AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment :
Nike FR : 25 % sur tous les articles
Voir le deal

Partagez



je suis la star des backstages ; staff
Oh Nam Sun

Oh Nam Sun


je suis la star des backstages ; staff


•• Mes notes : 85
•• J'habite : Mapo-gu
•• Métier : Manager de Dan Il

Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.  Empty
MessageSujet: Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.    Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.  EmptyVen 21 Fév - 21:13

TITRE :

 Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.




 


     . . . Do you want me to reply actually ?

    « Qu'est-ce qu'il a encore fait ?  » demandais-je calmement, en voyant la coordinatrice de Dan Il venir vers moi, avec une mine de six pieds de long. Elle tenait son téléphone portable dans les mains, et je craignais le pire. Je prenais donc ce qu'elle me donnait, et sur son écran, une photo de Dan Il en gros plan, avec une autre célébrité de l'agence. Eden, aka Min Huan, aka la seule personne qui puisse être pire que mon protégé. Il m'arrivait de discuter avec Eun Seok, et il avait parfois du mal à rester calme à ce qu'il me disait.

    C'était dans ces moments-là que je me disais n'être pas si malchanceux au fond.

    Seulement, là, je n'arrivais pas à comprendre ce qu'ils fichaient tous les deux. Un fanmeeting sauvage ? Pourtant, vu les commentaires qui fusaient, ils ne s'étaient pas bien comportés, et récoltaient la colère des netizens. Min Huan, ce n'était pas mon problème, mais j'allais m'occuper de Dan Il, et lui rappeler qu'il avait quelqu'un auprès de qui il devait référer. Cet idiot. Il allait passer un sale quart d'heure, et si j'étais en forme, je pousserai même jusqu'à la demie-heure.

    Je remerciais la coordi', et lui disais que j'allais régler le problème. Jung-Su avait eu la très bonne idée de me tuyauter à ce sujet. Dan Il penserait sûrement qu'il était hors de ma portée. L'ignorant. J'allais lui faire sa fête.

    «  Allo ? Dan Il ? Tu te souviens de moi ? Ton manager. J'arrive dans 15 minutes. J'espère que tu as une explication. Sinon, invente un truc crédible avant que je débarque.  » disais-je calmement, avant de raccrocher. Ce serait encore plus amusant s'il ne me prenait pas au sérieux, la surprise n'en serait que meilleure. Je n'aimais pas les surprises, personnellement, mais Dan Il il aimait ça, n'est-ce pas ?

    Un soupir fila entre mes lèvres, alors que j'enfilais ma veste, et que je me rendais sur le parking, pour me rendre à la 'cachette' de Dan Il. Le trajet ne fut d'ailleurs pas très long, et je me retrouvais rapidement dans la cage d'escalier de sa super planque, prêt à faire face à des explications sans queues ni têtes, ou pire, à l'absence du concerné. J'osais espérer qu'il n'avait pas oser filer, car sinon son emploi du temps de la semaine à venir serait pleine d'activités dont il avait horreur. Je n'avais pas d'idée pour le moment, et je n'avais contacté encore personne, mais je saurai être inventif. Après tout, il étudiait la littérature en ce moment, non ? Il y aurait bien une émission éducative qui l'inviterait à parler d'un roman de 500 pages, et je me garderai le petit plaisir de lui annoncer qu'il fallait qu'il en lise l'intégralité.

    Cruel ? Peut-être. Mais il me le rendait bien.

    Calme, je grimpais les escaliers quatre à quatre jusqu'à son numéro de porte. Une fois devant, je vérifiais l'heure. 18H15. Pas une minute de retard, réglé comme un coucou suisse. Parfait. Je frappais donc à la porte, et attendais qu'il daigne venir m'ouvrir, ce qu'il ne tarda pas à faire.

    «  Chose promise, chose dû, alors me voici, devant toi. Surpris ? Enfin, arrêtons le blabla inutile. Je peux entrer ?  » Et avant qu'il n'ait même l'idée de me fermer la porte au nez, je coinçais mon pied entre sa porte, et l’entrebâillement. «  Je pense que tu as quelques explications à me donner. C'est ton quatrième scandale du mois, tu comptes établir un record ?  » demandais-je en l'observant avec insistance.

    C'est ça Dan Il, surprends moi.


Revenir en haut Aller en bas




Je suis une idole, aimez-moi ♥
Choi Dan Il

Choi Dan Il


Je suis une idole, aimez-moi ♥


•• Mes notes : 305
•• Métier : Acteur, chanteur solo & présentateur TV

Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.  Empty
MessageSujet: Re: Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.    Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.  EmptyVen 21 Fév - 23:25

TITRE :

 Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.




 

Je considère pendant deux secondes de prendre la menace de Nam Sun au sérieux avant de me rendre compte que, déjà, il sait pas où je suis. Je roule les yeux en reposant mon portable. Comme ça, monsieur ne répond pas à mes appels quand je veux lui parler de mon compte en banque auquel j'ai pas accès en ce moment. Mais pour me tirer les oreilles, il a le temps. J'aurais dû le licencier quand j'en avais eu l'envie, celui-là ! Puis ce jour, j'avais décidé de le passer avec mes pantoufles, la télé et ma boite de Chocapics. Ainsi oubliais-je vite le message de mon manager et, accessoirement, son existence qui pourrit la mienne.

On toque à la porte et, captivé par Bob l'éponge, je mets du temps à ouvrir. C'est l'épisode où il fait du surf et finit par se casser le derrière, je veux pas rater cette scène absolument épique. Qui que ce soit à la porte a intérêt à avoir une putain de bonne excuse pour me déranger à cette heure-là. A y penser, il n'y a pas un million de possibilités. Ça doit être Reina ou Kwan, le livreur de pizza. La boite de céréales sous le bras et la télécommande dans la poche, je détache le verrou. Vision d'horreur ! «  Chose promise, chose dû, alors me voici, devant toi. Surpris ? Enfin, arrêtons le blabla inutile. Je peux entrer ?  » Il anticipe ma réaction en m'empêchant de refermer violemment la porte et je recule par automatisme puis déglutis. A ce moment précis, j'ai la forte envie de "courir sans jamais me retourner", comme dans les dessins animés. «  Nam Sun, quel bon vent t'amène ?  » La réponse à cette question, je veux pas l'entendre.

«  Je pense que tu as quelques explications à me donner. C'est ton quatrième scandale du mois, tu comptes établir un record ?  » Je souris, taquin : «  Soyons francs, je pourrais jamais fracasser le record de certains, même si je le voulais. » J'hausse les épaules. «  T'as fait comment pour me trouver ? J'ai vraiment été intelligent pour le coup : j'ai choisi un appartement très très très loin de toi et y a aucun autre logement de libre à moins de 50 km d'ici. Avoue, le FBI t'a aidé, ou alors les paparazzis ? Oh non je sais, il y a un traître entre nous ! » réalise-je enfin sur un ton dramatique. Je passe une main sur ma crinière brune et l’interroge du regard. «  Qui m'a trahi ? Reina ou Jung Su ? Ne me mens pas, je peux supporter la vérité. » Il y a que ces deux-là qui sont au courant de la raison de ma disparition et qui ont mon adresse. Passé la surprise, je sors la télécommande de ma poche, m'apprêtant à regarder Bob l'éponge. J'arbore mon air le plus indifférent. « J'espère que t'es venu parce que t'as réalisé que "manager" n'était pas un vrai métier et que tu voulais démissionner, non pour parler du scandale. Parce que j'ai pas du temps à t'accorder. » affirme-je très franchement, désignant la télé.





Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.  Icon012 Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.  Icon211 Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.  Icon111
▬ CHILDHOOD CAN ALWAYS FLARE UP WITHIN US ▬
Revenir en haut Aller en bas




je suis la star des backstages ; staff
Oh Nam Sun

Oh Nam Sun


je suis la star des backstages ; staff


•• Mes notes : 85
•• J'habite : Mapo-gu
•• Métier : Manager de Dan Il

Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.  Empty
MessageSujet: Re: Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.    Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.  EmptySam 22 Fév - 15:35

TITRE :

 Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.




 


    Maintenant que j'y songeais, j'étais prêt à parier qu'il ne m'avait écouté que d'une oreille distraite, pendant mon avertissement téléphonique. Le son de ma voix avait des vertus soporifiques sur lui, voilà ce qu'il avait réussit à m'expliquer un jour. Vous visez un peu le niveau maintenant ? Choi Dan Il était passé maître dans l'art de l'excuse vaseuse, et parfois j'avais l'impression qu'il me pensait crédule, ou dupe, ou encore complètement stupide. Sûrement que sa capacité de concentration aussi élevé que celle de Cid dans l'âge de glace ne l'aidait pas. Seulement, ça, ce n'était pas mon problème.

    En principe.
    La pratique était différente. Ce bougre d'andouille me faisait traverser la ville de long en large dès qu'il lui prenait l'envie de changer d'air. J'étais son manager, pas un chauffeur de taxi, ni même son chauffeur personnel, peut-être qu'il y avait une méprise.

    Et comme je m'y étais attendu, sa réaction en me voyant ne faisait que me donner raison. Cet idiot pensait réellement que j'étais adepte du bluff. Pourtant on se connaissait bien maintenant, non ? Ce petit dépassait parfois les limites de la bienséance, niveau naïveté. Il tenta d'ailleurs de me fermer la porte au nez, ce que j'anticipai sans trop de peine. Lorsqu'il s'agissait de me fuir, il devenait assez prévisible, et sans finesse. Dan Il dans toute sa splendeur, en quelques sortes. «Nam Sun, quel bon vent t'amène ? » J'arquais un sourcil, et entrais à l'intérieur, profitant de son mouvement de recul, et évitant, pour éviter de me faire des cheveux blancs avant l'heure, de porter attention à sa tenue.

    «  On dirait presque que tu es content de me voir, ton jeu d'acteur s'améliore. C'est bien. » dis-je sur un ton emprunt d'une certaine lassitude.

    Puis de toute façon, j'ai abandonné l'idée de lui apprendre les bonnes manières à mon égard, tant qu'il reste courtois à l'égard du public, j'ai assez de tours dans mon sac pour lui faire regretter de ne pas l'être avec moi, alors je préfère passer à l'essentiel. A savoir, son nouveau scandale qui a envahit la toile ce matin. Parfois, j'avais vraiment l'impression qu'il n'avait aucune conscience du monde qui l'entourait et du statut qu'il avait. Ce qui m'arrache d'ailleurs un long soupir (outre le fait que l'état de son salon me désespérait, une comète était tombé entre le divan et la table basse ou bien?)

    «  Soyons francs, je pourrais jamais fracasser le record de certains, même si je le voulais. » Je m'appuyais, dos au mur, et croisais les bras, l'observant silencieusement pendant un court instant. «  Dans ce cas, j'apprécie ta bonne volonté et ton entrain, mais arrête de te donner autant de mal pour y parvenir.  » J'avais beau savoir que je parlais dans le vide, mais je pouvais pas m'empêcher de lui tirer les oreilles à chaque fois. «  T'as fait comment pour me trouver ? J'ai vraiment été intelligent pour le coup : j'ai choisi un appartement très très très loin de toi et y a aucun autre logement de libre à moins de 50 km d'ici. Avoue, le FBI t'a aidé, ou alors les paparazzis ? Oh non je sais, il y a un traître entre nous ! » Je lève les yeux au ciel, avant de les reposer sur lui, comment est-ce qu'il parvenait à se faire des films aussi vite un jour, et à donner l'illusion d'une absence notoire de cerveau un autre jour ?

    C'était un vrai mystère pour moi. « Oublie ce que je t'ai dis pour ton jeu d'acteur, je vais te prévoir des heures de travail avec un professeur d'arts scéniques la semaine prochaine.  » Ses mises en scènes et réactions diverses ne m'avaient jamais empêchés d'aller à l'essentiel. Pourtant, il se donnait du mal.

    Le pauvre. Il serait sûrement capable de se faire passer pour un génie incompris, et moi pour un tortionnaire.

    «  Qui m'a trahi ? Reina ou Jung Su ? Ne me mens pas, je peux supporter la vérité. »   «  Jung-Su.  » répondais-je, le plus naturellement du monde.

    Je fronce les sourcils lorsqu'il reporte son attention sur l'écran. « J'espère que t'es venu parce que t'as réalisé que "manager" n'était pas un vrai métier et que tu voulais démissionner, non pour parler du scandale. Parce que j'ai pas du temps à t'accorder. » Calmement, je vais simplement débrancher la télé, et ensuite, dans le silence le plus strict, je lui prends la télécommande. «  Presque. Je suis venu t'expliquer que personne n'est indispensable, que toi tu penses l'être car t'as un public qui te suis, mais que si tu continues à te comporter comme le dernier des idiots, tu vas expérimenter bien pire que le manque d'argent.  » Je range la télécommande dans ma poche, et regarde Dan Il dans les yeux :

    «  Je crois que ça s'apparente à discuter du scandale en fait.  » terminais-je toujours aussi calme.

    Oh, je savais qu'il ne rendrait pas les armes si tôt hein. On ne parlait pas de n'importe qui après tout.




we're afire love
Hold me in your arms the way you did last night. And we'll lie inside for a little while, here oh. I could look into your eyes until the sun comes up and we're wrapped in light, in life, in love ------------------------------- ♘ .ReedNight
Revenir en haut Aller en bas




Je suis une idole, aimez-moi ♥
Choi Dan Il

Choi Dan Il


Je suis une idole, aimez-moi ♥


•• Mes notes : 305
•• Métier : Acteur, chanteur solo & présentateur TV

Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.  Empty
MessageSujet: Re: Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.    Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.  EmptyDim 23 Fév - 12:13

TITRE :

 Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.




 

Je souris doucement à l'évocation de mon jeu d'acteur. Il a raison quelque part, en ce moment il me faut fournir un effort surhumain pour ne pas lui montrer à quel point ma peau peut devenir blanche. C'est qu'un manager comme les autres, mais il me fout la trouille, notamment lors des visites surprises comme ça. «  Dans ce cas, j'apprécie ta bonne volonté et ton entrain, mais arrête de te donner autant de mal pour y parvenir.  » Je hoche la tête. «  Oui oui, bien sûr. » S'il se lasse pas de me sortir ses merveilleux "conseils", je me lasserai pas non plus de me payer sa tête à chaque fois. Il fait ça pour mon bien me dit-on, mais mon bien = son bien. Ce profiteur. « Oublie ce que je t'ai dis pour ton jeu d'acteur, je vais te prévoir des heures de travail avec un professeur d'arts scéniques la semaine prochaine.  » Je ferme les yeux sur la critique de mes talents d'acteur et souris : « C'est mort. T'as oublié que je suis en congé non payé ? Reprendre le travail n'est pas dans mes projets. Désolé. » Que ce soit clair ! «  Jung-Su. » Je soupire. «  Mon confident, mon ami, mon tout. Je suis brisé. » annonce-je, la main sur le cœur. Comme un poète. Il me faut une bonne poignée de secondes pour faire le deuil, ce n'est pas chose facile pour moi que d'accepter cette réalité même si je sais que Jung Su s'inquiète à mon sujet.  

« Il t'a dit quoi Jung Su ? Parce que quand j'ai été le voir, j'ai pris un soin particulier à te décrire comme le portrait craché du diable, la Cruella d'Enfer capable d'égorger des dalmatiens, le... enfin, tu comprends. » Je lui tire la langue, sans préciser que Jung Su n'était pas de mon avis. Naïvement, je laisse Nam Sun s'approcher dangereusement de la télé. Il va quand même pas... «  AAAAH ! SpongeBob ! Mais qu'est-ce que t'as fait ? » crie-je, laissant tomber la boite des chocapics pour prendre ma tête entre les mains. La mine déconfite. Ce n'est pas tout, la télécommande est aussi kidnappée. Autant dire qu'il n'y a pas moyen de rallumer la télé. Je m'évanouis sur le canapé le plus proche, une main couvrant mon front. Je dois avoir la tête d'un suicidaire, ou d'une veuve qui pleure son homme décédé. «  Pourquoi tu prends pas tout de suite un couteau pour me le plonger dans le cœur ? » je gémis, en avalant mes sanglots. Cet épisode, je l'avais attendu avec impatience, vraiment. « C'est aussi foutu pour mon soap-opéra préféré, je saurais jamais si le père de l'enfant de Julia était vraiment le livreur de pizza. » Cet enfoiré, il a tout gâché. «  Presque. Je suis venu t'expliquer que personne n'est indispensable, que toi tu penses l'être car t'as un public qui te suis, mais que si tu continues à te comporter comme le dernier des idiots, tu vas expérimenter bien pire que le manque d'argent.  » Je me lève brusquement, j'ai les nerfs en pelote. C'est un défi ou une menace ? « Effectivement, personne n'est indispensable. Les acteurs le sont pas et les managers encore moins. » J'ai même une liste de remplaçants.

«  Je crois que ça s'apparente à discuter du scandale en fait.  » Je lui jette un regard noir. «  Parlons du scandale alors. J'ai été à l'agence parce que je te cherchais. Je pouvais pas savoir que Min Huan y était et qu'on nous prendrait en photo ! Mais laissons ça de côté, qu'as-tu fait avec mon compte en banque ? Aurais-tu oublié que j'ai besoin de manger pour vivre ? » Dans mon corps, la température avoisine les 200°C. Il peut me priver de mon argent, me forcer à prendre des cours étranges, même me traiter d'idiot mais qu'il s'interpose pas entre moi et Bob l’Éponge ! Dans cette relation, c'est moi le détenteur du pouvoir ! Il ne peut rien faire qui puisse me mettre de la pression, rien, rien... quand un détail hyper important me vient en pensée, je reprends sur un ton moins autoritaire, tremblant même : «  Pitié ! Dis-moi que ma mère sait pas où je suis... ».





Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.  Icon012 Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.  Icon211 Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.  Icon111
▬ CHILDHOOD CAN ALWAYS FLARE UP WITHIN US ▬
Revenir en haut Aller en bas




je suis la star des backstages ; staff
Oh Nam Sun

Oh Nam Sun


je suis la star des backstages ; staff


•• Mes notes : 85
•• J'habite : Mapo-gu
•• Métier : Manager de Dan Il

Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.  Empty
MessageSujet: Re: Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.    Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.  EmptyDim 23 Fév - 14:26

TITRE :

 Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.




 


    Dan Il, par des côtés, était resté un vrai enfant. Il ne comprenait pas que tout ce que je faisais, ce n'était pas par pur plaisir. Il se comportait comme si tout ça lui était dû, et ça m'inquiétait. Je ne m'y prenais sûrement pas de la meilleure façon pour le lui faire comprendre, mais ça n'en changeait pas moins la donne. Je n'attendais pas de remerciements ou de reconnaissance non. Je souhaitais juste qu'il fasse plus attention à ces mots et à ses gestes. Seulement, il était bien trop obnubilé par Bob l'éponge pour le comprendre. Je savais qu'il n'avait pas un mauvais fond, et qu'il avait beaucoup de talent. C'était d'ailleurs pour cette raison que je n'avais pas encore demandé à changer de protégé. Choi Dan Il était une bonne personne, il avait juste besoin qu'on lui pose des limites ci et là. Moi, je n'avais aucune formation de pédagogue, alors je faisais comme je pouvais, avec ce que j'avais. « C'est mort. T'as oublié que je suis en congé non payé ? Reprendre le travail n'est pas dans mes projets. Désolé. » Quelle nonchalance. Si je ne le connaissais pas et que je n'étais encore qu'un newbie, il aurait peut-être réussi à me faire perdre pied, mais j'avais appris à me forger un mental en acier trempé avec ce cas.

    Je force un rire qui ne me ressemble pas le moins du monde, et y ajoute ces quelques mots.

    « Il est mignon, il pense qu'il a le choix. » Si je savais qu'il n'était pas du genre à rendre les armes à la demande, il devrait tout aussi bien savoir qu'une fois l'ultimatum lancé, il n'y avait plus de retour possible.

    «  Mon confident, mon ami, mon tout. Je suis brisé. Il t'a dit quoi Jung Su ? Parce que quand j'ai été le voir, j'ai pris un soin particulier à te décrire comme le portrait craché du diable, la Cruella d'Enfer capable d'égorger des dalmatiens, le... enfin, tu comprends. » Je l'observais faire sa scène, sans intervenir, et ne m'offensais même pas à la description de ma personne qu'il avait donné à mon collègue. J'avais l'habitude depuis le temps. « La description est plutôt flatteuse, je n'apprécie pas que l'on parle dans mon dos, mais si c'est dans des termes si élogieux, que puis-je y faire ? » Un fin soupir fila entre mes lèvres, il fallait être patient avec lui, je le savais sûrement mieux que quiconque.

    Mais il fallait aussi savoir prendre des mesures le moment venu, et c'était ce que je venais de faire en éteignant la télévision et en l'empêchant de pouvoir faire la manœuvre inverse. Je fronçais les sourcils, tout en levant les yeux au ciel, en le voyant 'mourir tragiquement' sur son canapé. Une fois qu'il aurait terminé, on pourrait peut-être discuter un peu plus calmement. «  Pourquoi tu prends pas tout de suite un couteau pour me le plonger dans le cœur ? C'est aussi foutu pour mon soap-opéra préféré, je saurais jamais si le père de l'enfant de Julia était vraiment le livreur de pizza. » Mais malheureusement pour moi, il ne semblait être qu'au premier acte de sa petite scène, et moi je n'avais plus envie de jouer.

    «  Tu n'as pas bientôt fini, sérieusement.  » mais je ne m'énerve pas pour autant. Me mettre en colère reviendrait à perdre face à lui, et il ne fallait en aucun cas lui donner l'occasion de croire qu'il avait un tant soit peu de pouvoir sur moi. S'il finissait par me virer, soit. Mais il y avait des choses qu'il avait besoin d'entendre. Je pouvais être son ami et son manager, mais visiblement, la première option était impossible, alors c'était en tant qu'officiel que je lui dirai ce qu'il semblait avoir oublié. Et l'effet fut bien plus rapide qu'escompté. Lorsqu'il se leva pour me faire enfin face, son visage avait changé. Je pouvais voir que je l'avais énervé. Que ce soit parce que j'avais éteint la télévision ou parce que j'avais touché une corde sensible n'était pas important. J'avais besoin de parlé au Dan Il de 24 ans, pas à celui de 8. « Effectivement, personne n'est indispensable. Les acteurs le sont pas et les managers encore moins. » Je croisais les bras sur mon torse, alors qu'un petit rictus étirait mes lèvres. Il portait enfin de l'importance à ce que je disais. Amen.

    «  Rassure-toi, je n'ai jamais considéré ma place comme éternelle. Mais tu portes enfin un peu de crédit à ce que je raconte, il y a du progrès.  » disais-je en hochant doucement la tête, pour agrémenter mes dires.

    «  Parlons du scandale alors. J'ai été à l'agence parce que je te cherchais. Je pouvais pas savoir que Min Huan y était et qu'on nous prendrait en photo ! Mais laissons ça de côté, qu'as-tu fait avec mon compte en banque ? Aurais-tu oublié que j'ai besoin de manger pour vivre ? » «  La formation normale d'un corps humain doit être constitué de matière grise en temps normal. Tu n'as que le bagage minimum, et tu t'en sors. J'ai tort ?  » demandais-je, toujours aussi serein. Il réagissait comme un enfant. Comme à son habitude.

    Le ton qu'il prenait avec moi ne me plaisait guère, mais je n'étais plus à ça près. «  Pitié ! Dis-moi que ma mère sait pas où je suis... » Je levais les yeux au ciel : «  Non, elle ne le sait pas. J'ai un minimum d'éthique, contrairement à ce que tu sembles penser. Je faisais un pas vers lui : Il faut que je la contacte peut-être, si je veux avoir des résultats ?  » S'il lui restait un minimum de bon sens, il saurait que je ne le ferai pas. Je voulais juste qu'il arrête de prendre pour acquis ce qui ne l'était pas.




we're afire love
Hold me in your arms the way you did last night. And we'll lie inside for a little while, here oh. I could look into your eyes until the sun comes up and we're wrapped in light, in life, in love ------------------------------- ♘ .ReedNight
Revenir en haut Aller en bas




Je suis une idole, aimez-moi ♥
Choi Dan Il

Choi Dan Il


Je suis une idole, aimez-moi ♥


•• Mes notes : 305
•• Métier : Acteur, chanteur solo & présentateur TV

Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.  Empty
MessageSujet: Re: Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.    Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.  EmptyMer 5 Mar - 19:45

TITRE :

 Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.




 

Mignon ? Je lui jette une mine boudeuse. Je suis Choi Dan Il, pas Minnie Mouse. Mais je laisse courir, ce n'est ni le moment ni l'endroit de péter un câble - SpongeBob m'attend. « La description est plutôt flatteuse, je n'apprécie pas que l'on parle dans mon dos, mais si c'est dans des termes si élogieux, que puis-je y faire ? » Où est-ce que avait-il vu des éloges, lui ? Je roule les yeux, motivé par une déception mêlée à une certaine indifférence. C'est vrai que j'ai d'autres choses à faire que de parler dans son dos, regarder la télé qu'il vient d'éteindre par exemple. «  Tu n'as pas bientôt fini, sérieusement.  » Aussi pénible et dure que la situation soit, il semble pas s'en rendre compte. Je vis un moment que je peux qualifier de noir, rajouter des couches et des couches pour m'énerver est sans nul doute un mauvais choix. «  Rassure-toi, je n'ai jamais considéré ma place comme éternelle. Mais tu portes enfin un peu de crédit à ce que je raconte, il y a du progrès.  » Son pire défaut est de rester TOUJOURS calme. C'est à s'arracher les cheveux par moments. J'ai pas le temps de répliquer, les choses deviennent plus sérieuses. «  La formation normale d'un corps humain doit être constitué de matière grise en temps normal. Tu n'as que le bagage minimum, et tu t'en sors. J'ai tort ?  » Ma mine sérieuse cède la place à un regard confus, j'hausse un sourcil puis reprends la parole en me détournant de lui et prenant la direction du canapé. «  J'y répondrais dès que j'aurais compris ce que tu viens de dire. »

Je m'assieds sur le canapé en l'écoutant. «  Non, elle ne le sait pas. J'ai un minimum d'éthique, contrairement à ce que tu sembles penser. Il faut que je la contacte peut-être, si je veux avoir des résultats ?  »  Sa phrase avait quelque chose de menaçant et de réconfortant. Mais de toute façon, c'est déjà le drame dans ma tête. Si ma mère apprend que je partage le logement avec une jeune fille et que nous sommes même pas mariés, j'aurais droit à un discours interminable. Et Dieu sait que ma mère ne croit pas aux relations de stricte amitié entre hommes et femmes. Encore moins quand l'homme dans l'histoire est son propre fils. En l'occurrence, mon premier souci est de savoir si Nam Sun ose la mettre au courant de ma situation actuelle ou pas. Il sait garder des secrets mais est tout aussi bien capable d'aller aux extrêmes pour ce qu'il croit juste. Impuissant alors, je lui demande : «  Merde, Nam Sun, t'as personne d'autre à emmerder ? Ta femme par exemple ?  » Elle est jolie en plus, pourquoi n'est-il pas chez lui à une heure pareille, hein ? Je sors mon portable pour jeter un oeil sur ce qui avait poussé mon manager à réagir. «  Je comprends même pas pourquoi tu en fais tout un plat, c'est qu'une pho... » Ma photo avec Min Huan m'arrache un sourire malgré mon énervement apparent. «  Décidément, cet imbécile de Min Huan n'est pas très photogénique.  » J'arrive même à rire, en fait quand je suis énervé je le suis rarement plus que 5 minutes. Tout bon acteur privé de son éponge préférée aurait viré son manager direct mais je préfère fermer les yeux sur son comportement. Ce serait ma bonne action de la journée. «  Prends place si tu veux. Par contre, je peux pas te faire du café. Pas ma faute, une histoire de biscuits oubliés dans le four, la cuisine qui prend feu, ma coloc qui m'interdit d'y remettre les pieds... »

J'ai déjà oublié que j'étais énervé contre lui, je note qu'il est un peu dépassé par les évènements d'ailleurs. « La fille qui m'héberge est assez gentille pour me faire à manger, elle nous fera quelque chose de comestible quand elle reviendra. Si t'es chanceux, tu pourras même goûter à mes biscuits brûlés. » Le pire c'est que je suis sincère. « La fille s'appelle Reina, je suis... son animal de compagnie. Et tu le saurais si t'avais répondu à mes appels. »





Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.  Icon012 Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.  Icon211 Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.  Icon111
▬ CHILDHOOD CAN ALWAYS FLARE UP WITHIN US ▬
Revenir en haut Aller en bas




je suis la star des backstages ; staff
Oh Nam Sun

Oh Nam Sun


je suis la star des backstages ; staff


•• Mes notes : 85
•• J'habite : Mapo-gu
•• Métier : Manager de Dan Il

Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.  Empty
MessageSujet: Re: Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.    Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.  EmptyMer 5 Mar - 21:46

TITRE :

 Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.




 


    Un jour, Dan Il aurait la révélation du siècle : « flash info, le monde dehors, ce n'est pas bikini botom. » Seulement ça, pour qu'il le comprenne, il faudrait sûrement que ça soit quelqu'un d'autre qui le lui dise. Puisque de toute évidence, tout ce qui sortait de ma bouche, sonnait comme une blague à ses oreilles. C'était assez frustrant par moment, mais je préférais voir tout cela comme un challenge. Sinon, je me serai déjà arraché les cheveux. « J'y répondrais dès que j'aurais compris ce que tu viens de dire. » Je levais les yeux au ciel un court instant, soupirant de manière presque inaudible :

    «  Vous me désolez, toi, et ton QI de paquet de chips. » répondis-je en haussant les épaules, résigné à faire avec. Ce n'était pas comme si j'avais le choix de toute façon. Puis si on réussissait à passer outre le QI-paquet-de-chips, Dan Il n'était pas si terrible. Juste immature.

    Comme sa réaction face à cet énième scandale. Il était vraiment impossible. Les journalistes étaient de sortis ces derniers temps, ce n'était vraiment pas le moment de faire des vagues. Mais ça, Dan Il s'en fichait. Il était trop occupé à jouer son rôle de Kiara, bientôt, il allait sortir sur le balcon et chanter : «  Pourquoi ne pourrais-je pas, simplement être moi ? Sans votre loi ? » (l'éventualité qu'il le fasse, était bien plus haute que vous ne le pensiez d'ailleurs). «  Merde, Nam Sun, t'as personne d'autre à emmerder ? Ta femme par exemple ?  » Je sortais de mes pensées aussi sec. Douché. Le moins que l'on puisse dire, c'est que je ne m'y étais pas attendu, à celle-ci.

    « On a divorcé, idiot. Et fais moi plaisir, n'en parle plus jamais devant moi, tu veux ? Je suis ton manager, que ça te plaise ou non, c'est mon rôle de m'occuper de toi. Si ça ne te plaît pas, vire moi. Mais plus jamais, ok ?  » demandais-je, avec fermeté.

    Je n'étais pas énervé, mais ma réaction était surprenante. Même à mes yeux. L'évocation de ma 'femme' avait été blessante. Plus que ce que je n'aurai imaginé. Si Eun Hee avait été ici, elle aurait sûrement mal compris mes mots, et s'imaginerait de suite que je voulais la rayer de ma vie. Quelque part, c'était ce que j'aimerai être capable de faire. Mais peu importe ce que je faisais, il y avait toujours quelque-chose qui la ramenait. Cette nouille n'avait aucune idée de 'ma' Miss Papillons. Et c'était très bien ainsi, pensais-je en soupirant, las.
    «  Je comprends même pas pourquoi tu en fais tout un plat, c'est qu'une pho...  Décidément, cet imbécile de Min Huan n'est pas très photogénique.  » J'ouvre des yeux ronds en le voyant rire, ne voyant pas franchement ce qu'il trouvait d'hilarant là-dedans.

    «  Ca n'est en aucun cas mon problème ça, qu'il soit photogénique ou pas. Essaie de faire un peu plus attention à l'avenir, s'il te plaît...  » Je croisais les bras contre mon torse. Mes paroles semblaient être interrogatives, mais il n'en était rien. De la rhétorique. Il avait plutôt intérêt à faire gaffe, sinon je lui ferai passer l'envie de se payer ma tête, d'une manière ou d'une autre.  «  Prends place si tu veux. Par contre, je peux pas te faire du café. Pas ma faute, une histoire de biscuits oubliés dans le four, la cuisine qui prend feu, ma coloc qui m'interdit d'y remettre les pieds... »  Je m'asseyais à côté de lui, silencieux au départ. Je posais ensuite mes yeux sur lui, perplexe, j'ouvrais la bouche, puis la refermais, avant de finir par dire :

      «  Je ne vais pas chercher à savoir, c'est préférable. Et je n'ai pas soif de toute façon, ne te fatigue pas.  »

    « La fille qui m'héberge est assez gentille pour me faire à manger, elle nous fera quelque chose de comestible quand elle reviendra. Si t'es chanceux, tu pourras même goûter à mes biscuits brûlés. La fille s'appelle Reina, je suis... son animal de compagnie. Et tu le saurais si t'avais répondu à mes appels. » «  Pardon ?  » dis-je en penchant la tête sur le côté d'un coup sec, comme si on venait de me frapper.

    «  Bon sang, dis-moi que tu n'es pas ici de ton gré, qu'elle t'a forcé, ou je ne sais quoi... Dan Il, un 'animal de compagnie', tu t'écoutes ? Oh attends... Tu plaisantes, c'est ça ?  » demandais-je en plissant les sourcils, priant secrétement pour que ça soit une fois de plus, une de ses blagues pas drôle.


Revenir en haut Aller en bas




Je suis une idole, aimez-moi ♥
Choi Dan Il

Choi Dan Il


Je suis une idole, aimez-moi ♥


•• Mes notes : 305
•• Métier : Acteur, chanteur solo & présentateur TV

Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.  Empty
MessageSujet: Re: Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.    Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.  EmptyLun 17 Mar - 21:08

TITRE :

 Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.




 

QI de paquet de chips hein. Si ce n'était pas vrai, j'aurais sûrement été vexé. Je ris : « Vraiment drôle, te serais-tu acheté un humour en plus d'une autre tenue noire déprimante ? » dis-je, mes yeux allant de ses chaussures jusqu'à sa tête. « On a divorcé, idiot. Et fais moi plaisir, n'en parle plus jamais devant moi, tu veux ? Je suis ton manager, que ça te plaise ou non, c'est mon rôle de m'occuper de toi. Si ça ne te plaît pas, vire moi. Mais plus jamais, ok ? » Sa phrase, le ton, ça me glace le dos. Je déglutis en haussant légèrement les épaules et en m'efforçant d'afficher un tout petit sourire. « Désolé, je savais pas. Mais euh, serait-ce déplacé de demander pourq... non non, c'est bon, oublie ! » fini-je après avoir reconnu une certaine hostilité dans son regard. J'ai la trouille. Détenteur du pouvoir, my ass. Je suis que la victime de son autorité tyrannique.

« Ca n'est en aucun cas mon problème ça, qu'il soit photogénique ou pas. Essaie de faire un peu plus attention à l'avenir, s'il te plaît... » Hors normes, il est hors normes. Trouvez-moi une seule personne, possédant un bon goût, qui ne trouvera pas la tête de Min Huan drôle. Je secoue la tête, déçu. « Même si tu t'es acheté un humour, ça semble pas marcher. C'est comme un rejet de greffe, tiens ! » Quant à ce semblant d'avertissement, je suis quelqu'un de totalement spontané et je songe pas à changer parce que ça lui convient pas. On lutte pas contre son caractère quoi. Je fais ce que je crois être juste et c'est tout. « Je ne vais pas chercher à savoir, c'est préférable. Et je n'ai pas soif de toute façon, ne te fatigue pas. » Qu'est-ce que j'ai dit à propos de son sens d'humour ? « Huh, ça fera plus de biscuits brûlés pour moi. » Sa tronche me fait rigoler. « Pardon ? » Je le connais, ce "pardon". « Bon sang, dis-moi que tu n'es pas ici de ton gré, qu'elle t'a forcé, ou je ne sais quoi... Dan Il, un 'animal de compagnie', tu t'écoutes ? Oh attends... Tu plaisantes, c'est ça ? » Je roule les yeux. « Me sors pas le coup de la dignité humaine, s'il te plait. » Puis il sait même pas avec exactitude de quoi il s'agit. Il devrait savoir que je plaisante pas, je pouffe de rire en sortant quelques bonbons de ma poche, en tendant la moité en sa direction tandis que l'autre finit dans ma bouche. Je reprends : « Comme ça, t'es pas venu pour me passer un coucou ou me féliciter pour mon boulot pendant la NG Comedy Show - merci d'ailleurs pour la blessure narcissique qui en résultait ! Mais je peux toujours espérer qu'il y a une lettre de démission quelque part, dans ta poche ? » Je me penche pour prendre le chat - hostile - de Reina dans mes bras et le pointe du doigt ensuite en souriant, revenant sur le sujet qui l'intéresse. « Un animal de compagnie, mais pas comme celui-ci. Je m'explique : elle me fait à manger, on se balade ensemble, elle m'aide à choisir mes habits et je l'écoute se plaindre de sa vie de fille pauvre tous les soirs.... je fronce les sourcils, soudainement paniqué : Mon Dieu, je crois que t'as raison... je me transforme vraiment en un animal de compagnie.... »





Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.  Icon012 Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.  Icon211 Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.  Icon111
▬ CHILDHOOD CAN ALWAYS FLARE UP WITHIN US ▬
Revenir en haut Aller en bas




je suis la star des backstages ; staff
Oh Nam Sun

Oh Nam Sun


je suis la star des backstages ; staff


•• Mes notes : 85
•• J'habite : Mapo-gu
•• Métier : Manager de Dan Il

Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.  Empty
MessageSujet: Re: Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.    Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.  EmptyMer 19 Mar - 20:37

TITRE :

 Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.




 


    Un sourire blasé fut ma seule réponse à sa soit-disant vanne. Je n'étais pas quelqu'un de drôle, c'était un fait. Mais en même temps, je n'étais pas là pour le faire marrer, bien au contraire. Pour un gain de temps, je lui laissais le plaisir de croire qu'il m'avait cloué le bec, car le connaissant, il devait être très fier de sa répartie dévastatrice.
    Je préférais de loin observer son visage se décomposer doucement suite à ma remarque. Il avait beau être difficile à gérer, s'il avait une qualité, c'est qu'il remarquait assez rapidement lorsqu'il mettait les pieds dans le plat. Après, tout dépends de la définition de «rapidement» que vous avez. « Désolé, je savais pas. Mais euh, serait-ce déplacé de demander pourq... non non, c'est bon, oublie ! » Je l'observais alors encore quelques secondes en silence, et finissais par lui répondre calmement.

    « C'était un mariage arrangé. Nous étions trop... Allez Nam Sun, dit-le. Différents on va dire.  » Un soupir discret fila entre mes lèvres. Mais je ne m'octroyais pas le droit d'être sentimental plus longtemps. Dan Il, comme à son habitude, faisait des âneries plus grandes que lui. Là, j'en étais encore à me demander combien de temps ça allait me mettre à tout remettre en ordre. Il y avait cela dit, un point dérangeant.

    Il ne semblait pas avoir la moindre envie qu'on l'aide.
    Tout ce qu'il voulait, était ce qu'il me demandait à chaque fois que je le voyais : de l'argent.

    « Me sors pas le coup de la dignité humaine, s'il te plait. » Je levais les yeux au ciel à cette remarque. Non mais franchement, quel était son problème ? J'étais le seul à trouver ça étrange de se complaire en tant qu'animal de compagnie ? Puis c'était qui déjà cette fille ? Elle ne devait pas être très nette pour accepter ce genre de conditions, ou pire... les avoir instaurer. Bon sang, plus je passais du temps en sa compagnie, plus j'avais l'impression de m'avancer vers le no man's land de sa cellule grise. Il ne faisait pas bon de rester longtemps dans les méandres de sa tête. Il me le prouvait d'ailleurs une nouvelle fois aujourd'hui, avec cette nouvelle dépassant -et de loin- toutes mes espérances.

    « Tu préfères peut-être qu'on parle de la bêtise humaine alors ?  » demandais-je en plantant mon regard austère dans le sien... Qu'il enlève de suite ce petite sourire, ou j'allais lui faire passer l'envie de me prendre pour un clown. Il plaisantait, oui ou non ? J'allais finir par m'impatienter moi.

    « Comme ça, t'es pas venu pour me passer un coucou ou me féliciter pour mon boulot pendant la NG Comedy Show - merci d'ailleurs pour la blessure narcissique qui en résultait ! Mais je peux toujours espérer qu'il y a une lettre de démission quelque part, dans ta poche ? » Je croisais les bras, me rendant compte qu'il était tout ce qu'il y avait de plus sérieux, que j'étais au pied du mur, et que j'allais devoir me débrouiller avec cette information. 'Mon protégé ? Il joue à l'animal de compagnie chez une fille. Oui oui.' Si jamais les collègues apprenaient ça, ils allaient me charrier pour les prochains mois à venir. Puis j'allais faire quoi moi, si le dirlo apprenait ça ?

    « C'est le genre de chose que je fais peut-être ? Ca pourrait l'être, s'il arrêtait de se fourrer dans les scandales les plus abracadabrants tous les deux jours. C'est vrai que je devrais y songer, pour la prochaine fois. Mais il faudra pas que j'utilise des mots de plus de trois syllabes hein ? Sans aucune compassion, je lui faisais une pichnette sur le front : Personne ne te supporterait Dan Il, fait toi une raison.  » terminais-je en riant doucement.

    Pour quelle raison est-ce que je riais moi ? N'étais-je pas sensé lui passer un savon ?

    Je l'observais alors récupérer le chat qui rodait autour de nous, et hésitais à regarder les bêtes. -oui vous avez bien lu, « les »- « Un animal de compagnie, mais pas comme celui-ci. Je m'explique : elle me fait à manger, on se balade ensemble, elle m'aide à choisir mes habits et je l'écoute se plaindre de sa vie de fille pauvre tous les soirs....Mon Dieu, je crois que t'as raison... je me transforme vraiment en un animal de compagnie.... » Je fronçais les sourcils un court instant, pas certain de tout bien comprendre. Mais je finissais par pencher la tête sur le côté, lentement.

    «  C'est bien, au moins tu as mis moins de temps que je le pensais pour assimiler. Non mais sérieusement, c'est vraiment ce que tu veux ? demandais-je sérieusement. Je savais que je pourrais pas l'emmener hors d'ici s'il ne le décidait pas lui-même. J'allais devoir accepter, et qu'il ose me dire que je n'étais pas compréhensif après ça ! Et tu ne devrais pas parler d'elle comme ça. Toi aussi tu es pauvre, je te rappelle.  » Ouuh, le sujet qui fâche.

    Un fin rictus étira mes lèvres, tandis que j'attendais patiemment : «  Peut-être que la SPA prendra ton cas pour de la maltraitance, pense-y.  » dis-je en lui décochant un clin d'oeil, avant de rire, plutôt fière de moi.


Revenir en haut Aller en bas




Je suis une idole, aimez-moi ♥
Choi Dan Il

Choi Dan Il


Je suis une idole, aimez-moi ♥


•• Mes notes : 305
•• Métier : Acteur, chanteur solo & présentateur TV

Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.  Empty
MessageSujet: Re: Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.    Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.  EmptySam 22 Mar - 19:47

TITRE :

 Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.




 

Je me détends un peu par rapport à tout à l'heure, je suis pas heureux pour Nam Sun et j'éprouve pour ainsi dire un sentiment de compassion pour lui et son ex mais je dis rien. J'ai trop la trouille de dire quelque chose qu'il ne faut pas. « Tu préfères peut-être qu'on parle de la bêtise humaine alors ?  » Pas besoin de ramener mon attention sur ce point, j'en suis bien conscient si bien que je me contente d'hausser les épaules en souriant, dans un geste traduisant toute mon insouciance. « C'est le genre de chose que je fais peut-être ? C'est vrai que je devrais y songer, pour la prochaine fois. Mais il faudra pas que j'utilise des mots de plus de trois syllabes hein ? » J'ai même pas le temps de trouver cette dernière réflexion méchante que je fronce machinalement les sourcil en fermant les yeux, suite à sa pichenette. Ma main couvre mon front après, et je lui jette un regard désolé. Ça fait maaal ! « Personne ne te supporterait Dan Il, fait toi une raison.  » Alors ça... je détourne mon regard, baisse la tête pour ébouriffer mes cheveux. Bien que je reste paisible d'apparence, sa remarque fait resurgir dans ma mémoire des souvenirs peu agréables. Il sait faire ressortir le jeune homme de 24 ans de moi. « M'en fous. Mon père m'a trouvé insupportable avant même que je sois né et il s'est barré, tu me vois m'en plaindre ? » Puis ce n'est pas comme si j'étais le prototype du type qu'on peut pas encadrer.

Non je ne suis pas tout à fait sincère, la disparition de mon père que j'ai jamais connu m'a fait l'effet d'un couperet de guillotine. J'inspire, réalisant que je suis peut-être parti dans de la surenchère exagérée. Content que ça dérive vite sur un sujet moins pénible, je réponds à sa question : « Ce que je veux ? J'en ai pas la moindre idée. Mais je suis heureux, dans cette petite maison. » Et satisfait, le travail à l'agence me manque terriblement cependant. « Et tu ne devrais pas parler d'elle comme ça. Toi aussi tu es pauvre, je te rappelle.  » Mon visage est vite éclairé par un sourire, oh non je me laisse pas provoquer si facilement. « Bof, être pauvre c'est pas nouveau pour moi. N'oublie pas d'où je viens. » Après tout, mon boulot d'acteur est ce qui nous a sortis, moi et ma mère, de la banlieue en améliorant notre vie. C'est donc dire que tant qu'il continue à envoyer une certaine somme à ma mère tous les mois, je lui foutrai pas un procès pour avoir bloqué mon compte - car c'est mérité aussi. Même si je me suis déjà habitué au fait de faire partie de la population aisée de Séoul et que ça me manque. «  Peut-être que la SPA prendra ton cas pour de la maltraitance, pense-y.  » Je me laisse toujours pas provoquer, je lui souris : « Je sais pas ce qui est pire : être un animal de compagnie ou travailler pour le dit animal ? »

Ça se remarque que ma "nouvelle" vie me plait, faut pas espérer qu'il y ait un twist. Mon regard se balade dans la pièce, la porte d'en face que j'avais réparée il y a peu me remet un truc important en pensée. Je me lève subitement pour prendre la direction de ma chambre. « Attends, j'ai quelque chose pour toi ! » Je reviens une minute plus tard avec une pile de factures que je lui tends. « Faut que tu règles ces factures pour moi... enfin pour elle ! Je te fais pas un dessin de l'état miteux de cet appartement, si en plus de ça on nous coupe l'électricité et le gaz on est mal ! Reina n'en sait rien donc... » C'est plus pour elle que pour moi, et c'est un peu aberrant parce que je suis rarement aussi généreux. Bien que ce soit mon argent, j'ai besoin de son aide, merde. J’enchaîne : « Si tu fais ça pour moi, je te promets d'assister aux cours d'arts scéniques pendant un mois sans même accuser le prof d'être gay. Drama, concert... ce que tu veux ! Je vais plus prétexter d'avoir une maladie rare qui m'empêche de travailler plus de 2h par jour. » Pourvu qu'il demande pas autre chose.





Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.  Icon012 Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.  Icon211 Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.  Icon111
▬ CHILDHOOD CAN ALWAYS FLARE UP WITHIN US ▬
Revenir en haut Aller en bas




je suis la star des backstages ; staff
Oh Nam Sun

Oh Nam Sun


je suis la star des backstages ; staff


•• Mes notes : 85
•• J'habite : Mapo-gu
•• Métier : Manager de Dan Il

Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.  Empty
MessageSujet: Re: Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.    Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.  EmptySam 22 Mar - 22:09

TITRE :

 Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.




 


    Silencieusement, je l'observais du coin de l’œil, et un petit filet d'air passa entre mes lèvres. Je n'avais eu aucune intention de le blesser en lui disant cela. Même s'il ne me l'avouerait probablement jamais, je savais que j'avais dépasser les limites implicites de notre relation manager/protégé. J'en étais désolé. Il avait beau m'en faire voir de toutes les couleurs, je n'étais pas là pour lui faire de la peine ou lui balancer des méchancetés à la figure. Même s'il devait sûrement s'imaginer que je n'étais là que pour lui pourrir la vie.

    Il y avait de ça.
    Mais pas que.
    Un fin et discret sourire étira mes lèvres.

    « M'en fous. Mon père m'a trouvé insupportable avant même que je sois né et il s'est barré, tu me vois m'en plaindre ? » Je croisais mes doigts les uns les autres, et posais mes mains ainsi, sur mes genoux, laissant mon regard se perdre au loin :

    « Idiot, ne le prends pas comme ça. Pardon. » Je terminais par des excuses, jugeant cela nécessaire. Je ne le faisais pas souvent, je m'en rendais compte et ça allait sûrement paraître étrange, venant de moi. J'espérais seulement qu'il n'allait pas me demander de répéter ou m'en faire toute une histoire en sautant sur cette occasion donnée. C'est que je commençais à connaître sa façon de faire hein. Choi Dan Il pouvait être terriblement prévisible par moment. Vu que je me doutais qu'il ne souhaiterait pas s'étendre sur le sujet, c'était la réaction la plus probable.

    « Ce que je veux ? J'en ai pas la moindre idée. Mais je suis heureux, dans cette petite maison. » Je levais les yeux, et regardais un peu autour de moi, c'est vrai que même si c'était un peu en bazar, je pouvais imaginer qu'il soit à l'aise ici. C'était à la fois loin et près de sa vie d'idole, comme une échappatoire. Et pas qu'à sa vie d'idole d'ailleurs, sa mère qui mettait la ville sans dessus-dessous était sûrement à éviter aussi. «  J'imagine que c'est le principal alors. Tant mieux.  » dis-je en hochant la tête lentement, pensif. Il fallait aussi que je pense aux éventuelles répercussions. Si quelqu'un apprenait sa «condition », Dan Il risquait de regretter les scandales sur ses escapades d'outre-mers. Il allait falloir que je fasse quelque-chose, s'il voulait rester ici, soit. Mais il fallait que ça reste secret.

    J'en soupirai, pensant à la montagne de boulot qui m'attendait pour couvrir ses arrières. « Bof, être pauvre c'est pas nouveau pour moi. N'oublie pas d'où je viens. » je tournais la tête vers lui : «  Je n'oublie pas.  » fut mon unique réponse.

    Je me penchais en arrière, m'appuyant sur le dossier du canapé, toujours pensif. Je tiquais à son sourire, me doutant qu'il n'allait pas tarder à répliquer : « Je sais pas ce qui est pire : être un animal de compagnie ou travailler pour le dit animal ? » Un fin sourire étira les commissures de mes lèvres, tandis que je tournais la tête vers lui.

    «  Bien joué, je m'incline. Un point pour toi, balle au centre.  » dis-je en lui jetant un regard amusé.

    « Attends, j'ai quelque chose pour toi ! » Je l'observais se lever et filer comme une flèche, soudain confus, redoutant ce qu'il pouvait avoir «pour moi », le connaissant, ça ne serait pas un cadeau, pour sûr. « Faut que tu règles ces factures pour moi... enfin pour elle ! Je te fais pas un dessin de l'état miteux de cet appartement, si en plus de ça on nous coupe l'électricité et le gaz on est mal ! Reina n'en sait rien donc... Si tu fais ça pour moi, je te promets d'assister aux cours d'arts scéniques pendant un mois sans même accuser le prof d'être gay. Drama, concert... ce que tu veux ! Je vais plus prétexter d'avoir une maladie rare qui m'empêche de travailler plus de 2h par jour. » J'arque un sourcil et prends le tas de feuilles sur les genoux, les passant en revues, rapidement.

    « Si je fais ça, tu ne te rétracteras pas, n'est-ce pas ? Pas de plaintes, et un comportement correct pendant un mois, tu penses tenir le coup ? Hmmm...Si tu ajoutes deux semaines, je te rends l'accès à ton compte de suite. Tu penses quoi ? Deal ? Franchement, je pense que c'est donné.  » demandais-je en rangeant les papiers dans un petit dossier que j'avais dans ma sacoche.

    « Tu dois tout de même l'apprécier, pour les régler ses factures, à la demoiselle. terminais-je en le regardant du coin de l'oeil, amusé car je n'avais jamais vu Dan Il se donner la peine d'être correct quand une chose ne lui plaisait vraiment pas. Ce ne sont pas mes affaires, fais ta vie, et tant que tu ne fais pas de vagues, je n'interviendrais pas.  » affirmais-je en me levant, et en me dirigeant vers la fenêtre, jaugeant un peu le voisinage.





we're afire love
Hold me in your arms the way you did last night. And we'll lie inside for a little while, here oh. I could look into your eyes until the sun comes up and we're wrapped in light, in life, in love ------------------------------- ♘ .ReedNight
Revenir en haut Aller en bas




Je suis une idole, aimez-moi ♥
Choi Dan Il

Choi Dan Il


Je suis une idole, aimez-moi ♥


•• Mes notes : 305
•• Métier : Acteur, chanteur solo & présentateur TV

Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.  Empty
MessageSujet: Re: Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.    Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.  EmptyDim 23 Mar - 20:30

TITRE :

 Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.




 

Naïvement étonné qu'il s'excuse, j'esquisse un petit sourire sans le regarder. Espérant simplement que cette discussion soit passée. Ces derniers temps, je parle souvent de mon père et Na Rae et c'est un mauvais signe. Son "tant mieux" me fait hausser un sourcil. «  Eh ? » "Eh" comme "tu vas pas me contredire ?". Je finirais presque par penser qu'il est compréhensif. Ce n'est pas tout, il me contredit vraiment pas et répond calmement à mes propos. Je m'en vois surpris mais cela n'empêche que je prenne sa dernière remarque avec le sourire, c'est ma fierté qui en est flattée. Je marque des points !

Je me demande quel est son état d'esprit pendant qu'il regarde les factures - à l'exception de son étonnement compréhensif. « Si je fais ça, tu ne te rétracteras pas, n'est-ce pas ? Pas de plaintes, et un comportement correct pendant un mois, tu penses tenir le coup ? » J'hoche vivement la tête. Une promesse est une promesse. «  Hmmm...Si tu ajoutes deux semaines, je te rends l'accès à ton compte de suite. Tu penses quoi ? Deal ? Franchement, je pense que c'est donné.  » Comme souvent, je pense qu'il a les yeux plus gros que le ventre. Je grimace, ne pensant pas que la durée convienne à mon gros ego. Mais ça dépend aussi de ce qu'il entend par "comportement correct". Je pensais que ça suffirait si je remettais pas l'orientation sexuelle du prof en question. Bah quoi, dix ans d'arts scéniques au moins, ça peut pas avoir manqué son effet. Je réfléchis deux secondes avant de secouer la tête, disant franchement que c'est mort. Mais j'ai un autre deal à lui proposer. « Trois semaines, je m'excuserai auprès du directeur de l'agence en personne et, d'ailleurs, je lui enverrai plus des lettres anonymes. » Pas sûr qu'il soit au courant de cette dernière information mais mes collègues m'ont toujours chaudement encouragé. «  En revanche : tu dis RIEN à ma mère, tu me rends l'accès à mon compte et tu règles les factures. » A propos des factures... je détourne mon regard et lui en tends une autre, l'air beaucoup moins guilleret. Il n'a qu'à y jeter un coup d'oeil pour se rendre compte que j'ai été à un hôtel, et que j'avais de la compagnie surtout. «  J'ai passé la nuit avec Min Huan à cet hôtel, pour ma défense je peux dire que j'étais bourré. » Heureusement que je sais plus ce qu'il s'est passé...

« Tu dois tout de même l'apprécier, pour les régler ses factures, à la demoiselle. » L'air de rien, je réponds : « Moi, apprécier une demoiselle qui n'aime pas des pizzavores, qui est pauvre et moche ? Ce n'est même pas une "demoiselle", tant qu'on y est. » Si Reina m'entendait... Mon cerveau me rappelle même pas ce que m'avait dit Na Rae à ce propos : « Il te faut 10 ans pour comprendre tes sentiments et d’autant plus pour prétendre le contraire de ce que tu ressens. »

Il me dit alors qu'il n'interviendrait pas tant que je fais pas de vagues. Trop tard ! Je me lève alors qu'il est devant la fenêtre. Je prends un air jovial. « Hey Nam Sun, nous savons l'un comme l'autre sur quoi repose le secret d'une bonne relation... » Je recule très lentement quand il se tourne vers moi. « Sur le pardon ! » Mauvaise nouvelle en perspective. Je sais juste pas comment lui annoncer. Bon, essayons d'abord de le rassurer : « Euh, tu te souviens du scandale de la Thaïlande et la photo avec Min Huan ? Quelle question, bien sûr que tu t'en souviens ! Et si... et si je te disais qu'il s'est passé bien pire y a pas longtemps ? » Ok... à voir sa tête, je crois qu'il est tout sauf rassuré.





Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.  Icon012 Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.  Icon211 Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.  Icon111
▬ CHILDHOOD CAN ALWAYS FLARE UP WITHIN US ▬
Revenir en haut Aller en bas




je suis la star des backstages ; staff
Oh Nam Sun

Oh Nam Sun


je suis la star des backstages ; staff


•• Mes notes : 85
•• J'habite : Mapo-gu
•• Métier : Manager de Dan Il

Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.  Empty
MessageSujet: Re: Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.    Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.  EmptyMer 26 Mar - 20:20

TITRE :

 Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.




 


    « Trois semaines, je m'excuserai auprès du directeur de l'agence en personne et, d'ailleurs, je lui enverrai plus des lettres anonymes. » Je relevais lentement la tête à ces quelques mots, et tournais la tête vers Dan Il, plissant les yeux légèrement. Je ne répondais rien pendant deux secondes, le laissant imaginer toutes les réprimandes dont je pourrais avoir idée. « Tu ne manques pas de ressources, hein ? Mais trois semaines, ça me paraît raisonnable.  » dis-je en tapotant mon menton avec le bout de mon index. Non, détrompez vous, je n'étais pas insouciant. Je savais juste que ça n'était pas la première ânerie dont Dan Il était l'auteur, et que ça ne serait sûrement pas la dernière. Tant que je n'avais pas eu de retour de là-haut, je considérais que ça n'était pas encore quelque-chose dont je devais m'inquiéter. Si Dan Il m'avait appris un truc, c'était bien : tu peux très bien paniquer maintenant, en te disant qu'il a perdu la tête, mais c'est en fait sa manière d'annoncer une autre nouvelle bien plus énorme. Alors économise ton sang froid, et reste calme.

    Si un jour, il me remplaçait, je laisserai cette note sur un petit post-it à mon successeur, histoire qu'il ou elle, ne soit pas pris de court.

    « En revanche : tu dis RIEN à ma mère, tu me rends l'accès à mon compte et tu règles les factures. » Je sortais de mes pensées, et posais mes yeux sur lui, alors qu'un fin rictus étirait les commissures de mes lèvres. Je hochais lentement la tête : «  Deal, ta mère ne sera mise au courant de rien. Mais avise toi de faire les choses à moitié, et je la mets au parfum. Oui, c'est une menace.  » terminais-je en le regardant toujours aussi calmement. Il savait que j'en étais capable, oui et que j'étais très sérieux. Cela dit, de mon côté, je savais parfaitement que je pouvais compter sur lui pour honorer les termes de cet accord.

    Je pensais en avoir terminé avec les négociations, mais le visage de Dan Il m'annonça que ça n'était pas vraiment le cas. Je redoutais le pire. Je prenais la facture qu'il me tendait, et la parcourais rapidement des yeux. Un hôtel, deux personnes. Une blague, n'est-ce pas ? «  Vous n'avez pas l'impression d'en faire trop avec Ky... » «  J'ai passé la nuit avec Min Huan à cet hôtel, pour ma défense je peux dire que j'étais bourré. » J'ouvris les yeux ronds comme des billes, un peu perdu tout d'un coup. «  Pardon? » demandais-je alors que mes traits se durcissaient.

    «  Mon dieu mais tu plaisantes, n'est-ce pas ? A l'hôtel en plus, chapeau. Non t'étais pas seulement bourré, tu te drogues non ? Vous ne pouvez pas vous encadrer... » je m'arrêtais en court de route, préférant ne pas m'énerver, sentant qu'il y avait pire. Voilà ce que ça faisait quand je ne le voyais pas pendant quelques jours. C'était comme s'il me le faisait payer.

    Vous savez, comme les chats qui boudent quand vous partez en vacances sans eux.

    Mais il y avait quelque chose qui m'intriguait. Cette jeune femme, Reina. Je n'arrivais pas encore à comprendre pourquoi Dan Il se donnait autant de mal pour lui rendre la vie plus douce. Et il ne le faisait pas par obligation, ça se sentait. J'avais vu sur son visage qu'il était préoccupé. « Moi, apprécier une demoiselle qui n'aime pas des pizzavores, qui est pauvre et moche ? Ce n'est même pas une "demoiselle", tant qu'on y est. » De nouveau, un rictus voit le jour sur mon visage, alors que je fixe Dan Il, silencieusement. Seulement pour le coup, mon regard veut en dire long, très long.

    «  Tu m'en diras tant. Surveille ton langage cela-dit.  » Oui, que voulez-vous, on ne se refait pas. Je ne supportais pas le langage si familier, à la limite du vulgaire, et cette jeune femme ne méritait certainement pas un portrait si peu flatteur.

    Je me levais alors pour rejoindre la fenêtre, n'ajoutant rien de plus à cela, jugeant que ça n'était pas mes affaires, tant que personne n'était au courant de la situation. « Hey Nam Sun, nous savons l'un comme l'autre sur quoi repose le secret d'une bonne relation... » Quoi ? Encore ? Il n'avait pas fini de m'annoncer ses bêtises ? Je me tourne vers lui, croisant les bras contre mon torse . « Sur le pardon ! » Je lève les yeux au ciel : «  Qu'est-ce que tu as fais encore ? Tes voisins sont des vampires aussi, c'est ça ?  » demandais-je, prenant le sujet presque au sérieux. « Euh, tu te souviens du scandale de la Thaïlande et la photo avec Min Huan ? Quelle question, bien sûr que tu t'en souviens ! Et si... et si je te disais qu'il s'est passé bien pire y a pas longtemps ? » «  Pire comment ?  » finis-je, en m'approchant doucement de lui, menaçant. Il avait plutôt intérêt à bien peser ses mots. J'espérais que sa nouvelle revenait à me dire qu'il avait envoyé une lettre anonyme à quelqu'un qui lui avait spoilé le dernier épisode de Bob L'éponge.





we're afire love
Hold me in your arms the way you did last night. And we'll lie inside for a little while, here oh. I could look into your eyes until the sun comes up and we're wrapped in light, in life, in love ------------------------------- ♘ .ReedNight
Revenir en haut Aller en bas




Je suis une idole, aimez-moi ♥
Choi Dan Il

Choi Dan Il


Je suis une idole, aimez-moi ♥


•• Mes notes : 305
•• Métier : Acteur, chanteur solo & présentateur TV

Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.  Empty
MessageSujet: Re: Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.    Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.  EmptyJeu 3 Avr - 14:58

TITRE :

 Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.




 

Mon sourire se teinte un peu de surprise, j'aurais pas cru qu'il trouve ça raisonnable mais je suis content. Le prix exigé en retour étant contraignant, j'essaie d'imposer une condition : « Faudra que tu m'accompagnes, j'ai pas eu des nouvelles du directeur depuis que sa secrétaire m'a traité de pauvre demeuré. Je suis pas sûr de savoir comment lui parler, tu vois ? » La raison pour laquelle elle l'avait fait me fait rigoler mais Nam Sun n'est pas censé le savoir. Voilà qu'il me menace. « Je sais que ma mère a toute une réserve de lasagne surgelée et j'ai peur qu'elle m'assomme avec. Je ferai donc ce que tu veux. » J'affiche une mine boudeuse, ayant perdu la bataille. «  Vous n'avez pas l'impression d'en faire trop avec Ky... » Je souris en pensant à elle, me retenant de lui envoyer un SMS.

«  Mon dieu mais tu plaisantes, n'est-ce pas ? A l'hôtel en plus, chapeau. Non t'étais pas seulement bourré, tu te drogues non ? Vous ne pouvez pas vous encadrer... » Rien qu'en pensant à lui et à cette maudite nuit, je refoule une envie de vomir. D'autant plus qu'il insinue que nous avons couché ensemble. Je porte une main tremblante à mon ventre et grimace. « Quelle est la seule chose avec laquelle je t'ai toujours interdit de plaisanter ? » Heureusement, heureusement, que je garde pas le moindre souvenir de cette nuit. «  Tu m'en diras tant. Surveille ton langage cela-dit.  » Je laisse échapper un "pffft" dégoûté, n'aimant pas ce que ça sous-entend. En quelques secondes, l'ambiance change. «  Qu'est-ce que tu as fais encore ? Tes voisins sont des vampires aussi, c'est ça ? Pire comment ? » Je recule toujours lentement : j'aurais juré que je n'avais jamais eu autant peur de lui que dans ce moment précis. Je déglutis vraiment avec difficulté, lâchant un long rire nerveux pour accompagner mes paroles. Si seulement mes voisins-vampires étaient le seul problème...

« Tu sais ce qu'on raconte sur Kim Bak Yul et moi, non ? Eh bien, dis-toi que c'est une vérité vraie, qu'il m'a embrassé à l'agence et qu'il m'a avoué ses sentiments. J'ai bien sûr refusé ses avances mais je suis allé m'excuser auprès de lui hier et disons que j'ai fait un geste trop ambitieux devant la caméra d'un paparazzi. » Je conclue avec un petit rire forcé, n'étant que dans la partie "introduction". « Et Min huan, haha. Je l'ai pris pour une fille et je l'ai aussi embrassé. Ce n'est pas tout, j'ai jugé bon de nous photographier et de poster ça sur mon Twitter... » Bourré, drogué, rien n'explique ça en fait. « Le lendemain, je suis tombé sur un journaliste qui m'avait interrogé sur l'incident et j'ai expliqué que Min Huan était très tactile et en manque d'affection parce qu'on a coupé la télévision érotique à sa maison. » Je l'avais dit par pur sadisme, prêt à assumer. J'en ris ouvertement mais mon rire meurt sur mes lèvres dès que mes yeux rencontrent ceux de Nam Sun. « Sinon, je me suis blessé le pied et j'ai mangé trop de glaces dernièrement. Autant dire qu'actuellement je peux ni danser ni chanter correctement. Y a peu de chances que ça s'améliore avant le concert qui aura lieu dans pas longtemps.  » Ma voix est devenue presque inaudible et je me suis retrouvé dos au mur. « Et... » Non, non, j'avais pas encore fini. « J'ai écrasé de la betterave rouge sur ma chemise préférée. » Ce n'est même pas une tentative d'humour. Je me mors la lèvre, me collant au mur. Je suis un homme mort. « Hurler c'est très mal pour la santé... »





Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.  Icon012 Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.  Icon211 Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.  Icon111
▬ CHILDHOOD CAN ALWAYS FLARE UP WITHIN US ▬
Revenir en haut Aller en bas




je suis la star des backstages ; staff
Oh Nam Sun

Oh Nam Sun


je suis la star des backstages ; staff


•• Mes notes : 85
•• J'habite : Mapo-gu
•• Métier : Manager de Dan Il

Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.  Empty
MessageSujet: Re: Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.    Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.  EmptyJeu 10 Avr - 18:42

TITRE :

 Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.




 


    « Faudra que tu m'accompagnes, j'ai pas eu des nouvelles du directeur depuis que sa secrétaire m'a traité de pauvre demeuré. Je suis pas sûr de savoir comment lui parler, tu vois ? Je sais que ma mère a toute une réserve de lasagne surgelée et j'ai peur qu'elle m'assomme avec. Je ferai donc ce que tu veux. » Je plongeais mon regard dans le sien, recherchant désespérément un indice qui me prouverait qu'il était en train de plaisanter. Se rendait-il seulement compte qu'il se mettait les mauvaises personnes à dos ? Ne pouvait-il pas se contenter d'envoyer des lettres anonymes au concierge de l'immeuble, ou à son livreur de pizza ?

    « Je viendrai avec toi oui, ça évitera de nouveaux problèmes. dis-je, songeur, avant d'ajouter : C'est donc comme ça qu'elle utilise ses plats tout préparés.. Je me suis toujours demandé. » Je ne plaisantais même pas. Ce n'était pas la première fois que je me rendais chez lui, et que je remarquais que son réfrigérateur était rempli de petits plats auxquels personne ne touchait jamais.

    Donc sa mère le frappait avec des lasagnes ?
    La voilà, l'explication à son amour inconditionnel des pizzas.
    Mon dieu, Nam Sun tu as besoin de repos, pensais-je en secouant la tête, laissant un frisson se dissiper le long de mon dos.

    « Quelle est la seule chose avec laquelle je t'ai toujours interdit de plaisanter ? » J'arquais un sourcil, perplexe : la liste était aussi longue que mon bras. «  L'OTP Bob L'éponge et Sandy l'écureuil, la pizza aux champignons et au jambon, l'inutilité des livres sans images, l'absence de promotions sur les paquets de chips... Je continue ?  » demandais-je calmement et sérieusement, en levant un doigt à l'énoncé de chaque nouvel ajout.

    Mais la suite ne m'annonçait rien de bon. Je connaissais Dan Il comme ma poche, et jamais ô grand jamais il ne m'accorderait des points s'il n'avait pas une montagne de bêtises à se faire pardonner. Et là, je sentais que ça allait être grand, magistrale. Un feu d'artifice.

    Malheureusement, j'avais tapé dans le mille.

    Et tout en l'écoutant, je réduisais la distance de sécurité qu'il s'efforçait de conserver. « Tu sais ce qu'on raconte sur Kim Bak Yul et moi, non ? Eh bien, dis-toi que c'est une vérité vraie, qu'il m'a embrassé à l'agence et qu'il m'a avoué ses sentiments. J'ai bien sûr refusé ses avances mais je suis allé m'excuser auprès de lui hier et disons que j'ai fait un geste trop ambitieux devant la caméra d'un paparazzi. Et Min huan, haha. Je l'ai pris pour une fille et je l'ai aussi embrassé. Ce n'est pas tout, j'ai jugé bon de nous photographier et de poster ça sur mon Twitter... Le lendemain, je suis tombé sur un journaliste qui m'avait interrogé sur l'incident et j'ai expliqué que Min Huan était très tactile et en manque d'affection parce qu'on a coupé la télévision érotique à sa maison. » L'imprudent ose rire. Il rit.

    Je ne me suis jamais montré violent. Malgré les occasions. Là, je me sentais dans un bon jour pour l'assommer à coup de « peuimportecequivametombersouslamainçaferal'affaire »

    Non sérieusement.
    Où est-ce qu'il y avait un trait d'humour dans ses paroles ? Je ne voyais pas moi.

    « Sinon, je me suis blessé le pied et j'ai mangé trop de glaces dernièrement. Autant dire qu'actuellement je peux ni danser ni chanter correctement. Y a peu de chances que ça s'améliore avant le concert qui aura lieu dans pas longtemps.  » La cerise sur le gâteau. L'apothéose. Si je survivais à toutes ces annonces, je vous assure que Dan Il lui ne passerait pas la nuit.

    «  Non mais toi. Toi vraiment. T'as aucune limite. Est-ce que tu as conscience du boulot que c'est, de passer après toi hein ? Tu es probablement la seule idole avec 3 petites amies et 2 amants. Et ne me reprends pas, qui me dis que tu ne m'en caches pas une dernière dans le placard à balais, hein ? Je suis là pour gérer ta carrière musicale, pas tes déboires amoureux. Tu n'as qu'à engager une gouvernante pour ça. Et... Et...  » J'inspirais profondément, jugeant inutile de m'énerver maintenant que le mal était fait. Zen.

    Je me pinçais l'arrête du nez, ravalant un flot diluvien de parole. « Et... » «  Et?! » demandais-je en relevant la tête, abasourdi. « J'ai écrasé de la betterave rouge sur ma chemise préférée. » Je plongeais mon regard dans le sien, calme, trop calme. Effrayant. « Hurler c'est très mal pour la santé... » J'inspirais de nouveau, en essuyant des poussières invisibles sur les épaules de Dan.

    «  Tu as raison, ce serait idiot de m'énerver, ou de hurler. Je ne suis pas ainsi en plus. dis-je en lui souriant de toutes mes dents, continuant ce que je faisais. Je vais trouver quelque chose. Un truc terrible. Ca va te tomber sur la tête, quand tu t'y attendras le moins. Soit préparé.  » dis-je en penchant la tête sur le côté, calmement, avant de reculer, toujours pensif. Il n'allait pas s'en tirer à si bon escient le bougre. Sinon, il se dirait qu'il pourrait me rouler quand il voulait. Et ça, pas question.

    Fallait-il encore que je trouve quoi.





we're afire love
Hold me in your arms the way you did last night. And we'll lie inside for a little while, here oh. I could look into your eyes until the sun comes up and we're wrapped in light, in life, in love ------------------------------- ♘ .ReedNight
Revenir en haut Aller en bas




Je suis une idole, aimez-moi ♥
Choi Dan Il

Choi Dan Il


Je suis une idole, aimez-moi ♥


•• Mes notes : 305
•• Métier : Acteur, chanteur solo & présentateur TV

Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.  Empty
MessageSujet: Re: Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.    Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.  EmptyLun 5 Mai - 18:44

TITRE :

 Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.




 

« Je viendrai avec toi oui, ça évitera de nouveaux problèmes. C'est donc comme ça qu'elle utilise ses plats tout préparés.. Je me suis toujours demandé. » J'aurais pris ça pour une blague si monsieur avait le sens de l'humour. « C'est ça. Elle a toujours dit que "tout peut être congelé". » Et qu'il faut pas s'embêter à acheter du sucre parce que c'est gratuit dans les restaurants. «  L'OTP Bob L'éponge et Sandy l'écureuil, la pizza aux champignons et au jambon, l'inutilité des livres sans images, l'absence de promotions sur les paquets de chips... Je continue ?  » J'encaisse sa réplique, la bouche grande ouverte. C'est pour ça alors que je l'ai jamais viré, il me connait trop bien. Moi-même, je me souviens plus du tout du truc des chips. « Félicitations, tu sais tout de moi maintenant ! On aurait pu devenir des amis si t'étais pas si difficilement appréciable. » Et si je connaissais autant de choses sur lui. En réalité, à part qu'il est divorcé, travailleur et sadique, j'ignore tout sur mon manager.

Ah non, ce n'est pas tout : il est effroyable. Ouais, c'est assez bête à dire pour un homme de 24 ans mais il me fait peur. Il est quand même redouté dans l'agence, et respecté parce que, soit disant, il a ce qu'il faut comme intelligence et patience pour me supporter. Mon rire le met en colère apparemment. Merde. «  Non mais toi. Toi vraiment. T'as aucune limite. Est-ce que tu as conscience du boulot que c'est, de passer après toi hein ?  » Non mais il faut bien que certaines personnes ici travaillent.  «  Tu es probablement la seule idole avec 3 petites amies et 2 amants. Et ne me reprends pas, qui me dis que tu ne m'en caches pas une dernière dans le placard à balais, hein ?  » J'en suis pas peu fier ! TAIS-TOI Dan Il, ne dis rien. Ne dis surtout pas qu'il peut s'ajouter à la liste des amants après l'histoire avec Envy. « Je suis là pour gérer ta carrière musicale, pas tes déboires amoureux. Tu n'as qu'à engager une gouvernante pour ça. Et... Et...  » Si elle est canon, je vois pas d'inconvénients. J'hésite à lui proposer un verre d'eau. « Calme-toi Nam Sun, j'ai la nette impression que tu commences à faire de l'hypertension... »

« Tu as raison, ce serait idiot de m'énerver, ou de hurler. Je ne suis pas ainsi en plus.  Je vais trouver quelque chose. Un truc terrible. Ca va te tomber sur la tête, quand tu t'y attendras le moins. Soit préparé.  » Je déglutis. « Je dormirai que d'un oeil, maintenant que je suis prévenu... » Qui sait ce qui va arriver à moi ou à mon cher porte-clés Spongebob. Ce qui est sûr, c'est qu'on va pas s'en sortir indemnes tous les deux. Ce mec sait frapper là où ça fait mal après tout. Je pourrais même pas me venger si ça survient dans les trois semaines à venir, de peur de rompre notre contrat. Néanmoins, il a beau râler, je le connais depuis suffisamment longtemps pour savoir qu'un plan mijote actuellement dans sa tête. Plan pour arranger tout ça. Je lui souris, mes émotions passant totalement de la peur à la joie. « Tu gères, Nam Sun !  Je te promets de m'entraîner avant le concert, histoire que ma voix ressemble pas à celle d'un chat qui se fait violer. » Passé les 5 secondes où je suis sérieux, je décroche mon regard du sien pour le poser sur ma montre. « Si t'as plus rien à dire, excuse-moi, faut que je regarde "Mon mari m'a quittée pour mon frère". La pauvre fille... » C'est de très bon goût. Vaut mieux profiter de mes dernières heures de liberté. J'imagine qu'il m'appellera demain de bonne heure pour aller travailler à l'agence. Arg.





Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.  Icon012 Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.  Icon211 Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.  Icon111
▬ CHILDHOOD CAN ALWAYS FLARE UP WITHIN US ▬
Revenir en haut Aller en bas




je suis la star des backstages ; staff
Oh Nam Sun

Oh Nam Sun


je suis la star des backstages ; staff


•• Mes notes : 85
•• J'habite : Mapo-gu
•• Métier : Manager de Dan Il

Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.  Empty
MessageSujet: Re: Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.    Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.  EmptyLun 5 Mai - 19:27

TITRE :

 Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.




 


    « C'est ça. Elle a toujours dit que "tout peut être congelé". » Je fronçais les sourcils et secouais la tête, plus certain de bien comprendre comment on en était arrivés à un tel sujet de conversation. Mais là n'était pas l'important, il allait finir par me rendre dingue à ne se préoccuper que de ce qui l'arrangeait. Il n'avait vraiment aucune considération pour ce que je faisais pour lui ? J'étais patient, calme et je pouvais même parfois me montrer conciliant. Mais il dépassait les limites, et si je le comprenais bien, il n'y avait rien de grave à cela. Il ne me prenait pas au sérieux, j'aurai pu ne rien en avoir à fiche, si l'enjeu n'était pas si grand. Des fois c'était à se demander pourquoi il était à sa place, et moi à la mienne. « Félicitations, tu sais tout de moi maintenant ! On aurait pu devenir des amis si t'étais pas si difficilement appréciable. » Je bloquais un instant, avant de profondément soupirer. Non, il ne comprenait définitivement pas. Les tenants et les aboutissants lui échappaient complètement, et à première vue, je n'aurai pas assez d'une seule vie pour lui faire rentrer les bases en tête. Des fois, comme maintenant, il me déstabilisait, complètement.

    « Je ne suis pas là pour être ton pote Dan Il, content que tu le comprennes enfin.  » Mon ton était sec, tranchant et sans appel. Il commençait à me les briser menu. Mais il était hors de question que je perde patience devant lui. C'était à se demander s'il n'avait vraiment qu'une année de moins que moi.


    Seulement, c'était plus facile à dire qu'à faire. Il testait mes limites ? Il tenait vraiment à me voir entrer dans une colère noire ? Je ne comprenais pas vraiment ce qu'il essayait de faire en fait, car si jusqu'ici, il m'avait trouvé effrayant... Avec la suite, il risquait de se faire pipi dessus. « Calme-toi Nam Sun, j'ai la nette impression que tu commences à faire de l'hypertension... » J'arquais un sourcil à cette remarque, et croisais les bras, inspirant profondément, pour m'empêcher de lui cracher à la figure tout le bien que je pensais de lui sur le moment. Des fois, j'étais fier de lui, puis il y avait les autres fois, où j'en venais à me demander ce que je fichais encore à travailler pour lui.

    Considérez cette discussion houleuse comme faisant partie de la liste «autre».

    « Ah tu crois, tu dois alors savoir que pour ce cas de figure, on recommande de se débarrasser de la source de stress ? T'en penses quoi, 'monsieur-la-source-de-stress' ? » demandais-je, toujours aussi calmement.

    Mes menaces semblent pourtant le heurter un peu, un tout petit peu, car le sourire qu'il arbore déjà ne m'annonce rien de bon, quant à la suite de cette conversation. « Tu gères, Nam Sun !  Je te promets de m'entraîner avant le concert, histoire que ma voix ressemble pas à celle d'un chat qui se fait violer. Si t'as plus rien à dire, excuse-moi, faut que je regarde "Mon mari m'a quittée pour mon frère". La pauvre fille... » Je toussais, soufflé par cette 'chute' inattendue. Je frappais dans mes mains, deux-trois fois, avant de reculer et de prendre ma veste.

    « Oh si tu savais, j'ai tout un tas de choses à dire encore, mais j'ai des principes. Et des limites. Moi. Soit prêt, demain, tôt.  » terminais-je toujours aussi abrupt, avant de quitter l'appartement, faisant claquer mes pas et la porte, par la même occasion.

    Il n'était pas au bout de ses peines, croyez-le.
    Et moi non plus, malheureusement.





we're afire love
Hold me in your arms the way you did last night. And we'll lie inside for a little while, here oh. I could look into your eyes until the sun comes up and we're wrapped in light, in life, in love ------------------------------- ♘ .ReedNight
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé





Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.  Empty
MessageSujet: Re: Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.    Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.  Empty

TITRE :

 Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.




 



Revenir en haut Aller en bas

 

Dan Il ; Oui mon grand, tu as un manager.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Hentaï] Le Grand Jeu
» [UploadHero] Le Grand Blond avec une chaussure noire [DVDRiP]
» [UploadHero] Le Grand bazar [DVDRiP]
» Un peu d'intimité... [ pv : Perséphale et Hentaï]
» Une nouvelle vie [PV Yuko][Hentaï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
New Generation :: C'est la fête à la New Génération :: The endBut nothing really disappears :: Finished stories-