AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-29%
Le deal à ne pas rater :
Griffoir Lion pour chat
9.99 € 13.99 €
Voir le deal

Partagez



Anonymous

Invité


Invité



TAESUN ; Sweet Sacrifice Empty
MessageSujet: TAESUN ; Sweet Sacrifice   TAESUN ; Sweet Sacrifice EmptyJeu 25 Juil - 6:59

TITRE :

 TAESUN ; Sweet Sacrifice




 


One day I'm gonna forget your name,
One sweet day, you're gonna drown in my lost pain.

La musique était assourdissante et pourtant, les cris des filles s’époumonant sur la piste de danse se faisaient entendre jusqu’à la petite table qu’occupait Jae Hyeok avec quelques amis. Il ne leur prêtait guère attention, pour sa part, mais la plupart de ses amis étaient au contraire fort attiré par ces jeunes femmes qui n’avaient aucune tenue. Dans le monde de ses parents et de son enfant, elles n’auraient pourtant pas tenu deux secondes qu’elles auraient vite ravalé leur attitude merdique. Elles étaient vulgaires et… et en fait, il n’en avait absolument rien à foutre. La raison pour laquelle il était un peu ronchon, c’est que du coup, il était venu un peu pour rien et s’emmerdait fermement. Et pire, il avait une mélodie en tête depuis une bonne demi-heure, mais ne pouvait rien faire de plus que la retranscrire vaguement sur une serviette en papier sur laquelle il avait dessiné un semblant de feuille à musique. Pas fameux… il espérait seulement que l’ancre ne s’effacerait pas trop une fois glissé dans sa poche. Ce qu’il avait bien dût faire, sauvant in extremis le brouillon de mélodie d’un verre renversé. C’est à ce moment qu’il avait décidé de se lever pour partir. Sauf que…

Du coin de l’œil, il le voit. Jae Hyeok se raidit instantanément, nerveux, sachant ainsi fort bien que ce n’était pas un tour de son cerveau. Il ne l’avait vu que quelques secondes, très mal, mais il était convaincu que Tae Sun était posé à une des tables de cette boîte de nuit endiablée. Pas sur la piste de danse, non… mais callé dans une banquette avec une Barbie pendue à son bras. Jae Hyeok semble ne pas relever plus que quelques secondes. Il s’était arrêté, mais reprend sa marche. Toutefois, plutôt que de sortir de l’endroit, il vient se glisser au bar pour commander une boisson fruitée. Non pas parce qu’il avait des goûts de demoiselle, mais plutôt pour la jolie teinte bien rouge. Une fois reçu, il paie puis se dirige directement vers Tae Sun, n’en faisant pas de mystère même quand leurs regards se croisent enfin. Dieu qu’il était beau, ainsi habillé, coiffé et même légèrement maquillé pour sortir. L’Ange avait toujours adoré le voir souligner ce si beau regard de khôl pour le rehausser un peu. Est-ce que son audition s’était bien passée, finalement ? Ah, ce n’était pas le moment d’y penser…

Jae Hyeok s’arrête juste à côté de la nunuche. Et sans quitter Tae Sun du regard, lui-même posé de l’autre côté, tout près d’elle, il renverse lentement le contenu du verre sur la tête de cette pauvre garce. Elle hurle, naturellement. Et calme comme toujours, Jae Hyeok pose le verre sur la table tout en prenant la parole.

« Oups, mille excuses. », commence le pianiste en posant son regard sur elle pour la première fois. Sa petite robe blanche trop courte et trop décolletée était partiellement rouge maintenant. Quel dommage… « Je t’ai prise pour la poubelle de l’endroit. Il faudra penser à poursuivre l’établissement pour laisser entrer ce genre de truc ici. »

La fille se lève, outrée, un petit « Tae Sun ! » frustré aux lèvres avant de néanmoins filer à la salle de bain. Quelle ait la bonne idée de ne pas revenir lui convenait très bien, surtout… Sur ce, Jae Hyeok se pose comme un prince de l’autre côté de la table, juste en face de Tae Sun, sur cette longue banquette en C. Il observe un long moment le chanteur qui, il le sait, bout délicieusement de colère déjà. Pourquoi est-ce qu’il avait constamment ce besoin de le pousser à bout ? Comme si c’était la seule façon envisageable de commencer une discussion avec Tae Sun. Alors que soyons franc : c’était la pire.

« Bonsoir, Tae Sun. Tu passes une bonne soirée ? », demande finalement l’homme, tout en sortant sa partition de sa poche, pour venir y inscrire une nouvelle note, faisant gaffe à ne pas froisser davantage la serviette fragile. « Qui est ton amie ? Tu l’as rencontrée sur… hm… c’est quelle rue déjà, celle des prostituées ? »

Il hausse lentement les épaules, comme si soudainement, il supposait que peu importait réellement. Oh, il savait qu’elle n’était pas une prostituée, hein. C’était ce qui rendait le fait de le prétendre aussi délicieux… Son regard remonte à nouveau à Tae Sun. Et Jae Hyeok se sentait étrangement… exactement là où il devrait être pour la première fois de la soirée. C’était complètement fou, ça.

« Alors, ton rendez-vous avec ce manager ? », demande-t-il finalement, arquant un sourcil tout en affichant un petit air nonchalant. « Il a porté fruit ou alors tu es encore réduit au silence pour les prochains mois ? »

Nouvelle note inscrite sur la serviette. Puis une autre… et encore une. Tae Sun avait toujours si bien su être sa muse en en faisant si peu…


Revenir en haut Aller en bas




Anonymous

Invité


Invité



TAESUN ; Sweet Sacrifice Empty
MessageSujet: Re: TAESUN ; Sweet Sacrifice   TAESUN ; Sweet Sacrifice EmptyJeu 25 Juil - 9:01

TITRE :

 TAESUN ; Sweet Sacrifice




 


I don't wanna stand here and beg you to fall
One day you'll see I was worth it all


Mon entretien s’était plutôt bien passé, j’avais réussi à convaincre le manager en quelques minutes à peine. Rien n’était encore gagné, mais je commençais à me sortir la tête de l’eau. C’était un peu comme si je redevenais vivant. Savoir que j’allais sûrement recommencer à faire de la musique me rendait heureux malgré ma confrontation chaotique avec Jae Hyeok. Ce soir j’avais décidé de l’oublier et de passer à autre chose. Je voulais m’amuser, je devais fêter mon possible début de carrière.  Quoi de mieux que d’aller se bourrer la gueule dans une boite branchée et d’embrasser quelques jolies filles. Ce n’était pas le meilleur moyen d’arranger les choses avec l’abruti d’Ange, mais je m’en tapais royalement sur l’instant. J’étais trop heureux pour me laisser miner.

Ce soir, je sortais le grand jeu. J’allais être le mec le plus sexy. Je n’avais pas honte de prendre soin de moi, de mettre des heures à choisir une tenue et je m’étais habitué au maquillage avec mes premières scènes. Je ne tartinais pas de fond de teint, je faisais simplement ressortir mon regard qui pouvait en dire très long. J’avais hâte d’aller m’amuser. J’étais prêt à passé la meilleure soirée de ma vie. En tout cas, c’était ce que je croyais. A peine devant les portes, je sentais la musique vibrer à travers. Je me ruais presque à l’intérieur, trop impatient. Je regardais autour de moi. La plupart des filles jouaient les gogos danseuses, alors qu’elles avaient simplement l’air vulgaire. Je n’avais jamais aimé les femmes qui en faisaient trop, mais elles étaient les plus faciles à mettre dans un lit. Ca ferait l’affaire pour ce soir. Je n’étais même pas rentrer depuis cinq minutes, qu’une fausse blonde s’était accroché à mon bras. J’étais certain que sans son maquillage trop prononcé, elle était jolie. Je lui souriais et lui proposais de prendre un verre.

Je m’installais sur une banquette avec mon espèce de poupée à mes côtés. Bon, ce n’était pas le grand luxe. Elle était loin d’avoir la lumière à tous les étages. J’avais l’impression d’être avec une coquille vide qui gloussait au moindre de mes mots. Finalement, ça commençait plutôt mal. Je commençais à désespérer lorsque je croisais le regard de Jae Hyeok. Je fronçais d’abord les sourcils, étonnés de le voir ici. Je haussais simplement les épaules, reportant mon attention sur mon verre jusqu’à ce que ma blonde se fasse ruiner sa robe et ses cheveux par la même occasion. Je voulais rire, mais je faisais de mon mieux pour garder mon sérieux. L’ange avait été assez violent avec elle. Même si cette fille était stupide, elle n’était pas méchante. Je la regardais en grimaçant légèrement, prenant un air désolé.

Je la laissais partir, plongeant mon regard dans le sien.  Ce mec était vraiment sans gêne. « Elle t’as rien fait, alors tu pourrais être moins … être moins toi. Un espèce de gros connard qui pense pouvoir mal parler aux autres. ». Honnêtement, je n’avais pas compris son geste, en même temps, j’étais plutôt aveugle. « Je passais une bonne soirée avant de te voir ». Il avait fallu qu’il vienne encore tout gâcher. A chaque fois que je pensais qu’il avait changé un minimum, il me prouvait le contraire. Je lui en voulais beaucoup. « Qu’est ce que ça peut te foutre que je traine avec une prostitué ?  C’est pas comme si t’étais jaloux ».

Je fixais son bout de papier avec envie. Ses chansons me manquaient, je devais l’avouer. J’étais étonné qu’il s’intéresse à mon entretient, mais je me calmais pour ne pas rentrer dans son jeu et tenter pour une vois d’avoir une conversation normal. « Ca s’est plutôt bien passé. Je pense. Faudra que je trouve un gars qui écrit mes paroles c’est tout ». C’était tout ce que je pouvais lui dire. « Je peux savoir pourquoi tu squatte ma table ? T’as fais fuir celle la,  mais je compte bien aller en chercher une autre et si tu reste elles ne voudront sûrement pas venir ». Je savais pertinemment que si je me dirigeais vers une autre fille, Jae Hyeok se ferait un plaisir de tout gâcher. Il fallait avouer que je le cherchais un peu aussi C’était incroyable de ne pas pouvoir agir autrement qu’en gamin avec lui. « A moins que tu veuille passer la soirée avec moi ». Je me penchais sur la table pour m’approcher de lui, dangereusement, de plus en plus proche.


Revenir en haut Aller en bas




Anonymous

Invité


Invité



TAESUN ; Sweet Sacrifice Empty
MessageSujet: Re: TAESUN ; Sweet Sacrifice   TAESUN ; Sweet Sacrifice EmptyDim 28 Juil - 4:22

TITRE :

 TAESUN ; Sweet Sacrifice




 


Des réprimandes. Moins virulentes que ce à quoi Jae Hyeok s’attendait, par contre… Mais des réprimandes malgré tout. Elles prenaient une douce allure d’insulte bien ficelée, mais il n’avait rien espéré de moins de la part de Tae Sun, franchement. Mais est-ce que cette fille ne lui avait vraiment rien fait ? Personnellement non, c’était vrai. Mais sur un autre plan, un plan qu’elle n’aurait pu concevoir, si. Lorsqu’il relève brièvement le regard vers le chanteur, le regard de L’Ange est éloquent à ce sujet. Il en voulait mortellement à cette fille et si elle osait revenir se pendre au bras de Tae Sun, il allait être un peu plus clair sur ce qu’il attendait d’elle : qu’elle dégage vite fait, bien fait !

« Tu es certain de ce que tu avances ? », demande calmement Jae Hyeok tout en inscrivant une nouvelle note de musique sur sa composition de fortune. « Parce que quelques jours plus tôt, tu disais plutôt le contraire. Tu avais envie que le bâtard que je suis t’accorde un peu plus d’attention. C’est ce que je suis en train de faire, dans toute ma splendeur. Et maintenant, ça te dérange ? Arrête, un peu. Si tu continues à ne pas savoir sur quel pied danser, c’est limite moi qui passerai pour la victime de tes humeurs. »

Ce qui était… parfaitement risible en soi, n’importe qui l’aurait admis. Quant à passer une bonne soirée avant son arrivée, il a un petit « ah » dénudé d’intérêt, le regard toujours posé sur la serviette qui faisait office de papier. Cette fois, son crayon se soulève et reste suspendu à quelques centimètres de la table, dans une attitude d’hésitation ou de réflexion, au choix. Peut-être les deux. Il était difficile de penser alors qu’une magnifique furie s’évertuait à vous dire à quel point vous étiez connard juste en face de vous… Par contre… à la mention de jalousie, le regard de Jae Hyeok remonte lentement le long du visage aux traits bien définis de Tae Sun. Il s’arrête un moment sur les lèvres charnues, puis glisse contre le nez droit avant de se planter dans le regard au bridage emprunt d’une perfection qu’il ne pouvait nier. Mais au contraire… Il était brûlant de jalousie. Il en aurait frappé cette aguicheuse de seconde zone si ça n’avait pas été du peu de conscience professionnelle qu’il lui restait…

Mais ce n’est pas de ça dont il parle lorsqu’il rouvre la bouche, pourtant. Parce que comme toujours, moins il en dévoilait sur ses sentiments, mieux c’était…

« Alors c’est vraiment ce qu’elle est ? », demande Jae Hyeok, une pointe de moquerie amusée dans la voix. « Une pute de bas étage ? J’avais quand même un peu plus d’estime que ça pour toi, Tae Sun. Mais il faut croire qu’un chanteur-poubelle ramasse des putes de fond de ruelle. »

Un léger tremblement prend néanmoins L’Ange à la suite, marquant leur conversation du sceau « sujet délicat », ce qui était chose plutôt rare avec lui. Trouver quelqu’un pour écrire ses chansons… Est-ce que c’est à ce moment que l’idée germa dans la tête de Jae Hyeok ? Probablement, oui. Lui qui ne demandait pas nécessairement de reconnaissance, seulement qu’on écoute ce qu’il avait à dire, à composer… Son regard se fait brièvement intéressé, mais il rebranche rapidement, redevenant tout aussi neutre que possible. Tae Sun lui parle d’autres filles… puis s’approche au-dessus de la table. Dans la semi-obscurité de la boîte de nuit, son regard devient de plus en plus précis, doucement hypnotisant. D’autres filles ? Jae Hyeok allait se faire un plaisir de foutre en l’air toutes celles qu’il allait voir pendues au bras du beau chanteur… et dans le fond, Tae Sun en était conscient, pas vrai ?

L’homme pose doucement le crayon sur la table en marbre poli, puis lève sa main ainsi libérée pour attraper le menton de Tae Sun, histoire de l’empêcher de s’avancer davantage.

« Ça fera du joli demain matin si un paparazzi nous prend en photo. Moi seul, je ne m’inquiéterais pas trop, mais toi, tu attires l’attention, bel éphèbe. », murmure le pianiste. Sa main change légèrement d’angle pour permettre à la pulpe de son pouce de glisser sous l’amande d’un œil sombre, retraçant sa jolie forme tout en suivant docilement le trait de khôl qui le rehaussait. « Ce n’est pas le moment de ruiner ton renouveau en tant que chanteur, je suppose. »

Il relâche le visage du jeune homme… et preuve que malgré tout, L’Ange était toujours une arme à double tranchant, il glisse une main dans sa poche, en ressortant quelque chose de petit qu’il camoufle entre son index et son majeur. Lentement, contre la table, il fait glisser cette petite chose vert pâle estampée d’un papillon, jusqu’à la main de Tae Sun. Non, ce n’était pas le moment de gâcher sa carrière… et ses conseils étaient bons. Mais, il n’avait pu s’empêcher de tenter Tae Sun à quelque chose de nouveau, de délicieux et de destructeur. Il ramène le petit comprimé d’ecstasy à lui, la soulève jusqu’à ses lèvres, puis la glisse contre sa langue. Se redressant, Jae Hyeok se penche au-dessus de la table et cette fois, contrairement à ce dernier moment passé ensemble dans le bureau, c’est lui qui attrape solidement la nuque de Tae Sun pour l’attirer à lui. D’un baiser, il fait glisser la drogue de sa langue à celle du chanteur… et il se plaît à capturer un long moment les lèvres charnues de l'homme, goûtant une nouvelle fois aux arômes si caractéristiques à Tae Sun. Il n'allait jamais s'enivrer assez de cet homme...

Tae Sun était libre de recracher. De le mordre, si l'envie le prenait de le lui faire amèrement regretter. Mais que ferait-il réellement ? L'humain était tellement surprenant et à ce sujet, le rocker était clairement un niveau au-dessus du commun des mortels. Calmement, Jae Hyeok relâche les lèvres du chanteur pour s'asseoir à nouveau sur son bout de banquette, l'observant avec intérêt et curiosité.


Revenir en haut Aller en bas




Anonymous

Invité


Invité



TAESUN ; Sweet Sacrifice Empty
MessageSujet: Re: TAESUN ; Sweet Sacrifice   TAESUN ; Sweet Sacrifice EmptyLun 19 Aoû - 8:50

TITRE :

 TAESUN ; Sweet Sacrifice




 


Je ne savais plus ce que je voulais. Il me mettait dans un tel état de doute que j’avais envie de me cogner la tête contre la table. J’avais envie de lui, mais il ne voulait pas de moi et quand je tentais de penser à autre chose il venait me rappeler qu’il était la. C’était de sa faute si je ne savais plus sur quel pied danser. « Je te veux. Mais c’est toi qui m’a jeté. Qu’est ce que tu veux que je te dise de plus ? Je vais pas continuer à te courir après et souffrir encore inutilement. Est ce que tu veux être avec moi ? C’est oui ou c’est non. C’est pas compliqué ». J’en avais assez d’attendre de l’attention de sa part, d’espérer un regard et même un sourire sincère. Je voulais une réponse claire. Quelque chose qui me permette d’avancer et de tourner la page. « Si c’est pour me pourrir, je préfère que tu m’ignore ». Je galérais assez dans la vie, pas besoin qu’il m’enfonce encore plus.

C’était comme si je faisais face à un mur de pierre. Rien ne le touchait, je pouvais lui balancer les pires horreurs, il n’en avait rien à foutre et moi j’étais trop faible parce que chacun de ses mots me touchaient au plus profond. Je ne faisais pas le poids face à un monstre de mépris tel que lui.
Chanteur poubelle. Aïe. Encore une claque en pleine gueule. Je valais mieux que ça non ? Et il le savait. Je ne sais pas si c’était ma poupée Barbie qui l’avait mit sur les nerfs, en tout cas il était remonté contre moi. « Je prends ce que je trouve. Et puis elle était plutôt pas mal. Et puis elle m’a pas demandé d’argent. Mon corps lui aurait suffit. Je suis quand même un vrai canon ». La modestie n’était pas invitée ce soir. Je me plaisais à jouer les narcissiques face à lui en espérant voir une petite lueur dans son regard. Je me perdais souvent dans ses yeux. Il avait ses défauts, mais c’était quelqu’un de vrai. Il ne me mentirait jamais. Il préférait me mettre en pièce plutôt que de me raconter des histoires pour me faire plaisir. Je n’étais plus du tout sûr de moi et pourtant je faisais mon maximum pour avoir l’air confiant.

Je me fichais qu’on nous voit ensemble, proches ou en train de se taper dessus. Je me foutais de tout à part ses lèvres. J’affichais un petit sourire lorsqu’il m’arrêta. « T’as la trouille c’est tout ». Dire que j’étais serein aurait été un mensonge. C’était peut être la mon problème, je ne réfléchissais pas. Peut être avait-il raison, un simple baiser pourrait détruire ma carrière naissante et me détruire au passage, mais je doutais qu’un paparazzi trainait dans le coin. « Arrête, les filles adorent ça. Fan service. Ca leur ferait plaisir si on se roulait une pelle devant elles». Je lui offrais un petit clin d’œil en me mordillant la lèvre de façon suggestive.
En revanche je lâchais un soupire en le voyant sortir un de ses petits cachets. Je n’aimais pas ça. Je n’aimais pas ce qu’il était sous l’emprise de la drogue. Je grimace, surpris par son geste. Honnêtement, j’aurai aimé qu’il m’attrape de cette façon juste pour m’embrasser et non pour me refiler sa merde. En quelques secondes je me retrouve avec le poison dans ma bouche mais je ne lâche pas ses lèvres. Il me faisait l’effet d’une bombe et bordel qu’est ce que j’aimais ça !

Je le fixais longuement, passant mon index sur mes lèvres, perdu dans mes pensées. Je sortais le cachet de ma bouche avant de le jeter sur le sol. « J’ai pas besoin de ça pour t’aimer. J’ai pas besoin d’être défoncé pour t’apprécier. T’aime peut être ça, mais j’ai aucune envie de devenir comme toi. Pas besoin de cette connerie pour avoir du talent. Tu peux pas t’amuser sans ?». J’avais promis à mes parents de ne jamais toucher à la drogue et je comptais bien respecter mes engagements. « Vas y fais toi plaisir, mais ça sera sans moi ». Je me levais et me penchais près de son oreille en passant à côté de lui. « Arrête de me décevoir. T’es bien plus attirant quand t’es clean ». Ma main se posa sur sa nuque et j’en profitais pour mordiller le lobe de son oreille quelques secondes avant de me diriger vers les toilettes. Je lui jetais un dernier regard avant de pousser la porte. Je fixais mon reflet dans le miroir, mon cœur tambourinait si fort dans ma poitrine que j’avais du mal à respirer. Il me faisait péter les plombs. Je me passais de l’eau fraîche sur le visage pour me calmer.

Je n’avais qu’une seule envie, qu’il pousse cette porte et qu’il me rejoigne, que je puisse lui montrer à quel point je l’aimais. Je voulais quelque chose avec lui, mais quelque chose de sincère, pas seulement un jeu. Je le voulais entier et pas juste défoncé. J’en demandais sûrement trop.  Je donnais un coup de pied dans la poubelle, l’envoyant valser à l’autre bout de la pièce. « putain, tu me tues ».



Revenir en haut Aller en bas




Anonymous

Invité


Invité



TAESUN ; Sweet Sacrifice Empty
MessageSujet: Re: TAESUN ; Sweet Sacrifice   TAESUN ; Sweet Sacrifice EmptyMer 21 Aoû - 20:33

TITRE :

 TAESUN ; Sweet Sacrifice




 


Je te veux. Trois petits mots si simples et pourtant, ils résonnent un long moment dans la tête de Jae Hyeok. Comment Tae Sun pouvait-il les prononcer si facilement ? Lui-même n’avait jamais su le faire. Pas de cette façon vibrante de sincérité. Il avait eu des gestes qui allaient en ce sens et Tae Sun le savait très bien, mais le dire, c’était un tout autre univers. Il l’avait hurlé au travers de sa musique. Ça ne suffisait pas ? Pour la première fois de sa vie, peut-être, L’Ange avait l’impression que si. Tant qu’il cessait de s’entêter bêtement à repousser le chanteur, parler par sa musique lui suffirait. Tae Sun l’avait toujours compris, même si ça n’avait jamais été dit. Même si c’était peut-être même inconscient. Mais, il ne comprenait pas que près de lui, il allait toujours être blessé… Jae Hyeok ne répond pas à la question pourtant très directe qui lui est posée. Il penche plutôt la tête sur sa serviette en papier, y rajoutant une note en e mineur. La note de la tristesse. L’ignorer ? Il ne pouvait pas faire ça. C’était plus fort que lui : Tae Sun l’attirait comme un aimant et L’Ange le détestait pour ça.

Il tique toutefois alors que cette putain revient sur le tapis. D’ailleurs, serrant un peu trop son stylo, il fait une grosse tache sur la serviette. Le compositeur relâche son instrument de travail tout en relevant un regard flegmatique vers son vis-à-vis.

« Oh. », murmure doucement l’homme, arquant un sourcil presque paresseusement. « Attention, à être trop modeste tu vas finir par te sous-estimer… »

Il y a un nouveau moment de silence pendant lequel Jae Hyeok fait courir ses longs doigts de pianiste sur la composition de fortune posée devant lui. Et finalement, il fait seulement remarquer, toujours d’un calme olympien :

« Je ne t’ai jamais demandé de courir après moi. »

Une constatation plutôt simple, certes, mais aussi indéniablement vraie. Tae Sun se fatiguait tout seul à faire quelque chose qu’il était le seul à désirer. Quoi qu’il en soit, il arque à nouveau un sourcil à la mention de fanservice. Il n’était pas du tout friand de ces conneries, pas plus qu’il ne l’était de ces idioties d’aegyo… Et il savait malgré tout que Tae Sun se faisait un peu sarcastique, du coup. De toute façon, sur scène ça passait, mais dans la vie privée, c’était une autre histoire. Et avec le genre de fans qu’ils avaient, nul doute que ça passerait moins bien. Pourtant, ça n’empêche pas Jae Hyeok de venir chercher un baiser empoisonné sur les lèvres du chanteur… même si au final, celui-ci ne lui laisse pas jouer avec son esprit bien longtemps. Le regard de Jae Hyeok suit paresseusement le petit cachet jusqu’au plancher, le perdant de vue à ce moment. Puis, il se relève vers Tae Sun qui lui dit… des conneries. Pour faire changement.

Pourquoi est-ce qu’il lui parlait d’amour ?! Ça chamboule plus Jae Hyeok qu’il n’aurait aimé l’admettre et de fait, il se cache plus que jamais derrière une façade de froideur et de calme. Le décevoir ? À aimer, on n’était que déçu. Tae Sun aurait dût le savoir plus que n’importe qui d’autre, vu la passion intense qui l’habitait. C’était pourtant cette passion qui attirait L’Ange. Une passion que lui-même ne posséderait peut-être bien jamais, mais qu’il ressentait l’espace d’un instant quand les lèvres de Tae Sun se pressaient contre les siennes. Quand ses mains parcouraient brièvement son corps. C’était indéfinissable… L’Ange ferme les yeux alors que les lèvres charnues s’approchent de son oreille. Le souffle de l’autre homme glisse contre son épiderme frissonnant au rythme de paroles toujours aussi passionnées. Et finalement, Tae Sun part. Jae Hyeok reste un long moment à sa place, indécis, la colère montant doucement en lui alors qu’il réalise que ce genre d’émotions n’étaient généralement pas siennes.

Finalement, il attrape la serviette en papier pour la glisser dans une de poche de son jeans, puis quitte la table pour se diriger vers… non, pas vers la sortie, même si ça aurait été préférable. Plutôt vers la salle d’eau où Tae Sun avait disparu. Il hésite un moment devant, mais pousse finalement la porte en y entendant un bruit de métal tordu, un peu surpris. Son regard se pose sur Tae Sun… et sur une pauvre poubelle qui n’avait rien demandé. Jae Hyeok a un petit sourire suffisant, parce qu’on ne le changerait pas si facilement, sûrement… Et finalement, il referme derrière lui. Son regard s’attarde un peu sur la porte, mais aucun mécanisme ne semble voué à la verrouiller de l’intérieur et c’est un peu normal. Puis, il tourne la tête vers les cabines pour constater qu’elles sont toutes vides. Bien. L’Ange était peut-être intègre, mais aussi discret, malgré tout. Il s’approche de Tae Sun, étirant une main pour venir la poser contre sa joue, la caressant doucement. Puis, il force l’homme à se tourner vers le grand miroir qui s’étire derrière les quelques lavabos sagement alignés.

Il se pose contre le dos du chanteur, glissant son nez dans ses cheveux pour en humer le parfum masculin du shampoing de l’homme. Les longues mains fines du compositeur font lentement glisser sur les épaules et le long des bras la veste qui fini sa course au sol, pour ensuite savourer de ses paumes l’épiderme mis à nu par le simple débardeur sombre. La peau de Tae Sun était chaude et hâlée naturellement. Frissonnante, un peu, aussi… Jae Hyeok soupire tout en venant murmurer tout près d’une oreille effilée :

« Je suis un poison. Insidieux, je me glisse entre tes lèvres, peut-être entre tes reins. Je te ferai frissonner, gémir et hurler de plaisir. Tu en redemanderas toujours plus. Et un jour, tu réaliseras que j’ai gâché ta vie. Que je n’étais qu’une drogue de plus dans le monde tordu de la célébrité… »

Lentement, L’Ange glisse une de ses longues mains fines jusqu’au ventre de l’homme, soulevant le débardeur pour passer en dessous, caressant la région sensible juste sous le nombril, ses doigts trouvant ce petit chemin du bonheur composé d’un fin duvet qui avaient la chance d’être sur le ventre de plusieurs hommes. Pas sur le siens, d’ailleurs. Imberbe.

« Tu me désires ? Alors tu désires probablement tout autant ne jamais m’avoir rencontré, Tae Sun. », soupire doucement l’homme, vaguement méprisant, mais peut-être pas autant qu’il aurait bien aimé l’être. Cette situation était carrément aphrodisiaque, même si les lieux publics n’avaient jamais été pour le charmer pour ce genre d’intimité. « J’ai déjà commencé à ruiner ta vie. Jusqu’où devrais-je aller pour que tu commences à avoir peur ? »

Lentement, ses doigts glissent de quelques centimètres sous la barrière du pantalon de l’homme. Torse appuyé contre le dos de Tae Sun, il penche la tête pour venir déposer un baiser humide dans son cou, prenant tout son temps. Le goût salé de l'épiderme chaud le fait longuement frissonner, l'enrageant presque. Ce faisant, son regard ne décroche pas de celui de son égérie, via le reflet du miroir devant eux. Quand allait-il enfin apprendre que celui qui devait envoyer mourir l’autre, c’était lui : Tae Sun ?


Revenir en haut Aller en bas




Anonymous

Invité


Invité



TAESUN ; Sweet Sacrifice Empty
MessageSujet: Re: TAESUN ; Sweet Sacrifice   TAESUN ; Sweet Sacrifice EmptyJeu 22 Aoû - 11:44

TITRE :

 TAESUN ; Sweet Sacrifice




 


Il ne m’avait jamais demandé lui courir après. C’était vrai. Il n’était pas venu me chercher de son plein gré. En fait si. Mais il n’était pas lui même alors ça ne comptait pas ? Ce soir là, il avait bousculé toutes mes certitudes et tous mes sentiments. Jamais je n’aurai imaginé l’embrasser ou avoir une quelconque relation avec lui, mais ce baiser… Ce baiser avait tout changé. Il avait éveillé en moi des choses que je ne connaissais pas et j’avais aimé ça. Beaucoup trop. Deux caractères forts comme les nôtres, ça ne pouvait que voler en éclat. Je me faisais du mal tout seul en m’accrochant à lui comme un forcené en sachant qu’il ne ferait que me pourrir la vie ou me briser avec des paroles blessantes. Je ne devais pas être net pour vouloir un type pareil. Pourtant, j’avais besoin de ses coups de fouets, de sa force et de sa franchise pour avancer. Il me permettait de m’endurcir chaque jour même si ce n’était pas évident à supporter.

C’était plus fort que moi, j’avais besoin d’être proche de lui, de le toucher, de respirer son odeur, de sentir son souffle, d’entendre sa voix, de plonger mon regard dans le sien, si dur et si froid. Je voulais faire tomber les barrières, tout terrasser sur mon passage pour qu’il m’accepte enfin. Je me donnais trop à fond dans cette histoire mais je ne savais pas faire autrement. Depuis mon plus jeune âge, j’avais toujours été un peu trop passionné, je me donnais corps et âmes dans ce que j’aimais. Et j’aime Jae Hyeok, que je le veuille ou non. J’avais déjà tenté de l’oublier dans les bras de jolies filles, mais rien ne pouvait le sortir de mon crâne. Il me rendait fou. Le pire c’est que je ne savais absolument pas ce qu’il se passait dans sa tête. Ce qu’il attendait de moi, ce qui le poussait à me rejeter systématiquement et à revenir vers moi. C’était un jeu cruel.

J’avais de plus en plus de mal à contenir ma colère. Comment ne pouvait-il pas à comprendre à quel point il m’était vital malgré tout ce temps passé à nous insulter. La poubelle ne m’avait rien fait, certes, mais je me sentais un peu mieux. Mon cœur était sur le point d’exploser. Je n’avais pas besoin de regarder, je savais que c’était lui qui venait d’entrer. Je voulais me jeter sur lui, le secouer, mais je ne bougeais pas, je n’y arrivais plus. Son corps contre le mien me faisait frissonner jusqu’à mon échine. Je n’avais jamais ressenti rien de tel. Je ne lui connaissais pas cette douceur, mais j’étais agréablement surpris.

Je fixais nos deux reflets sans dire un mot. On pouvait dire ce que l’on voulait, on formait un beau couple. Il était ce que je n’étais pas. On se complétait. Je le regardais à travers le miroir. A cet instant précis, il pouvait faire ce qu’il voulait de moi, j’étais à sa merci. Je ne pouvais détacher mon regard de nos deux corps si proches. Je me mordais la lèvre un peu trop fort en sentant ses lèvres si près de mon oreille. Ses murmures me faisaient perdre la tête. Il était un poison, ce n’était pas nouveau. Il m’avait déjà gâché la vie mais j’avais réussi à m’en sortir. Je m’apprêtais à répliquer mais sa main me fit ravaler mes mots. Je ne voulais pas que son corps, ce n’était pas une simple histoire de sexe, c’était beaucoup plus que ça. Beaucoup plus effrayant. Je lâchais un long soupire, sentant la chaleur s’insinuer au creux de mes reins. Rien que ce contact me mettait dans tous mes états.  C’était la première fois que je laissais un homme me toucher et j’étais étonné à quel point c’était excitant. En revanche, je ne laisserai aucun autre type me coller sa main aux fesses. Jae Hyeok était le seul à me faire cet effet la.

Je penchais instinctivement ma tête sur le côté sentant ses lèvres chaudes contre ma peau, je voulais lui laisser plus de place pour qu’il ne s’arrête jamais. Je me tournais brusquement pour lui faire face, avant de l’attraper pour le plaquer contre les lavabos. Je collais mon bassin au sien tout en capturant ses lèvres pour un baiser enflammé. Je n’en avais pas assez et je n’en aurais jamais assez de cette sensation. Ma main posée fermement sur sa nuque l’empêchait de s’enfuir. Sa langue, ses lèvres, j’étais accro. A bout de souffle, je posais mon front contre le sien. « Tu crois vraiment que tu me feras peur un jour ? J’ai l’impression que tu ne me connais pas. Comme si je pouvais renoncer à toi. Je te laisserai gâcher ma vie des centaines de fois s’il le fallait ». J’ai besoin de toi. Tu me manque à en crever. Je pète un plomb dès que je te vois proche de quelqu’un. Des choses que je n’arrivais pas à lui dire, mais qu’il devait sûrement ressentir à travers mes gestes et mon regard. « Je peux pas faire autrement. Je peux pas être loin de toi sans devenir dingue. On parle pas d’une petite histoire de cul la. Je te parle de sentiment. ».


Je laissais mes mains glisser le long de ses bras, profitant chaque seconde de cette rare proximité. « Pourquoi t’as tant de mal à parler ? à te laisser aller ? Pourquoi tu écris des chansons magnifiques alors que tu peux pas me dire ce que tu pense. Dis le une bonne fois pour toute. Arrête de te cacher derrière tes excuses de merde ». Je baissais la tête en me disant qu’on n’arriverait jamais à rien tout les deux. Que c’était peine perdue, malgré tous les espoirs que je nourrissais. « C’est épuisant d’être amoureux de toi. Le truc c’est que c’est le seul truc que je sais faire de bien. T’aimer. Je suis vraiment un con, mais c’est pas nouveau ».
Sans lui laisser le temps de répondre, je mordais son cou suçant légèrement sa peau afin de lui laisser une petite marque. Un petit souvenir de moi.

« Bon maintenant que tu m’as fait bander, on fait quoi ? ». Je souriais de façon enfantine. Je ne pouvais pas rester sentimental trop longtemps, il fallait que je retrouve mon bon vieux caractère.


Revenir en haut Aller en bas




Anonymous

Invité


Invité



TAESUN ; Sweet Sacrifice Empty
MessageSujet: Re: TAESUN ; Sweet Sacrifice   TAESUN ; Sweet Sacrifice EmptyMar 3 Sep - 8:40

TITRE :

 TAESUN ; Sweet Sacrifice




 


Tae Sun était soudainement docile sous ses mains et même si ce n’était pas un comportement étonnant chez un homme, ceux-ci étant faciles à tenir par le bas de la ceinture, ça l’était néanmoins un peu dans cette situation. Après tout, le chanteur explorait une avenue encore jamais foulée auparavant… Il semblait pourtant ne pas avoir d’appréhensions, comme il le lui avait déjà affirmé. Et si L’Ange doutait, ce n’était présentement plus le cas. Tae Sun était de toute façon trop entier pour mentir à ce sujet, n’est-ce pas ? Dieu que ça pouvait l’énerver ! Et pourtant, Jae Hyeok avait bien conscience que c’était là quelque chose qu’il appréciait chez le bel homme. Toutefois, le contrôle lui échappe rapidement. Oh, en amour comme à la guerre, ce n’est pas quelque chose qui lui posait problème. Il n’était ni dominé, ni dominant pendant ce genre d’échange tendre et une juste bataille pour savoir qui prendrait le dessus était toujours terriblement aphrodisiaque. Oui, à bien des égards, Tae Sun était l’homme qu’il lui fallait… Ça le rendait un peu nerveux malgré lui d’y penser de cette façon.

Jae Hyeok a un petit gémissement malgré lui au milieu de ce baiser passionné. Ses reins rencontrent assez durement les lavabos, mais il ne s’en plaint pas, se contentant d’attraper solidement les hanches étroites de Tae Sun pour le maintenir contre lui pendant que ce dernier s’évertuait à en faire de même en faisant pression sur sa nuque. Nouveau gémissement… Jae Hyeok ne se reconnaissait plus. Ce n’était pas lui que d’être aussi expressif… Et lorsque Tae Sun vient finalement poser son front contre le siens, leurs lèvres se relâchant, il reprend son souffle, yeux fermés, cœur en émoi. Ses mains tremblent alors il les resserre davantage sur les hanches de l’homme.

« Arrête, tais-toi… », murmure le musicien alors que son ancien collègue essaie de lui faire comprendre que la peur n’était pas un sentiment qu’il ressentait. « Tu ne sais pas ce que tu dis, idiot. »

Mais même le ton qu’il employait n’était plus aussi assuré qu’il l’aurait bien aimé. Tae Sun est direct, troublant. Il lui affirme plusieurs fois et de façons différentes qu’il est amoureux et il n’en faut pas plus pour mettre Jae Hyeok mal à l’aise. Mais surtout, il touche un peu le point sensible. Oui c’est vrai… Il écrivait ses sentiments, mais les dire lui était complètement impossible. L’Ange éloigne lentement sa tête de cette de Tae Sun, rouvrant les yeux pour l’observer un moment, la mine grave. Puis finalement, il détourne le regard pour le poser à sa droite, observant sans vraiment les voir les carreaux de céramique recouvrant partiellement le mur. L’homme se fait doux avec lui, caressant non seulement ses bras, mais aussi son âme. Jae Hyeok ferme à nouveau les yeux. C’était plus facile ainsi. Et pourtant, Tae Sun n’était pas capable de lâcher son langage de gars de la rue ! Ça aurait pu être moche chez bien des hommes, mais ça lui donnait un petit charme de chien de garde.

« Oui, tu es vraiment con… », appui finalement Jae Hyeok, sans se brider, comme à son habitude. Au moins, il reprenait un peu ses esprits, sûrement. « Je ne suis pas un homme qu’il fait bon aimer. »

Jae Hyeok rejette la tête vers l’arrière, profitant malgré tout de ce moment tendresse. Par contre, soudainement, cet idiot lui lance un truc… tellement grossier ! Jae Hyeok rouvre les yeux, venant bousculer un peu ce petit con ! Il faudrait parfois lui laver la langue avec du savon, à celui-là…

« Les lieux publics ne m’emballent pas des masse… », marmonne-t-il finalement tout en se tournant dos à Tae Sun sans briser leur proximité, histoire de s’appuyer contre la rangée de lavabos. Il observe le reflet de l’homme dans le grand miroir qui s’étend devant eux. Dieu qu’il avait chaud rien qu’à le regarder. C’était sûrement à cause de cette discussion, de leur proximité et de l’ambiance qu’ils entendaient très bien à l’extérieur des toilettes publiques du Xanadu… « Et arrête de parler comme un chien. Tu m’embrouilles. »

L’Ange glisse une main dans son visage, indécis. Il n’était même plus capable de savoir exactement ce qu’il pensait tant tout se bousculait dans sa tête. Mais il savait une chose… Au-delà de ces baisers enfiévrés, il réalisait qu’il avait encore plus aimé ce moment où Tae Sun lui avait parlé à cœur ouvert tout en caressant doucement ses bras comme si tout était normal entre eux. De fait, il fini par rattraper une de ces jolies mains baguées pour la soulever jusqu’à sa joue, penchant légèrement la tête pour maximiser le contact.

« Je changerai pas. Tu le réalises ? Absolument rien ne va changer… Je vais finir par te tuer. », mumure finalement Jae Hyeok. « Et toi, tu me tends l’arme à feu qui va t’exécuter… »

Sur ce, L’Ange se retourne pour venir déposer un baiser limite chaste sur les lèvres de Tae Sun.

« Mais on sait tous les deux que le mal est déjà fait, pas vrai ? Tu m’appartiens déjà. »

Et franchement… Jae Hyeok ne savait absolument pas comment il avait réussi ce tour de force et ça le laissait un peu tout con…


Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé





TAESUN ; Sweet Sacrifice Empty
MessageSujet: Re: TAESUN ; Sweet Sacrifice   TAESUN ; Sweet Sacrifice Empty

TITRE :

 TAESUN ; Sweet Sacrifice




 



Revenir en haut Aller en bas

 

TAESUN ; Sweet Sacrifice

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
New Generation :: C'est la fête à la New Génération :: The endBut nothing really disappears :: Finished stories-