autre sentiment indéchiffrable pour lui. Mais très vite le contact fut coupé et les bras du jeune homme et sa tête enfouie dans son cou. Sentir ses larmes et son corps tremblé en fut trop pour Yue qui répondit soudainement à son étreinte. Souffrant de ne rien pouvoir lui dire, de le voir ainsi. Chuchu ni comme il aimait le surnommer, représentait cette flamme, cette lumière qui lui montrait le chemin pour sortir de ce tunnel. Il était aussi doux, gentil et chaud que les rayons d’un doux soleil. Il suffoquait au fond, il ne comprenait plus rien mais, il s’accroche fermement à Chul incapable de dire quoi que ce soit.

    Combattant l’envie de pleurer, il écoute attentivement la voix tremblante et faible de son aîné et, cela le déstabilise. Il ne comprend pas…Du moins, c’était jusqu’à ce qu’il reprenne la parole où il en fut paralysé pendant que les perles salées finirent par rouler sur ses joues et les barrières qu’il avait érigé, volèrent toutes en éclats. Les chuchotements au creux de son oreille, il ne les imaginait pas hein ? Ces paroles… Il avait fini par se faire à l’idée que personne ne lui dirait jamais ces dernières. Il frissonna malgré lui quand il sentit le tissu qu’il devina être un mouchoir que Chul Hei utilisait pour l’essuyait. Les dernières paroles qu’il prononça finissent par détruire entièrement toutes barrières, doutes. Il s’effondra sur son aîné et s’agrippa à lui de toutes ses forces alors que son corps fut parcourus de spasmes et que ses sanglots emplissaient rapidement la pièce. SI son corps n’était pas piégé contre la baie vitrée et le corps de son ami d’enfance, il serait tombé à genoux. Il n’arrivait pas à croire que c’était bien « lui » qui l’autorisait à pleurer. La première personne qui le faisait passer en premier, qui s’inquiétait de ses sentiments. Jamais personne ne s’était intéressé à lui. Ce qu’il ressentait réellement. Il a toujours essayé d’être fort et de sourire pour dire que tout va bien. C’était devenu si lourd à porter. Chul était finalement bien sa lumière, cette lumière qui est si chaude et brillante. Son espoir. Il avait toujours pensé qu’il aurait mieux valu pour tout le monde qu’on ne lui greffe jamais le cœur de son frère. Pourtant, ce soir… Il se surprenait à pensait qu’il voulait vraiment vivre. Il ne voulait pas que Chul Hei souffre à nouveau par sa faute une deuxième fois. Il désirait rester près de lui. Près de cet homme qu’il aimait…

    Son cœur s’arrêta subitement de battre alors qu’il continuait de sanglotait pour libérer toute cette douleur emmagasinée pendant tous ces mois, toutes ses années.. Ses sentiments pour cette personne qui le tenait étaient plus puissants que par le passé ou peut-être qu’il était déjà bel et bien amoureux de lui. Les souvenirs de leur passé à tous les trois puis, tous les deux avec Yuan… Son frère lui manquait. Et ses larmes redoublèrent d’intensité pourtant.. Il était heureux. Heureux de savoir que Chul Hei tenait vraiment à lui. Qu’il lui dise ce qu’il avait toujours eu besoin et voulu entendre. Souffrance et joie.. Il était partagé par tant de sentiments… Tout était flou. Il ferma plus fortement les yeux, incapable de s’arrêter de déverser toute sa douleur pendant un temps infini. Il n’avait jamais cessé de s’excuser difficilement entre deux sanglots. Il était las, il voulait dormir mais, il avait si peur. Perdre Chul Hei là, ce serait le tuer sur place. Il avait peur de le lâcher, peur qu’il disparaisse à nouveau comme à l’époque. Il lui avait assuré que non mais… Ce doute cette peur… Il avait ses amis à l’agence mais, personne ne pourrait remplacer la présence de Chul Hei. Yuan l’avait aussi bien remarqué puisqu’il lui avait déjà fait une allusion il y a un peu plus d’un an. Son jumeau qu’il avait fini par détester pour plusieurs choses… Cela avait empoisonné son cœur, il se sentait monstrueux de le haïr parce que oui… Il en était arrivé à un point de haïr son frère mais, c’était plus de la rancœur de l’avoir laissé… Est-ce qu’il le punissait ? Pour l’avoir laisser tout seul à porter les espoirs de leur famille, de leur mère particulièrement et, ne pas avoir osé leur dire qu’il aimait les hommes ? Qu’il aimait Dae Hyuk ?

    Yue s’en voulait, ils n’ont jamais été si complices depuis qu’il est tombé amoureux de Dae Hyuk. Il n’avait jamais été aussi rayonnant qu’ à proximité de son petit ami. Il l’avait couvert mais, plus jamais ils ne pourront échanger. Ni lui demander pardon ! C’était ce qui lui faisait le plus de mal. Même si, il l’avait détesté parce qu’il était partit le premier. Le laissant tout seul face à tous ses amis, leurs proches qui ne désiraient que Yuan. Personne ne s’était inquiété de sa propre personne. Du moins… Jusqu’à aujourd’hui. Il aurait tant aimé être plus fort. Arriver à se contenir devant Chul Hei mais.. Ce fut impossible pour lui. Miyu finit par se calmer mais, son corps tremblait toujours dans les bras de son ami d’enfance. Il était gêné d’avoir pleuré ainsi, de s’être autant laissé aller. Quand il sentit Chul Hei s’écartait il fut effrayé mais, il fut rassuré de voir qu’il le tenait toujours. Croisant son regard il se sentit rougir et se mordit à nouveau la lèvre inférieure instinctivement. Avant de se rendre compte, que le regard de Chul Hei était appuyé sur ses blessures. Les a-t-il vues ? Il lâche une prise sur lui pour porter sa main à son cou.. Il en avait haut le cœur en repensant à ses doigts autour de son cou. Un petit peu plus et.. Blême il devint à cette pensée pendant que son corps trembla plus. D’ailleurs, heureusement qu’il n’a pas vu son torse… Il était parsemé de bleus et éraflures. Elle ne lui avait rien cassé mais, ce fut limite qu’elle ne fasse pas. Un sourire triste et ironique apparut sur son visage.

    «Ce n’est rien… C’est juste… que la mère… De… Yuan… Est rentrée dans une colère noire… Comme d’habitude… Même si là.. C’était légitime… puisque je lui ai craché au visage que.. Son fils n’était plus…»

    Il avait parlé faiblement et, pour la première fois avait clairement fait comprendre par l’utilisation de certains mots qu’il ne la considérait plus comme une mère. Cela le tuait mais, l’a-t-elle déjà considéré comme son fils ? Elle ne l’a jamais vu. Cela ne sert à rien de s’accrocher à des espoirs ou des illusions si, ce n’est que pour tomber plus bas. Souffrir d’autant plus. Ce qui s’est passé aujourd’hui lui a fait comprendre que rien ne changerait. Il avait fallu qu’il perde presque la vie par suffocation pour qu’il le comprenne ? Quel idiot.. Il aurait dû déjà se rendre à l’évidence quand son père l’a vendu à ses bookmakers et, que ce fut Ryu qui l’a tiré de là. Et puis… Ne s’était-il pas émancipé aujourd’hui ? Il fallait juste qu’il trouve un autre nom peut-être.. Mais, ce nom… Il appartenait aussi à son frère.. Il ne pouvait pas l’abandonner aussi aisément.

    «Le pire dans tout ça… C’est que j’en veux à Yuan, je suis même venu à le détester particulièrement ces derniers temps.. Je suis horrible non ? A l’hôpital je l’ai détesté plus que jamais comme mon reflet, et cette maison horrible dont je ne veux jamais y retourner… C’est toujours leur douleur, Yuan et Yuan qu’ils veulent quand ils me voient.. Quand ils parlent.. Même mon prénom ils ne l’utilisent pas.. J’aurais mieux fait de mourir ce jour-ci.. Cela aurait été plus simple pour tout le monde !!»

    De nouvelles perles salées roulèrent à nouveau sur ses joues. Ryu l’avait sauvé. Cet appartement lui appartenait mais, il est vrai que Chul Hei ne le savait pas forcément mais… Ce n’était pas le plus important. Sa gorge le brûlait. Finalement, il se rend compte de sa propre bêtise en retournant dans ses souvenirs. Yuan commençait à souffrir de cette attention. Parce qu’il devait sauver les apparences de peur d’être abandonné. Lui qui a toujours été choyé. Il n’avait pas le courage de leur tenir tête même s’il était au courant que lui serait là pour l’aider. Pourtant, les paroles de Chul Hei lui revinrent en mémoire et, en le regardant dans les yeux il finit par reprendre toujours faiblement :
    «Pourtant, crois-moi je l’aimais mon grand-frère, je ne voulais que son bonheur. Je ne voulais pas qu’il soit dans mon… Ombre.. Peut-être.. à cause de mon Q.I je savais que mère voulait qu’on soit des génies. Je l’ai compris assez tôt pour flatter son égo. Cependant, je ne voulais pas de cet avenir.. Je ne voulais pas que Yuan soit dans mon « ombre » alors… J’ai fait exprès d’être le mauvais élève. De ne penser qu’à jouer. Mais, ce fut une grave erreur… Avec les années.. Il en sa souffert… Il prenait des cachetons pour ses examens et autres.. Il ne vivait « plus ». Tout cela à cause de la pression de mère. Il étudiait jusqu’à s’en rendre malade. Et, il était effrayé.. Effrayé de décevoir nos parents, surtout quand il est tombé amoureux et qu’il a commencé à sortir.. Je me suis fait passer pour lui à certains devoirs juste pour qu’il se libère.. J’aurais fait n’importe quoi pour mon frère.. Même refuser ce cœur qu’était le sien si j’en avais été capable !»

    Des larmes et encore des larmes !! Il avait souffert et craquait littéralement. Toutes ses années à garder ça pour lui. Ce cœur… Qui lui avait permis de revoir l’homme qui lui était le plus chère. Malgré ce quis ‘était passé chez lui. Ce que Dae Hyuk avait osé faire. Il ne lui en voulait pas tellement. Même s’il était effrayé de se retrouver face à lui aujourd’hui. Doucement, il essaya de reprendre sa respiration pendant qu’il laissa un silence s’installer entre-eux. Il avait peur que Chul Hei le lâche alors il s’était à nouveau accroché à lui. Il était certain que son aîné aurait été plus heureux de retrouver Yuan que lui. Après-tout, ne vient-il pas d’avouer que ce n’est qu’en apprenant à le connaitre qu’il était devenu important ? Cela signifie qu’il ne l’avait pas été jusque là n’est-ce pas ? Les lèvres tremblantes il finit par dire en ayant des vagues de souvenirs de ce jour infernal. Où leurs vies à tous avaient basculé :

    «C’était un accident…. Un putain d’accident… On devait partir.. en vacance.. J’étais heureux parce que c’était la première fois que je partais avec eux.. Puis, il y a ce camion qui a…. Déboulé de nulle part… Yuan et moi… Avons été le plus touché…»

    Il dû s’arrêter pour essayer de reprendre. Il fallait qu’il lui dise tout ! Même si cela lui faisait horriblement mal. Réellement, il souffrait comme jamais. Il avait peur de le perdre.

    «Ming Yuan était vivant mais… Il était tellement touché que les médecins disaient.. Qu’il ne pourrait plus jamais bouger, ni parler… Le traumatisme qu’il avait reçu était trop… Important… Seul notre père s’en est sorti indemne.. Quant à moi… C’était le cœur.. J’avais plus que quelques heures à vivre… Et, la seule solution pour moi de survivre était qu’on me fasse une transplantation d’urgence… Père a choisi cette solution. Je suis désolé Chul Hei.. Je suis vraiment désolé… Je t’assure que j’aurais aimé que tu le vois. Vraiment !! Je l’aurais refusé ce cœur. Jamais, je n’aurais accepté ça !! »


Revenir en haut Aller en bas




Anonymous

Invité


Invité



I need you - Chuchu ni Empty
MessageSujet: Re: I need you - Chuchu ni   I need you - Chuchu ni EmptyJeu 25 Avr - 21:27

TITRE :

 I need you - Chuchu ni




 

Je pouvais à tout moment sentir son coeur battre, presque aussi vite que le mien. Que ce passait-il à présent dans sa tête ? J'aurai tellement voulu savoir. Tout. Mon regard ne pouvait absolument pas lâcher les blessures dans son cou et le pansement sur sa joue. Je devais afficher un regard vraiment inquiet puisque Ming Yue avait suivit mon regard et avait relâché une prise sur moi pour diriger sa main vers son cou. Je le vis toucher ses traces rouges du bout des doigts avant de devenir blême et de commencer à trembler. Déjà que ses yeux étaient devenus rouges dû aux pleurs qu'il avait lâché quelques instants auparavant, là, il commençait vraiment à m'inquiéter horriblement. Quand j'ai sentis son corps trembler, j'ai resserrer mon étreinte, de peur qu'il s'évanouisse d'un seul coup. J'observais silencieusement son sourire triste et ironique à la fois. Bien sûr que ce n'est rien. Et tu crois que je vais te croire ? Juste la mère de Yuan, hein. Attendez... La mère de Yuan ? Pourquoi l'appelle-t-il de cette manière ? Je réfléchis pendant quelques secondes avant de comprendre qu'il ne la considère sûrement plus comme celle qui l'a mis au monde. Comme d'habitude ? Est-ce qu'il s'agit d'une habitude de se faire frapper violemment par sa mère ? Je n'en peux plus, je ne veux plus le voir comme ça. Il souffre et moi aussi. Qu'importe qu'elle soit leur mère, je l'ai déjà vue plusieurs fois dans le passé, et maintenant, je la hais encore plus. Elle ne faisait attention qu'à Ming Yuan, cela, je m'en rendais bien compte. Mais je ne trouvais pas cela logique. Certes, Yuan a toujours été brillant en études et travaillait dur pour se faire reconnaître auprès d'elle mais.. Ming Yue est quand même un génie, ses parents ne le savaient-ils pas ? Pourquoi il ne se donnait pas à fond pour les impressionner lui aussi ? Enfin, retour à la réalité. Je fixais à nouveau celui que j'aime de tout mon coeur, il tremblait encore. Ces blessures qu'il possède au cou, elles sont horribles à ma vue. J'ai mal de le voir comme ça, je voudrais tellement qu'il se sente mieux. Cette femme ne mérite même pas ses propres enfants.

Alors que Yue reprenait la parole, je l'écoutais très attentivement. Je ne voulais pas en perdre une miette, je voulais tout comprendre. Tout ce qu'il disait, tout ce qu'il prononçait, l'intonation de sa voix, tout me rendait énormément torturé. Je comprenais à présent énormément de choses. Comme le jour de Noël, il y a quelques mois, où l'on s'est retrouvé, tous les deux. Là où mon avis sur lui a presque complètement changé. Il m'avait dit exactement ces mots: Cela fait tellement longtemps qu’on ne m’avait plus appelé par Yue et non Yuan dès la première fois. Ça m’a fait très plaisir que tu l’aies fais même si ce n’était qu’un hasard ! Oui, tout le monde ne devait l'appeler que par 'Ming Yuan' et non 'Ming Yue', comme je l'avais fais dès la première fois. Mon regard perçut immédiatement les larmes qui s'écoulaient à nouveau sur les joues rebondies de mon cadet. Je passais ma main sur ses pommettes, essuyant l'eau salée qui dégoulinait de plus en plus rapidement. Ses dernières phrases m'avait bouleversé. J’aurais mieux fait de mourir ce jour-ci.. Cela aurait été plus simple pour tout le monde !! Non, ne dis pas ça. Je t'en supplie, ne dis pas ça à nouveau. Je ne veux pas te voir souffrir, alors non, ça n'aurait pas été plus simple pour tout le monde. Je ne sais pas encore ce qu'il s'est exactement passé ce jour-là, comme tu dis, mais je compte bien le savoir. Si j'avais été là, je n'aurais pas voulu que tu meurs, tout comme Ming Yuan.

Je sursaute légèrement lorsque ses yeux noirs de jais vinrent soudainement se planter dans les miens. Au fur et à mesure des secondes qui s'écoulaient, je comprenais, encore et encore un peu plus. J'avais réellement envie de pleurer, tant ce qu'il avait vécu était triste. Pourtant, il avait continué à sourire, pourtant le jour où l'on s'est revus, il riait, comme si de rien n'était. Toute la souffrance qu'il a enfouit au fond de lui, tout ça juste pour... pour que je ne souffre pas à mon tour. Ils étaient deux jumeaux, Ming Yuan et Ming Yue. Au tout début, je ne m'étais lié d'amitié qu'avec Ming Yuan. Il était devenu mon Meilleur Ami. Nous avions l'habitude, après avoir fait nos devoirs, d'aller nous amuser ensemble, tous les deux. Je ne sais pas comment cela s'est fait, je ne sais pas comment j'en suis venu à me diriger directement vers lui et pas vers Yue. Je ne le remarquais pas, il souffrait déjà à ce moment-là. Il essayait d'attirer mon attention, et au fur et à mesure, il a réussit. Je continuais à tenir énormément à Yuan, mais Yue m'intriguait de plus en plus. Il me rendait le sourire quand tout allait mal, et même si à un moment, je ne l'ai pas aimé, le voyant plus comme un rival qu'autre chose, j'ai appris la musique grâce à lui. J'allais mieux grâce à lui. Je savais qu'il était incroyablement intelligent, je l'avais vu plusieurs fois réussir les exercices difficiles que j'avais à faire. Je m'étais souvent posé la question: Aimes-t-il son frère malgré tout ? La réponse, je viens de l'avoir. Oui, il l'aimait plus que tout. Son absence doit lui faire mal, encore plus qu'à moi. Ming Yuan était une partie de lui, il était son jumeau. Et à chaque fois qu'il se voit dans le miroir, il voit son frère à la place. Il se torture, il souffre et moi, ignorant de tout cela, je continuais de dire avec un grand sourire qu'il fallait que je revois Ming Yuan. Je m'en veux, je ne veux plus qu'il souffre. Il aimait tellement son frère, qu'il ne voulait que son bonheur, il voulait que Yuan soit heureux, au prix du sien. Il savait pour son quotient intellectuel très élevé, il a fait exprès de le cacher. Il jouait le rôle du mauvais élève, alors qu'il savait tout, absolument tout. Il a toujours réussit ce que moi je n'ai jamais réussis. Il a laissé Ming Yuan se faire admirer par ses parents. Mais il en a souffert, Yuan a souffert de l'horrible pression de leur mère. Il voulait avoir des bonnes notes, il se rendait malade, mon Meilleur Ami d'enfance. Je n'étais pas là pour m'en rendre compte. Je n'étais pas là pour l'aider, je m'en veux tellement. Yue me disait qu'il aurait fait n'importe quoi pour lui, et je veux bien le croire. J'ai confiance en lui et je sais, que c'est un ange qui se trouve dans mes bras.

Même refuser ce cœur qu’était le sien si j’en avais été capable ! Comment ? Je le regardais à nouveau, il pleurait encore et encore. Je le serrais dans mes bras, mais je ne disais toujours rien. Je réfléchissais, mon cerveau tournait à plein régime. Ce coeur qui était le sien ? Ce coeur ? Quel coeur ? Ne me dites pas qu'il parle de.. J'écoute silencieusement ses pleurs et son coeur qui battait dans sa poitrine. J'ai compris. Soudainement, il essaie de se calmer et de reprendre sa respiration de la façon la plus normale possible. Lorsqu'il s'accrocha à nouveau à moi, j'essuyais à nouveau avec mes doigts les larmes qui coulaient sur ses joues.
Un jour, ils devaient partir en vacances. Yue était heureux, Yuan devait ressentir la même chose aussi, sans doute. Mais un camion les a percuté et... Il s'arrêtait de parler, je sentais que c'était très dur pour lui. J'avais envie qu'il arrête d'avoir mal, j'avais beau l'avoir dans mes bras, j'avais comme l'impression qu'il pouvait s'écrouler sur place à tout moment. Oui, je suis conscient, je sais que Ming Yue est faible parfois et là, son corps tremble, mais malgré tout, il essaie de tout me raconter, jusqu'au bout.

A la fin de ses paroles, je recollais tous les morceaux, un à un dans ma tête. Tout me semblait clair. J'avais encore envie de fondre en larmes, mais je devais me retenir, pour lui, et pour Ming Yuan. Il n'arrêtait pas de s'excuser, je ne supportais plus de voir son si beau visage, rempli de tant de souffrance comme actuellement. Alors, le coeur que j'entends battre actuellement, est celui de Yuan.. Son père a décidé cette transplantation, pourtant, cela n'avait apporté que du malheur. Peut-être que mon Meilleur Ami d'enfance ne pouvait plus bouger, ni même parler, mais on lui avait enlevé son coeur, pour la transplantation de son jumeau. Evidemment, il avait été compatible, sans aucuns doutes. Ça me fait si mal d'entendre ça. Je t’assure que j’aurais aimé que tu le vois. Vraiment !! Yue.. Tu n'as pas à te reprocher tant de choses.. Ma tête s'appose doucement sur une de ses épaules. Je l’aurais refusé ce cœur. Jamais, je n’aurais accepté ça !! Mes mains resserraient à présent leur emprise sur la chemise de mon ami d'enfance. Il devait tellement s'en vouloir, s'en vouloir à un point inimaginable. Maintenant qu'il m'avait révélé tout ça, je ne savais plus quoi penser. En même temps, savoir que si Ming Yuan avait gardé son coeur, il aurait toujours été envie me brise le coeur mais... Si l'homme que j'aime est en ce moment devant mes yeux et que je peux le prendre dans mes bras autant que je le souhaite, c'est uniquement grâce à Ming Yuan..

Je repense à ce qu'il m'a dit un peu plus tôt. Je relève la tête et le regarde dans ses yeux embués de larmes. Je passe une de mes mains dans ses cheveux bruns, tout doucement, et je lui adresse un faible sourire. Ce visage, je veux le revoir sourire comme avant. Qu'il ne pense plus à tout ce qu'il s'est passé, je veux le revoir rire, je souffre de le voir aussi triste.

« Merci... Merci, Petites Joues. Merci d'avoir eu le courage de tout me raconter. Je me doute que ça n'a pas dû être facile pour toi, mais ne t'inquiètes pas à présent, comme je te l'ai dis, je suis là. »


J’aurais mieux fait de mourir ce jour-ci.. Cela aurait été plus simple pour tout le monde !! Je lui adressais un regard inquiet, presque sévère. Je ne veux plus jamais qu'il redise ça.

« Maintenant que j'ai tout compris, je peux te dire que cela n'aurait pas été plus simple pour tout le monde. Peut-être que.. certaines personnes aurait préféré voir Ming Yuan à ta place mais moi je.. Je peux te dire que je suis vraiment heureux de t'avoir ici, en ce moment, auprès de moi. »


Je le tenais tout contre moi, je voulais le protéger. Plus qu'auparavant, je le sentais si fragile. Comme s'il allait se casser d'un moment à l'autre. Tu comptes pour moi, plus que tu ne le crois encore. J'avais à nouveau enfouis ma tête dans son cou, mais cette fois-ci, je ne pleurais pas. C'était horriblement compliqué pour moi de me retenir. L'homme que j'aime tremble en ce moment, il se sent mal. Et je ne peux même pas l'embrasser, pour lui faire comprendre qu'il n'est plus seul. J'en ai pourtant terriblement envie, mais je ne veux pas le faire souffrir encore. Il est complètement hétéro', il ne m'aime pas, c'est sûr et certain. Me dire ça me fait mal dans un sens mais, au moins, on ne brisera pas notre amitié si je ne lui dis rien. Pourtant, j'aimerais tellement qu'il sache que je l'aime, que je tiens à lui plus qu'à n'importe qui d'autre. Je relève légèrement ma tête et observe sa peau recouverte de traces rouges qui me donnent pleins de frissons.

« Pendant quelques instants, je vais faire comme si j'étais dans mon propre appartement et que je savais totalement où se trouve la boîte à pharmacie. Hors de questions que je ne fasse rien. »


Je me décolle légèrement de lui et sentant qu'il était encore assez faible et que le laisser debout sur ses jambes était risqué, je l'ai accompagné jusqu'à une chaise de la salle à manger de l'appartement. Oui, il venait de m'avouer pleins de choses qui me bouleversaient encore. Mais je l'aime et à partir de maintenant, je promets de prendre soin de lui du mieux que je peux. Une fois qu'il fût assit, j'ai passé une main dans ses cheveux en l'observant, me perdant dans ses beaux yeux pendant de bonnes minutes. J'ai dû cligner plusieurs fois des yeux pour revenir à la réalité et partir vers « la pièce qui me semblait être la salle de bains », à la recherche d'une armoire qui pouvait peut-être contenir une possible boîte à pharmacie. Il fallait que je trouve quelque chose. Arrivé dans la salle de bains, j'ai directement trouvé l'armoire. Une boîte rangée dans un coin a immédiatement attiré mon attention, je l'ai donc prise et je l'ai ouvert, pour en sortir ensuite une pommade, qui me semblait être ce qu'il fallait. Je ne suis pas médecin et je dois avouer que je n'ai pas trop de connaissances là-dedans mais un coup d'oeil sur les instructions et j'ai su immédiatement que cela ne ferait qu'apaiser ce que Ming Yue avait au cou. Je me suis dépêché de ranger la boîte là où je l'avais prise et je suis sortis assez rapidement de la pièce, rejoignant alors mon ami que j'avais laissé tout seul, assit sur sa chaise. Je suis arrivé devant lui avec un sourire, me suis mis à genoux et ai ouvert le tube de pommade devant ses yeux, il n'avait pas l'air de trop comprendre. J'en ai mis un peu sur mes doigts avant de me pencher vers son cou et d'étaler doucement en essayant de ne pas trop lui faire de mal. Je ne disais rien, mais prendre soin de l'homme que j'aime ne me déplaît pas le moins du monde, au contraire.

Il a beau me dire de ne pas m'inquiéter pour lui, je ne peux pas m'empêcher de m'en faire. Et puis, il ne sait pas mes sentiments à son égard. Il ne sait pas que je serais prêt à tout pour lui, il ne sait rien de tout ça. Pourtant, quoiqu'il décide de faire, quoiqu'il me dise, je serais tout le temps à ses côtés. Je veux vraiment qu'il en prenne conscience, même si en réalité, ce que je ressens est beaucoup plus fort qu'il ne le pense. Après avoir finit d'étaler la pommade, je repose le tube sur la table et part me nettoyer les mains. Une fois finit, je me redirige vers lui, tire une chaise de dessous la table et m'y installe, pour lui faire face. Il faut que je lui dise. Ou pas. Mais si je ne lui dis pas, il ne le saura jamais. Je soupire et je prends ma respiration. Je sens la rougeur arriver rapidement sur mes joues. Voilà l'effet que tu me fais Ming Yue, ça me rend dingue, complètement.

« D'ailleurs Yue... Maintenant que tu es en train de tout me révéler, je crois que... Qu'il faut que je te dise quelque chose, moi aussi.. »


Oh mon dieu, oh mon dieu, oh mon dieu, oh mon dieu, oh mon dieu, oh mon dieu, oh mon dieu, oh mon dieu. C'est trop la panique dans ma tête. Non, je ne peux pas reculer mais en même temps... Je me risque alors à une torture, c'est-à-dire, lever les yeux vers son visage, avec ses yeux encore rougis par les larmes. Comment voulez-vous que je garde mon calme ? Non, c'est totalement impossible. Totalement. Je ne peux plus le regarder dans les yeux.

« Yue, il ne faut pas que tu crois que tu es tout seul. Même si... Ming Yuan n'est plus là, je suis là et je veille sur toi. S'il te faut une épaule sur laquelle pleurer, à n'importe quelle heure, n'importe quand, tu sais qu'elle se nomme Hwang Chul Hei. Je devrais agir de cette façon en tant que Leader et aîné mais je... C'est drôle, je veux vraiment que tu restes à mes côtés, de plus en plus et c'est pour ça que je voulais te dire que je- »


Je m'étais interrompis, totalement chamboulé. J'avais tellement le trac de lui avouer. En plus, depuis un moment, je n'avais pas arrêté de loucher sur ses lèvres. Est-ce qu'il l'avait remarqué ? Mince, je sais comment je vais m'y prendre. Je me suis penché de ma chaise vers lui, tout doucement. A présent, je n'étais presque plus assis sur ma chaise, mon visage avec mes joues en feu était maintenant très proche du visage de Yue. Mes lèvres n'étaient qu'à quelques centimètres des siennes. J'ai alors pris sur moi et je lui ai chuchoté le plus doucement possible:

« Je t'aime. Comme un fou. »


Avant qu'il puisse voir mon visage hyper gêné, j'ai immédiatement rompu l'espace qu'il restait entre nos lèvres. Au contact de ses lèvres, j'ai eu le réflexe de fermer les yeux. Je m'en veux, je ne lui ai même pas laissé le temps de réagir, ni de faire quoique ce soit mais le voir souffrir sans pouvoir rien faire m'énervait et me frustrait considérablement. Je sais que les relations entre hommes ne sont pas courantes en Corée du Sud, je ne le sais que trop bien. Qui plus est, nous sommes dans un groupe d'Idoles qui va bientôt débuter, et il peut avoir n'importe quelle femme à ses pieds s'il le veut, tellement il est beau. Pourtant, là, en ce moment, je n'ai d'yeux que pour lui. Ses lèvres sont douces, ce qui est plutôt très agréable et je devais bien l'avouer, j'avais affreusement envie de continuer mais je ne pouvais pas. Ce n'est qu'un simple baiser, de rien du tout, je ne pouvais pas franchir une barre plus haute sans être vraiment sûr de ce qu'il ressent. Je crois déjà l'avoir assez surpris comme ça, je ne voulais pas en rajouter en approfondissant le baiser un peu plus. Je ne veux pas le perdre, et je sais sûrement qu'il va me repousser. Dans ce cas-là, j'aurais mal, mais je m'en douterais un peu. Je me suis donc reculé légèrement, en me rasseyant sur ma chaise, un peu mal à l'aise. Je regardais partout dans la pièce, mais je ne pouvais pas supporter son regard.

Je crois que je regrette mon geste. Il ne va plus me voir comme avant, je viens de briser toute l'amitié qui avait pu s'installer entre nous. Pauvre idiot.


Revenir en haut Aller en bas




Anonymous

Invité


Invité



I need you - Chuchu ni Empty
MessageSujet: Re: I need you - Chuchu ni   I need you - Chuchu ni EmptyVen 3 Mai - 11:36

TITRE :

 I need you - Chuchu ni




 

    Il ne pouvait pas en dire plus pour le moment. Que pouvait-il rajouter d’autres hein ? Il avait l’impression de faire n’importe quoi ces derniers temps. Pire même, il avait l’impression que sa vie était devenue pesante. Pourtant, la compagnie des membres de Wonderland, lui avait redonné une sacré pêche. Lui avait donné la force de continuer à se lever et de sourire jour après jour. Tous autant, qu’ils étaient, lui avaient insufflé à leur façon du courage, de la confiance en soi, de la joie aussi. Parce que ces derniers mois n’auraient pas été pareils si Yue n’avait pas rencontré Dean, Gabriel et Jun Hee en plus de retrouver Chul Hei. Il y avait aussi son manager ! Il était heureux de faire partit de leur bande. Parfois, il se sentait en insécurité mais, quand il se retrouvait entouré d’eux, il se sentait bien. Finalement, il avait peut-être trouvé une place dans ce monde. C’était ce qu’il s’était dit mais, en contrepartie, il y avait eu ce démon, ce monstre intérieur qui le tuait à petit feux à cause de son passé. De son histoire. Tout s’était enchaîné très vite, et finalement ses vieux démons étaient revenus en force. Peut-être parce qu’il avait décidé de les affronter une bonne fois pour toute même si à la fin, il risquait de tout perdre. L’adolescent tremblait dans les bras de son aîné, il avait peur de sa réaction, qu’il ne le croie pas. Il ne remercierait jamais assez son jumeau. Parce que, grâce à lui, il avait pu le retrouver, profiter de sa douceur et se rapprocher de lui tout en créant de nouveaux souvenirs. Il était heureux de l’avoir rencontré et retrouvé même si, il ne lui dirait jamais assez au combien il lui était si important. Il n’en avait pas le droit, il s’attendait à ce qu’il le rejette. De toute façon, il n’avait plus la force de rien. Même tenir sur ses jambes était devenu difficile. Il souffrait, son cœur lui faisait horriblement mal. Il s’était serré et doucement, il suffoquait lentement. Malgré tout, Chul Hei le surprit encore une fois par ses paroles et ses gestes qu’il en écarquilla encore les yeux dont la vue était brouillée à cause des larmes. Il ferma doucement les paupières pour profiter de cette tendresse qu’il lui offrait et s’y laissa bercer. Ses larmes se tarirent doucement quand il sentit le jeune coréen enfouir sa tête dans son cou et l’emprisonnait à nouveau de son corps. Il n’en revenait pas. Etait-ce un rêve qu’il vit éveillé ? Il était important pour lui ? Il ne lui en voulait pas ? Pire que tout, il semblait ne pas le haïr et être heureux que sa présence soit près de lui. Il ne comprenait plus rien. Il voulut lui poser la question du « pourquoi ? ». Pourquoi est-ce qu’il était heureux qu’il soit vivant alors, que tout ne désiraient que son jumeau. Surtout lui… N’était-il pas proche de son jumeau ? Ne le préférait-il pas à lui ? Son cœur se mit à battre et, à rougir légèrement pendant que le poids énorme commençait à s’alléger au fur des secondes passées à ses côtés.

    Il sursaute quand il entend de nouveau la voix de son aîné. Le sino-coréen relève la tête et jette à son interlocuteur un regard d’incompréhension. Qu’est-ce qu’il voulait faire ? Que devait-il comprendre par-là ? Le jeune homme n’en savait strictement rien, il était perdu et quand il sentit un mouvement, il fut effrayé mais, à cause de l’émotion et de sa faiblesse qu’il haïssait plus que tout, aucun sons ne sortit de ses lèvres. Et n’ayant pas la force de lutter, il se laissa guider à une chaise de la salle à manger avant de le voir s’éloigner de lui. Il se sentit soudainement vide et commençait à avoir froid. Son corps se mit à trembler et, sa tête en vient à être inondée de pensées plus ou moins noires. Miyu désirait que Chul Hei revienne vers lui. Il voulait à nouveau le sentir près de lui pour ce soir. Il n’y à pas à dire il était réellement égoïste n’est-ce pas ? Comment pouvait-il exiger de la part du jeune Hwang de rester près de lui. Peut-être lui avait-il mentit ? Non, ce n’était pas son genre mais, qui sait… C’était certainement pour ne pas le blesser… Parce qu’il était trop gentil et qu’il avait pitié de lui voilà tout ! Son corps se mit à trembler et, il se recroquevilla doucement sui lui-même en croisant ses bras. Il ne le sentit pas revenir vers lui que lorsqu’il sentit sa présence, il en fut étonné. Il le pensait partit. Qu’il avait pris la poudre d’escampette ce qu’il aurait tout à fait compris. Sa gorge fut nouée et serrée au point de lui faire mal et l’obligeant ainsi à garder le silence. Le jeune Nam grimaça doucement à cause de la sensation de froid provenant de la pommade mais, pourtant c’était agréable. Il se surprit à apprécier les gestes doux de son aîné. Il n’était pas obligé de prendre soin de lui, pourquoi le faisait-il ? Pourquoi est-ce qu’il ne pouvait pas revenir en arrière. C’était lui par le passé qui lui remontait le moral. Il avait réellement la sensation d’être devenu un bon à rien ! Il soupira d’aise devant les soins donnés par son aîné. Il en avait fermé les yeux pour les ouvrir quand il ne sentit plus rien. Il aurait voulu lui attraper le poignet pour lui demander de rester près de lui. De lui souffler qu’il la rangerait la boite plus tard pourtant, il n’esquissa aucun gestes en sa direction.

    Miyu à cet instant, aurait voulu se donner de belles gifles pour se secouer. Mais, tout ce qu’il fit, c’est d’effacer de ses mains ces saletés de traces faites par ses larmes qui ont inondé son visage. Le plus jeune se retourne vers son ami quand il fut de retour et assis en face de sa personne. Pourquoi se tenait-il si loin. Malgré son état, il remarque que ce dernier n’en menait pas large. Il devait souffrir de la nouvelle. Pourtant, il ne voyait aucunes larmes… Cependant, il n’était pas dupe. Quelque chose était sur son esprit. Il le sentait soucieux.. Et ses paroles ne firent que confirmer cette pensée. Quelque chose à lui dire ? Avait-il changé d’avis ? Le détester-il ? Ou pire… Il voulait quitter le groupe Wonderland ? Il allait partir à nouveau alors qu’il lui avait promis qu’il resterait là ? Si, c’était cette réponse, il faudrait réellement le ramasser à la petite cuillère. Il ne supporterait pas de ne plus le voir. Il serra doucement les poings sur ses genoux redoutant la révélation qu’il compte lui dire. Peut-être qu’il n’aurait pas dû lui dire aujourd’hui. Il était curieux mais, angoissé en même temps. Particulièrement quand son vis-à-vis se mit à détourner le regard de lui ? Est-ce que c’était si grave ? Il allait bien n’est-ce pas ? Il ne voulait pas qu’il soit malade. Chul devait être en bonne santé. Il n’était pas certain de vouloir entendre ce qu’il avait à lui dire. Trop effrayé, il était lâche mais il s’attendait au pire des scénarios. Il fallait qu’il parle… Maintenant parce que son cœur lui faisait trop mal. Il sentait même les larmes revenir à cause de l’attente angoissante qu’il lui offrait. A sa reprise, il se sentit paumé. Qu’est-ce qu’il était en train de lui dire ? Où voulait-il en venir ? Il était perdu… Comment ça, il désirait qu’il reste à ses côtés ? Pourquoi ? Ne devrait-il pas souhaiter le contraire ? Ne va-t-il pas souffrir par sa faute ? Parce qu’il lui ferait tout le temps pensé à Yuan ? C’était ce qu’il s’attendait de sa part ? Non pas cette gêne ? Cette drôle de tension formée autour d’eux… Les battements de son cœur s’accélérèrent particulièrement quand, le visage de son interlocuteur se rapprocha du sien où, seulement quelques centimètres les séparèrent. De là, il pouvait sentir le souffle chaud de ce dernier mais, il n’eut pas le temps de réfléchir de le questionner du regard que son cœur s’arrêta de battre à l’entente de ces mots « je t’aime comme un fou ».. Qu’est-ce que.. Sa tête se vida à la sensation de ses lèvres chaudes et douces sur les siennes redonnant vie à son cœur qui se mit à cogner à toute vitesse lui donnant le vertige. Il s’était figé et avait gardé les yeux ouverts… Incapable de réagir… Il était paralysé pendant que son visage tourna aussi doucement mais, sûrement au rouge.
    Ming Yue ne comprenait plus rien. Il était déconnecté de la réalité. C’était doux mais, il était tellement choqué, qu’il ne profita pas de ce baisé comme il aurait voulu ou plutôt comment il aurait dû faire. Ses yeux s’étaient fixés sur le visage magnifique du plus vieux mais, il ne fit rien pour le retenir quand il s’éloigna. Comment devait-il réagir à ça ? Il ne rêvait pas hein ? Hwang Chul Hei vient bien de l’embrasser… C’était impossible pourtant, il pouvait encore sentir la douceur de ses lèvres, leur présence sur les siennes. L’information avait du mal à passer… Pourquoi ? Comment çà ? N’était-ce pas Yuan pour qui il aurait pu tomber amoureux ? Il ne comprenait pas… Ce baisé.. Jamais, il n’aurait pensé que ses sentiments… Puissent être retournés… Non, ce devait être le choc de la nouvelle qu’il lui avait dite plus tôt qui avait dû déclencher ça… Yue se compliquait la vie.. Et le fait que Chul Hei ne daigne pas un regard en sa direction le perd un peu plus. Un silence s’était installé entre-eux… Le jeune homme effleura ses lèvres de ses doigts pour ressentir et dessiner les lèvres de celui qu’il aimait. Celui qu’il avait toujours admiré. Fermant doucement les paupières pour essayer de reprendre ses esprits, il les ouvrit et doucement, d’une voix fragile il finit par briser ce long et lourd silence qui s’était abattu sûrement par sa faute.

    «Pour… Pourquoi ? Ne devrais-tu pas me… Détester ? N’était… Ce.. Pas… Yuan… pour qui tu aurais pu avoir des sentiments ? Je.. Comprend… Pas..»

    Pourquoi lui ? Qu’est-ce qu’il lui trouvait ? Il n’avait rien ? Bon, il n’était pas non plus nul mais, il ne se trouvait pas assez bien pour Chul Hei. Chul Hei méritait réellement quelqu’un qui saurait le rendre heureux.. Lui ? Non pas qu’il ne réussirait pas à le faire ? Parce que par le passé, il avait toujours fait de son mieux pour lui redonner le moral. Est-ce qu’il y était réellement arrivé ? Il en doutait ? Il ne le lui avait jamais dit. Il aimait Chul Hein mais, il ne voulait pas même pour lui n’être qu’un remplaçant à ses yeux. Il se mordit la lèvre et baissa le regard. Que pouvait-il rajouter d’autre ? Il avait toujours du mal à y croire. Du mal de se dire que l’homme qu’il aimait l’aime en retour. Il ne pourrait pas endurer le fait que ce qui vient de se passer soit juste une blague. Il pardonnerait le geste après tout, il n’est pas le premier à vouloir l’embrasser en pensant que c’est de Yuan et non lui qu’il s’agisse. Est-ci, cela ne marchait pas entre-eux hein ? Pourtant… Au fond de lui, il était heureux… Heureux de savoir qu’au moins il avait de l’importance à ses yeux. Fallait vraiment qu’il se complique la vie tout seul. Il y en avait marre qu’il soit paralysé à cause de la peur. Pour ce soir, tout ce qu’il désirait c’est d’être dans ses bras. Il ne désirait penser à rien. Il voulait se laisser complètement aller. Il était devenu comme son oxygène. Il le voulait près de lui. Peut-être, qu’il n’était qu’un substitut mais ce soir, il s’en fichait. Il allait faire comme si il ne l’était pas. Il voulait regoûter à ses lèvres avant que Chul ne revienne sur ses sentiments. N’était-il pas hétéro à la base ? Il avait tout pour plaire. Il était talentueux, beau, doux, serviable, protecteur…. Que demander de plus ? Rien. Parce qu’à ses yeux, le jeune Hwang était parfait tout simplement. Trop à ses yeux pour une personne comme lui. Pourtant, ce soir, il voulait ressentir son amour, il en avait besoin bien que cela puisse être une douce et douloureuse illusion. Il ne voulait pas perdre la chance de pouvoir être aimé et en donner en retour.

    C’est ainsi qu’il finit par se lever doucement les jambes fébriles et qu’il prit appuie sur la table pour s’aider à avancer vers le plus vieux jusqu’à se rapprocher de lui et de l’encercler de ses bras doucement. Il devait se lancer. Lui dire que tout allait bien et s’excuser de ne pas avoir réagi à son baisé mais, il allait se rattraper. Dans un souffle il demanda :

    «Depuis quand ? »

    Avant de s’écarter et de placer son front contre le sien pour lui souffler doucement :

    «Oh et puis… Ce n’est pas grave.. Parce que je t’aime assurément depuis bien plus longtemps que toi ~»

    Le plus jeune avait ancré son regard dans le sien. Il avait parlé sans aucune hésitation bien qu’au fond, il était inquiet, peu sûr de lui mais, on a rien sans rien comme on dit. Et même si, ce n’était qu’une nuit… Alors il voulait en profiter. Tout doucement, il apposa ses lèvres celles du plus âgé pendant que ses bras restaient autour de son cou. Il n’avait pas fermé ses yeux mais, il les ferma doucement avant de se sentir assoir sur les genoux de l’homme qu’il aimait. Une bulle s’était formée entre-eux. Le silence s’était de nouveau installé mais, cette-fois.. Il n’était pas gênant… Ils courraient tous les deux un grand risque si, ça venait à se savoir mais, il en avait que faire… Ce qu’il voulait.. Rester dans ses bras. Entendre le cœur de Chul Hei battre et le sien lui répondre. Yue lui offrit une caresse derrière la tête pendant que le baisé devint plus sensuel tandis que ses lèvres devinrent plus envoûtantes. Il happa doucement la lèvre inférieure de son aîné pour l’approfondir et, il autorisa l’accès à son leader quand celui-ci lui demanda. Il ne retint pas le gémissement quand leurs langues se rencontrèrent pour la première fois et, prirent leur temps pour se connaitre avant d’entamer un ballet. Le baisé fut lent, c’était doux et il sentait des papillons dans son estomac. Il s’était imaginé une ou deux fois le goût que pouvait avoir son invité mais, c’était de loin meilleur que ce qu’il avait pu penser. Il était complètement envoûté par la texture de ses lèvres, par l'odeur qu'il dégageait qui lui faisait perdre la tête. Le baisé prit fin bien malgré lui pour reprendre son souffle. Les joues rougies, les yeux toujours fermés, front contre front il finit par souffler après un petit moment de silence :

    «Est-ce que… Tu… Peux… Rester… Ce… Soir… ?»



Revenir en haut Aller en bas




Anonymous

Invité


Invité



I need you - Chuchu ni Empty
MessageSujet: Re: I need you - Chuchu ni   I need you - Chuchu ni EmptyVen 31 Mai - 17:06

TITRE :

 I need you - Chuchu ni




 

Beau, magnifique, le plus bel être que la Terre ait jamais créée. Voilà ce qu'est celui qui se trouve en face de moi en ce moment même. Depuis quelques secondes, je ne pouvais pas le regarder en face. Soutenir son regard, était devenu presque impossible, surtout après ce que je venais juste de faire. Mais quel imbécile profond je suis. Putain, mais qu'est-ce qui m'a pris exactement ? Je sais bien que je suis à bout, je sais très bien que mes sentiments ont prit le dessus, mais il doit tellement me haïr à présent. Lui, celui qui me redonnait le sourire à longueur de temps avant, avec une bouille et un sourire d'ange qu'il a toujours gardé d'ailleurs. Finalement, je me décide à lever les yeux vers lui, ce silence me pèse horriblement sur la conscience. Plus les secondes passent, et plus je- Oh. Là encore, je me maudis intérieurement. Pourquoi, sur tous les moments du monde, a-t-il fallu que je tombe sur... Aaah, je pouvais relever les yeux à n'importe quel moment, mais non, il a fallu que je le vois... Ça peut vous paraître complètement anodin, mais le voir toucher ses lèvres de cette manière, vous ne pouvez pas savoir quel effet ça me fait. Bien sûr que ça me perturbe, je ne sais vraiment pas pourquoi il réagit comme ça, pleins de questions se bousculent dans ma tête. Ce n'est pas l'envie qui me manque de l'embrasser, encore et encore. Mais étrangement, lui aussi à l'air perdu. Et avec une certaine joie, je pu remarquer que je n'étais pas le seul à avoir très chaud au niveau des joues. Il était vraiment adorable. Je l'observais en silence fermer les paupières puis les rouvrir doucement. Je voyais bien qu'il s'apprêtait à parler, je redoutais vraiment ce qu'il allait pouvoir me dire. Là, en ce moment, j'aurais tout donné pour que l'on me refile une pelle. Je serais ensuite sortis dehors et j'aurais creusé un trou, pour m'y cacher jusqu'à la fin de mes jours. Je n'avais jamais ressentis un pareil sentiment de gêne auparavant. Pourtant, j'en ai eu des petites-amies, mais je n'ai jamais vraiment aimé quelqu'un si je puis dire. Pas autant que lui. C'est tellement différent en sa présence. J'écoutais alors attentivement sa voix fragile qui brisa le silence qui s'était directement installé après le furtif baiser.

Tandis que je le fixais intensément, je comprenais au fur et à mesure que ce que je venais de faire l'avait horriblement gêné. Je vous l'avais bien dis, qu'est-ce que je regrette mon geste... Pourtant, ses questions qu'il avait lancé à la chaîne ne firent que m'étonner un peu plus. Comment ça le détester ? Et... Pourquoi aurais-je dû avoir des sentiments envers Yuan ? Son Je.. Comprend… Pas.. à la fin m'aida à confirmer ce que je pensais de son état actuel; il est véritablement perdu. Chul Hei, tu n'es qu'un imbécile. Aaah, il va me rendre fou. Enfin, il le fait déjà en fait. Je le vis se mordre la lèvre une fois de plus (je t'en supplie, arrête de me torturer !) et à son tour, il ne me regardait plus en face. Cette atmosphère est vraiment pesante, surtout pour moi, parce que je ne sais pas vraiment ce qu'il pense de moi.. Est-ce que ça le dérange le fait que je l'aime ? Ou bien est-ce qu'il est trop gentil pour m'avouer qu'il ne supporte pas ce que je viens de lui faire ? Sûrement... Comment pourrait-il accepter mes sentiments de toutes manières ? Il n'est pas attiré par les hommes, j'en suis totalement certain. Ça me fait mal de m'avouer qu'il ne ressentira jamais la même chose que moi mais au final, je crois que je m'y étais quand même largement préparé. D'être rejeté, je veux dire. Il est là, en face de moi, il a l'air complètement déboussolé, il tremble encore et sa voix m'a fendu le coeur. Je ne peux pas te détester, c'est impossible, même après tout ce que tu viens de me dire. Ming Yuan et toi, êtes dans mon coeur depuis trop longtemps pour que je puisse détester un de vous deux. Mais je ne comprends pas. Il croyait que... Ming Yuan et moi.. ? Non, je ne peux pas le laisser penser ça. S'il te plaît, ne penses pas ça. Je ne voulais qu'une chose, le prendre dans mes bras et lui dire que je serais toujours là pour lui. Pourquoi ne me regardes-t-il pas ? Est-ce que le baiser que je lui ai donné l'a tant que ça mit mal à l'aise ? Heureusement que je me suis retenu dans ce cas-là. Je n'aime pas cette ambiance lourde, calme. Elle pèse comme un énorme poids lourd sur tout mon être, et tandis que je fixe toujours mon ami d'enfance, je sens le froid envahir mon corps tout entier. Sais-je déjà ce qui va se passer ? Est-ce que je m'en doute ? Oui, Ming Yue va lever les yeux vers moi (ou pas) et me dire qu'il ne veut pas de mes sentiments. Oui, c'est tout à fait normal. Comme tous les garçons qui aiment les silhouettes élancées des filles, il me dira qu'il ne ressent pas ça pour moi, et j'aurais tout brisé. Tout ce qui s'était construit entre nous deux.

Mais pourquoi ? Pourquoi est-ce qu'il a fallu que l'on en arrive là ? Maintenant que je sais tout, tout du moins je le crois, j'ai encore plus envie de le protéger. Je voulais qu'il sache qu'il n'était plus seul mais... Était-ce vraiment une bonne idée d'agir de cette façon ? Que va-t-il penser de moi à présent ? Rien que d'y penser, j'ai vraiment envie de partir à nouveau de Séoul. Même s'il y a Wonderland, si Ming Yue n'est plus pareil qu'avant avec moi, je ne le supporterai pas. Je me sentais mal, horriblement mal. J'étais perdu dans mes pensées, et j'attendais qu'il me dise ces mots que je ne voulais pas entendre lorsque je sentis deux bras venir m'encercler , et puis une chaleur humaine que je ne connaissais que trop bien. Inutile de vous préciser que j'étais énormément surpris par son geste. Alors que je m'attendais complètement au pire, il m'offre un câlin tout simplement adorable. Encore une torture de plus mais, je peux au moins sentir son corps contre le mien, et c'est une sensation que je ne veux pas perdre. Un seul souffle de sa part résumé en une question me fit sursauter légèrement. Depuis quand ? Je... Sa question me surprit encore. Pourquoi me demande-t-il.. A mon tour, je comprends de moins en moins. Alors ? Est-ce que ça voudrait dire que ? Non... Je dois rêver, bien sûr, je me fais totalement des films, des scénarios complets.. Chul Hei, réveilles-toi, le seul être de la Terre que tu veux a tout prix protéger restera pour toujours ton ami, et seulement ton ami. Mais j'aimerais tellement que... S'il pouvait... Je voulais donc lui répondre mais il me surprit encore.

Au moment où il posa son front contre le mien, j'eus l'impression complète d'être en pleins songes. Son visage de nouveau proche du mien, ses joues légèrement rougies encore, ses yeux qui s'étaient plantés droit dans les miens, ses lèvres totalement irrésistibles, tout en lui est parfait, c'est ce que je me dis depuis un bon moment déjà. Il me souffla encore calmement quelques phrases, qui finirent par m'achever. Je ne peux pas le croire, c'est tout bonnement impossible. J'ai beau tourner et retourner sa phrase dans tous les sens dans ma tête, je ne vois pas dans quelle autre interprétation on pourrait la prendre. Je ne quitte pas ses yeux du regard, et d'ailleurs, je n'en ai pas la moindre envie. Je veux juste croire encore que c'est la vérité. Ce n'est pas que je ne le crois pas, mais ça me paraît tellement irréaliste que... non mais... il m'aime depuis plus longtemps que moi je ne l'aime ? Voyons, réfléchissons... Je me suis rendu compte de mes sentiments à la fin de la cérémonie de diplômes de Ming Yue justement. Alors ça voudrait dire que.. Il m'aimait déjà, à ce moment-là ? Il avait prononcé ces précédentes phrases sans aucunes hésitations, ce qui me poussait vraiment à penser qu'il ne me mentait pas. Je n'arriverai pas à vous décrire dans quel état je me trouve à l'heure actuelle. Celui que j'aime du plus profond de mon coeur, m'aime aussi ? Tout ça me rend dingue, surtout que là, je peux sentir son souffle chaud et ça me perturbe de plus en plus. Je n'eus pas le temps de réfléchir à quoique ce soit d'autre puisque j'ai sentis mon sang ne faire qu'un tour lorsque que ses douces lèvres se sont posées sur les miennes, soudainement. Comment voulez-vous que je résiste ? Comment peut-on être aussi mignon, aussi adorable ? Comment ne puis-je pas avoir envie de le protéger ? Je sens que je perds pied, et que je me laisse aller. J'en rêvais, de ressentir cet agréable contact une nouvelle fois. Je me demande comment s'y prend-t-il pour me rendre accro à ce point. Il avait laissé ses bras autour de mon cou, fermait les yeux au fur et à mesure du baiser, et quand je le sentis s'asseoir sur mes genoux, j'en ai déduis intérieurement qu'il était vraiment léger. A nouveau, aucun de nous deux ne parlait. Le silence s'était installé dans la pièce. J'avais passé alors une main derrière sa tête, dans sa chevelure brune au moment où le baiser fut plus intense qu'au début. J'étais tellement heureux, je ne voulais plus le lâcher. Je sentais sa main parcourir mes cheveux tout comme la mienne parcourait les siens. Au fil des secondes qui s'écoulaient, je pouvais sentir les battements de mon coeur s'accentuer, mais les siens étaient tout aussi impressionnants. Lorsqu'il happa ma lèvre inférieure soudainement mais doucement, je sentis un frisson me parcourir tout l'échine. Presque immédiatement, j'approfondissais le baiser sous l'accord naturel de Ming Yue. Tu me rends fou, mais tu ne le sais pas assez. Nos langues se rencontrèrent et à cet instant, mon cadet ne retint pas un gémissement qui me fit totalement fondre. J'esquissais alors un léger sourire pendant que l'on s'embrassait. Le baiser devint de plus en plus langoureux et, je sentais qu'il allait un peu mieux que tout à l'heure, ce qui ne fit que de me rendre plus heureux. Je ne veux que son bonheur, et je veux qu'il le sache. J'ai déjà embrassé plusieurs filles avant, mais avec Ming Yue, comme je le disais plus tôt, c'est vraiment à part. Je n'ai jamais ressentis ça, même pendant un baiser, j'ai l'impression que je ne vais jamais pouvoir me détacher de lui. J'apprécie aussi, parce que mon maknae embrasse vraiment bien et en plus de ça, il est vraiment incroyablement beau. Je ne sais pas comment j'ai fais pour ne pas le remarquer avant. Puis, il m'envoûte aussi... Ses yeux, ses lèvres, son visage, son corps, tout chez lui m'attire. Je crois bien que je suis l'homme le plus chanceux de la Terre. J'avais encore dû mal à croire tout ce qui venait de se passer. Je commençais à sentir mon souffle s'amoindrir mais je ne voulais pas y mettre fin. J'étais tellement bien là, je ne voulais plus bouger. C'est donc avec une moue déçue apparaissant légèrement sur mon visage que je le vis décoller ses lèvres des miennes, collant son front une nouvelle fois contre le mien. Nous reprenions calmement notre souffle, mais contrairement à lui, j'avais ouvert les yeux et l'observait tranquillement, en silence.

Je n'arrive pas à croire que cet être parfait est sur mes genoux en ce moment-même, avec ses joues rougies mais qui le rend incroyablement mignon. Je l'écoute attentivement, buvant littéralement chaque mot, chaque lettre venant de sa bouche. Sa question entrecoupée de pause fit repartir la course effrénée de mon coeur. Il me demandait si je pouvais.. rester ce soir ? Un sourire s'afficha alors sur mon visage. J'ai rapproché ma bouche de son oreille droite, pour lui chuchoter alors au creux de cette dernière:

« Si tu n'y vois pas d'inconvénients, la question ne se pose même pas... »

Ma voix s'était faite assez basse et, dans ma façon de parler, il y avait en quelques sortes une taquinerie. Après avoir laissé échapper un petit rire, j'avais apposé doucement mes lèvres dans son cou, en évitant soigneusement bien entendu l'endroit où j'avais moi-même déposé de la pommade un peu plus tôt. Mes mains étaient venues se placer sur ses hanches, presque aussitôt. Mes lèvres déposaient des baisers furtifs tout le long de son cou, démarrant en-dessous de son oreille pour finir en bas de son cou. J'essayais de me retenir, de ne pas déraper, mais étant très tactile, c'est d'autant plus difficile pour moi lorsque je le vois. En plus, maintenant que je sais qu'il m'aime... Il m'aime, c'est vrai. Alors, je n'ai pas rêvé ? Je peux l'embrasser autant que je le veux ? J'arrêtais alors soudainement de l'embrasser, relevant la tête pour le regarder dans les yeux. Bien sûr que ses joues sont rouges, mais les miennes ne doivent pas être mieux non plus. Dites-moi que je ne rêve pas, je vous en supplie... J'enlevais une main d'une de ses hanches pour la placer dans ses cheveux avec douceur, tout en lui souriant.

« Ming Yuan ? Il a toujours été mon meilleur ami d'enfance, rien de plus tu sais.. Peu importe ce que tu peux me dire je.. Je ne pourrai jamais te détester. Comme je te l'ai dis, je t'aime trop pour ça. »

Je lui adressais alors un nouveau sourire. Le silence n'était plus lourd, ni pesant mais tranquille et je me sentais vraiment bien, à ses côtés. Ça m'étonne encore qu'il soit amoureux de moi. Il est si beau, il pourrait avoir la plus belle mannequin de l'agence, j'en suis certain. Alors pourquoi il m'aime ? Qu'est-ce qui lui plaît chez moi ? Il est parfait, il a tout pour lui, c'est un génie, et pire que tout... Avec tout le mal que je lui ai fais, comment peut-il.. Je sentais mon sourire qui diminuait peu à peu à cette pensée. Dans le passé, je ne faisais même pas attention à lui et... Non, il ne pouvait pas m'aimer à cette époque-là, ce n'est pas possible.. Je m'en veux, qu'est-ce que je me sens coupable... J'affiche une mine assez contrariée et sans prévenir, je le prends brutalement dans mes bras, d'un seul coup. Je sens que je vais recommencer à pleurer, mais je ne peux pas, pas devant lui. Je dois me montrer fort, je ne peux pas, c'est impossible..

« Je t'aime depuis... En fait je.. Je ne sais pas trop depuis quand exactement.. Je m'en suis rendu compte il n'y a pas très longtemps, à la fin de ta cérémonie de diplômes. Je commençais à me poser beaucoup de questions, et finalement, j'ai compris pourquoi j'avais besoin de te protéger plus que n'importe qui... »

Je me décollais lentement de lui pour observer à nouveau son visage si angélique. Tu as le don de me faire tourner la tête, Petites Joues. Je déplaçais ensuite ma main pour la poser sur une de ses joues rebondies. Je ne le quittais pas du regard, je n'étais plus gêné, mon regard était empli d'un amour profond pour lui.

« J'ai peut-être choisis le mauvais moment pour te l'avouer mais s'il y a bien une chose que je ne supporte pas, c'est bien de te voir aussi mal. Je voulais que tu saches à quel point je tiens à toi. Ming Yue, ne te sens plus seul. Je suis là. »

Mon regard quitta le sien pour venir s'apposer tristement sur ses blessures. Aaaah, qu'est-ce qu'il m'inquiète.. Je ne veux pas qu'il souffre, plus jamais. Moi-même je l'ai fais trop souffrir, je ne veux plus qu'il...

« Je ne laisserai plus personne te toucher, peu importe de qui il s'agit, peu importe la raison. Jamais personne ne pourra poser un seul doigt sur toi pour te faire du mal. Je te protégerai. »

Bien sûr, quand je fixais ses blessures, je maudissais sa mère, celle que j'avais pu observer étant petit. Comment a-t-elle pu lui faire du mal à ce point-là ? Son propre fils. Je ne l'ai pas revu depuis, mais je n'en ai pas vraiment envie. Elle n'a pas intérêt à toucher encore à Yue, je ne la laisserai pas faire. Cette femme est horrible. Mes pensées se dirigèrent ensuite vers Ming Yuan. Je le vois encore me sourire, je ne sais pas comment me sentir exactement. J'ai appris beaucoup de mauvaises nouvelles, mais... Je sais que Ming Yuan aurait voulu que je prenne soin de Ming Yue. Après tout, il a quand même perdu sa moitié lorsque Yuan est parti. Mais pourtant, sa moitié est toujours en lui, grâce à son coeur. Je trouve ça vraiment beau, dans un sens. Ming Yuan... Ming Yuan me manque, de jours en jours. En partant, il a laissé un gros vide derrière lui mais, je ne l'oublierai jamais. Tous les jours je penserai à lui. C'est drôle mais je.. Quand je pense à Yuan, j'ai son image de quand je l'ai vu pour la dernière fois, il y a quelques années. Je n'arrive pas à imaginer ce qu'il pouvait être devenu il y a quelques mois physiquement et moralement parlant. Je tourne mon regard vers Ming Yue. Sûrement qu'il devait beaucoup lui ressembler, mais ils n'ont jamais été pareils tous les deux, je les différenciais toujours.

« C'est toi qui me surprends Ming Yue.. Je n'aurai jamais pensé une seule seconde que tu puisses m'aimer de la même manière que moi. Je pensais que tu ne regardais que les filles, tu sais que tu pourrais avoir la plus jolie fille de Corée tant tu es magnifique ? »


Revenir en haut Aller en bas




Anonymous

Invité


Invité



I need you - Chuchu ni Empty
MessageSujet: Re: I need you - Chuchu ni   I need you - Chuchu ni EmptyDim 23 Juin - 12:35

TITRE :

 I need you - Chuchu ni




 

Ming Yue se demandait si il ne rêvait pas. Pourtant ce souffle chaud contre ton visage ne fit qu’empourprer un peu plus ses joues. Ming Yue avait peur de sa réponse, il ne voulait pas qu’il parte. Pas maintenant. Parce qu’il était effrayé que demain tout redevienne comme avant. Que Chul Hei lui dise qu’il aimait quelqu’un d’autre ou alors qu’il avait cédé à une tentation ou autre. Ming Yue ne désirait pas bouger de ses bras, de se relever de ces genoux. Il voulait rester accroché à lui tel un koala. L’adolescent se mit à frissonner et s’accrocha un peu plus à ses épaules tout en penchant la tête sur le côté pour faciliter l’accès à Chul Hei dans son cou. Le fait qu’il le taquine ainsi le rendait dingue. Ses lèvres suçotant sa peau était une douce punition. Il soupira de bien-être et ouvrit les yeux en grand quand, il sentit la main de son leader dans ses cheveux et particulièrement quand il se mit à parler. Le plus jeune eu une pensée pour son frère pendant que son cœur, lui était en train de tambouriner contre sa poitrine. Il n’en revenait pas. Comment l’homme qu’il aimait pouvait lui dire qu’au final, il n’avait jamais éprouvé le moindre sentiment dépassant l’amitié envers son jumeau ? Pourtant, il était certain que le jeune Hwang aurait pu affectionner énormément Yuan. Il se sentait vraiment idiot, bête d’avoir pu oser penser de la sorte mais, il n’aurait jamais crus que Chul Hei pourrait partager ses sentiments… Il les partageait ? Comment était-ce possible ? Il était parfait sur tous les points ? Il ne voyait pas de personnes plus parfaites que lui. Il y avait évidemment les autres garçons de la bande mais, ce n’était pas la même chose. Ils avaient tous un charme mais, Chul Hei c’était particulier, très particulier. Il fut abasourdi quand le jeune coréen l’enlaça fortement. Il pouvait dans cette position sentir le cœur de Chuchu ni battre très fort au point que cela l’effrayait. Il commençait lui-même à paniquer un peu. Il ne comprenait pas ce changement soudain. Qu’avait-son aîné ? Il l’enlaça doucement quand ce dernier reprit la parole et, cela le toucha du plus profond de son cœur mais, il n’avait pas à s’en faire. Il s’était toujours débrouillé tout seul jusqu’à maintenant et puis, il savait qu’il n’était pas seul. Il avait tous les membres de Wonderland y compris leur manager. Il avait aussi sa Waynie, Callie et pleins d’autres personnes pour l’entouraient. La fin de sa remise de diplôme ? Pourquoi était-ce si important pour Chullie de le protéger hein ? Il se le demandait mais, il en était que pour touché. Il n’avait pas à s’en faire autant pour lui. Yue ne désirait pas être un poids mort pour lui. Il désirait être un homme qui saurait le rendre heureux. Il ne voulait pas qu’il la raison de sa distraction quand ils seraient à l’entrainement, il était le leader des Wonderland, il ne voulait pas qu’il lui fasse plus de fleurs, qu’il soit plus tendre avec lui qu’avec les autres. Mingie avait toujours du mal à croire que son ami d’enfance l’aime comme lui l’aimait. Il pourrait faire n’importe quoi s’il lui demandait. Vraiment n’importe quoi, même se jeter devant un train s’il lui demandait. Cela était effrayant mais, c’était la stricte vérité.

Quand leurs regards se rencontrèrent à nouveau, le plus jeune pouvait lire tout l’amour que lui portait le plus vieux. S’il avait encore des doutes sur les réels sentiments de ce dernier, ils disparurent très vite. Ming Yue se retenait de pleurait. Un fin sourire se dessina sur ses lèvres, un sourire tendre et doux. Il bougea la tête de droite à gauche avant de se rapprocher de lui pour mettre son front contre le sien à nouveau. Il ne fallait pas qu’il regrette, c’est lui qui doit s’excuser de ne pas avoir eu le courage de lui en parler avant. Il croyait aux paroles de son « hyung ». Après tout, lui avait-il déjà mentit ? Contrairement à lui, non. Il avait toujours été franc dans ses souvenirs. Il fallait qu’il arrête de s’excuser. Parce que cela le rendait mal à l’aise qu’il s’excuse. Il n’avait rien fait de mal. Il espérait juste qu’ils pourraient continuer sans problème dans l’avenir. L’avenir l’effrayait. Il avait peur du regard des autres. Il ne voulait que Chul Hei souffre à cause de leur relation. Une relation entre eux, cela pourrait attirer beaucoup de haine. Ce qu’il ne souhaitait pas. Ming Yue doutait pourtant, il voulait vraiment essayer. Il voulait être égoïste. Pour cette fois, il ne désirait qu’une chose. Que le leader des Wonderland ne regarde que lui et n’aime que sa personne. Cela pouvait paraître égocentrique mais, c’est ce qu’il désirait plus que tout. Yue resta sans voix, jamais il n’aurait imaginé que son ami d’enfance puisse vouloir le protéger à ce prix. Qu’il tenait réellement à prendre soin de lui. Au fond, cela le rassurait de savoir qu’il comptait énormément pour lui mais.. D’un autre côté, il était effrayé à l’idée que ce dernier puisse avoir des ennuis par sa faute. Le jeune Nam priait intérieurement pour que jamais, l’homme qu’il aimait rencontre sa mère. Jamais !!!! Il n’avait pas besoin de ça. De toute façon, lui-même ne comptait plus la revoir. C’était terminé. Ni elle, ni son père. Ce n’était pas une décision qu’il prenait de gaieté de cœur mais, malheureusement cela ne servait à rien de s’accrocher en vain quand il n’y avait rien. S’il voulait s’en sortir, surmonter la pente il fallait qu’il avance. Cela allait être dur, dur de pensé qu’il laissait son frère plus ou moins partir et en même temps… Il serait toujours avec lui. Quoi qu’il en dise il serait toujours là. Yuan serait toujours présent. A ses côtés.

«Tu n’as pas à le faire. Je n’ai pas envie que tu sois blessé par ma faute. Le fait que tu m’aimes me suffit amplement. Je t’aime Chuchu ni et, ne t’en fais pas. Cela va aller après tout, j’ai ta bague non ? Même éloignés l’un de l’autre, je sais que tu es avec moi.»

Il posa lui aussi une main sur son visage et le caressa tendrement et avec amour. Il était un peu hésitant. Peur que tout ceci ne soit qu’un rêve. Mais, son amour pour Chullie était bel et bien là. Prendre des risques pour lui ? Il refusait de voir celui qu’il aime en prendre. Il avait déjà perdu Yuan, il refusait de perdre le jeune homme ici présent ! Jamais il ne s’en remettrait si telle chose devait arriver. Il arqua un sourcil aux nouvelles paroles de son aîné qu’il arrêta son geste. Comment ça il le surprenait ? Lui avoir la plus belle fille de Corée ? Il le voyait si magnifique que ça ? Lui, se trouvait potable. Il se savait mignon mais, sa plus. Jamais il aurait pensé que son chuchu ni puisse penser ça de lui. Le jeune homme était sans voix il resta à l’observer avant de se mettre à frôler ses lèvres de ses doigts. Elles étaient si douces et chaudes. Il remplaça vite ses doigts par ses propres lèvres pour apposer doucement des baisés tout en plongeant son regard dans le sien avant de dériver vers le coin de ses lèvres puis, sur sa mâchoire avant de relever son visage.

«Ne dis pas de bêtises ! Le seul qui peut avoir la plus belle fille de Corée c’est toi ! Tu es magnifique Chuchu ni. Je ne comprends pas.. Pourtant, je suis vraiment très heureux, très heureux que j’arrive pas à croire que je peux rester près de toi.»

Il avait chuchoté et lui souriait timidement, ils étaient donc ensemble non ? Il avait peur de le demander. Qu’est-ce qu’ils étaient tous les deux ? Peut-être faudrait-il en parler aux autres ? Est-ce que Yue pouvait considéraient qu’ils étaient en couple ? C’était tôt et d’un autre côté, c’était si soudain et surtout inattendu. Jamais, il aurait pu croire que telle chose arriverait. Est-ce qu’il pouvait vraiment l’aimer ? Il se sentait toujours coupable pour son frère. Coupable de l’avoir privé de profiter de sa vie. De ce que c’est d’être jeune. C’était douloureux mais, devant Chul Hei il avait assez pleuré, il ne voulait pas l’inquiéter davantage. Yue savait pertinemment que c’était mauvais. Très mauvais qu’il essaie de penser au futur. Sinon,il risquerait de douter. Là, ce soir il laissait tomber, juste penser à l’instant présent. Profiter de Chul Hei c’est tout ce qu’il souhaitait. Après tout, leur relation serait sans doute parsemée d’embûches. Pourtant, il serait juste tranquilisé à l’entente d’une réponse de Chul Hei. Se mordant la lèvre inférieure il entoura le cou du plus âgé avant de lui poser cette question pourrait sans doute être considérée comme stupide mais, c’était tout lui ça. De poser des questions qui ne se demandaient pas. Comme la question posée précédemment à son interlocuteur pour savoir s’il voulait bien rester cette nuit avec lui. Cependant, Mingie décida qu’il la poserait demain, une fois certain que c’était bien réel et qu’il n’était pas dans un mirage. Il enfouit son visage dans le creux de son cou pour profiter de cette chaleur. Il avait l’impression d’être dans un vrai cocon.

«Ne Chul Hei.. Je suis content que tu sois revenu. J’ai crus que tu ne reviendrais jamais en Corée. J’ai de la chance de t’avoir. »

C’était un chuchotement avant de l’embrasser sur la joue et de relever son visage vers lui. Il aurait aimé rester sur lui mais, ils ne pouvaient pas rester là. Kanzaki san risquait de rentrer à tous moments et de deux, une chaise ne devait pas être très confortable pour son aîné. Peut-être qu’il serait temps qu’ils aillent dans sa chambre. Non pas pour y faire quelque chose, il était incapable à cet instant d’avoir une relation avec lui. Mais, juste être près de son corps, dans ses bras, le rassurerait. Peut-être que cette nuit, il arriverait enfin à trouver le sommeil. Un sommeil dont il avait bien besoin. Bien que… Il ne savait pas comment le lui demander sans que Chul Hei se fasse de fausses idées. Il ferma les yeux pendant un moment. De longues minutes passèrent alors qu’aucun des deux n’osaient prendre la parole. Juste profitant de l’un et de l’autre. Ming Yue s’écarte doucement de son petit ami ? Il ne savait pas comment définir Chul Hei à présent mais, est-ce que cela avait de l’importance ? Non, pas pour ce soir.

«Je.. On devrait aller dans ma chambre. On sera mieux je pense.. »

Il déposa doucement ses lèvres sur celles de Chul Hei. Jamais, il n’aurait cru possible qu’elles puissent être aussi douces. Tout doucement, il prit la main de son aîné pour entrelacer leurs doigts ensemble et se releva entrainant Chul Hei avec lui jusqu’à sa chambre doucement. Il ouvrit sa porte avant de la refermer avec son pied une fois qu’ils étaient à l’intérieur plongé dans l’obscurité mais, baigné par les lueurs de la lune qui lui permettaient de pouvoir voir « son » visage.

Doucement il reprit la main de Chul alors que lui reculait jusqu’à ce qu’il bute contre le lit et tombe à la renverse son dos entrant contre le matelas alors que Chul Hei était tombé sur lui, ce qui lui valut à nouveau de rougir à cause de leur proximité et position…


Revenir en haut Aller en bas




Anonymous

Invité


Invité



I need you - Chuchu ni Empty
MessageSujet: Re: I need you - Chuchu ni   I need you - Chuchu ni EmptyMer 26 Juin - 20:09

TITRE :

 I need you - Chuchu ni




 

Il était là, sa main s'était doucement posée sur ma joue et la caressait d'une façon tendre, qui me donnait des frissons partout. Ses paroles me rassuraient et me faisaient peur en même temps. Je sais très bien qu'il a beaucoup de personnes autour de lui, qui tiennent à lui presque autant que moi je tiens à lui. Mais j'ai peur, peur qu'il lui arrive quelque chose d'autre encore. Pourquoi ne me laisses-t-il pas le protéger ? Son Je t'aime Chuchu ni a le don de me faire craquer comme aucunes paroles ne m'a fait craquer encore. Moi aussi, je t'aime Ming Yue. Et c'est pour ça que je m'inquiète pour toi. Et si je te perdais ? Comme Ming Yuan ? Je ne le supporterai pas. Je ne veux pas que ça arrive, jamais. Je comprenais à présent sa visite de l'autre fois, à l'hôpital. Quand ma petite-soeur de coeur, ma Sae Hee et moi-même l'avions croisé dans les couloirs du bâtiment. Il n'avait pas juste attrapé froid, comme je me souviens qu'il nous avait assuré. Sur ce point-là, j'en étais certain qu'il ne nous avait pas tout dit. Il devait y être allé pour son coeur, sûrement. Après, il me dit, il m'assure encore ne pas m'en faire pour lui. C'est impossible. Quand il parla de ma bague, celle que je lui avais offerte le jour de Noël, un faible sourire s'afficha sur mon visage inquiet. Même éloignés l’un de l’autre, je sais que tu es avec moi. Je pense de la même manière. Je déplaçais alors ma main de sa joue jusqu'à ses magnifiques cheveux noirs de jais une nouvelle fois. Mon regard croisa l'éclat argenté de la bague, que je portais moi aussi ce soir-là. Mais de cette façon, je ne peux pas te protéger. Alors, je t'en supplie, ne fais pas de bêtises. Tu me le promets ? C'est ce genre de paroles que j'aimerai lui dire, actuellement, mais j'en ai pas la force. Au contraire de tout ça, j'ai totalement dérivé sur autre chose; le fait que je sois surpris qu'il m'aime, soulignant par la même occasion qu'il pourrait vraiment gagner le coeur de la plus jolie mannequin de l'agence, peut-être même du pays, sans exagéré. Paroles qui semblèrent tout de même le surprendre, puisqu'il arqua un sourcil et arrêta son geste, très agréable, envers ma joue. Qu'est-ce qu'il y a ? Tu es si surpris que ça Ming Yue ? Il va falloir que je revois avec toi ce qui s'appelle la confiance en soit. Parce que je crois que tu en manques cruellement mon Maknae. Comment se fait-il que cela le surprenne ? Ne lui-en-a-t-on jamais fait la remarque ? Là encore, c'est impossible. Un silence s’abattit alors entre nous deux, soudainement avant qu'il dirige ses doigts vers.. mes lèvres.

Pas que ça me dérange, mais ce petit geste affectif qui doit lui sembler absolument ridicule est tout simplement une torture pour moi-même. Ne joues pas avec mes pulsions (parce que oui j'en ai), ça va finir par me faire peur. En ce moment, il ne sait pas à quel point j'ai envie de l'embrasser de nouveau, à quel point il me fait de l'effet, à quel point il est désirable. Je baissais lentement mon regard pour ne pas croiser le sien, sinon je sens que je ne pourrai pas me retenir plus longtemps. Pourtant, c'est lui une fois de plus qui a brisé l'espace minime qui se trouvait entre nos bouches respectives. Lorsque j'ai sentis ses douces lèvres sur les miennes, j'ai relevé le regard et j'ai vu qu'il me regardait droit dans les yeux, plongeant son sublime regard dans le mien. Je ressentais encore et encore des frissons parcourant mon corps. Puis, je l'ai sentis dériver au coin de mes lèvres, et enfin sur ma mâchoire, inutile de vous dire que je puisais dans toutes mes forces qu'il me restait pour ne pas lui sauter dessus. Ses lèvres se décollèrent alors de ma peau mais son visage restait à proximité du mien. Il n'eut besoin que de me chuchoter ensuite, et je l'écoutais attentivement, le regardant amoureusement. Il ne comprend pas ? C'est lui qui pense que je suis magnifique ? Que je pourrais trouver une jolie fille si je le voulais  vraiment ? Il me sourit timidement, ce qui prouva ce qu'il m'avait dit juste avant, qu'il était heureux, heureux d'être à mes côtés. Physiquement, je ne peux pas dire si je me trouve bien ou pas. Je pense que je ne me trouve pas moche, mais on ne m'a jamais vraiment dit que j'étais beau en face. Venant de Ming Yue, ça me fait le plus grand bien et j'ai bus littéralement ses paroles. Si je suis si magnifique à ses yeux, alors il ne me faut rien de plus, cela me suffit. Être magnifique pour Ming Yue, c'est comme un rêve pour moi depuis la cérémonie de diplômes. Mais je ne comprends pas pourquoi il n'arrive pas à y croire... A-t-il une aussi mauvaise estime de lui-même que ça ? En tous les cas, maintenant que je sais définitivement qu'il n'a pas une haute estime de sa personne, je vais lui apprendre qu'il est sublime, quoiqu'il en dise et qu'il n'a pas à s'inquiéter, car physiquement, il est parfait pour moi. J'évitais à présent de regarder ses lèvres, sentant ses bras entourer mon cou de chaque côté et se croiser dans ma nuque. J'ai sentis ensuite sa tête se nicher dans mon cou, ce qui était vraiment agréable comme contact, je dois bien l'avouer. Son souffle chaud percutait contre la peau de mon cou, cette chaleur envahissait tout mon être. Patiemment, j'attendais le son de sa voix, que j'aime tant.

Mon coeur se mit alors à batte à cent à l'heure, à nouveau, pour accompagner le sien que je pouvais ressentir facilement. J’ai de la chance de t’avoir. Qui ne rêverait pas que l'on lui dise la même chose ? Si cette personne existe, elle n'est pas humaine. Ce qu'il me dit, c'est juste tellement adorable, je crois que je vais mourir devant tant d'amour de sa part. Moi aussi, je suis incroyablement heureux. Je ne sais pas si je dois penser à l'avenir ou quoi. Du fait que nous sommes.. ensemble ? Ah oui, on l'est je crois bien. Enfin, je ne sais pas ce qu'il en pense de tout ça, je lui demanderai demain, mais je ne vois pas vers quelle relation tout ça pourrait nous mener, à part sortir ensemble. Même si, du fait de nos statu respectifs, cela devra se faire le plus discrètement possible. Je ne sais pas ce que je ferais, sans t'avoir rencontré, toi et Ming Yuan. Est-ce que j'aurais eu les mêmes envies ? Déjà, je n'aurais pas connu la musique. Je suis revenu Ming Yue, alors ne t'en fais pas. Il m'embrassa ensuite sur la joue, geste encore une fois énormément craquant. Je le vis fermer les yeux pendant de longues bonnes minutes, et bien sûr que j'aurais bien voulu savoir ce qu'il se passait dans sa petite tête trop mignonne. A quoi pensait-il ? Il semblait bien ancré dans ses pensées. Je ne disais toujours rien, profitant de sa présence au maximum. C'est la première fois de ma vie que je profite de lui à ce point, ça me bouleverse toujours autant maintenant que j'y pense. Sa chaleur me réchauffait de la même façon. Je repensais à ce que nous étions l'un pour l'autre. Petits-amis ? Je crois que c'est le cas, mais je n'en suis pas encore sûr, je ne veux pas affirmer trop tôt avant d'avoir eu son accord. Dans l'avenir, j'ai peur du regard des gens. Surtout en Corée du Sud, et encore plus dans la capitale. Et pour rajouter à tout ça, nous sommes de futurs Idoles. Déjà que les couples hétéro' sont moyennement acceptés dans le show-business et que les fans persécutent les couples en question, je n'imagine même pas si quelqu'un nous apercevait ensemble, tous les deux. Je ne veux pas qu'on lui fasse du mal, il a assez souffert toutes ces années pour ça. Je sais comment ça pourrait finir, je m'énerverai en public et ce ne serait pas beau à voir; on serait virés de l'agence et mal regardés partout après. La Corée du Sud est un pays qui n'a jamais reconnu l'homosexualité, j'en suis conscient. Malgré que je ne le suis pas en fait, c'est juste de Ming Yue dont je suis amoureux. Autrement, d'aussi loin que je m'en souvienne, j'ai toujours eu des petites-amies. En ce qui concerne Ming Yue, je ne sais pas du tout non plus mais tout ce que je sais, c'est que dans la rue, je sens d'ici les regards venir. J'ai peur qu'on s'en prenne à lui, voilà tout. Mais personne ne le touchera en ma présence. J'étais totalement perdu dans ma propre réflexion lorsque j'ai entendu la douce voix légèrement hésitante de l'homme que j'aime à mes oreilles.

Sa proposition me fit ouvrir des yeux ronds. Où voulait-il en venir ? Nouveau frisson. Je ne sais pas comment je dois l'interpréter mais.. Ce n'est pas que je ne veux pas, non.. Est-il sûr de ce qu'il veut ? Ou bien peut-être que je me trompe complètement et que ce n'est pas du tout de ça qu'il veut parler. Peut-être qu'il parle juste de confort et qu'il dit donc que l'on serait mieux dans un lit, mais enfin, ça porte vraiment à confusion, je ne sais plus quoi penser en cet instant... Et s'il tenait vraiment à.. maintenant ? Non, venant de lui, il est si.. innocent ? Je ne sais pas, il a sûrement dû avoir des relations, enfin je n'en doute pas, j'en suis sûr. Il a dû en faire craquer plus d'une ou même plus d'un. Mais je reste quand même assez choqué. Je me fais sans doute des films. Il m'embrassa doucement et tendrement avant de prendre ma main. Je me laissais faire sans broncher évidemment, nos doigts s'étaient entrelacer ensemble. J'étais comme sur un petit nuage et je ne voulais pas en sortir. Il ouvrit alors une porte, et j'en concluais alors que c'était sa chambre. Il me tira légèrement à l'intérieur, et je me suis donc retrouvé dans l'obscurité la plus complète une fois la porte refermée. Sa main était toujours dans la mienne. Toutefois, la douce lueur de la lune nous permettait de nous voir respectivement, et même de voir un peu la chambre de Ming Yue. C'est de cette façon que tendrement, je sentis ses yeux se poser sur moi, et qu'il me tirait légèrement vers lui en reculant. Quelques secondes plus tard, j'eus légèrement peur puisqu'il buta contre son propre lit et tomba en arrière, allongé sur le dos contre son matelas. De la même manière, je me suis retrouvé entraîné dans sa chute, tombant sur lui et me retenant de mes deux mains placées de chaque côté de sa tête. Mon coeur battait la chamade à la simple vue de Ming Yue, et de son visage si adorable, rougissant comme pas deux ne l'auraient fait. Dans cette position, évidemment que c'est encore plus difficile pour moi de garder mes distances. Surtout quand il me sort une bouille pareille. J'avais porté mes doigts à ses lèvres doucement, essayant de calmer mes esprits le plus possible. Il est si beau, comment voulez-vous.. ? Inutile de vous dire que je le dévorais littéralement des yeux. Malgré tout mes efforts mentaux pour me dire de stopper, d'arrêter, mes lèvres vinrent prendre possession des siennes presque immédiatement. Je m'en veux, je sais que je dérape facilement mais.. si vous connaissez la recette pour résister à Nam Ming Yue, je la veux bien. Pour l'instant, je ressentais juste le plaisir d'avoir ses lèvres contre les miennes. Rien d'autre ne comptait qu'être à ses côtés. Pourtant, je sentais que je devais m'arrêter. Je savais déjà que mes mains parcouraient son torse (pas dénudé mais quand même) et sa chevelure, au rythme du baiser qui s'était vite fait passionné. Bordel, Chul Hei, il ne faut pas. Il faut que je m'arrête, même si de cette façon beaucoup plus que d'habitude, l'homme que j'aime est énormément désirable. Mais je ne peux pas, pas ce soir. Sentant l'air me manquer, je me suis retiré doucement de ses lèvres, enfouissant ma tête dans son cou par la suite. Je faisais quand même en sorte de ne pas trop m'appuyer entièrement sur son pauvre corps, je dois franchement être lourd. Mes mains étaient restées sur son torse, et je pouvais ressentir son souffle qui avait prit une tournure rapide. Dans un souffle moi aussi, je lui ai murmuré:

« Pardon, je- Je ne sais pas ce qui m'a prit tout d'un coup, je me suis laissé emporter, je m'excuse Mingie.. Je n'irai pas plus loin.. pour l'instant. ~ »


J'avais laissé échapper un petit rire voyant la tête à nouveau rougie de mon ange. Mon ange ? Ais-je le droit de l'appeler comme ça ? Enfin, tant que je ne le dis pas à voix haute, il ne le sait pas. Je colle mon front contre le sien, mon regard se plongeant dans ses yeux noirs. Je lui adresse un sourire tendre avant de lui embrasser le front doucement.

« Je suis heureux que tu sois à mes côtés, et je ne repartirai jamais, si tu me permets de rester à tes côtés à partir de maintenant. »


Je le dévorais encore et encore des yeux, il est si beau. Soudainement, j'ai sentis son corps trembler. Avait-il froid ? Je me suis alors allongé à côté de lui, le prenant dans mes bras, et l'embrassant sur la joue, dans le cou, le taquinant le plus possible en riant. J'avais accepté de rester avec lui ce soir mais je ne tenterai rien, parce qu'il est tout pour moi et que pour rien au monde je voudrais encore le blesser. Et puis, je sens qu'il n'est pas prêt de toutes manières, et je n'ai pas envie d'insister. Tout ce que je souhaite maintenant, c'est qu'il soit avec moi, et ça me rendra heureux. Tout simplement.


Revenir en haut Aller en bas




Anonymous

Invité


Invité



I need you - Chuchu ni Empty
MessageSujet: Re: I need you - Chuchu ni   I need you - Chuchu ni EmptySam 6 Juil - 20:23

TITRE :

 I need you - Chuchu ni




 

La respiration saccadée, le souffle court, il était hypnotisé par « son » regard. Sentir son corps appuyé tout contre lui, plusieurs zones privées qui se touchent… Une douce chaleur prit possession de son corps. Il refusait de fermer les yeux, il était obnubilé par son regard, ce souffle chaud qui balayait son visage. Les bras bandants le long de son corps. Il n’osait bouger. Il trouvait Chul Hei magnifique. Ils étaient entourés dans un silence à l’abri des regards. Est-ce que c’est la pénombre de cette pièce qui rendait l’atmosphère plus intimiste ? Il n’en savait rien mais, son cœur lui, n’arrêtait pas de frapper fort sa poitrine gauche. Il soupçonnait Chullie de pouvoir l’entendre. Il devrait être heureux mais, d’un autre côté il était anxieux et gêné d’où sa rougeur. Leurs visages étaient séparés de quelques millimètres. Il n’eue pas le temps de réagir que ses lèvres furent de nouveau happées par les siennes. Au début surpris, il ne résista pas longtemps à lui laisser l’accès pour que leurs deux langues se lient à nouveau l’une à l’autre. Il laissa Chul Hei menait la cadence pendant que lui, se laisser emporter par le toucher de son aîné sur son tors et que ses deux mains, une se tenant à son haut, l’autre dessinant les fins muscles qu’il pouvait sentir à travers son t-shirt… Il tremblait d’appréhension mais, aussi d’excitation. Il commençait à avoir chaud, le plus jeune était incapable de retenir les frissons qui parcourraient son corps, ses soupirs de bien être tant il était emporté par l’ardeur du baisé. Cet échange commençait à devenir chaotique, il manquait d’air mais, il était incapable de le repousser. De l’arrêter, de dire quelque chose. Leurs lèvres restèrent scellées l’une à l’autre pendant plusieurs minutes. Le coréen manquait certainement d’air comme le sino-coréen mais, ne semblait vouloir faire un arrêt pour reprendre de l’oxygène. Pour Mingie, ce baisé était son oxygène. Il ne voulait arrêter pour rien au monde. Il avait peur que tout cela soit faux. Il avait cette crainte que tout s’arrête. Pourtant cet échange chaud prit fin et, il laissa passer entre ses lèvres un petit gémissement qui le rendit encore plus gêné, son torse se levait difficilement et, sentir le plus vieux enfonçait son visage dans son cou le chatouillait mais, il avait chaud et, il commençait à se détendre peu à peu. Il ouvrit les yeux aux paroles de son amant ? Hein la prochaine fois est-ce que… Il pensait à ? Il rougit encore plus si c’était possible alors que son cœur, semblait désirer sortir de sa poitrine. Il ne savait pas quoi dire, les mots manquaient et, il voulait détourner le regard pour que Chul Hei ne voit pas sa gêne mais, comment détourner le regard de l’homme qu’il aimait alors qu’il était lui aussi rougit et essoufflé le rendant d’autant plus irrésistible. Il était magnifique. Il ne comprenait pas comment il avait fait pour tomber amoureux de lui. Son petit rire l’avait chatouillé et fait presque exploser de joie son cœur. Ses deux mains tenant son haut, il ferma et ouvrit les yeux quand il sentit les lèvres douces et rougies de son hyung. Essayant de récupérer sa respiration, il écouta les paroles de l’homme qui se trouvait juste au-dessus de lui et contre lui.

Il était heureux ? Vraiment ? Ming Yue n’arrivait pas à le croire. Sans se contrôler il frissonna et avant même qu’il puisse dire esquisser un geste, il se retrouver collé contre son torse, entouré de ses deux bras et surtout il frissonna avant de sourire et de se retenir à cause du rire et des taquineries de l’aîné. Il enlaça ce dernier avec ses deux bras tout en essayant de parler pour lui dire d’arrêter parce qu’il lui donnait envie de rire. Ming Yue n’osait pas le regarder et en même temps, il voulait voir son visage avant de sombrer dans le sommeil. Il était effrayé à l’idée que demain il se réveille sans que le leader des Wonderland se trouve à ses côtés. Il finit, par écarter son visage pour voir celui l’être qu’il aimait plus que tout sans pour autant desserrer son étreinte. Il lui avait promis de ne jamais partir ? De rester à ses côtés ? Est-ce que cela lui suffirait pendant longtemps ? Il n’était pas aussi riche que lui et il doutait qu’il pourrait le rendre heureux comme il méritait de l’être ? Peut-être valait-il mieux qu’il remette cela à demain au vu de son état de fatigue avancé. Il finit par recroiser son regard et vint picorer doucement les lèvres offertes de son vis-à-vis avant de lui souffler un :

«Merci.»

C’est tout ce qu’il trouva à dire. Il voulait dire plus que ça mais, les mots manquaient à cause de la fatigue, des différentes émotions qui avaient immergée. Merci de l’aimer, d’être là, de l’avoir écouté. Son merci était pour tout ça. Enfonçant de nouveau son visage dans le torse du plus âgé, il ne fallut pas longtemps pour qu’il sente ses paupières devenues lourdes. Il essaya de combattre Morphée mais, il se sentait en sécurité dans les bras de Chul Hei et les battements de son cœur lui servirent de berceuse il voulait même en faire la remarque mais, cette soirée riche en émotion eu le dessus sur lui. Et c’est sereinement qu’il finit par dormir.

Le lendemain….

Les rayons du soleil filtrèrent la chambre et ce sont ces derniers, qui réveilla l’un des deux garçons la chambre où on pouvait entendre de doux ronflements. Le maknae des Wonder Land, avait chaud, il se sentait bien qu’il avait la flemme de se lever. Il voulait mettre une de ses mains pour se protéger du soleil mais, il se rendit bien vite compte que son bras était coincé mais, pas seulement son bras, tout son corps en plus de sentir un souffle chaud et inconnu contre son visage. Il papillonna plusieurs fois les paupières avant de les ouvrir mais, les referma aussitôt à cause de la luminosité. Il lui fallu un moment avant de les ouvrir pour se retrouver devant le visage du jeune Hwang. Qu… Qu’est-ce qu’il faisait ici et puis pourquoi il était si près de lui et..

«Whaaaaaaaaa !»

Il sursauta en arrière tout en poussant un cris avant de pousser malgré lui Chul Hei !! Son cœur bondit hors de sa poitrine mais, sa peur fut plus immense encore quand il vit le corps au chaud de son aîné tomber hors du lit. Ming Yue se précipita vers lui et s’agenouilla près de son corps que son visage se retrouva penché au-dessus du sien. Il espérait que Chul Hei n’avait pas trop mal en tombant. Il était stupide mais, attendez… Qu’est-ce qui s’était passé.. Mais, avant même de penser à ce qui s’est passé il…

«Chuchu ni tu vas bien ? Tu ne t’es pas fait mal ? Je ne voulais c’est juste que.. Je ne.. m’attendais pas à.. Qu’est-ce que tu fa.. »

Il ne finit pas sa phrase quand les souvenirs de la veille refirent surface. Des flash qui se transformèrent en souvenirs clairs firent leur apparition. Son visage changea de tout au tout.. Surtout en se remémorant une scène, les baisés échangés dans la cuisine mais, ce n’était rien comparé à l’échange qu’ils avaient eu sur le lit… Il pouvait encore sentir les doigts fins et délicats de son aîné sur son torse et à cette pensée il commença à avoir des bouffées de chaleur… Ils auraient pu le faire ? C’était vrai ? Chul Hei l’aimait ? Il n’arrivait toujours pas à y croire, il se rappelait encore ses lèvres happées sa peau… Cette dernière devait être marquée !! A cette pensée, il mit ses doigts dans son cou, il fallait qu’il en ait le cœur net.. Il se sentait gêné, il fallait qu’il en ait le cœur net mais, quand il sentit du mouvement et que son regard croisa le sien, il fut figé mais pour autre chose avant de lui offrir un sourire chaleureux et d’emmener une main sur sa joue. Il n’était pas rassuré sur le fait que Chul Hei soit réel. Il voulait être sur et quand sa main se posa sur sa joue, il fut étrangement rassuré avant de dire en riant doucement :

«Chuchu ni tu ressembles vraiment à un hamster avec tes petits yeux !»

Il était vraiment mignon avec les cheveux en bataille et ses petits yeux mais, il finit par s’arrêter de rire avant de se pencher pour poser doucement ses lèvres sur celle de Chul Hei. Hésitant il était, d’où le fait qu’il n’approfondit pas le baisé mais, aussi parce qu’il était tôt et qu’il voulait se faire pardonner pour l’avoir jeté hors du lit et surtout pour s’être légèrement moqué de son aîné mais, il le trouvait vraiment magnifique et surtout adorablement mignon. Jamais, il n’aurait cru qu’un jour il se lèverait près de son leader ainsi. C’est même la première fois. Doucement il s’écarta de son aîné et finit par chuchoter un :

«Bonjour ! Bien dormi ?»

Un sourire timide, il ne savait pas quoi lui demander d’autre pour le moment. Il n’était pas certain que l’embrasser soit une très bonne idée pourtant, ces lèvres si douces et chaudes, le rendait littéralement fou mais, ils devaient tous les deux parler. De ce qu’ils étaient désormais… Non pas que Ming Yue était effrayé par ce qui pourrait advenir de leur relation, comment ils devaient agir en public et pour le reste des membres ? Non pas qu’il leur faisait pas confiance mais, ils ne se connaissaient pas non plus depuis très longtemps alors.. Pourtant, il revint à la réalité parce qu’il n’avait pas trop le choix et parce que c’était le matin. Tout ce qu’il voulait pour le moment c’était profiter de son petit ami.

«Est-ce que.. Hier soir c’était bien réel.. Je… Tu devrais te rassoir sur le lit… Je vais voir si Kanzaki shii est éveillé. Tu veux déjeuner quoi ? C’est moi qui prépare !»
Proposerait-il un petit déjeuner au lit au leader des Wonderland ? Mais, ils n’avaient pas mangé hier soir et de plus, Chul Hei était son invité et, il ne voulait pas qu’il fasse quoique ce soit. Une autre façon de se faire pardonner pour sa chute, il espérait vraiment qu’il n’ait pas mal. Peut-être qu’il voulait prendre aussi une douche non ? Ah qu’est-ce qu’il devait lui proposer hein ? Prendre une douche pendant qu’il préparait le petit déjeuner ne serait pas si mal que ça non ? Il n’avait pas les idées mal placées ce n’était pas son genre… Juste que…

«Ou si tu veux tu peux aller prendre une douche pendant que je prépare ? Enfin, comme tu veux mais.. Je n’ai pas assuré hier soir niveau hôte. Je m’excuse !»


Revenir en haut Aller en bas




Anonymous

Invité


Invité



I need you - Chuchu ni Empty
MessageSujet: Re: I need you - Chuchu ni   I need you - Chuchu ni EmptyMar 23 Juil - 19:54

TITRE :

 I need you - Chuchu ni




 

Les taquineries que j'avais en ce moment envers Ming Yue étaient parfaites. Pour cause, il avait entouré mon torse de ses bras et chuchotait des Arrêtes, parce qu'évidemment, il avait vraiment envie de rire. Ça me faisait plaisir, je voulais juste le voir heureux. A un moment, il s'écarta de moi-même, et plongea son regard dans le mien, déposant même de furtifs baisers sur mes lèvres avant de chuchoter encore. Un simple mot; Merci. Sa bouille adorable, sa voix douce et agréable, son regard, son odeur, tout. Je ne pouvais pas croire encore que tout ça n'appartenait qu'à moi et à personne d'autre, en cet instant présent. Mais il me remerciait, encore. J'ai esquissé un sourire bienveillant à cette vue, surtout quand il nicha sa tête contre mon torse. Son souffle s'était ralenti, tout comme le mien et je sentais qu'il était prêt à s'endormir. J'espérais aussi qu'il ait plus chaud et que mes bras servait au moins à quelque chose. La chaleur de son corps me servait aussi de bouillotte il faut dire. Alors c'était bénéfique pour nous deux. Au bout de cinq minutes, alors que je somnolais tranquillement, j'entendais très nettement sa respiration qui était devenu régulière. Pour vérifier le fond de mes pensées, je me suis légèrement reculé pour observer le visage endormi de mon cadet. En effet donc, il dort bel et bien. Je ne sais plus combien de temps exactement je suis resté à le regarder dormir. Mais une chose est sûre; c'est en admirant le beau visage de Yue que j'ai sombré peu à peu dans le sommeil.

---------------------

La voix affolée de Ming Yue me tira de mon sommeil profond (car oui, même le matin, je dors très profondément mais là apparemment, pas assez) et je me sentis... en fait, je ne sais pas. J'ai eu l'impression de tomber de la fenêtre, et de dégringoler des marches en roulant sur moi-même. Peut-être que j'étais encore dans mon rêve, mais si c'était un rêve, alors il me semblait bien réaliste. Parce que non seulement je me trouvais sur une moquette (rien qu'au toucher, c'est facile de deviner) mais en plus, j'avais affreusement mal à... partout, mais surtout à mon dos. Je ne me fais pas vieux, je n'ai que 23 ans ! Ne riez pas, j'ai mal à mon dos comme un grand-père. En plus, dès le matin. Bordel, qu'est-ce qu'il se passe bon sang ? J'entendis des pas précipités vers moi et quand je réussis à ouvrir les yeux, j'eus la surprise de voir le visage de Ming Yue à quelques centimètres du mien, complètement effrayé et apeuré. Quoi ? Est-ce que j'ai- Aïe, mon dos. Avant que je ne puisse dire quoique ce soit, je fus complètement harcelé de question. Là encore, je ne comprenais plus rien. Pendant que je me frottais les yeux, ébloui sous le coup de la lumière du jour par la fenêtre, je réfléchissais à ses questions. Quoi ? Comment ça il ne s'attendait pas à ce que je sois là ? Aaaah, trop de questions dès le matin c'est pas bon pour moi.. En plus, je ne sais pas qui m'est arrivé, mais je devrais me relever et- Mais si je réfléchis encore, ce n'est pas plutôt Ming Yue qui a eu peur de moi et qui m'a poussé hors du lit ? Aiiish, si c'est comme ça tous les matins.. Tous les matins ? Non mais à quoi je pense moi, sérieusement. Ce n'est pas comme si on allait emménager ensemble. Puis moi qui n'arrête pas de dire qu'il est merveilleux, là, il vient de casser le mythe que je me faisais de lui. Tu parles d'un réveil en fanfare, je m'y attendais vraiment pas pour le coup. Je me relevais alors difficilement du sol, me frottant l'arrière de la tête. Je devais avoir les cheveux en bataille, j'vous raconte pas. Je tournais mes yeux encore à demi-ouverts vers celui que j'aime. Je pouvais réussir à voir ses joues rouges comme des tomates, et actuellement, il dirigeait ses doigts dans son cou. Qu'est-ce qu'il fait ? Est-ce qu'il se rappelle d'hier ? C'est pas comme si on avait fait quelque chose mais.. Si ça se trouve.. Oh non je pourrais vraiment pas le supporter ! Si tout ce qui s'était passé hier, il ne s'en rappellerait pas.. Quand il me remarqua enfin et sembla sortir de ses pensées, il se figea pendant deux secondes avant de m'offrir un sourire chaleureux. Ça aurait été super, s'il ne m'avait pas poussé du lit. Je sentis sa main venir se poser sur ma joue et je le regardais en silence, sans rien dire, encore mal réveillé. Je n'imagine même pas ma tête. Généralement, je ne suis pas vraiment du matin. Vous savez, du genre à ronchonner parce qu'il faut se lever, eh bien c'est moi. Mes pensées se virent confirmer à propos de mon physique matinal actuel quand je l'entendis rire. Puis, surtout avec ce qui suivit.

Attendez. Un.. quoi ? Je m'étirais, encore et toujours dans le pâté. Une douleur se fit ressentir dans mon dos mais j'essayais de ne pas en tenir trop compte. Un Hamster ? Ah ouai. C'est ça. J’acquiesçais, prêt à me recoucher dans le lit. Mes petits yeux.. ... ... HEIN ? QUOI ? Qu'est-ce qu'il vient de dire ? Chuchu ni tu ressembles vraiment à un hamster avec tes petits yeux ! Je frottais mes yeux, comme pour essayer de les écarter, pour qu'ils deviennent plus grand mais je crois bien que c'était peine perdue. Ming Yue. Nam Ming Yue. Avec tes comparaisons mignonnes, on va vraiment croire que je descends de cet animal bizarre qui grignote comme un lapin. JE NE RESSEMBLE PAS UN HAMSTER. Pourquoi est-ce qu'il me voit comme çaaaaa ? Un Hamster c'est tellement ridicule. Je fis une mini-moue mais qui s'arrêta quand je sentis une douceur sur mes lèvres. Tout d'un coup, tout ce qu'il venait de faire, tout ce qu'il venait de dire, s'était envolé. Ce baiser est vraiment magique, vous ne croyez pas ? Le baiser ne dura pas longtemps, disons que c'était un baiser matinal. Il était ensuite accompagné d'un Bonjour ! Bien dormi ?, tout aussi agréable. J'ai lâché un bâillement très classe avant de lui rendre son sourire. Je suis d'aplomb à présent. Je vais me lever, me préparer et surtout, cuisiner (tant que je peux même si la cuisine..).

Quand la voix de mon petit-ami (?) s'éleva de nouveau dans la pièce, je tendis l'oreille le plus attentivement possible. Bien réel ? Il demande si.. ? N'empêche qu'il a l'esprit confus et ça se voit. Je veux le rassurer, le plus possible, quand je serais mieux réveillé évidemment. Il parle de tout en même temps. D'abord il me demande si hier c'était bien la réalité, ensuite il me dit que je devrais m'asseoir sur le lit, puis il parle de Ryu, puis il me demande qu'est-ce que je veux manger puis enfin, il me dit qu'il va préparer lui-même. Hein ? RYU ? Pourquoi il parle de lui comme s'il habitait ici ? Je ne comprends plus rien du tout, surtout le matin, j'ai dû mal à réfléchir correctement.
Pendant que j'étais encore dans les vapes, il continua avec sa petite voix hésitante. Prendre une douche ? Et il s'excuse encore... Ming Yue, arrêtes de me demander pardon à chaque fois que tu prends la parole ! Je ne vois pas pourquoi il s'excuse en plus. J'ai peut-être faim, mais je peux attendre, qu'il ne s'en fasse pas pour ça ! Et là, il ne faudrait pas que mon ventre me trahisse, sinon.. J'ai donc relevé les yeux (mes petits yeux haha) vers lui en souriant faiblement avant de lui ébouriffer les cheveux tendrement.

« Tout d'abord, arrêtes de t'excuser mon Ange. Tu n'as pas à t'excuser, point barre. Ensuite, aïe- »

Ce n'est pas mon ventre qui m'a trahit mais mon dos. Je lui souris à nouveau faiblement, lui faisant signe de ne pas trop s'inquiéter. Il s'en fait déjà assez.

« Ensuite, je pensais m'atteler au petit-déjeuner, mais si c'est toi qui prépare, j'ai tellement hâte ! Ce sera délicieux, évidemment. Donnes-moi ce que tu veux, je ne suis pas bien difficile, et de toutes façons, c'est obligé que ce soit bon. Merci mon Yue. Puis, Hyung habite ici, vraiment ? Je n'étais pas au courant, mais tu me raconteras tout ça plus tard. »

Je lui adressai alors un nouveau sourire, m'apprêtant à me lever. Ah non, je n'ai pas encore finis de parler, c'est vrai. Je redirigeais alors mon regard vers sa petite bouille. Adorable. Tout simplement trop adorable. Je me suis approché lentement de lui, jusqu'à ce que mes lèvres soient prêtes de son oreille. Je n'ai eu besoin que de chuchoter:

« Et à propos de hier soir.. J'espère bien que c'était réel.. Pourquoi, tu n'as pas aimé ? »

J'ai laissé échapper un petit rire suite à ma question qui pouvait se comprendre avec un autre sens.

« Bien sûr que tout était réel. En ce qui concerne la douche, c'est gentil de ta part de me le proposer Mingie. J'y vais dans ce cas. Libre à toi de voir si tu veux me rejoindre ou pas ~! »
Encore une taquinerie, il va falloir qu'il s'y fasse à présent. J'aime bien le taquiner et le voir rouge comme une tomate, comme en ce moment précis. Et donc en voyant sa tête mémorable, je ne pus m'empêcher de m'esclaffer à nouveau. S'en suivit une légère pichenette sur le front et un:

« T'en fais pas va, je rigolais, petite nature innocente. »

Avant de me lever et de me diriger tranquillement vers la porte, un léger sourire aux lèvres. Une fois enfermé dans la salle de bains, je me suis rué sous la douche, appréciant l'eau chaude comme jamais, et qui avait finit par me réveiller totalement. En sortait, quelques minutes après, serviette autour de la taille et une autre pour m'essuyer les cheveux et le visage, je me plaçais devant la glace, m'observant quelques secondes. Des petits yeux. Un Hamster. Est-ce que. Non, bon c'est vrai j'ai pas vraiment des yeux qui sont énormes. Je me rapprochais de glace, fixant mes yeux d'un air suspicieux. J'essayais à nouveau de les écarter après avoir posé ma serviette pour les cheveux sur mon épaule. Si seulement ils pouvaient devenir un p'tit peu plus gros.. Je ne vais pas développer un complexe sur eux maintenant. Je n'ai aucuns complexes, alors ça va pas commencer. En même temps, le regard que Ming Yue porte sur moi est le plus important de tous, alors je suis en train de me demander s'il blaguait vraiment ou pas, et si finalement, il voudrait bien que j'ai des yeux plus grands. Je soupire en me dévisageant une énième fois devant le miroir, lorgna le parfum sur le côté puis le peigne et tout ce qui va avec. Généralement, à chaque fois j'ai mes affaires puisque j'ai toujours pris ma douche chez moi, enfin à quelques exceptions près dans le passé. Mais j'avais toujours prévu le nécessaire. Or là, j'hésitais franchement. Finalement, je me décidais à mettre une eau de Cologne qui passait par-là (et priais pour ne pas avoir fais de gaffes) à sortir de la salle de bains, avec toujours ma serviette autour de la taille et mon autre sur l'épaule. J'avais décidé de m'habiller dans la chambre à Yue, mais j'avais étrangement envie d'aller le voir dans la cuisine. Là, on pouvait vraiment dire que j'avais été attiré par l'odeur qui y régnait, ça sentait vraiment bon. Alors que je m'avançais dans le couloir, je passais par sa chambre pour y déposer mes vêtements et revenais ensuite le voir dans la cuisine, en essayant de ne pas trop faire de bruit pour le surprendre. Arrivé juste derrière lui, qui était dos à moi évidemment, je l'entourais de mes bras et collais mon corps contre le sien, affichant un sourire quand il sursauta et l'embrassant tendrement sur la joue.

« Je suis venu parce que ça sent bon par ici ~ Tu prépares quoi, Yue ? »

Le seul truc qui m'ennuie, c'est que si Ryu habite vraiment ici, s'il nous voit comme ça.. Bon, vous voyez ce que je veux dire.


Revenir en haut Aller en bas




Anonymous

Invité


Invité



I need you - Chuchu ni Empty
MessageSujet: Re: I need you - Chuchu ni   I need you - Chuchu ni EmptyDim 28 Juil - 20:30

TITRE :

 I need you - Chuchu ni




 

Ming Yue était effrayé à l’idée d’avoir offusqué son petit ami ? Parce que, c’était ce qu’ils étaient n’est-ce pas ? Yue se le demandait encore… Il avait peur que ce qui s’était passé hier, ne soit qu’un rêve pourtant, si Chullie se trouvait bien devant lui c’était que tout ceci, était vrai. Il avait toujours peu mais, la voix douce de l’homme qu’il aimait le rassura du moins, c’était avant qu’il ne puisse pas finir sa phrase et grimace un peu en gémissant. Son inquiétude pour lui était palpable. Il n’allait pas mourir mais, cela n’empêche pas le fait qu’il l’avait blessé en agissant comme un véritable idiot. Pourquoi avait-il perdu tous ses moyens hein ? Pourquoi ne s’était pas remémoré la veille avant qu’il ne hurle et pousse le plus vieux hors de son lit. Vraiment, ils débutaient tous les deux sur des chapeaux de roue. Que le jeune homme lui fasse signe de ne pas s’inquiéter par rapport à la douleur qu’il lui a causé le rassure peu là aussi mais, il lui sourit malgré tout quand ce dernier accepte son invitation à déjeuner. Il n’était pas certain qu’il allait réussir mais, il était motivé à donner un parfait déjeuner au plus âgé. Maintenant qu’il y pensait… Mingie se demandait si Ryu était rentré et les avait pris en flagrant délit. Non pas qu’ils avaient fait quelque chose tous les deux… Ils s’étaient seulement endormis dans les bras de l’un et de l’autre et… Ses pensées, furent interrompues par le souffle chaud de son vis- à-vis et ses paroles qui le firent frissonner malgré lui. Qu’est-ce que… Non… Il avait aimé… A cette pensée il se mit à rougir mais, ce qui finit par l’achever ce fut les paroles suivantes…  Son visage prit une jolie teinte rouge. Comment ça venir le rejoindre… Est-ce qu’il le pouvait vraiment… Est-ce que cela n’allait pas trop vite ? Non pas qu’il doutait de ses sentiments, il aimait Chul Hei le problème était ailleurs… Il avait honte de son corps, il n’était pas à l’aise avec ce dernier et ce, depuis que l’ex de son propre frère lui a fait des attouchements.. Qu’il a passé une nuit torride en pleine rue et encore, il était complètement saoul. Yue se sentait quand même sale et irresponsable alors que le corps de son aîné, devait être beau. Il était parfait. Le maknae des Wonderland était perdu. Il arrivait à peine à articuler… Que devait-il répondre à cette invitation hein ? Cela c’était avant qu’il se reçoive une petite pichenette de son petit ami et que son rire cristallin lui parvienne jusqu’aux oreilles. Ii le faisait marchait et lui y a complètement crus… Son cœur tambourinait très fort contre sa poitrine alors qu’une gêne plus grande que la précédente s’était emparée de lui. Le jeune Nam se sentait idiot… A quoi il pensait hein ? Mais, si c’était vraiment le désire de son aîné peut-être qu’il devrait…  Pourtant, il n’avait aucune expérience dans le domaine. Sa seule nuit, il n’avait rien fait, il s’était laissé prendre tout simplement… Et, il avait aimé sur le moment mais, au fond, il était honteux… Il ne réagit que lorsqu’il sentit son leader ouvrir la porte de sa chambre.. Là, il se releva en toute hâte avant de balancer à ce dernier furieusement rouge.

«AAAAAAAAARGH CHUCHU NIIIIIIIII !!»

Il plaque ses mains de suite contre ses lèvres. Quel idiot. Si Ryu était présent, il vient de les griller en quelques secondes. De plus, il venait de donner une certaine victoire à son aîné. Il s’assoit sur son lit avant de placer sa main sur son cœur. Son cœur ne voulait pas s’arrêter de battre. Cependant, il se sentait coupable. Peut-être que Chul Hei avait rigolé mais qui sait… Peut-être qu’il avait envie… Qui sait… Peut-être qu’hier soir aussi il… Il commença à avoir chaud et une certaine culpabilité naquit. Comment devait-il prendre les avances de son petit ami ? Parce que si c’est ce qu’il voulait le plus jeune ne voudrait pas que son petit ami finisse par s’ennuyer ou se sente frustré au point de l’abandonner et…. Non…. Il fallait qu’il arrête. Pourtant, cela allait lui trotter dans l’esprit. Il fallait qu’il se reprenne et vérifie si Kanzaki Hyung est rentré cette nuit. Depuis, quelques temps, il le voyait à peine… Il paraissait être un peu distrait. Peut-être avait-il lui aussi des soucis. D’énormes soucis. Il aimerait tant lui rendre ce qu’il lui a donné mais, qu’est-ce qu’il pourrait bien faire pour lui ? Il se donna quelques gifles sur les joues pour se réveiller et surtout se remuer pour faire un parfait petit déjeuner. Yue sortit de sa chambre et s’arrêta devant la porte de la salle de bain. Il déglutit rien qu’à en imaginant l’eau ruisselant sur le corps de son aîné et, rien que cette vision lui donnait chaud.. Non, il fallait qu’il reste sage et puis… Il ne donnait pas chère de sa peau dans tous les sens du terme. En même temps, qu’est-ce qu’il pourrait bien faire une foi là-dedans et puis… Peut-être qu’il blaguait réellement hein ? Et du coup, il passerait pour un pervers alors que son intention n’était pas de le rejoindre enfin… Non, vraiment c’était trop compliqué… Est-ce qu’il serait à la hauteur ? Est-ce qu’il pourrait satisfaire la personne qu’il aime le plus au monde ? Il fallait qu’il arrête de se prendre la tête. Il ferma les yeux et prit une profonde inspiration avant de s’aventurer dans le loft et d’ouvrir doucement la porte de la chambre du propriétaire des lieux mais, à sa grande surprise il n’y avait personne. Aucune traces qui prouve que leur manager ait passé la nuit… Miyu décida de refermer la porte de la chambre pour se diriger dans la cuisine.

Qu’est-ce qu’il allait pouvoir faire hein ? Quand il vit les trois oranges dans le panier de fruits, le jeune homme décida de faire un jus frais en les pressant pour donner des vitamines. De bonne humeur, il avait décidé de faire des crêpes pour le petit déjeuner. Cuisiner pour l’homme qu’il aimait même si c’était le déjeuner le plus simple qu’il avait réalisé, il en était heureux. Chul Hei allait goûter le minimum de ses talents culinaires mais, puisqu’ils étaient ensemble, cela signifiait qu’il aurait l’occasion de lui préparer vraiment un repas digne de restaurant n’est-ce pas ?  Changer de petits déjeuners, ne ferait pas de mal si ? Cuisiner, même si là ce n’était que casser des œufs, mettre du lait, cela lui permettait de se détendre. Il était moins stressé qu’au début. Là, tout ce qu’il comptait c’était donner du plaisir par la nourriture à son petit copain. Bien qu’il pourrait lui faire une blague non ? Apparemment, Chul Hei allait être du genre taquin et le faire tourner un peu en bourrique. Etant inexpérimenté avec le sexe, ce n’est pas un sujet avec lequel il était confiant mais, il apprendrait bien avec le temps n’est-ce pas ? Pourquoi fallait-il toujours qu’il pense à ça hein ? Il… Quand deux bras vinrent serpenter autour de sa taille et qu’un corps chaud et humide vint épouser son dos et pire que tout il pouvait sentir un muscle privé et sensible contre ses fesses rebondies. Il s’était mis à sursauter à ce contact mais, se laissa aller dans ces bras musclés et surtout protecteurs à l’entente de sa voix mais, aussi du contact de ses lèvres sur sa joue.

«Pabo  tu m’as effrayé. Tu sais que la curiosité est un mauvais défaut ? »

Il fit une moue avant de sourire et de se tourner complètement vers le dos contre le rebord du plan de travail avant qu’il se stoppe un peu. Chul Hei était « nu » devant lui et cela le perturba au plus au point. Il le trouvait magnifique. Ses cheveux humides plaqués contre son visage aux traits fins ne le rendait que plus sensuel qu’il en avait perdu sa langue. Il fut hypnotisé par une goutte d’eau qui vient de tomber d’une mèche de cheveux pour se permettre de glisser à sa tempe jusqu’à ses lèvres pulpeuses… Sans se contrôler il passa son indexe sur lèvres fines et pulpeuses du plus âgé pour la récupérer lentement avant de la porter à ses propres lèvres et d’y passer un coup de langue. La perfection ne devrait pas exister. Il ne voyait aucun défaut.. Pourtant, il était un peu gêné de le voir si peu vêtu pourtant, il ne fallait pas se mentir, il appréciait la vue. La peau du jeune Hwang était plus laiteuse que la sienne lui donnant  que plus d’éclats d’après son jugement. Un jugement qui pourrait sembler fausser pour beaucoup au vu des sentiments qu’il portait à l’aîné. Cependant, dans un geste vif et tendre il prit la serviette qui se tenait autour de ses épaules pour la poser sur sa tête et la masser afin de sécher sa chevelure.

«Tu risques d’attrapper froid dans cette tenue. »

Leur proximité le rendait faible. Il s’était mis à rougir et se détester de rougir pour si peu.  Il avait la désagréable sensation de ne tourner qu’au rouge ces temps-ci.  Il fallait qu’il se reprenne avant de laisser la serviette sur la tête de son petit ami. Du moins l’étaient-ils réellement et…

«Dis… Tu blaguais vraiment par rapport à la douche ? Enfin… C’est juste que.. je n’ai pas envie de te décevoir alors … Seulement je ne suis jamais sortit avec quiconque alors…. Je suis novice et… Bref ne rigole pas !! Sinon adieu les crêpes ! Et puis… On a pas idée de venir ici habillé dans cette tenue tu me perturbes et.. »

Il  se rendit compte de ce qu’il avait dit… Dire qu’il avait essayé de changer de sujet pour se rattraper c’était râté. Il venait clairement de dire que voir Chul Hei comme il était là, cela lui faisait de l’effet peut-être était-ce le but ? Il ne le savait pas. Pourtant à cet instant, il avait envie de disparaitre. Il osait à peine le regarder leurs poitrines se rencontrent. Et que son regard croisa, toutes ses défenses tombèrent et ses lèvres s’étirèrent doucement avant qu’il ne vienne frôler de ses lèvres celles de son leader pour chuchoter.

«Mon eau de cologne te sied bien mais.. Je ne crois pas que tu m’aies demandé de l’utiliser.. Tu comptes te faire pardonner comment ?»

Yue avait essayé d’être sérieux avant de tirer la langue et les joues du plus âgé pour annoncer fièrement :

«Je blague en tout cas tu es vraiment beau.. Dis.. Est-ce que cela signifie que nous sommes ensemble ? J'ai du mal à croire que je peux enfin goûter à tes lèvres et à tes bras et..»

Revenir en haut Aller en bas




Anonymous

Invité


Invité



I need you - Chuchu ni Empty
MessageSujet: Re: I need you - Chuchu ni   I need you - Chuchu ni EmptyMer 7 Aoû - 17:21

TITRE :

 I need you - Chuchu ni




 

Alors que j'avais entouré sa taille de mes bras fort, son cri de tout à l'heure, que j'avais réussis à percevoir malgré la porte fermé, me revient encore à l'oreille. AAAAAAAAARGH CHUCHU NIIIIIIIII !! Bizarrement, j'avais imaginé un oreiller volant à travers la pièce pour accompagner ce cri qui aurait pu réveiller Ryu, que je savais habitant de cette appartement à présent. Pas que ça me dérangeait qu'il habite avec lui, j'étais plutôt rassuré. Au moins, je savais qu'il protégeait Ming Yue quoiqu'il pouvait lui arriver. J'étais plus serein parce qu'avec tout ce que je savais, que je ne reverrais plus Ming Yuan, et que son coeur battait dans le corps de Ming Yue, j'avais des raisons de m'inquiéter pour lui. Je pense que son organe est vraiment faible parfois, et ça me fait peur. Je préfère le savoir là, son corps contre le mien, et de cette façon, j'ai l'impression au moins minime de le protéger. Même si je déguise ça en taquinerie, en réalité, je me fais beaucoup de soucis. En effet, il avait donc bien sursauté quand j'avais apposé mes bras autour de lui. Il est trop mignon.

... YAH ! Pourquoi tu me traites de babo ? Aaah, je retire ce que j'ai dis, tu n'es pas mignon du tout. Pas une miette. Même pas. Je t'ai effrayé, mais c'était le but tu sais. La curiosité ? Un vilain défaut ? Je vais faire comme si je ne savais pas en regardant en l'air tiens. Peut-être qu'il ne remarquera pas. En le voyant faire la moue puis sourire en se tournant pour s'appuyer contre le bord du plan de travail de la cuisine, je continuais vainement de me mettre dans la tête qu'il n'était pas mignon. Non, pas du tout.  Aisssh, c'est trop compliqué avec une bouille pareille qui me détaille- Qui me détaille ? Aah oui, j'avais oublié que je me trouvais actuellement torse-nu juste devant ses yeux. Je ne l'ai pas fais exprès, enfin, peut-être que si un peu.. Je ne sais pas ce que j'espère exactement.. En observant son visage, je ne savais pas trop si j'avais bien fais d'apparaître de cette façon à lui. Est-ce que ça le perturbe ? Est-ce que ça lui fait un quelconque effet ou bien.. Je ne sais pas, je me sens un peu perdu. Là, en quelques minutes, je viens de perdre toute mon assurance. Soudainement, alors que je commençais à me perdre dans le regard hypnotisant de mon ange, j'ai sentis une goutte couler des mes cheveux pas encore trop secs, le long de ma joue avant de finir sa course sur ma lèvre. J'allais l'essuyer, enfin, esquisser un geste pour qu'elle ne soit plus mais mon cadet fut plus rapide que moi. Alors qu'il s'approchait de mes lèvres, je suis resté figé sur place. Il compte faire quoi ? Son doigt effleura ma lèvre et récupéra la fameuse goutte, ce qui me donna un frisson dans tout le corps. Il l'avait remarqué, lui aussi ? Quand je le vis porter son doigt à ses lèvres et y passer un léger coup de langue pour l'avaler, j'ai déglutis le plus discrètement possible. OHMON- Pourquoi tu me fais tourner la tête comme ça ? Pourquoi tu te fais si.. désirable à mes yeux ? J'étais totalement ailleurs. J'avais l'impression que je me repassais son geste à l'infini dans ma tête. Je ne le sentis pas prendre ma serviette et la poser sur mes cheveux mouillés. Même quand il me les massa tendrement, j'étais encore dans mon monde. Mes yeux s'étaient noyés dans les siens et je me mordais la lèvre pour ne pas lui sauter dessus à nouveau. Ce n'est que quand il reprit la parole que je finis par sortir complètement de mes pensées qui prenaient un tour vraiment fou.

Attraper froid ? C'était bien le cadet de mes soucis à l'instant présent. Tu es devant moi, tu me souris, tu prends soin de moi, tu es tellement beau à mes yeux et je n'ai qu'une envie, c'est de ne t'avoir que pour moi mais toi, tu t'inquiètes encore pour moi. J'ai l'impression d'être moche et de ne penser qu'à ça. Enfin d'attraper froid.. Un léger sourire vint arquer mon visage et j'ai vraiment résisté à l'envie de balancer une réplique qui l'aurait encore une fois désarçonné. Du genre, je n'aurais pas longtemps froid si tu restes aussi près de moi ou pire encore je sais que tu me réchaufferas de toute manière. Non, la dernière est vraiment exagéré. Mais il tente mon esprit tordu aussi ! Je ne pense pas qu'à ça d'habitude mais là, comment voulez-vous ? Le coup de la goutte d'eau, c'en était trop pour mes petites malheureuses pulsions d'homme.  Puis, là il rougit encore. Pourquoi ? Je n'ai pourtant rien dis d'osé, et... Ah, c'est peut-être le fait que je n'ai rien sur moi à part une serviette autour de la taille qui le gène.. Je le savais que c'était une mauvaise idée.   Alors que je commençais à apprécier le massage qu'il faisait à mon cuir chevelu, il arrêta soudainement avant de reprendre la parole. Je sens qu'il.. a l'air un peu perturbé, est-ce que je me trompe ? Peut-être que mon esprit me joue des tours. Pourtant, je le sens tendu. J'étais près à le reprendre dans mes bras pour essayer de le détendre mais lorsqu'il leva la voix donc, j'ai décidé de l'écouter attentivement, en en perdant pas un morceau.

Alors.. Bon, on va prendre un par un. Il se tracasse tant que ça pour ce que je lui ai dis tout à l'heure ? En fait, je blaguais oui, même si la perceptive qu'il vienne me rejoindre ne m'aurait pas déplu, évidemment. Il a peur de me décevoir ? De me décevoir ? Comment ça ? Il est magnifique, jamais il ne pourra me décevoir. Je l'observais tranquillement pendant qu'il continuait mais il bégayait et oui, encore une fois, c'en était trop adorable. Il n'osait pas me regarder dans les yeux, et moi justement, j'essayais de les capter le plus possible avec les miens. Il n'est jamais sortit avec quelqu'un, Chul Hei. Quoi ? Impossible. Ça ne me dérangerait pas qu'il... enfin.. que je sois le premier, au contraire, j'en serais vraiment très heureux. Mais enfin, même pas avec un garçon ou bien une fille ? Même pas ? J'ai laissé échapper un léger rire en l'entendant s'énerver tout seul, me menaçant que si je me moquais de lui, je pouvais carrément dire au revoir aux bonnes crêpes qu'il était en train de faire et qui m'avaient attiré jusqu'ici. Je penchais légèrement la tête à sa dernière phrase. Attendez, j'ai pas très bien compris..

Un sentiment de joie m'envahit tout d'un coup. Je le perturbe, vraiment ? Je ne vais pas vous le cacher, ça me fait plus que plaisir d'entendre ça de sa part. Alors, ça veut dire que... je lui fais vraiment de l'effet ? Je suis ravi. Oui. Je clignais plusieurs fois des yeux. Non, il essaie aussi d'échapper au premier sujet qu'il a abordé. La douche et le fait qu'il ait peur de ne pas être à la hauteur, mais, à la hauteur de quoi ? N'empêches qu'il est vraiment trop chou de me dire ça comme ça. Mais il y a une chose qui me dérange, c'est qu'il évite toujours mon regard et je n'aime pas ça. Regardes-moi. Comme s'il avait lu dans mes pensées, son regard croisa enfin le mien et il approcha ses lèvres des miennes. J'avais affreusement envie de l'embrasser mais ça n'avait pas l'air d'être dans ses projets parce qu'il continua de me torturer. Ses lèvres prêtes des miennes me rendent fou, autant vous le dire tout de suite mais je pense que vous le saviez déjà.  

..Hein ? Quoi ? Son eau de cologne ? Je fis une grimace. Bwaah, j'aurais dû m'en douter. Elle sent vraiment bon et c'était assez familier, j'aurais dû reconnaître. Me faire pardonner comment ? Même avec ce visage sérieux tu ne parais pas sérieux mon Yue. Et cette question, mieux vaut que tu n'aies pas la réponse, je pourrais encore sortir un truc pour te taquiner. D'ailleurs je crois que c'est dans mes plans finalement. Il me tira la langue et mes joues tout de suite après. Aigooo, mes joues. Yueee. J'ai compris, je m'excuse, je m'excuse !! Finalement en y repensant, j'ai un peu honte. C'est quand même à lui..

Sa voix résonna à nouveau dans la pièce. Ce qu'il me dit ensuite fit remonter mon assurance à une vitesse incroyable. Tu es vraiment beau.., voilà qui est agréable à entendre, ça c'est sûr, surtout de sa part. Ça me rassure un peu, surtout avec le coup des yeux d'Hamsters tout à l'heure. Non je n'ai toujours pas oublié, ça me perturbe... Je tiltais rapidement à sa question. Hm ?

Dis.. Est-ce que cela signifie que nous sommes ensemble ? Je.. La suite me perturba encore plus et je sais que je n'aurais pas dû, mais je ne l'ai pas laissé finir sa phrase. Je me maudis comme personne en ce moment même. Je n'ai vraiment pas de self-control, et là, je peux vraiment le confirmer. Me voilà à présent en train de l'embrasser fougueusement, me collant chaque secondes un peu plus à lui et avec réflexe et inconscience, posant mes mains sur ses hanches. Ma respiration se faisait de nouveau rapide tout comme la sienne. Moi aussi je n'y crois pas Ming Yue. C'est peut-être pour ça que j'ai besoin de me le prouver une fois de plus en m'emparant de tes lèvres qui m'attirent tant ? Et peut-être par la même occasion, pour essayer de ne plus te faire douter à propos de nous deux et de mes sentiments à ton égard. Ta mauvaise confiance en toi-même pourrait vraiment être horrible dans des moments comme ça, parce que tu te crois si nul que tu pourrais rejeter totalement l'idée que je pourrais bien t'aimer aussi. J'en ai peur, qu'un jour tu me repousses à cause de ça. J'essaie de te faire passer toute la passion que j'ai à travers mes lèvres; dis-moi, est-ce si difficile que ça de comprendre que je suis fou de toi ? Que je me mords la lèvre à cause d'une fichue goutte d'eau qui a le droit à tes lèvres avant moi ? Au fur et à mesure des secondes, le baiser se fit plus lent, tandis que mes lèvres se mouvaient contre les siennes tendrement. Comme je commençais à manquer d'air, j'ai décolé ma bouche de la sienne mais de seulement quelques centimètres, ouvrant les yeux et les plantant dans les siens. Mon front vint se poser contre le sien et j'essayais de reprendre calmement ma respiration.

« A.. ton avis... Je crois que.. tu connais la... réponse maintenant.. »

Après avoir repris ma respiration le mieux possible j'ai passé ma main dans ses cheveux tendrement, mon front toujours contre le sien.

« Je vais le faire clairement, pour ne pas qu'il y ait de malentendus. Nam Ming Yue, est-ce que tu voudrais.. sortir avec moi ? »

Je t'aime. Je croyais pourtant que j'avais été clair hier soir, enfin, c'est vrai que je suis un peu confus dans mon genre.. Enfin, une fois encore, il a fallu que je m'arrête avant d'aller trop loin. On ne sait jamais, Hwang Chul Hei est du genre facile à déraper. Je m'étais à présent décollé de son corps parce que... Bah, il commençait à faire chaud par-ici. Quand une nouvelle douleur se fit sentir dans mon dos, j'affichais discrètement une grimace essayant de ne pas le montrer de trop à Yue. Il serait capable d'en faire des tonnes, je ne veux pas ! Toutes ses paroles me revinrent alors en tête. On a pas idée de venir ici habillé dans cette tenue tu me perturbes et.. Je laissais échapper un petit rire.

« Je te perturbes vraiment comme ça ? Je peux aller m'habiller si tu veux, je suis désolé, je ne voulais pas vraiment que ça te mette dans cet état.. Je pensais juste que.. Tu apprécies la vue au moins ? »

Aish, je ne peux vraiment pas m'en empêcher, il faut que je dise un truc qui va le faire rougir comme pas deux. Le sujet de la douche et tout ce qui va avec me revint aussi à l'esprit. Ming Yue.. Comment peut-on être aussi candide ? Comment a-t-il pu me prendre tant que cela au sérieux ? Remarque, moi avec les yeux du rongeur je suis pas mieux..

« Pour la douche, je blaguais en fait, vraiment oui.. Alors ne t'en fais pas pour ça. Même si ça ne m'aurait pas déplu que tu le fasse, je ne veux pas que tu le fasse tout de même sans en avoir vraiment envie, tu comprends ? Je n'ai pas envie de te forcer, et je ne veux pas aller trop vite alors n'aie pas peur de me décevoir, enfin, si c'est bien ce que je pense.. Tu sais, je ne suis sortis qu'avec des filles avant toi, alors je sais à peu près m'y prendre dans une relation comme ça mais... »

Je détournais mon regard sur le côté, assez gêné.

« Mais je dois avouer que là, tu es mon premier... petit-ami, en homme je veux dire et je... Tu n'es pas le seul à avoir un peu peur. Ça peut te paraître bizarre étant donné que je ne le montre pas mais en réalité, je suis horriblement stressé. J'ai peur de faire quelque chose qui pourrait te blesser ou quelque chose dans ce genre-là, tu vois... Et ne t'en fais pas, dans le pire des cas, tu pourras toujours te reposer sur moi, je te guiderai. »

J'avais essayé de cacher ma gêne le plus possible. Ah oui, autre chose..

« Et je me demandais.. Tout à l'heure, à propos de mes yeux euh.. Je ressemble tant que ça à un hamster ? ... Si mes yeux ne te plaisent pas je.. Je suis conscient qu'ils ne sont pas très grands, surtout comme les tiens mais je.. Je veux dire j-je.. Aaah.. »

J'avais envie de m'éventer avec ma serviette, toujours posée sur mes cheveux. Je perds mon sang-froid pour vraiment rien.. Je sens que je suis tout rouge, limite cramoisi et que de la fumée sort de mes oreilles. Mais je n'ai rien dis de si gênant que ça pourtant...  Horriblement gêné, c'est mon sentiment en ce moment même. J'avais envie de creuser un trou et de m'y enfoncer d'un coup, avant de m'enterrer par la suite. Non mais qu'est-ce que je pouvais bien débiter à la seconde comme ânerie moi..
Je respirais un grand coup pour encore essayer de me calmer. C'est à ce moment-là que je me suis rendu compte de mon odeur. Ah oui c'est vrai, son eau de cologne. C'est dingue comment, en quelques minutes, je sentais que la gêne avait entièrement disparu. Je m'étais calmer et j'étais plus tranquille à présent. Tu comptes te faire pardonner comment ? Instinctivement, je me suis rapproché à nouveau de lui, penchant la tête sur le côté et lui chuchotant à l'oreille comme je savais bien le faire:

« Me faire pardonner comment ? Hmmm... Attends, laisses-moi réfléchir.. Je crois bien que j'ai une idée.. »

Sans qu'il ne puisse faire quoique ce soit, mes lèvres atteignirent son oreille gauche dans laquelle j'avais chuchoté. Je vins la mordiller légèrement avant de laisser échapper un léger rire dû à mon geste qui avait apparemment de l'effet sur mon cadet. Abaissant mon regard, j'avais plutôt décidé de m'attarder plus dans son cou qu'autre chose. Quelques baisers furtifs et pourtant déjà, je sentais à nouveau sa respiration s'accélérer. Je me suis donc arrêté en souriant, il fallait bien de toute manière que je le laisse un peu tranquille, le pauvre. Je m'en veux un peu, parce que je ne sais pas si ça lui plaît que j'arrive comme ça et que je commence à le taquiner de cette manière..

« Je suis sûr que tu m'as pardonné à présent ~ ! Bon, je te laisse avec ta bonne nourriture, ça sent vraiment bon, tu dois être un chef en cuisine. Il va falloir que tu m'apprennes quelques trucs ! Je vais m'habiller, j'ai peur de trop te déranger comme.. ça. »

Après un baisé volé sur le front, je suis rentré dans sa chambre et en fermant la porte après moi, je m'y suis adossé directement, comme par réflexe. Aaaaah... Je ne sais plus quoi faire.


Revenir en haut Aller en bas




Anonymous

Invité


Invité



I need you - Chuchu ni Empty
MessageSujet: Re: I need you - Chuchu ni   I need you - Chuchu ni EmptyLun 19 Aoû - 17:12

TITRE :

 I need you - Chuchu ni




 

Yue n’eut pas le temps de finir sa phrase que celles de son aîné s'apposèrent sur les siennes avec une fermeté et impulsivité qu’il n’aurait pas soupçonné de sa part. Est-ce que Chul Hei a toujours était ainsi ? La question se perdit dès lors que sa chair fut happée avec délicatesse et sensualité et un frisson incontrôlable le parcourut alors qu’il était loin de faire froid dans la pièce. Ils étaient le matin mais, dans une belle période de chaleur. Une chaleur humide caressa ses lèvres et un sourire les étira brièvement avant qu'elles ne s'entrouvrent à peine mais suffisamment pour que la langue de Chul s'y glisse et parte à la recherche de la sienne. Il sentit les mains de son aîné se poser sur ses hanches, froissant son haut sans que cela ne soit intentionnel. Bien que le haut était probablement le cadet des soucis de son aîné. Il pouvait sentir les mains de son leader se resserrer plus ferment sur ses hanches pour rapprocher leurs deux corps permettant ainsi que plus jeune de pouvoir sentir davantage une partie de son anatomie contre la sienne. Ses yeux s’étaient fermés sur le coup et il monta ses mains le long de ses bras pour venir se poser sur ses épaules afin d'attirer son « amant » davantage vers lui, le faisant ainsi gémir doucement dans sa bouche. Il avait besoin de le sentir contre lui, et pas uniquement parce qu’il aimait mais, pour se rassurer. Il crut qu’il ne survivrait pas. Que son cœur risquait de faire une attaque dans pas longtemps tant le plus âgé mettait de la passion dans ce baisé. Yue lui répondit avec autant d’avidité. Il s’accrochait à lui, de peur que tout ceci s’arrête brusquement. Il pouvait sentir le souffle chaud et saccadé de son désormais petit ami. Il pouvait le considérait ainsi n’est-ce pas ? N’était-ce pas ce que voulait lui dire son chuchu ni. Leurs souffles devinrent chaotiques à cause du manque d’oxygène et c’est à contre cœur qu’il laissa le plus vieux s’écartait. Il ouvrit les yeux alors que sa respiration était forte pour rencontrer son regard empli d’amour qui le rendait toute chose. Il se laissa caresser les cheveux et se sentit honteux d’avoir posé la question sur leur statut après ce baisé et les mots qui s’ensuivirent. Mais, comprenez le… Il n’était jamais sorti avec quelqu’un, n’avait jamais aimé personne d’autre. Alors que le sujet de son amour lui dise qu’il l’aime, qu’il le lui montrer si fortement à le don de l’effrayer. S’il l’ennuie ? Qu’il s’y prend mal.. Cependant, il fallait qu’il arrête d’avoir peur et de douter de lui. C’était ce qu’on lui reprochait sans arrêt. Pourtant ce n’était pas si simple pour lui. Le fait de sentir son front contre le sien avait le don de l’apaiser. Il ouvrit à nouveau grand les yeux quand son aîné lui fit une demande qui sonnait très solennel. Il lui demandait clairement d’être son copain ? Il en resta carquois pendant un moment mais, très vite un sourire fit son apparition. Finalement, ce fut au tour de Ming Yue de vouloir jouer mais, il n’en eu pas le temps quand Chullie reprit la parole. Hein ??? Une nouvelle fois, il se mit à rougir. Non mais il était sérieux ? Dans cet accoutrement, il était juste… Il n’y avait pas de mots pour décrire comment il était beau… Il se surprit même à penser qu’est-ce que ce serait de le voir sans cette maudite serviette. Il sentit même jaloux de cette dernière. D’où le fait qu’il était d’autant plus rouge. Qu’est-ce que c’était que ce genre de pensées ? Il commençait à se sentir un peu à l’étroit dans son pantalon. Franchement.. Cela devrait lui être interdit d'être aussi beau et surtout de se promener dans l'appartement dans cette tenue sans aucune gêne apparente.

La seule réponseque reçut Chullie de son maknae ce fut un pincement sur les côtes ! Petite vengeance personnelle. Il était sérieux lui... Il aurait dû s'en doutait que Chul Hei ferait de telles allusions enfin... La vérité est qu'il ne l'aurait pas crus comme ça mais, dans cette tenue, il lui donnait vraiment chaud. Le voir ainsi mouillé, si peu habillé et si proche commençait à le faire transpirer. Des idées bien "sales" commençaient à faire leurs apparitions et, il ne le voulait pas car, il ne donnait pas chère de son état. S'il avait détourné son regard, il le reposa directement sur son aîné quand, il reprit plus sérieusement à son goût la conversation. Il ne se sentit pas pour autant moins stupide d'avoir parlé de son entrée dans la salle de bain mais, il fallait qu'il le sache. Qu'il sache si le plus vieux était sérieux ou non. Des petites rougeurs firent leur apparition quand le leader des Wonderland lui avoua qu'il aurait bien aimé qu'il le rejoigne malgré q'il l'ait bien rassuré sur le fait qu'il était en train de rigoler enfin... Il s'en voulait quand même et sa douleur ne lui était pas passée innaperçue. Franchement, qu'est-ce qu'il lui avait pris de paniquer ainsi hein ? Il s'en voulait mais, au moins il était rassuré et un peu honteux de savoir que Chul Hei avait bien mis le doigt sur ce qui l'effrayait. Les rôles semblèrent changer de place quand ce fut au tour du plus âgé de détourner le regard et de se sentir peu à l'aise. Sans qu'il s'en rende compte ses craintes pour leur situation ! Se reposer sur lui ? Non... Enfin, il allait bien falloir qu'il en parle à quelqu'un mais à qui ? Dans tous les cas, il se sentait plus léger de savoir que les doutes les peurs étaient partagées. Il ne fallait pas que le monde arrête de tourner autour de Ming Yue parce qu'il était tétanisé pour sa première relation. Ils allaient avancer à leur rythme. Tout simplement. Si il était légèrement mal à l'aise d'avoir été lu par son désormais petit ami, il fut ahuris avant de se mettre à rire doucement aux paroles suivantes de son aîné. Le fait que les rôles s'étaient inversés... Même pour un court instant il aimait ça ! Il ne voulait pas se moquer de lui, cela serait rude voir méchant de sa part mais...

C'était hilarant de voir Chul Hei doutait par rapport à ses yeux et que ce soit lui qui devienne aussi rouque qu'une tomate ! Lui-même n'avait pas de grands yeux mais, il l'étaient plus que ceux de son vis-à-vis. Yue s'arrêta de rire pendant un moment avant de finir par répondre le plus simplement du monde :

«Oui je le pensais mais... Ne t'en fais pas je trouve que cela fait ton charme ! Tu es parfait à mes yeux alors ne complexe pas ainsi ! N'aies pas de doutes là-dessus ! J'ai vraiment de la chance d'avoir un copain aussi incroyable !»

Lui sussura t'il avant de le taquiner sur son eau de cologne. Elle lui sied si bien à la peau. Il n'était pas si sérieux quand il lui a demandé de se faire pardonné et n'aurait pas crus qu'il prendrait une nouvelle fois ses paroles au pied de la lettre. Alors, quand il le sentit s'appuyer sur son pauvre corps et son souffle contre son oreille, la gêne reprit vite le dessus.. Plus que les lèvres de Chul Hei qui vint lui chuchoter à l'oreille ce fut qu'il lui morde cette dernière qui le paralysé. Un frisson secoua je jeune Nam qui pensait à cet instant qu'il aurait mieux fait de se taire. Son excitation était montée d'un cran et il ne pouvait raisonnablement pas sauter sur Chullie. Ryu pouvait débarquer d'un moment à un autre et qui plus est... Il ne pouvait pas... C'était trop tôt. Il ne fallait rien précipiter. De frustration, il se mordit la lèvre.

«Chu... Chu...»

Ses mains s'étaient glissées sous ses aiselles pour s'accrocher à son dos. Quand il l'entendit rire. Il avait envie qu'on l'enterre. Qu'on l'enferme dans un coffre s'il le fallait. Il se sentait vraiment bête d'avoir été ainsi joué. Au début, abasourdis. Plus que rougir, il ne réagit point quand son petit ami diabolique oui oui il était diabolique vint l'embrasser sur le front avant de lui jeter des fleurs et de partir comme si de rien n'était... Il finit par faire une bouille boudeuse voir colérique et, il se mit à jeter un torchon qui passait par là pour essayer de le viser mais, il avait déjà disparu dans sa chambre le fourbe. Il se laissa glisser sur le sol. Il s'en était fallu de peu mais, il sentait une certaine grosseur au niveau de son entrejambe... Il fallait qu'il se calme vraiment... Cuisiner voilà et après direction une bonne douche froide. Reprenant la cuisine cela le calma un peu mais, il eu un sursaut quand il le sentit approcher cette fois habillé mais, c'était devenu automatique. Il ne connaissait pas quelle autre taquinerie il allait utiliser et cela le stressait mais, il fallait qu'il s'y habitue pour eux deux. Il éteignit le feu et posa l'assiette de crêpe sur la table avant d'aller chercher dans les placards de quoi les tartiner, un couteau, une cuillère et surtout deux verres pour les remplis de jus d'orange.

«Et voilà petit déjeuner servit ! J'espère que cela te plaira ! Ce n'est pas grand chose ! Dis... Puisqu'on est ensemble... Tu crois qu'il faut qu'on garde cela pour nous ou qu'on le dise aux autres ? Ou il est préférable qu'on le garde pour nous ? »

Ce n'était pas le meilleur sujet mais, il fallait bien commencer quelque part. Qu'ils en parlent. Leur relation s'était faite vite mais, maintenant qu'ils étaient ensemble en bonne et due forme, il fallait réfléchir par rapport aux autres. Ming Yue ne désirait aucun traitement de faveur de sa part parce qu'il était son petit ami. Il voulait être traité de la même manière. Il ne désirait pas provoquer de la jalousie ou autre.. Et surtout, qu'il sache ou aller. Car, ce n'était pas une relation facile à accepter n'est-ce pas ? Ils étaient encore trainees et puis..

«De plus, je veux que tu me promettes de ne me donner aucun traitement de faveur pendant les entrainements. Tu es le leader des Wonderland et je ne pense pas que notre relation doit jouer sur cela. Je te connais et je sais que quand il s'agit de moi enfin.. Maintenant je le sais tu n'es pas impartial. Ne me facilite pas les tâches à cause de mon "état". Le médecin m'a assuré que le coeur de mon frère se porte bien et puis... Il n'y a pas que moi qui mérite ton attention... J'ai l'impression que Gabi hyung ne va pas bien...»


Revenir en haut Aller en bas




Anonymous

Invité


Invité



I need you - Chuchu ni Empty
MessageSujet: Re: I need you - Chuchu ni   I need you - Chuchu ni EmptyJeu 19 Sep - 17:39

TITRE :

 I need you - Chuchu ni




 

Mes paupières se fermèrent doucement pendant quelques instants. Je repensais à tout ce qu'il s'était passé depuis que j'étais arrivé en trombe ici hier soir. Sa voix, elle s'était faîte si tremblante et maladive sur le coup, j'avais eu tellement peur. Mais maintenant, tout va mieux, en quelques sortes. En entendant le coup de chiffon que je pouvais facilement deviner avoir été lancé contre la porte après que je sois partis, j'ai affiché un léger sourire. J'adore le taquiner, parce que ses réactions sont tout simplement trop adorables, comme lui en fait, et puis, c'est ma grande façon à moi de lui dire que je l'aime et que je tiens à lui. Pourtant, je ne sais vraiment plus quoi faire. On sort ensemble, et c'est ce que je souhaitais encore hier après-midi.. Alors pourquoi j'ai cette sorte de malaise au fond de moi ? Je sais qu'il faut que j'arrête de me dire que je pourrai revoir Ming Yuan. Je sais que je l'aime plus que tout, Nam Ming Yue. Mais j'ai tellement peur de le perdre, non seulement à cause de sa santé mais aussi par le fait que peut-être, oui peut-être.. Je l'embête. Je devrais arrêter de le taquiner comme ça.. Ça le gêne et même si j'adore le voir réagir à mes paroles parfois énormes en sous-entendus, ce serait égoïste de ma part de continuer.. J'ai frotté doucement ma tête avec la paume de ma main, toujours adossé contre la porte de sa chambre. Quand après avoir ouvert mes yeux, je les ai dirigé directement vers le lit, de minuscules rougeurs ont apparu sur mes joues en pensant à la veille. Il faut dire que mon amour pour lui est si grand que je serais prêt à tout pour lui. Mais peut-être que mon amour sera tellement obsédant qu'il pourrait le faire fuir. Lui, le seul être que je veux garder à mes côtés durant tout le restant de ma vie. C'est tellement paradoxale, je pourrai le perdre. Et je n'en ai pas envie. C'est sur ces pensées finales que je me suis redressé pour me diriger vers ma pile de vêtements, me suis habillé en remarquant avec plaisir que je n'avais plus trop mal au dos avant de sortir à nouveau doucement de sa chambre. J'ai jeté un coup d'oeil à la cuisine; toujours en train de cuisiner, toujours une aussi bonne odeur que tout à l'heure. Je me suis une nouvelle fois approché de lui silencieusement l'ai surpris encore en me collant à lui amoureusement. Il a sursauté et c'est vrai que pendant cinq secondes, j'ai regretté mon geste en repensant à mes résolutions de tout à l'heure. Mais finalement, la chaleur agréable de son corps m'a fait tout oublié d'un seul coup. Cette fois-ci, je ne disais rien et le laissait tranquille, sinon, je vais finir par vraiment avoir une réputation de diable, de démon. Quand j'ai vu qu'il avait presque finit, je me suis décalé sur la gauche et me suis adossé sur le bord du plan de travail de la cuisine juste à ses côtés, continuant de l'observer en silence. Quand il éteignit le feu et qu'il posa l'assiette sur la table, je venais de me rappeler que l'aider à mettre le couvert serait une très bonne idée. Sauf qu'au moment où je me rendais en direction des placards, je me suis rendu compte que vu que ce n'était pas chez moi, je n'avais aucune idée de où était placés tout ça. Donc je me suis retrouvé comme un nul planté debout à regarder Ming Yue tout faire. En même temps, l'odeur de la bonne nourriture ne me laissait pas du tout indifférent. Ça sentait vraiment bon. Quand il s'est assit, j'en ai fais de même, et vu qu'il prit la parole de lui-même, je n'ai pas eu à batailler pour trouver un sujet de conversation, ce qui m'a arrangé dans un certain sens.

Bien sûr, ce n'est pas grand chose. Oui-oui, seulement je ne te crois pas. Ce que tu fais là, c'est déjà bien trop pour moi. Même si c'est légitime étant donné que je suis ton invité, je suis vraiment heureux d'être là et cela me suffit. Je réfléchis pendant quelques secondes à ses questions. Est-ce qu'il faudrait rendre ça public ? Je ne sais pas.. A vrai dire, je n'ai pas peur du regard des autres, dans la rue, et si j'en ai peur, c'est plus pour Ming Yue qu'autre chose. Mais s'il s'agit des autres membres de Wonderland et de Ryu, je serais déjà beaucoup plus partant. Est-ce que ce serait préférable, hein ? C'est à toi de voir mon ange. Après, s'il faut te suivre, je le ferais. En même temps, le garder pour nous seuls serait franchement partie pas vraiment gagné en fait.. Ce serait vraiment dur de se cacher, de faire en sorte de ne pas l'embrasser devant les autres, d'attendre que tout le monde soit partit de la salle d'entraînement pour le faire. Alors que j'étais en pleine méditation de tout ça, je l'entendis continuer.

Aaaah, il ne changera jamais. Voilà maintenant qu'il me demande d'être impartial, de ne pas lui accorder de traitement de faveur par rapport aux autres. De son point de vue, je suis le Leader de Wonderland, il en est le Maknae, et c'est vrai que rien que ça nous éloignaient déjà au départ mais.. Etant donné que je suis le Leader, je ne dois pas faire plus attention à lui qu'à Gabriel, Jun Hee ou bien Dean. Je le sais. Je sais que ce serait mieux comme ça, qu'il a totalement raison sur toute la ligne. Seulement, ça va être dur. Compliqué, difficile, tout ce que vous voulez qui s'en rapproche. Je ne me vois pas le forcer à s'entraîner comme tous les autre si un jour, je le sais trop fatigué à cause de son état. Je sais qu'il vient de me dire que le médecin a assuré et blablabla, mais je ne le sens pas. C'est plus fort que moi.. Il a aussi ajouté que Gabriel méritait toute mon attention en ce moment, parce qu'il n'allait pas bien. Oui, je l'avais un peu remarqué. Faut dire qu'il cache beaucoup s'il ne va pas bien et tout, mais Ming Yue voit toujours ses choses-là. Il les voit beaucoup plus que moi. D'une certaine façon, je m'en veux, je suis le Leader et il y a beaucoup trop de choses que je ne vois pas forcément. Et c'est vrai que si Gabriel a des problèmes, pourquoi ne m'en parles-t-il pas ? Je sais qu'il m'en veut du fait que je le force à travailler niveau études et à ne rien lâcher, mais j'agis comme un grand-frère devrait le faire. Et puis, même si je m'inquiète énormément pour Gabriel c'est vrai, ce n'est pas la même chose.

« Ce n'est pas la même chose, Ming Yue. Je ne m’inquiéterai pas de la même façon pour Gabriel, que pour toi. J'ai remarqué aussi qu'il y avait des choses louches concernant son état.. Mais c'est trop tard, te concernant.. Je ne peux pas le faire, je suis désolé. Même si tu me le demandes avec ces si beaux yeux, je ne peux pas. Et si tu te portais mal un jour ? Et si tu avais mal au coeur pendant un entraînement ? Tu es quand même mon petit-ami, celui que j'aime. J'essaierai de ne pas trop t'accorder de traitements favorables, mais je ne peux rien te garantir.. Tu me connais bien, je ne sais pas comment je peux réagir dans ces moment-là.. »

Franchement, qui pourrait être comme ça devant l'amour de sa vie ? Ah, et il faut que je lui réponde, pour le coup du on le dit ou pas.

« Comme tu le sens mon ange. J'avoue que je ne me préoccupe pas trop de ce que peuvent bien dire les autres sur moi. C'est sur toi, que j'ai peur. Si tu te retrouvais blessé d'une quelconque manière à cause de ça je.. On sort ensemble, et ça ne me ferait rien que Dean, Jun Hee & Gabriel soit au courant. Même Hyung, si tu veux. D'ailleurs, je crois que Gabriel se doute en ce qui nous concerne, enfin je veux dire.. »
Je me suis raclé la gorge timidement. J'ai pris une crêpe toute chaude, l'air de rien dans l'assiette.

« J'avoue que.. Parfois, je m’inquiétais pour rien à ton sujet, comme la fois où tu n'étais pas là pour l'entraînement parce que tu étais à ta cérémonie de diplômes.. Je ne savais pas trop pourquoi je réagissais comme ça, mais je sais que Gabriel devait le savoir avant moi, même Dean en fait. Il m'avait dit quelque chose comme 'Ne t'en fais pas, il n'a rien, c'est le plus important non ?', en parlant de toi.. Et puis, il n'avait pas arrêté de me taquiner, sur le fait que j'étais 'trop mignon' quand j'étais inquiet.. Enfin, si tu ne veux pas le dire, je comprendrais. »

J'ai apposé mes lèvres sur mon verre pour boire un peu de jus d'orange, puis l'ai reposé pour le fixer à nouveau dans les yeux en souriant.

« Ce sera juste difficile de garder ça secret, et puis.. Je ne pourrai pas faire comme je le voudrais, et ça, ça va me frustrer. Je veux dire, et si j'ai envie de t'embrasser même si les autres sont là ? »

Oui. Et si ? Parce qu'à force, je vais en devenir accro, à ses lèvres. J"ai déplacé ma main jusqu'à la sienne à travers la table et ai croisé ses doigts dans les miens tout doucement. J'ai jeté un regard interrogateur lorsque j'ai soudainement sentis un métal froid. Qu'est-ce que c'est ? .. Oh. Sa bague, celle que l'on a en commun. Il l'a de cette main, c'est vrai. Moi aussi, je l'ai mise aujourd'hui. Ça me faisait penser qu'il faudrait que je lui fasse un cadeau. Maintenant que nous sommes en couple, j'ai beaucoup plus d'idées, évidemment.

« Et d'ailleurs, tout à l'heure.. Tu n'as pas réussis à me viser avec ton torchon, tu n'étais pas chanceux sur ce coup-là mon coeur. ~ », fanfaronnais-je légèrement en tirant la langue.

Je veux rester pour toujours à ses côtés. Cette femme qui l'a blessé hier, cette femme, sa propre mère ne mérite même pas d'avoir mit au monde un enfant aussi adorable. Il serait tellement plus.. Tellement plus heureux sans elle, et puis, il se tourmente beaucoup avec l'histoire de Ming Yuan. Ming Yuan. Nam Ming Yuan, qui repose maintenant au-dessus de nous. Je suis certain qu'il aurait voulu que je prenne soin de son frère jumeau de cette manière. Cela ne fait aucun doute. Je le vois encore sourire et travailler d'arrache-pieds. Puis, les paroles de la nuit dernière de Ming Yue me revinrent de suite. J'espère qu'il ne croit toujours pas que.. Pris de panique, j'ai serré plus fort sa main et la peur s'est affichée directement sur mon visage.

« Ne me dis pas que.. Tu sais que je t'aime, n'est-ce pas ? Tu le sais, hein ? Je ne vois que toi Ming Yue, et pas quelqu'un d'autre. Je sais que l'homme que j'aime n'est pas parti pour toujours, l'homme que j'aime se trouve en face de moi. Tu n'es pas lui. Fais-moi confiance. »

Il sait de qui je parle, et il sait aussi, que je resterai toujours avec lui, enfin, je l'espère. J'ai caressé sa main en tremblant légèrement. Et s'il doutait encore de moi.. ?

« Je t'aime. Crois-moi. »

Sinon, si tu ne me crois pas, que vais-je devenir moi ? De jour en jour, j'ai l'impression que ma vie ne peut et ne pourra plus jamais se faire sans toi. Plus jamais je ne partirai Plus jamais.

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé





I need you - Chuchu ni Empty
MessageSujet: Re: I need you - Chuchu ni   I need you - Chuchu ni Empty

TITRE :

 I need you - Chuchu ni




 



Revenir en haut Aller en bas

 

I need you - Chuchu ni

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» END - Merry Christmas : Le miracle de noël ? [Chuchu]
» I need you - Chuchu ni

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
New Generation :: C'est la fête à la New Génération :: The endBut nothing really disappears-