AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -48%
Promo sur les baskets Nike React Element 55 SE pour ...
Voir le deal
68 €
-34%
Le deal à ne pas rater :
Perforateur burineur SDS+ MAKITA DHR202RM1J avec batterie et coffret ...
295.99 € 449.80 €
Voir le deal

Partagez



je suis la star des backstages ; staff
Oh Nam Sun

Oh Nam Sun


je suis la star des backstages ; staff


•• Mes notes : 85
•• J'habite : Mapo-gu
•• Métier : Manager de Dan Il

Eun Hee ; La violence ne résout rien.  Empty
MessageSujet: Eun Hee ; La violence ne résout rien.    Eun Hee ; La violence ne résout rien.  EmptyVen 7 Mar - 21:39

TITRE :

 Eun Hee ; La violence ne résout rien.




 

Eun Hee ; La violence ne résout rien.  Tumblr_mlq9kt5Bjp1s87byho2_500


    Actuellement, j'étais dans une période que je considérais comme étant creuse. Les problèmes se bousculaient au portillon, et j'étais trop préoccupé pour n'en résoudre ne serait-ce qu'un seul. Quand j'essayai de mettre de l'ordre dans tout cela, la pièce maîtresse de mon mal de crâne faisait son entrée. Seo Eun Hee. Notre relation avait toujours été clairement définie, à savoir : rien du tout. (même après fiançailles, mariage et vie commune). Il y avait donc une chose qu'il fallait absolument m'expliquer. Pourquoi est-ce que tout ça arrivait seulement maintenant ? Pourquoi est-ce qu'après des années à l'avoir vu dormir auprès de moi, je ne l'avais jamais trouvé aussi belle que cette fois-ci où je n'avais pu m'allonger à ses côtés, hein ? Elle allait finir par me faire tourner chèvre.
    Je tapais sur le volant de ma voiture, m'impatientant et allumant la radio pour me vider la tête. Mais ça ne fonctionna pas très bien. La preuve en fut le mouvement brusque que je fis faire à ma voiture pour revenir en arrière, vers un quartier en particulier. : Jongno-Gu. J'avais appris, au travail qu'elle s'était blessée le poignet et cette idiote serait capable de reprendre la voiture ensuite. Je ne pouvais pas la laisser faire ça, la fichue fierté de Eun Hee allait finir par la clouer au lit avec une jambe dans le plâtre. Je n'avais pas été là, la première fois, je ferai donc en sorte qu'une telle chose ne se produise plus. Car elle aurait beau me dire ce qu'elle voulait, j'étais persuadée que cette foulure, elle se l'était faite en conduisant.

    Pourquoi est-ce que je me donnais cette peine ? Je n'avais pas besoin de le savoir, elle non plus. De toute façon, têtue ou non, je n'avais pas dans l'idée de lui laisser le choix. J'avais pensé aller directement au travail, mais l'usure de mes pneus prouverait sûrement que j'étais vraiment très indécis.

    «  Nam Sun, t'es un gros malade.  » affirmais-je à voix haute, avant de me mettre à tousser violemment. Avant de secouer la tête, et de me concentrer à nouveau sur la route. Elle n'allait pas comprendre et elle allait sûrement me poser des questions. Questions auxquelles je n'avais aucune réponse. Je fonçais droit vers les ennuis, mais pourtant, j'étais incapable de changer de nouveau d'avis et de simplement aller au travail sans me soucier de Eun Hee.

    J'arrivais devant son bâtiment au moment où elle sortait de chez elle, je me garais et ouvrais la porte, commençant à sortir de ma voiture, avant de voir un homme se diriger vers elle et lui parler. Presque automatiquement, je refermais la porte, avant de me rendre compte que cet homme, je le connaissais. C'était celui qui avait brisé le cœur de Eun Hee. Je la connaissais déjà au moment où elle sortait avec elle, et même si j'avais vécu cette histoire, de loin, Eun Hee n'avait jamais autant été atterrée.
    Je me forçais à regarder ailleurs, et à me calmer aussi, par la même occasion, mais je n'y parvins pas longtemps. Je n'entendais pas ce qu'ils se disaient, mais je n'aimais pas ce que je voyais, le visage de Eun Hee, j'y lisais la confusion et la colère. Elle réagissait toujours ainsi, lorsqu'une chose ne lui plaisait pas. La colère venait rapidement, et la plupart du temps, elle jurait comme un charretier, la confusion dénotait seulement que malgré son caractère, elle était fragile. Et je.. Zut.
    Je me mordillai l'ongle de mon pouce, réfléchissant à toute vitesse. Si j’interférai ça allait mal tourner, d'une manière ou d'une...

    La porte ouverte, je sortais de ma voiture, ébouriffant mes cheveux, car une fois de plus j'agissais sur un coup de tête. Une fois de plus c'était pour Eun Hee. Et une fois de plus, j'allais le regretter plus tard, quand j'essayerai de fermer l'oeil par exemple. Fermant les yeux, je posais la main sur le bras de cet homme qui me révulsait. Calmement, je lui faisais lâcher Eun Hee :

    «  Je crois qu'elle n'a pas du tout envie d'avoir à faire à toi. Ca se comprends au demeurant, je ne sais pas quel mauvais vent t'amènes, mais je te serai reconnaissant d'aller jouer ton nuisible ailleurs. Tu lui as fait du mal une fois, je pense que ça suffit, vraiment.  » disais-je avec fermeté, les yeux fixés sur lui, je n'avais toujours pas lâché son bras.

    En règle général, c'était à ce moment là que l'on répliquait avec les poings. Je n'en étais pas partisan, mais un idiot comme lui, ça ne serait pas étonnant.


Revenir en haut Aller en bas




je suis la star des backstages ; staff
Seo Eun Hee

Seo Eun Hee


je suis la star des backstages ; staff


•• Mes notes : 162
•• Métier : Manager des S.O.W

Eun Hee ; La violence ne résout rien.  Empty
MessageSujet: Re: Eun Hee ; La violence ne résout rien.    Eun Hee ; La violence ne résout rien.  EmptySam 8 Mar - 0:50

TITRE :

 Eun Hee ; La violence ne résout rien.




 

Une amie est venue me voir il y a une semaine, l'air hystérique, m'annonçant qu'une chose horrible est arrivée. Parait-il que mon ex avait décidé de se marier. Avec la poule pour qui il m'avait quittée en plus. Je parviens toujours pas à leur souhaiter du bonheur à ces deux-là, et c'est pas faute d'efforts. Je suis avant tout un être très humain et je ne leur ai jamais pardonné, parce que c'est à cause d'eux que j'avais traversé l'épreuve la plus dure de ma vie. A cause d'eux, j'ai été malheureuse pendant très longtemps et aujourd'hui encore, je repense à ce qui m'est arrivé avec regret. Autant dire que je n'ai jamais réellement accepté que mon ex ne voudrait pas me donner ce dont j'ai toujours besoin. Qu'il se marie... huh, c'est carrément le coup de grâce.

Au monde, je me suis contentée de dire que cette histoire ne présentait aucun inconvénient pour moi. J'aime pas mentir mais ma situation actuelle est loin d'être descriptible. Je vais mal, si bien qu'en conduisant j'ai heurté un innocent petit lapin et failli rentrer dans un arbre par la suite. Conséquence directe de mon manque de vigilance ? Mon poignet fracturé. Pour ne rien arranger, la douleur physique se substituait à mes soucis d'ordre psychique et, personnellement, je me trouvais on ne peut plus pitoyable. Il m'est même pas venu dans l'idée de demander de l'aide à quelqu'un, alors qu'intérieurement je savais que j'en avais urgemment besoin.  

Mais vous savez ce qu'on dit : quand on tombe de sa monture, il faut aussitôt remonter dessus. J'ai rien de ces personnes qui se remettent pas de ce genre de choc. A vrai dire, j'étais paralysée au volant l'espace de quelques instants, le temps de me rendre compte que j'étais en vie et de pester contre la terre entière. Mais après, plus rien. J'avais juste le visage de Nam Sun devant les yeux, allez savoir...

Dans le parking, je cherche donc ma voiture des yeux. J'ai beau avoir encore mal, j'ai du boulot qui m'attend et si je m'en occupe pas, personne ne le fera à ma place. Mais y a toujours un imprévu qui change nos plans, en l'occurrence cet imprévu est mon putain d'ex. La dernière personne que je veux voir en ce moment. Sérieusement, je préférerais avoir le mec avec qui j'ai rompu parce qu'il avait couché avec un autre mec le jour de mon anniversaire en face, plutôt que de me sentir faible devant ce fameux ex. Il se rend pas compte de l'effet qu'il a encore sur moi, si ? Son geste le prouve, il s'approche, je recule puis j'apprends qu'il n'est là que pour m'annoncer la "bonne nouvelle". Je suis en colère mais devant lui, elle se manifeste que de façon peu apparente. En revanche, c'est mon putain de cœur qui s'emballe. Le mec, il se soucie même pas de mon poignet cassé et moi, je suis contente de le voir même si c'est que pour m'annoncer qu'on se reverra probablement plus. J'essaie tant bien que mal de... de le détester mais j'y parviens tout simplement pas. Le peu que je peux faire c'est de lui faire part de mon avis sur lui et sa nouvelle fiancée.

Une silhouette familière attire mon attention et je trouve la force de sourire. «  Nam... Nam Sun. » «  Je crois qu'elle n'a pas du tout envie d'avoir à faire à toi. Ça se comprends au demeurant, je ne sais pas quel mauvais vent t'amènes, mais je te serai reconnaissant d'aller jouer ton nuisible ailleurs. Tu lui as fait du mal une fois, je pense que ça suffit, vraiment.  » Sa réaction me met dans la confusion la plus totale, nous sommes même plus unis devant la loi, qu'est-ce qu'il fiche ici ? Sur le moment, j'ai le réflexe de regarder mon ex qui dégage son bras pour me dire brièvement que j'aurais pu me montrer plus compréhensive et que c'est à cause de moi qu'on peut pas être amis. Je lui colle une baffe mais comme je viens d'agir par réflexe, c'est mon poignet cassé qui en paye les frais. Je le tiens à l'aide de l'autre main, gémissant de douleur. «  Putain de sa mère ! » Grâce à l'apparition de Nam Sun et ses propos, il semble plus vouloir rester, je le regarde partir avant de reporter mon attention sur le nouveau venu. Je rêve ? Il avait fait quoi lui ? Enfin, victime de ma douleur, je préfère ne pas y penser pour l'instant. «  Je te jure, si j'avais pas promis à ma mère de dire moins d'insanités, je lui aurais dit franchement ce qu'il vaut pour moi. » J'ai les yeux mi-clos, tellement ça fait mal. «  Qu'est-ce que tu fiches ici d'ailleurs ? T'es pas censé être au boulot ? » Je crois que je suis censée le remercier de m'avoir "sauvée" mais je ne peux m'y résoudre. Lui aussi m'avait poussée à me poser pas mal de questions sur autant de choses...





Eun Hee ; La violence ne résout rien.  Icon210 Eun Hee ; La violence ne résout rien.  Icon010 Eun Hee ; La violence ne résout rien.  Icon310
▬ IF IT WAS MEANT TO BE THEN IT WILL HAPPEN ▬
Revenir en haut Aller en bas




je suis la star des backstages ; staff
Oh Nam Sun

Oh Nam Sun


je suis la star des backstages ; staff


•• Mes notes : 85
•• J'habite : Mapo-gu
•• Métier : Manager de Dan Il

Eun Hee ; La violence ne résout rien.  Empty
MessageSujet: Re: Eun Hee ; La violence ne résout rien.    Eun Hee ; La violence ne résout rien.  EmptySam 8 Mar - 16:55

TITRE :

 Eun Hee ; La violence ne résout rien.




 


    Je n'avais pas réfléchi et j'avais roulé vers chez elle, me disant que j'improviserai quelque-chose, le moment voulu. Le seul problème, c'est que je ne savais pas le faire : improviser. Et c'était la principale raison qui me poussait à ne pas me montrer impulsif et qui faisait que je réfléchissais toujours avant de foncer tête baissée (ce qui faisait qu'au final, je ne fonçais jamais 'la tête baissée'). Là, je me sentais idiot, dans ma voiture et surtout dépourvu d'une chose primordiale : une explication. Est-ce que ça passerait si je lui disais que je m'inquiétais pour elle et que je ne voulais plus qu'elle touche à un levier de vitesse de sa vie ? Probablement pas, elle me fusillerait sur place, et s'en irait au volant de sa voiture, en m'insultant de tous les noms d'oiseaux qu'elle connaissait. Et elle avait un sacré bagage de vocabulaire à ce niveau.

    Après tout, je ne faisais rien de mal. J'étais un collègue concerné, rien de plus. Puis beaucoup avaient besoin d'elle à l'agence, les S.O.W déjà. Ils ne sauraient probablement pas quoi faire si Eun Hee ne les briefait pas, si ? Un filet d'air fila furieusement entre mes lèvres, sciemment, je fermais les yeux sur quelqu'un qui faisait partie de « la liste des personnes qui avaient besoin d'elle ». Mais qui tentais-je de leurrer ? Rien que de voir son ex lui tourner autour me faisait voir rouge. Je ne savais pas ce qu'il voulait, et je ne voulais pas le savoir. S'il y avait bien une chose dont j'étais certain, c'est que je souhaitais qu'il fiche le camp du périmètre. De la ville même, serait préférable. Mais là, j'avais conscience de me montrer un peu trop imposant. Après tout, je n'avais plus mon mot à dire, en principe. La pratique était tout autre, et même si je savais que je sortais du rôle d'ex-mari qu'était le mien, je n'avais pas réussi à me retenir.

    Eun Hee, je n'avais aucune idée de ses réelles intentions, ni de ce qu'elle souhaitait, en réalité. Tout ce que je savais, c'est que je ne voulais plus la voir triste comme elle l'avait été. Les paroles du nuisible ne m'étonne même pas, et me donne envie d'être violent. Mais je me retiens, laissant Eun Hee gérer seule, trouvant personnellement que j'avais déjà bien assez mis mon grain de sel. D'ailleurs, je me sentais un peu comme un badaud, car je n'étais pas franchement à ma place pour le coup.
    La claque qu'elle lui donna, me fit grimacer, pas par compassion pour lui, plutôt compassion pour elle. La connaissant, elle venait sûrement de frapper avec sa main blessée. «  Putain de sa mère ! » Dans le mille. Je frappais doucement mon front avec la paume de ma main, blasé. Je l'observais alors silencieusement, elle avait l'air de vraiment avoir mal. «  Je te jure, si j'avais pas promis à ma mère de dire moins d'insanités, je lui aurais dit franchement ce qu'il vaut pour moi. Qu'est-ce que tu fiches ici d'ailleurs ? T'es pas censé être au boulot ? » Je mets dix bonnes secondes à me rendre compte que c'est à moi qu'elle parle car je pensais qu'elle était encore en train de pester contre la terre entière.

    Je secouai alors la tête, remettant mes idées en place. « Pas certain que si ta mère t'entendait, elle verrait la différence, tu sais.  » Je me souvenais encore très clairement de mon ancienne belle-mère. Elle était encore plus à cheval sur les règles que mes parents, alors que je n'aurai jamais pensé ça possible. Comme quoi.

    «  Je suis mal tombé peut-être ? Si c'est le cas, pardon. disais-je en remontant un peu le col de mon manteau, calmement : J'ai appris pour ton accident, et je savais que tu prendrais ta voiture. Je ne connais pas les détails, mais j'imagine que c'est au volant de celle-ci que tu t'es fait ça, pas vrai ? Je viens donc jouer le chauffeur. Je l'attrapais par les épaules, et la dirigeais gentiment vers ma voiture. Tu ne dois pas utiliser ton poignet, que ça soit pour frapper quelqu'un ou pour conduire, ne pense donc pas à refuser. Oh et... J'attrapais avec précaution son poignet, et vérifiais son bandage. Ca ne tiendra pas la journée. Installe toi, je dois avoir de quoi arranger ça, dans le coffre.  » J'ouvrais la portière passager pour qu'elle s'assoit et filais vers le coffre à la recherche de la trousse de secours.




we're afire love
Hold me in your arms the way you did last night. And we'll lie inside for a little while, here oh. I could look into your eyes until the sun comes up and we're wrapped in light, in life, in love ------------------------------- ♘ .ReedNight
Revenir en haut Aller en bas




je suis la star des backstages ; staff
Seo Eun Hee

Seo Eun Hee


je suis la star des backstages ; staff


•• Mes notes : 162
•• Métier : Manager des S.O.W

Eun Hee ; La violence ne résout rien.  Empty
MessageSujet: Re: Eun Hee ; La violence ne résout rien.    Eun Hee ; La violence ne résout rien.  EmptyMar 11 Mar - 21:56

TITRE :

 Eun Hee ; La violence ne résout rien.




 

A quel moment avais-je cru que coller une baffe à mon ex serait une bonne idée ? Certes, ça me fait fichtrement du bien, psychiquement parlant. Mais sur le plan physique, c'est tout autre chose. « Pas certain que si ta mère t'entendait, elle verrait la différence, tu sais.  » J'arque un sourcil en lui jetant un regard furtif : « Tu veux vraiment voir la différence ?  » J'en suis presque vexée parce que j'ai vraiment fait des efforts pour me comporter comme une lady, rien que pour faire plaisir à ma mère. Mes pensées se dirigent vers mon poignet. J'avais déjà du mal à bouger mes doigts et je me servais pour ainsi dire plus de ma main blessée. Frapper mon ex avec ? Très mauvaise idée. Ça fait deux fois plus mal que ce matin. «  Je suis mal tombé peut-être ? Si c'est le cas, pardon. » Me rendant compte que c'est cette même douleur qui me fait déverser ma colère sur Nam Sun alors qu'il n'y est pour rien, au contraire, me fait reconnaître que j'ai été méchante. « Désolée désolée. » m'excuse-je d'une voix basse, je lui souris pourtant pas, ce serait de l'hypocrisie. «  J'ai appris pour ton accident, et je savais que tu prendrais ta voiture. Je ne connais pas les détails, mais j'imagine que c'est au volant de celle-ci que tu t'es fait ça, pas vrai ? Je viens donc jouer le chauffeur. » Je me mets à rire faiblement. Parce qu’honnêtement, pourquoi jouerait-il au chauffeur alors qu'il commence à être en retard pour son boulot. Me concernant, il est dégagé de toute obligation. « Tu l'as "appris" ? J'espère que c'était pas ma mère qui t'a mis au courant, et qu'elle n'essaie pas encore une fois de nous réconcilier... »

« Qu'est-ce que tu fais ?  » demande-je en le laissant me diriger vers sa voiture sans protester. « Tu ne dois pas utiliser ton poignet, que ça soit pour frapper quelqu'un ou pour conduire, ne pense donc pas à refuser. Oh et... Ca ne tiendra pas la journée. Installe toi, je dois avoir de quoi arranger ça, dans le coffre.  »  Je fronce les sourcils à ce qui me semble être un conseil, ou un ordre. Mais je me cache pas qu'en vue de ma situation actuelle, l'attention qu'il m'accorde ne peut qu'avoir un effet consolateur sur moi. Je parviens à en être un minimum apaisée, tellement que je songe même à l'obéir sauf que mes yeux rencontrent, de loin,  ceux de mon ex dans sa voiture. La furie me remonte au visage. Je ferme la portière sans m'être installée puis regarde Nam Sun. « Je sais pas si t'as remarqué mais c'est pas le bandage qui pose problème. » Plutôt la douleur que je m'efforce d'ignorer. Je suis la voiture de mon ex des yeux, ne prenant même pas le soin d'essuyer les quelques larmes qui dévalent mes joues. De toute façon, je dois avoir l'air d'un gamin qui vient d'apprendre qu'aucun clown n'est prévu pour animer sa fête d'anniversaire. Puis ce n'est pas comme s'il m'avait jamais vue pleurer : « Tu y crois ? Après tout ce temps, il n'est même pas foutu de reconnaître sa culpabilité. Non mieux : c'est à cause de moi, la méchante mégère, qu'on peut pas être amis ! Y a qu'une personne qui nous a empêchés d'être un putain de couple d'ailleurs, et c'est pas moi !  »

Je porte ma main à mon front en fermant les yeux, réalisant que j'ai encore élevé le ton. J'ai mal à la tête en plus, mal qui s'ajoute à celui de mon avant-bras et de ma main. « Je suis désolée Nam Sun, je vais pas bien. On se verra au boulot. Merci quand même. » Sur ces mots, je me détourne de lui pour aller chercher ma voiture.





Eun Hee ; La violence ne résout rien.  Icon210 Eun Hee ; La violence ne résout rien.  Icon010 Eun Hee ; La violence ne résout rien.  Icon310
▬ IF IT WAS MEANT TO BE THEN IT WILL HAPPEN ▬
Revenir en haut Aller en bas




je suis la star des backstages ; staff
Oh Nam Sun

Oh Nam Sun


je suis la star des backstages ; staff


•• Mes notes : 85
•• J'habite : Mapo-gu
•• Métier : Manager de Dan Il

Eun Hee ; La violence ne résout rien.  Empty
MessageSujet: Re: Eun Hee ; La violence ne résout rien.    Eun Hee ; La violence ne résout rien.  EmptyMer 12 Mar - 20:51

TITRE :

 Eun Hee ; La violence ne résout rien.




 


    Si les choses avaient été simples, je n'aurai pas fait demi-tour pour venir la chercher directement chez elle, la tête de son ex ne m'aurait rien fait du tout, et la voir dans cet état déplorable ne me ferait ni chaud ni froid. Non, mieux. Si les choses avaient vraiment été simples, on ne se serait pas retrouver à travailler pour le même label. J'avais passé le plus clair de mon temps à nier toute probabilité d'existence d'un soit-disant destin. Mais il devait bien y avoir quelque-chose qui ne faisait que nous pousser dans les pattes l'un de l'autre.
    Tout cela était bien arrivé : j'étais revenue uniquement pour elle, rien que d'évoquer l'existence de son ex me faisait bouillir le sang, et la voir triste me faisait mal, vraiment. S'en était même désagréable, car je n'avais absolument aucune idée de ce qu'il fallait faire pour réconforter quelqu'un. La plupart du temps, des mots... Ma présence... Ils palliaient. Là c'était différent, totalement. Mais il n'y avait rien de bizarre à cela, n'est-ce pas ? N'importe qui se sentirait mal en la voyant. Même Dan Il, c'est dire.

    Un petit soupir fila entre mes lèvres, une fois arrivée à cette conclusion. Je passai une main dans mes cheveux, en pinçant légèrement les lèvres.

    Fermer les yeux sur la vérité ne serait pas toujours efficace, pensais-je, avant de reporter mon attention sur Eun Hee, d'ailleurs j'ignorais ses excuses et ses menaces, sachant pertinemment que dans un moment pareil, elle cherchait seulement à déverser sa colère et son venin sur quelqu'un. C'était légitime, mais il était hors de question que ça soit moi qui en fasse les frais. Elle n'aurait qu'à pousser une gueulante au dortoir des S.O.W, quoique non pas le dortoir. Un endroit avec plein de monde, l'agence par exemple ? Elle pouvait peut-être se contenter d'un coup de téléphone, comme ça...

    Stop. J'étais vraiment en train de devenir ridicule pour le coup. « Tu l'as "appris" ? J'espère que c'était pas ma mère qui t'a mis au courant, et qu'elle n'essaie pas encore une fois de nous réconcilier... » Je fis la grimace à cette évocation, sa mère était stricte oui. Mais ce que j'avais appris depuis que j'étais séparée de sa fille, c'était qu'elle n'avait aucune espèce d'intention de me laisser filer. Même si ça ne la regardait pas le moins du monde de mon point de vue, c'était flatteur. Je secouai donc la tête lentement de gauche à droite :

    «  Non, ce n'était pas elle, ça fait d'ailleurs un petit moment qu'elle n'a plus tenté pareille entreprise.  » Dis-je en songeant au moment où j'avais carrément pensé changer de numéro pour être tranquille.

    Le fait qu'elle n'ai rien dit lorsque je l'ai emmenée à ma voiture m'avait un peu perturbé, sachant qu'elle était plutôt du style à négocier pendant des heures, quitte à arriver en retard, ou pire, à jouer à la forte tête et de totalement passer au dessus mon attention.
    Pas que j'avais spécialement envie qu'elle reconnaisse que je m'occupais d'elle hein. Pas du tout même... « Qu'est-ce que tu fais ?  » Je levais les yeux au ciel à cette question, trouvant pourtant la manœuvre évidente.

    «  Je te ballade un peu dans le parking, avec ton poignet je me suis dit que tu ne pouvais pas marcher non plus alors voilà. T'en penses quoi, la décoration est sympa, non ? » répondais-je en me moquant gentiment. Avant de la lâcher pour aller chercher de quoi la soigner un peu mieux : « Je sais pas si t'as remarqué mais c'est pas le bandage qui pose problème. » Je soupirai doucement, sortant la tête du coffre et refermant ce dernier, sentant que ça allait être bien plus ardu que le niveau de difficulté attendu. Je vois la voiture de son ex partir au loin et croise les bras, silencieusement, avant de lui dire : «  Je ne connais pas le remède pour ton autre mal, alors laisse moi faire ce qui est en mon pouvoir tu veux.  » Je mettais la main dans ma poche de derrière, appuyant un peu sur les bandages que j'avais rangé à l'intérieur, n'ayant pas abandonné l'idée.

    Il me fallut plisser les yeux pour remarquer qu'elle pleurait. Il aurait peut-être fallu d'ailleurs que je ne m'en rende pas compte, car cette vision me donna envie de jouer des poings. Poings que je n'avais pas utilisé depuis des années et qui prenaient la poussière. La maladie Miss Papillons avait plus de symptômes que ce que je pensais au final.
    Je soupirai alors de manière non discrète : « Tu y crois ? Après tout ce temps, il n'est même pas foutu de reconnaître sa culpabilité. Non mieux : c'est à cause de moi, la méchante mégère, qu'on peut pas être amis ! Y a qu'une personne qui nous a empêchés d'être un putain de couple d'ailleurs, et c'est pas moi !  » Je marchai en sa direction, et rouvrait la porte :

    «  Tu ne pourrais pas le maudire, assise à la place passagère ?  » demandais-je calmement. Elle prendrait sûrement ça pour du désintérêt, mais à mon plus grand désarroi, c'était le parfait contraire.

    Elle était en colère, blessée, et triste. Je ne voulais pas qu'en plus de cela, elle tombe malade.

    Mais las, je fermais la porte de ma voiture en remarquant qu'elle n'avait aucune intention de coopérer, il allait falloir que je change me plans. « Je suis désolée Nam Sun, je vais pas bien. On se verra au boulot. Merci quand même. » à cette réponse, je me massais les tempes, restant silencieux mais la rattrapant sans attendre, ne comptant pas la laisser partir, avec ma clé, je fermais à clé ma voiture de là où j'étais -prêt de celle d'Eun Hee-

    «  J'ai bien vu ça, que tu ne vas pas bien. C'est d'ailleurs la troisième raison qui me pousse à pas te laisser partir seule. Je viens avec toi. J'ai plus envie de conduire en fin de compte. dis-je en ouvrant sa portière et en m'installant, mettant ma ceinture sans attendre, histoire qu'elle ne tente pas de me virer encore. J'étais on ne peut plus sérieux qui plus est. Je me penchai en avant pour lui parler du côté où elle était, vu qu'elle n'était pas encore assise. Ne te fais pas arrêter sur le chemin hein, mes papiers sont restés dans ma voiture.  » Et ensuite, sans rien ajouter, je me redressais un peu, et posais mon regard au loin, croisant les bras sur mon torse.

    Pour quelle raison est-ce que je me donnais tout ce mal ?


Revenir en haut Aller en bas




je suis la star des backstages ; staff
Seo Eun Hee

Seo Eun Hee


je suis la star des backstages ; staff


•• Mes notes : 162
•• Métier : Manager des S.O.W

Eun Hee ; La violence ne résout rien.  Empty
MessageSujet: Re: Eun Hee ; La violence ne résout rien.    Eun Hee ; La violence ne résout rien.  EmptyVen 14 Mar - 19:38

TITRE :

 Eun Hee ; La violence ne résout rien.




 

Ma mère ne tente plus de me caser ? Pas vrai, je la connais depuis suffisamment longtemps pour savoir qu'actuellement un plan mijote dans sa tête. Je hausse les épaules à cette perspective, y a des gens qui changent pas. «  Je te ballade un peu dans le parking, avec ton poignet je me suis dit que tu ne pouvais pas marcher non plus alors voilà. T'en penses quoi, la décoration est sympa, non ? » D'habitude, j'aurais peut-être ri, parce que je pose des questions bizarres par moment. Je réponds d'une voix faible, laissant mon regard errer sur les différentes voitures. « Le décor vaut le coup d'oeil au moins... »

«  Je ne connais pas le remède pour ton autre mal, alors laisse moi faire ce qui est en mon pouvoir tu veux.  » Est-ce qu'il a besoin d'insister ? Nous avons vécu longtemps ensemble et il est censé savoir que je suis très peu agréable quand je suis en colère. Davantage si on insiste. « Tu peux rien faire Nam Sun, c'est pas de ta faute en tout cas et ça te regarde pas... plus... » Je me mords la lèvre en détournant un peu mon regard, me reprochant cette phrase maladroite. Je trouve drôle qu'il m'invite à nouveau à le rejoindre dans sa voiture, mais vu le geste qui suit j'acquis la conviction qu'il baisse les bras pour le coup. Tant mieux, parce que j'ai pas l'intention de le laisser faire le chauffeur. Ma fierté en prendrait un bon coup et j'ai besoin d'être seule. Pour ce dernier point, c'est visiblement raté. Je m'en rends compte dès que les bruits de ses pas arrivent à mes oreilles. «  J'ai bien vu ça, que tu ne vas pas bien. C'est d'ailleurs la troisième raison qui me pousse à pas te laisser partir seule. Je viens avec toi. J'ai plus envie de conduire en fin de compte.  » Troisième raison ? « Je veux bien croire que t'aies plus envie de conduire mais t'es pas assez malade pour venir avec mo... » Sans terminer ma phrase, je le suis du regard, pantoise. La ceinture mise, je me dis franchement qu'il a des soucis de mémoire. Au cas où il aurait oublié, je suis celle qui n'a pas de permis et qui ne l'aura très probablement pas. Ceci avec raison. «  Ne te fais pas arrêter sur le chemin hein, mes papiers sont restés dans ma voiture.  » Non, il me semble qu'il n'a pas oublié. Pourquoi donc ?

J'ouvre la portière en lui jetant un regard amusé : « T'es un peu suicidaire Nam Sun. Mais t'inquiète pas, les agents de police sont généralement très compréhensifs. ». Pourvu qu'on tombe pas sur une femme, j'ai aucun effet sur elles. Je monte à ses côtés, vérifiant si j'ai tout ce dont j'aurais besoin. A savoir mon sac à main, mon café et mes clés. « Commence même pas à me saouler et me dire que je dois conduire comme une grand-mère, on est déjà en retard pour le boulot, vaut mieux pas prendre 3 plombes. Oh et y a du café. » J'attache ma ceinture et déclenche le moteur. Je pose mes deux mains sur le volant, faisant semblant de ne plus avoir mal. Une fois dehors, j'inspire puis regarde Nam Sun. « Mon paquet de cigarette est dans ma poche droite, pourrais-tu me le donner ? » C'est mon poignet droit qu'est blessé après tout et l'autre main a sa place sur le volant. Je jette un regard légèrement désolé à Nam Sun. « Et oui, j'ai recommencé à fumer. »





Eun Hee ; La violence ne résout rien.  Icon210 Eun Hee ; La violence ne résout rien.  Icon010 Eun Hee ; La violence ne résout rien.  Icon310
▬ IF IT WAS MEANT TO BE THEN IT WILL HAPPEN ▬
Revenir en haut Aller en bas




je suis la star des backstages ; staff
Oh Nam Sun

Oh Nam Sun


je suis la star des backstages ; staff


•• Mes notes : 85
•• J'habite : Mapo-gu
•• Métier : Manager de Dan Il

Eun Hee ; La violence ne résout rien.  Empty
MessageSujet: Re: Eun Hee ; La violence ne résout rien.    Eun Hee ; La violence ne résout rien.  EmptyVen 14 Mar - 22:04

TITRE :

 Eun Hee ; La violence ne résout rien.




 


    « Tu peux rien faire Nam Sun, c'est pas de ta faute en tout cas et ça te regarde pas... plus...» Elle avait raison, et c'était ce que je me disais depuis que j'avais mis les pieds hors de ma voiture, cela n'avait plus rien à faire avec moi, il fallait que j'arrête de m'entêter, je devenais ridicule, vraiment. Ces quelques mots me firent le même effet qu'une douche froide, et sans y réfléchir vraiment, comme si je venais de me prendre un coup, je reculais. Pour quelle raison est-ce que la vérité me laissait un goût si amère hein ? Cela étant dit, je ne voulais pas qu'elle voit qu'elle m'avait touché. Je ne comptais pas abandonner ici, mais je restais silencieux après ça, ne trouvant pas utile d'ajouter quelque chose à ce qui était déjà évident.

    « Je veux bien croire que t'aies plus envie de conduire mais t'es pas assez malade pour venir avec mo... » Bien au contraire. J'étais complètement malade, car déjà installé aux côtés d'un danger de la route. Encore une fois, j'agissais sur un coup de tête, et ça allait me tenir éveiller cette nuit. Mais c'était la seule chose que je pouvais faire, et pour une raison que je prenais soin d'ignorer, je tenais vraiment à faire quelque chose pour elle.
    Je restais silencieux lorsqu'elle s'installait au volant. « T'es un peu suicidaire Nam Sun. Mais t'inquiète pas, les agents de police sont généralement très compréhensifs. » Je lui jetais un regard en biais, et haussais les épaules, ne faisant pas attention à sa remarque au propos de la police, et au sous-entendu à peine masqué, également.

    «  C'est ce que je me suis dit en entrant, mais je suis là, faut croire que ça ne me fait pas tant peur que ça. Ou que j'ai une raison solide de le faire.  » affirmais-je calmement, sans pour autant la regarder directement.

    « Commence même pas à me saouler et me dire que je dois conduire comme une grand-mère, on est déjà en retard pour le boulot, vaut mieux pas prendre 3 plombes. Oh et y a du café. » Surpris, je tournais presque aussitôt la tête vers elle, avant de soupirer longuement. Et de m'enfoncer dans mon siège, secouant lentement la tête de gauche à droite.

    «  A l'avenir, évite de m'agresser alors que je n'ai rien dit du tout, c'est presque vexant. Je n'ai pas soif, merci. » demandais-calmement, avant de laisser mon regard vagabonder au loin. C'était bizarre, mais j'avais l'impression d'être amère car quoique je fasse, ça ne changerait pas un facteur important. Je n'étais pas son premier amour. Je tournais la tête vers elle et l'observait discrètement. Elle envisageait peut-être d'arranger les choses ? Sa colère, à mes yeux, ne signifiait pas qu'elle le haïssait. Plutôt qu'elle était profondément blessée. Je ne savais pas ce qu'elle avait en tête, et je n'étais pas certain de vouloir le savoir. Après tout, comme elle l'avait si bien dit, ça ne me regardait plus.

    « Mon paquet de cigarette est dans ma poche droite, pourrais-tu me le donner ? » Je sursautai presque à cette demande : «  Où ça tu dis ?  » Et ensuite, sans attendre sa réponse, je baissais la tête vers sa poche de jean, priant pour que ça ne soit pas là, mais la petite bosse rectangulaire me contredit.
    Ma gorge devint sèche d'un coup, alors que je la regardais avec des yeux ronds comme des billes. «  Tu tiens vraiment à fumer maintenant ? On va arriver rapidement...  » Inconsciemment, mon regard se posait sur son poignet blessé, et je comprenais que oui, si elle voulait fumer, je n'avais pas mon mot à dire, après tout, je m'étais incrusté. Cette prise de conscience ne m'aida pas pour autant à me sentir plus à l'aise. «  Je vais le faire, ça va.  »

    La teinte rose de mes joues le prouvait sûrement d'ailleurs. Je serrais le poing et allais glisser ma main dans la poche de son jean, étrangement trop concentré. Je voulais que ça finisse vite. Très vite. Sauf que je n'étais pas dans la meilleur position pour faire ça « vite » et en remontant ma main, je me la coinçais, si je continuais sur cette lancée, nous allions être deux avec le poignet en miettes. Génial. Je m'efforçais de ne pas trop bouger, pour qu'elle ne se rende pas compte de l'embarras qui était le mien, je tenais le paquet du bout des doigts, mais j'étais... coincé.  « Et oui, j'ai recommencé à fumer. » Oh ça, c'était le dernier de mes soucis pour le moment.

    Je cachais mes yeux de ma main libre et secouais la tête de gauche à droite, vraiment gêné : «  Eun Hee, je suis...» La poisse, vraiment.



Revenir en haut Aller en bas




je suis la star des backstages ; staff
Seo Eun Hee

Seo Eun Hee


je suis la star des backstages ; staff


•• Mes notes : 162
•• Métier : Manager des S.O.W

Eun Hee ; La violence ne résout rien.  Empty
MessageSujet: Re: Eun Hee ; La violence ne résout rien.    Eun Hee ; La violence ne résout rien.  EmptySam 22 Mar - 23:43

TITRE :

 Eun Hee ; La violence ne résout rien.




 

Au moment même où je l'avais vu, je n'étais pas éloignée de penser qu'il devrait s'inquiéter pour moi. A présent, quand il parle de "raison solide" qui le pousse à m'accompagner, je ressens l'intense conviction qu'il veut être là pour moi. Je souris doucement puis me penche pour embrasser sa joue avant de me reculer. « T'es un amour. » Mais même cette tendresse éphémère n'efface pas ma douleur. Et je sais que je suis extrêmement chiante quand je suis énervée. «  A l'avenir, évite de m'agresser alors que je n'ai rien dit du tout, c'est presque vexant. Je n'ai pas soif, merci. » Bon Dieu, il a raison mais j'en ressens pas de culpabilité. C'est grave. Le mieux serait de ne pas beaucoup parler je suppose, sinon je risque de le vexer alors qu'il est la dernière personne qui le mériterait.

Si ma mère était là, elle aurait dit que fumer n'était pas très féminin mais j'en ai urgemment besoin d'une clope, je m'en fiche un peu de ce qu'elle pourrait en penser. Puis elle n'est pas censée le savoir. A moins que Nam Sun en perd un mot mais je lui fais confiance de ce côté-là. Le truc, c'est que dans mon état et ma position, j'ai du mal à sortir mon paquet de cigarettes de ma poche. Déjà, je porte un slim et j'imagine, d'ailleurs, que le paquet soit un peu écrabouillé. Mais j'ai le droit d'espérer que les clopes sont intactes. Nam Sun étant juste à mes côtés, je lui demande de me le passer. Il me pose d'abord une question mais je vois bien qu'il décide de se débrouiller avant même que je n'ouvre la bouche. Je me concentre donc à nouveau sur le trajet, voulant éviter les dégâts un max puisque c'est deux vies que je mettrais en péril si j'étais imprudente comme d'habitude. «  Tu tiens vraiment à fumer maintenant ? On va arriver rapidement...  » Je m'apprête à confirmer ses dires mais je suis son regard et comprends qu'il va effectivement agir. «  Je vais le faire, ça va.  » J'oublie presque la présence de sa main dans ma poche mais c'est sa voix - qui me semble cassée - qui se fait entendre. «  Eun Hee, je suis...» Il est quoi ? Je baisse les yeux vers sa main. « Qu'est-ce que tu fabriques ? » Le teint de ses joues me fait comprendre.

Bon d'accord, il est rentré dedans tout seul mais c'est de ma faute aussi, on va donc se démerder ensemble. Tout en gardant un oeil sur la route, je m'empare de son poignet de ma main gauche. C'est peu pratique mais l'autre main est hors-service. Me sachant pas trop forte, je tire puissamment sur sa main. Quelle grosse galère ! Mais c'était un peu exagéré : nos deux mains ainsi que le paquet de cigarettes finissent sur ma poitrine. Je grimace par réflexe mais récupère assez vite l'objet, ne tardant même pas à m'allumer une clope. Pas du tout gênée par ce contact. « T'en veux une ? » Je me redresse en plissant légèrement les yeux, ayant toujours mal. Je lui lance un regard furtif en souriant : comme je le connais, il est très probablement mal à l'aise. «  Sois pas gêné, c'est rien. »





Eun Hee ; La violence ne résout rien.  Icon210 Eun Hee ; La violence ne résout rien.  Icon010 Eun Hee ; La violence ne résout rien.  Icon310
▬ IF IT WAS MEANT TO BE THEN IT WILL HAPPEN ▬
Revenir en haut Aller en bas




je suis la star des backstages ; staff
Oh Nam Sun

Oh Nam Sun


je suis la star des backstages ; staff


•• Mes notes : 85
•• J'habite : Mapo-gu
•• Métier : Manager de Dan Il

Eun Hee ; La violence ne résout rien.  Empty
MessageSujet: Re: Eun Hee ; La violence ne résout rien.    Eun Hee ; La violence ne résout rien.  EmptyDim 23 Mar - 0:42

TITRE :

 Eun Hee ; La violence ne résout rien.




 


    Le baiser qu'elle me fit sur la joue me chatouilla, mon cœur s'emballa, et mon sang ne fit qu'un tour avant de venir me faire rosir légèrement. Il fallait qu'elle arrête, vraiment. L'affection qu'elle me portait au détour de certain gestes me faisaient me sentir comme un adolescent de 15 ans, et je trouvais cela parfaitement ridicule. J'avais horreur des personnes qui montaient sur leurs grands chevaux pour rien du tout. Je n'en faisais pas partie, et ça n'était pas prêt de changer, peu importe l'effet bizarre qu'elle pouvait avoir sur mon corps. « T'es un amour. » Ah bah oui, bien sûr. Elle n'avait qu'à faire ça tant qu'à faire. Volontairement, j'ignorais ces quelques mots, me redressant correctement sur le siège, croisant les bras. Je lui jetai cela-dit, un petit coup d’œil pour la voir sourire, et soufflai soulagé. Même si elle n'était pas complètement détendue, je sentais qu'il y avait du mieux.

    Prenant conscience de ce que j'étais en train de faire et de ce à quoi je penser, je tournais vivement la tête, vers la fenêtre, préférant m'intéresser au paysage de béton, à l'extérieur. Elle me rendait vraiment malade, je ne savais pas comment elle s'y prenait, mais j'avais l'impression d'avoir attrapé la crève : migraines, maux de ventre, manque de sommeil, d'appétit, cœur fragile... Ou peut-être est-ce que je faisais une indigestion à quelque-chose ?
    Fort probable. Il faudrait que je me laisse un peu de temps pour aller chez le médecin, la semaine prochaine.

    Du moins, si je ne décédais pas avant. J'avais honte, tellement honte de la situation, que la première entrée d’égout aurait fait un parfait abris. J'avais la main coincée dans sa poche de jean. Littéralement. Complètement. Jusqu'au poignet. Quelle idée de porter un pantalon aussi serré aussi ! Quelle idée de fumer ! En voiture en plus. Elle qui n'était pas capable de faire attention à elle, en ayant les deux mains sur le volant, elle tentait de se tuer, et moi avec ?
    Bon, là n'était pas la question. L'embarras me rendait de mauvaise foi en plus. « Qu'est-ce que tu fabriques ? » Mes traits se durcissaient, tandis que je plissais les yeux :

    « Je calcule la circonférence de la poche de ton jean, c'est évident, non ?  » demandais-je en lui offrant mon regard le plus blasé et las que j'avais en stock.

    Je n'ajoute rien à cela, trouvant le message implicite, très clair. Et attends plutôt qu'elle se décide à me filer un coup de m... à m'aider. Je grimaçai lorsqu'elle commença à tirer sur mon avant-bras, et ce n'était pas tant à cause de la douleur, mais plutôt à cause de celle qu'elle devait ressentir elle aussi, et ce, par ma faute, pour le coup.

    «  Arrête, c'est bon je vais... Enfin, tu vas te faire mal, laisse... Si je fais...Ben non. » Après tout, je pouvais bien rester la main dans son pantalon jusqu'à l'agence hein ? Bien sûr, évidemment.
    Nam Sun, tu touches le fond.

    J'avais essayé de pousser un peu sur mes pieds pour pouvoir me relever sur mes jambes et me dépatouiller tout seul, mais tout ce que je réussi à faire se résuma à... rien du tout. Gêné, je m'asseyais correctement, et regardais de nouveau par la fenêtre, comme si ma main gauche n'était pas coincée dans la poche de jean de mon ex-femme.
    Fastoche.

    Eun Hee, fidèle à elle-même, continua de tirer, et elle parvint à me sortir de là. Maintenant, je n'avais plus ma main dans sa poche non. Elle était sur sa poitrine. Doux Jésus Marie Joseph, que Dieu me garde. « T'en veux une ? » Ne comprenant pas de quoi elle parlait, je tournais la tête vers elle, et me rendit compte que je n'avais pas enlevé... Hop, main rangée, sous mes fesses. Dignité en soin intensif, et Ego en thérapie de groupe avec Fierté. Tout allait désormais pour le mieux. De mon autre main, je venais ébouriffer mes cheveux, tentant de dissiper le malaise. « Sois pas gêné, c'est rien. » Je me pinçai les lèvres, détournant le regard pendant un court instant, exaspéré. Il fallait que je sorte de cette voiture. Rapidement. J'allais faire un arrêt cardiaque si ça continuait. Voilà à rajouter à la liste de mes symptômes. De la tachycardie. Comment pouvait-elle UNE seconde imaginer que c'était de l'amour hein ?

    Miss Papillon, des clous.
    Cela dit, j'avais bien vu que cet incident lui avait fait mal. «  Eun Hee, tu devrais t... Attendez une petite minute. Médusé par ce que je venais de voir, je pointais l'index vers le haut du pare-brise. Tu viens de griller un feu rouge. Tu ne l'as pas vu, t'es pas daltonienne pourtant. Heureusement, la police ne semble pas être dans le coin. Gare toi, allez. T'es pas en état. demandais-je en soupirant, espérant vraiment que cette fois, elle allait coopérer. Si tu as un rendez-vous journalier avec les flics, il aurait été judicieux de me le dire avant que je te suive. Et je ne fume pas. » Moi, jaloux ? Pas du tout. Seulement préoccupé par ma survie et par la sienne.

    Et un peu jaloux aussi.




we're afire love
Hold me in your arms the way you did last night. And we'll lie inside for a little while, here oh. I could look into your eyes until the sun comes up and we're wrapped in light, in life, in love ------------------------------- ♘ .ReedNight
Revenir en haut Aller en bas




je suis la star des backstages ; staff
Seo Eun Hee

Seo Eun Hee


je suis la star des backstages ; staff


•• Mes notes : 162
•• Métier : Manager des S.O.W

Eun Hee ; La violence ne résout rien.  Empty
MessageSujet: Re: Eun Hee ; La violence ne résout rien.    Eun Hee ; La violence ne résout rien.  EmptyLun 24 Mar - 20:07

TITRE :

 Eun Hee ; La violence ne résout rien.




 

J'ai droit à son "Je calcule la circonférence de la poche de ton jean", comme petit trait d'humour. J'ai presque envie d'y répondre mais il ne faut pas pousser non plus. Mieux vaut-il tirer sur sa main pour la sortir de ma poche, il n'a pas l'air très content de comment je m'y prends et ses protestations me le confirment. Mais il n'y a pas d'autres alternatives que de tirer dessus jusqu'à ce que... sa main finisse sur ma poitrine. Il met du temps à se rendre compte que ce n'est pas un coussin qu'il peut toucher comme bon lui semble, mais ça me fait intérieurement rigoler parce que je sais qu'il doit être perturbé car peu habitué à ce contact. J'allume la clope non sans ouvrir la fenêtre, pour ensuite me concentrer totalement sur la route.

«  Eun Hee, tu devrais t...  Tu viens de griller un feu rouge. Tu ne l'as pas vu, t'es pas daltonienne pourtant. Heureusement, la police ne semble pas être dans le coin. Gare toi, allez. T'es pas en état. » Je suis son regard avant de reporter mon attention brièvement sur lui. «  On s'en fiche. » Et oui, heureusement qu'aucun policier n'était témoin de la scène. «  Mais veux-tu te calmer ? Le ciel ne va pas s'écrouler parce que j'ai grillé un feu rouge. » Je tique à sa dernière remarque et lui lance un regard noir, expliquant sur le ton de la détermination : «  Ma voiture, mes règles. T'as intérêt à le retenir si tu veux pas que je te laisse sur le bord de la route. » Il est hors de question que je lui cède la place du conducteur.

« Si tu as un rendez-vous journalier avec les flics, il aurait été judicieux de me le dire avant que je te suive. Et je ne fume pas. » Je pensais pourtant qu'il était là en connaissance de causes. Et puis merde, je suis outrée et il ne fait que rajouter des couches pour que je le sois encore plus. Je tourne ma tête en sa direction pour affirmer sur un ton calme : «  T'as tes règles ? » La seconde après je regrette déjà ce que je viens de dire, c'est pour lui un peu trop familier je suppose. Il n'est pas adepte des insultes et est resté correct avec moi. Je jette un rapide coup d'oeil vers lui. «  Désolée, je ferais plus attention à ce que je dis. Prom- PUTAIN ! » Un quart de seconde, j'ai détaché mon regard un quart de seconde de la route et un stupide oiseau a surgi de je ne sais où devant mes yeux. C'est par réflexe que j'ai braqué le volant avec force pour l'éviter, quoique je pense pas que ce soit réellement nécessaire. Résultat : la voiture avait fini au bord de la route. Non pire : j'ai même pas le temps d'être choquée, de demander à Nam Sun s'il va bien ou même d'insulter le mec qui me demande si j'ai besoin d'aide, tellement j'ai mal au poignet. Cette fois, je crois avoir vraiment trop forcé. Je manque d'hurler de douleur et sors de la voiture sans perdre une seconde. «  Merde-merde-MERDE ! » Et je ne dis ça que parce que j'avais promis de faire attention à mon vocabulaire. J'enlève avec précaution le bondage qui, comme l'avait prédit Nam Sun, ne tient plus pour observer ma main. C'est légèrement plus gonflé que ce matin. Il y a vraiment des jours où il vaut mieux ne pas se lever.





Eun Hee ; La violence ne résout rien.  Icon210 Eun Hee ; La violence ne résout rien.  Icon010 Eun Hee ; La violence ne résout rien.  Icon310
▬ IF IT WAS MEANT TO BE THEN IT WILL HAPPEN ▬
Revenir en haut Aller en bas




je suis la star des backstages ; staff
Oh Nam Sun

Oh Nam Sun


je suis la star des backstages ; staff


•• Mes notes : 85
•• J'habite : Mapo-gu
•• Métier : Manager de Dan Il

Eun Hee ; La violence ne résout rien.  Empty
MessageSujet: Re: Eun Hee ; La violence ne résout rien.    Eun Hee ; La violence ne résout rien.  EmptyMar 25 Mar - 10:49

TITRE :

 Eun Hee ; La violence ne résout rien.




 


    Cela ne faisait même pas vingt minutes que j'étais dans sa voiture, et j'avais réussi à coincer ma main dans sa poche de jean, à lui toucher la poitrine et elle, à griller un feu rouge.

    On battait des records, sincèrement.
    L'incident «poitrine», je préférais le laisser derrière, et espérais qu'elle ne trouverait pas malin d'en reparler plus tard.
    Non franchement Eun Hee, abstient toi.

    Un long soupir fila entre mes lèvres alors que je l'observais du coin de l’œil, silencieux. Qu'est-ce que j'aurai bien pu ajouter de toute manière ? A mon sens, tout était dit. Eun Hee ne faisait que me donner raison avec sa réaction -attendue, au demeurant-, et ce, peu importe ô combien elle pouvait être de mauvaise foi face à mes remarques. Il était pourtant évident que nous courrions au devant des problèmes si elle s'entêtait à vouloir conduire. Franchement, pourquoi est-ce que personne ne voyait que je me donnais du mal pour arranger les choses ? Je n'étais pas en demande d'attention, pas du tout, et j'avais autre chose à faire que fliquer mon entourage. Si je me préoccupe du bien-être de certaines personnes, il y a une raison, c'est l'évidence même. J'ai une vie moi aussi.

    «  On s'en fiche. » Je laissais ma tête tomber en avant, comme si on venait de me frapper sur la nuque. Je penchais alors celle-ci sur le côté, et la regardais : « Tu t'en fiches.  » Rectifiais-je, déjà fatigué nerveusement avant même que la journée n'ait commencée. Elle était vraiment terrible, têtue et épuisante. Elle était en colère, certes, je sentais encore l'électricité dans l'air. Mais il était hors de question que je laisse Madame se foutre en l'air, et moi avec. Désolé, c'était trop me demander.

    «Mais veux-tu te calmer ? Le ciel ne va pas s'écrouler parce que j'ai grillé un feu rouge. » Je ne la quittais pas des yeux, mais n'ajoutais rien. Je n'exagérais pas le moins du monde à mon sens, c'était elle qui était trois fois trop inconsciente. Seulement ça, elle devrait s'en rendre compte elle-même pour comprendre que je ne raconte pas de bêtises. Si je devais citer un défaut, ce serait bien ça.

    Tant qu'elle n'était pas au pied du mur, elle jouait la sourde oreille. Mes recommandations pour qu'elle évite d'en arriver à un point si extrême ?
    Elle n'en avait strictement rien à cirer.
    Je ne cillais pas face à son regard meurtrier : «  Ma voiture, mes règles. T'as intérêt à le retenir si tu veux pas que je te laisse sur le bord de la route. » J'arquais un sourcil, loin d'être effrayé par la menace. Cela dit, je ne voulais pas envenimer la situation.

    « Je me tais, fais ce que tu veux. N'oublie juste pas une chose. Je me pointais du doigt, en posant mon pouce sur mon torse : Ma vie.  » Je savais bien que nous ne finirions pas dans le décor, je tenais juste à ce qu'elle n'oublie pas que j'étais là moi aussi. Si elle ne voulait pas le faire pour elle, qu'elle essaie au moins pour moi.

    «  T'as tes règles ? » « Charmant.  » répondis-je, du tac au tac presque. Je déglutissais péniblement, et concentrais mon regard sur la route, préférant ne rien ajouter. «  Désolée, je ferais plus attention à ce que je dis. Prom- PUTAIN ! » L'oiseau me surpris, moi aussi, comme le coup de volant d'ailleurs. Je grimaçais en tenant la ceinture qui m'avait coupé la respiration pendant une bonne seconde, et quand j'ouvrais les yeux... Nous étions dans le décor.

    Ne m'attardant pas sur ce fait plus longtemps, je me détachais et sortais de la voiture en vitesse. «  Merde-merde-MERDE ! » Je faisais le tour de la voiture au pas de course, attrapais Eun Hee par les épaules, et la dirigeais vers le siège passager, et cette fois sans lui laisser le choix. Je claquais la porte, et retournais prendre place, derrière le volant.

    « Tu es complètement inconsciente, vraiment. Tu étais sur la route là, ton poignet aurait été un soucis minime, si tu t'étais fait rentrer dedans. Je soupirais, plus agacé et éprouvé que ce que j'aurai imaginé. Maintenant, tu arrêtes de discuter et tu me laisses faire.  » dis-je ferme. Elle me crierait dessus autant qu'elle voudrait. Une fois que j'aurai fais un bandage digne de ce nom à son poignet qui n'avait pas dû apprécier le choc.

    Je mettais en premier lieu les warnings de la voiture, me relevais ensuite sur mes pieds, et sortais les bandages que j'avais rangé dans ma poche, avant de monter tout à l'heure. Je regardais autour de moi, et trouvais une petite bouteille d'eau. Je tendis le bras pour l'attraper, et humidifia un peu les bandages. Doucement, j'attrapais ensuite sa main et la levais, passant les bandelettes autour de son poignet, évitant le pouce. Je réitérais la chose trois fois, sans pour autant serrer trop fort et je fermais le tout, en faisant glisser le petit bout de bande en dessous de son « pansement de fortune ».

    «  Voilà qui est un peu mieux. Fais y attention, avec ce coup de volant que tu viens de donner, ça ne risque pas d'aller en s'arrangeant. Ce n'est pas trop serré ? Je posais ensuite les mains sur le volant, et fermais les yeux, inspirant un bon coup. Je ne souhaitais pas la forcer après tout, si elle y tenait vraiment. Tu me laisses conduire ?  » Oui, je préférais qu'elle me donne la permission elle-même, pour éviter les représailles, plus tard.




we're afire love
Hold me in your arms the way you did last night. And we'll lie inside for a little while, here oh. I could look into your eyes until the sun comes up and we're wrapped in light, in life, in love ------------------------------- ♘ .ReedNight
Revenir en haut Aller en bas




je suis la star des backstages ; staff
Seo Eun Hee

Seo Eun Hee


je suis la star des backstages ; staff


•• Mes notes : 162
•• Métier : Manager des S.O.W

Eun Hee ; La violence ne résout rien.  Empty
MessageSujet: Re: Eun Hee ; La violence ne résout rien.    Eun Hee ; La violence ne résout rien.  EmptyMer 2 Avr - 21:46

TITRE :

 Eun Hee ; La violence ne résout rien.




 

Cette journée débutait mal et c'est sur cette lancée que ça se poursuivait. Je dis rien quand il relève le fait que je sois la seule à n'en avoir rien à faire du feu rouge grillé, estimant qu'il avait raison. Mais quand il parle de sa vie, c'est un gros choc. Est-ce du sarcasme, me suis-je montrée de si mauvaise humeur ou craint-il vraiment d'être tué ? Pas le temps de se préoccuper de ça parce qu'on a, en quelque sorte, échappé à la mort. Putain d'oiseau. Nam Sun me laisse même pas le loisir de m'expliquer, je finis trop vite dans la voiture mais dans le siège passager. « Tu es complètement inconsciente, vraiment. Tu étais sur la route là, ton poignet aurait été un soucis minime, si tu t'étais fait rentrer dedans. Maintenant, tu arrêtes de discuter et tu me laisses faire.  » Je fronce légèrement les sourcils, trouvant ça presque ridicule. « Tu préférerais que j'en sois tellement pétrifiée, de cet accident, que je ne voudrais plus jamais conduire ? » Quelle ne fut pas ma surprise de constater qu'il a un pansement sur lui, après on raconte que c'est moi qui suis têtue...

Puis, mon seul geste est de l'observer, les yeux rivés sur son visage. C'est plus fort que moi, je le laisse faire sans bouger ne serait-ce que d'un millimètre. Avant qu'il ait fini, j'approche mon visage du sien pour demander calmement et sincèrement : « T'es si beau... et attentionné. Je me demande pourquoi rien ne s'est jamais passé entre nous quand on vivait ensemble. » Petit sourire. C'est une question que je ne cesse de me demander, étant une femme qui fait du gringue aux hommes qui lui plaisent sans se poser des questions. Il déroge clairement à la règle, lui. «  Voilà qui est un peu mieux. Fais y attention, avec ce coup de volant que tu viens de donner, ça ne risque pas d'aller en s'arrangeant. Ce n'est pas trop serré ? » Je secoue la tête à l'instar d'un petit enfant mais détourne la tête en réponse à sa prochaine question. Qu'il conduise s'il le souhaite, je m'en fiche. « T'es vraiment casse-couille par moment mais fais ce que tu veux. » Je me redresse pour attacher ma ceinture tandis qu'un flot d'insultes se déverse. Puis rien du tout. Silence total que je mets à profit pour contempler le bandage. Cet idiot, pourquoi il se donne tant de mal alors qu'il pourrait très bien être ailleurs. Je sais pas quelle est la nature du lien que nous avons tissé mais je la pensais superficielle, que l'on pourrait briser n'importe quand sans que ça nous touche tous les deux. Nam Sun me donne constamment de quoi en douter.

Ce qui gêne le plus mes réflexions, c'est que j'arrive jamais à une conclusion, à un truc persuasif. Constatant que c'est pareil cette fois, j'essaie de concentrer mon activité à distinguer les marques de voitures passant par-là quand la sonnerie de mon portable me tire de mes pensées. Je crois que c'est un des bébés qui appelle ou alors quelqu'un de l'agence mais non, c'est mon ex. Répondre à cet appel sera le début des emmerdes. Je souris, incrédule, avant de lancer l'appareil par la fenêtre pour le regarder s'écraser sous les roues d'une voiture. Ça fait tellement du bien. Je retiens ma fureur pour ne pas devenir plus insupportable avec Nam Sun que je ne le suis déjà, mais quand un détail me vient en pensée, je claque ma main contre mon front. « Tous les numéros de boulot, mes photos avec les SOW et mes rendez-vous étaient dedans. Si je loupe un contrat important à cause de ça, je vais jamais me pardonner. Comment t'as pu me laisser réagir comme ma grand-mère qui déteste les technologies ? » Je me mords violemment la lèvre inférieure, me répétant en boucle dans ma tête "comporte-toi un minimum comme une lady".





Eun Hee ; La violence ne résout rien.  Icon210 Eun Hee ; La violence ne résout rien.  Icon010 Eun Hee ; La violence ne résout rien.  Icon310
▬ IF IT WAS MEANT TO BE THEN IT WILL HAPPEN ▬
Revenir en haut Aller en bas




je suis la star des backstages ; staff
Oh Nam Sun

Oh Nam Sun


je suis la star des backstages ; staff


•• Mes notes : 85
•• J'habite : Mapo-gu
•• Métier : Manager de Dan Il

Eun Hee ; La violence ne résout rien.  Empty
MessageSujet: Re: Eun Hee ; La violence ne résout rien.    Eun Hee ; La violence ne résout rien.  EmptyJeu 3 Avr - 16:59

TITRE :

 Eun Hee ; La violence ne résout rien.




 


    Elle mettait mes nerfs à rude épreuve. Et j'étais quelqu'un de naturellement patient et calme, Seo Eun Hee avait donc un certain niveau, il fallait le dire. C'était à croire qu'elle trouvait ça amusant de m'inquiéter. Peu importe la raison qui me rendait ainsi au fond, que ça soit son statut obscur de Miss Papillon ou l'absence notoire de tout instinct de survie chez elle. Je n'exagérais pas, je me faisais du soucis, et il allait falloir qu'elle s'y fasse, car si je n'arrivais pas à faire quelque-chose contre ça, il était évident qu'elle échouerait également. Après l'avoir ramenée en voiture, je la sermonne comme j'en ai le secret. Tout ce qu'elle trouve à me répondre ne m'apaise en rien. « Tu préférerais que j'en sois tellement pétrifiée, de cet accident, que je ne voudrais plus jamais conduire ? » Un long silence suit ces quelques mots, avant que je ne soupire profondément, blasé.

    « Ce serait rendre un service à tes pairs que de décider cela, oui. dis-je sérieusement. Mais ne soit pas idiote, et ne me fais pas dire ce que je n'ai pas dis. » terminais-je, avant de me concentrer à nouveau sur son poignet et lui refaire son bandage. Au moins, durant le reste de la journée, elle pourrait se péter tout ce qu'elle voulait, mais son poignet lui, n'encaisserait pas plus de choc.

    Je sentais le regard de Eun Hee se faire plus insistant, ce qui en devint presque gênant, alors je levai la tête entrouvrant la bouche, prêt à lui dire de me laisser un peu d'air. Seulement, je ne m'attendais pas à ce qu'elle soit si proche, et si sérieuse. Je ne reculai pas cela dit, et me contentais de déglutir avec peine, plantant mon regard dans le sien. « T'es si beau... et attentionné. Je me demande pourquoi rien ne s'est jamais passé entre nous quand on vivait ensemble. » Le rouge me monta aux joues, et ne je trouvais rien à répondre sur le moment. Je me perdis dans la contemplation de ses traits fins. Elle était si sérieuse que j'en perdais mes moyens.
    Ma main lâchait la sienne et remontais jusqu'à sa joue, l'autre fit de même, et vint encadrer son visage. J'étais comme passé en conduite automatique, et sans y réfléchir plus que cela, je me penchais légèrement en avant et approchais mon visage du sien. Mes yeux se fermèrent à moitié et je prenais une profonde inspiration, frôlant ses lèvres. Mon cœur battait très fort, je n'entendais qu'à peine ma petite voix intérieure qui me disait :

    Bon sang, Nam Sun qu'est-ce que tu fiches ?!

    Je sursautais, retrouvant mes esprits. Mes yeux bels et bien ouverts, je baissais la tête légèrement, évitant le regard de Eun Hee qui ne devait sûrement rien comprendre. Je frissonnais légèrement, perturbé par la proximité soudaine. J'étais le fautif, oui, mais il fallait qu'elle arrête de me rendre ainsi.

    «  Pardon, c'est gênant. Mais ne me regarde plus ainsi, s'il te plaît.  » demandais-je, calmement.

    Ce n'était pas moi. Je me redressais, rouge de gêne et posais mes mains sur le volant, soufflant un : «zut » à peine audible.
    Je ne tiquais même pas lorsqu'elle me qualifiait de «casse-couille », faisais marche arrière et reprenais la route.
    Préoccupé comme je l'étais, je ne prêtais même pas attention à la sonnerie de son téléphone. Il fallait que je retrouve figure humaine, et que je calme mon cœur, vraiment. Je sortais de mes pensées en entendant un bruit de claquement. « Tous les numéros de boulot, mes photos avec les SOW et mes rendez-vous étaient dedans. Si je loupe un contrat important à cause de ça, je vais jamais me pardonner. Comment t'as pu me laisser réagir comme ma grand-mère qui déteste les technologies ? » Je jetais un œil rapide à la fenêtre ouverte, et comprenais rapidement la situation.

    «  Je ne vois pas en quoi c'est ma faute au juste. Qu'est-ce que je peux faire pour t'aider ? Les rendez-vous, tu les enregistres aussi autre part, non ? Tu veux que je fasse demi-tour ? On est déjà très en retard de toute façon. Je ralentissais à nouveau, et me rangeais sur la bande d'arrêt d'urgence, allumant de nouveau les warnings : Bon, on fait quoi ? Oh, et on n'est jamais trop prudent. Je fermais les portes, pour parer à la possibilité qu'elle sorte de la voiture pour aller récupérer ce qui était récupérable. Tu n'as pas l'air très terrifiée, sait-on jamais.  » ajoutais-je calmement, en faisant référence à ses mots d'un peu plus tôt.




we're afire love
Hold me in your arms the way you did last night. And we'll lie inside for a little while, here oh. I could look into your eyes until the sun comes up and we're wrapped in light, in life, in love ------------------------------- ♘ .ReedNight
Revenir en haut Aller en bas




je suis la star des backstages ; staff
Seo Eun Hee

Seo Eun Hee


je suis la star des backstages ; staff


•• Mes notes : 162
•• Métier : Manager des S.O.W

Eun Hee ; La violence ne résout rien.  Empty
MessageSujet: Re: Eun Hee ; La violence ne résout rien.    Eun Hee ; La violence ne résout rien.  EmptyJeu 17 Avr - 21:48

TITRE :

 Eun Hee ; La violence ne résout rien.




 

C'est vrai qu'après ce qui vient de se passer, ses mots prennent sens à mes yeux. Mais je trouve exagéré qu'il veuille que je conduise plus, je rendrais un service à mes pairs en le décidant ? J'espère que c'est de l'humour. Je me renfrogne. « D'accord, je suis peut-être nulle mais je préfère être quelqu'un qui essaie et qui était nul à quelqu'un qui n'était jamais nul du tout... » Je le quitte des yeux, réalisant que je lui donne raison en quelque sorte et que je dis du n'importe quoi surtout. Innocemment, je l'observe mettre le bondage. De mon point de vue, il s'affaire avec plus de précautions que le médecin lui-même. La remarque que j'ai faite à propos de son apparence et le fait de ne jamais avoir succombé à une quelconque attirance sexuelle alors que nous avons habité la même maison, me semblait sans grand intérêt. Mais plus les secondes passent, moins j'en suis sûre et plus je prends conscience de l'énormité de l'information. Énorme parce qu'il m'a jamais touchée auparavant, pas volontairement. Entre nous deux, c'est sans doute moi la plus tactile.

Alors que lui agit comme si je n'étais pas son ex femme, je suis là à me demander si j'ai  vraiment vu ce que je viens de voir. Ses mains devraient sentir la chaleur de mes joues puis au moment même où je sens son haleine fraîche contre mon visage, je cesse le brainstorming et ferme les yeux. Réalisant tout à coup que j'avais attendu un moment pareil depuis si longtemps. Il recule subitement et mon regard se fait un peu triste, définitivement frustré. Merde, suis-je vraiment déçue ? «  Pardon, c'est gênant. Mais ne me regarde plus ainsi, s'il te plaît.  » Le regarder comment ? Ha ! Serais-je enfin arrivée à le séduire, d'une façon ou d'une autre ? Je cligne plusieurs fois les yeux en me redressant, réellement étonnée de son geste et de ma réaction. « Ce sentiment, je le connais. C'est un peu comme quand je mange beaucoup de glaces et que ma cuillère heurte le fond de la boite. » Je fronce les sourcils en laissant ma main se perdre dans mes cheveux. Honte sur moi, pourquoi un geste aussi chaste me fait-il rougir ?

J'ai assez de problèmes de toute façon, le portable que j'ai balancé par la fenêtre par exemple. «  Je ne vois pas en quoi c'est ma faute au juste. Qu'est-ce que je peux faire pour t'aider ? Les rendez-vous, tu les enregistres aussi autre part, non ? Tu veux que je fasse demi-tour ? On est déjà très en retard de toute façon. » Je secoue la tête, lui faisant comprendre que mon téléphone était vraiment THE outil de travail. J'ai envie de m'allumer une cigarette mais à peine ma main sur la portière que Nam Sun la ferme. Je soupire en me tournant vers lui. «  Bon, on fait quoi ? Oh, et on n'est jamais trop prudent. Tu n'as pas l'air très terrifiée, sait-on jamais.  » Blasée, je réponds en le citant : « Pourquoi tu demandes ça à moi ? Je suis complètement inconsciente. » Je prends néanmoins le temps de la réflexion, reposant ma tête sur son épaule. « Je veux pas être seule, revenir chez moi me botterait pas. Je finirais sans doute dans le lit du premier venu. Et aller chez mes parents n'est pas une moins mauvaise idée, on va seulement me reprocher de t'avoir laissé filer entre mes doigts. Serait-il possible de passer quelques jours chez toi ? » Le seul endroit où je me sentirais à l'aise.





Eun Hee ; La violence ne résout rien.  Icon210 Eun Hee ; La violence ne résout rien.  Icon010 Eun Hee ; La violence ne résout rien.  Icon310
▬ IF IT WAS MEANT TO BE THEN IT WILL HAPPEN ▬
Revenir en haut Aller en bas




je suis la star des backstages ; staff
Oh Nam Sun

Oh Nam Sun


je suis la star des backstages ; staff


•• Mes notes : 85
•• J'habite : Mapo-gu
•• Métier : Manager de Dan Il

Eun Hee ; La violence ne résout rien.  Empty
MessageSujet: Re: Eun Hee ; La violence ne résout rien.    Eun Hee ; La violence ne résout rien.  EmptyVen 18 Avr - 10:27

TITRE :

 Eun Hee ; La violence ne résout rien.




 


    « D'accord, je suis peut-être nulle mais je préfère être quelqu'un qui essaie et qui était nul à quelqu'un qui n'était jamais nul du tout... » Je lui jetai un coup d’œil rapide et pouffais de rire discrètement, avant de lui répondre calmement, dissimulant sans grande peine le petit rictus moqueur qui avait pris place sur mon visage. « Tu m'en diras tant. » Je secouais ensuite la tête lentement de gauche à droite, et préférais de loin me concentrer sur son bandage. Histoire qu'elle n'ait plus à s'en faire, pour aujourd'hui au moins. Mais je ne m'attendais pas à ce qui se passerai ensuite. Je n'avais jamais cédé en plusieurs années de vie commune, et jamais cela ne m'avait paru compliqué. Là, j'avais craqué si aisément que je ne me reconnaissais pas.

    Le pire ? J'aurai probablement pu aller au bout, si je ne m'étais pas repris en main si vite. J'avais vraiment eu envie l'embrasser, de l'enlacer et de la serrer très fort dans mes bras. Même pour un court instant, et cela m'avait paru si naturel... Comme si mon esprit n'avait fait que refréner les pulsions de mon corps pendant tout ce temps. J'en étais deux fois plus embarrassé. Je n'étais pas un animal qui répondait à ce genre d'instincts primaire. Impossible.
    Alors pourquoi est-ce que voir Eun Hee rougir me faisait plaisir ?

    Je secouais la tête et portais mon attention sur la route, tentant vainement d'oublier cet instant aussi intense qu'inattendu.

    « Ce sentiment, je le connais. C'est un peu comme quand je mange beaucoup de glaces et que ma cuillère heurte le fond de la boite. » Je lui jetai un rapide regard à nouveau, perturbé par le fait qu'elle ait réellement l'air frustrée. «  Charmante comparaison. Mais je pense savoir de quoi tu parles. » Sans le vouloir, j'avais parlé de moins en moins fort, ne tenant pas vraiment à ce qu'elle sache que j'étais aussi frustré qu'elle. Je soupirai doucement, et passais une main dans mes cheveux, gardant l'autre sur le volant.

    Du moins, il semblait que ça ne serait pas aujourd'hui qu'on serait à l'heure à l'agence. Eun Hee avait eu la bonne idée de balancer son téléphone portable par la fenêtre. Des fois, son impulsivité me rendait dingue. Mais il était un peu trop tard pour regretter de toute façon. Je ne voyais pas trop ce que je pouvais faire pour l'aider, le mal était fait. Le fait qu'elle m'accuse ne m'étonnait pas tant que ça au fond. Cela dit, je ne préférais pas la laisser partir dans cet état, elle risquerait de sauter à la gorge du premier venu. Elle savait être très persuasive quand elle le voulait, et très effrayante aussi pour être honnête.

    Je me souvenais encore de ce jour où elle m'avait envoyé faire des courses pour elle. Une femme, dans sa mauvaise semaine, est impossible à comprendre. Seo Eun Hee, dans sa mauvaise semaine, a des allures de tyran.
    Non, sincèrement.

    Alors autant «essayer» de régler le problème tout de suite. Voilà pourquoi je m'étais rangé sur le bas côté, histoire que nous puissions réfléchir -rapidement si possible- à quoi faire maintenant. Son air renfrognée me fit abandonner l'idée de régler le tout «rapidement». « Pourquoi tu demandes ça à moi ? Je suis complètement inconsciente. Je veux pas être seule, revenir chez moi me botterait pas. Je finirais sans doute dans le lit du premier venu. Et aller chez mes parents n'est pas une moins mauvaise idée, on va seulement me reprocher de t'avoir laissé filer entre mes doigts. Serait-il possible de passer quelques jours chez toi ? » « Chez moi? » répondis-je d'abord, surpris.

    Je déglutissais avec peine, réfléchissant à l'idée. « Oui, pourquoi pas, si ça peut t'aider à te remettre, tu n'as qu'à venir chez moi. Je te laisserai ma chambre, et je dormirai sur le canapé. Je t'emmènerai chez toi ce soir histoire que tu récupères quelques affaires, ça t'ira ?  » demandais-je en la regardant calmement, après tout ça ne pourrait pas être si terrible, n'est-ce pas ?

    Nous étions amis et collègues, tant qu'on ne s'en tenait qu'à ça, tout irait bien.
    Non ?




we're afire love
Hold me in your arms the way you did last night. And we'll lie inside for a little while, here oh. I could look into your eyes until the sun comes up and we're wrapped in light, in life, in love ------------------------------- ♘ .ReedNight
Revenir en haut Aller en bas




je suis la star des backstages ; staff
Seo Eun Hee

Seo Eun Hee


je suis la star des backstages ; staff


•• Mes notes : 162
•• Métier : Manager des S.O.W

Eun Hee ; La violence ne résout rien.  Empty
MessageSujet: Re: Eun Hee ; La violence ne résout rien.    Eun Hee ; La violence ne résout rien.  EmptyVen 25 Avr - 20:53

TITRE :

 Eun Hee ; La violence ne résout rien.




 

J'aurais pas cru qu'il soit du genre à se laisser emparer par une sorte d'envie irrépressible. Aussi étrange que cela puisse paraître à mes yeux, je trouve vraiment flippant qu'il ait l'air frustré. C'est à se demander si je le connais aussi bien que je ne l'avais toujours cru. Mais ce petit moment passé, je suis grandement contente qu'il hésite à m'accueillir chez lui. « Oui, pourquoi pas, si ça peut t'aider à te remettre, tu n'as qu'à venir chez moi. Je te laisserai ma chambre, et je dormirai sur le canapé. Je t'emmènerai chez toi ce soir histoire que tu récupères quelques affaires, ça t'ira ?  » C'est ça le Nam Sun que je connais. Celui qui approuve parce qu'il ne craint aucunement de céder à une quelconque tentation. J'en aurais été vexée si j'étais pas dans un sale état à la base.

« Oui, quelque chose me dit que ça va m'aider à me remettre. » C'est le seul endroit où mon ex n'osera pas venir, qui plus est. Je saurais pas dire pourquoi ils ne s'étaient jamais entendus, lui et Nam Sun - très probablement à cause de la nature de ma relation avec ce dernier - mais c'est tout ce qui m'importe pour le moment : ne pas/plus le voir. Je me sens un peu mal pour Nam Sun qui a la politesse de me laisser sa chambre. « Tu sais, on peut partager la chambre comme on l'a fait les premières semaines de notre mariage. Je vais pas te violer pendant ton sommeil. » Et lui non plus, c'est le résultat d'une expérience déjà faite, non ? A y réfléchir, je prends conscience de la bizarrerie de la situation que ça va créer. Nos parents vont sabrer le champagne s'ils apprennent que je suis retournée vivre chez lui, ne serait-ce que pendant quelques jours. J'espère bien que ça se limitera à quelques jours uniquement, cela dit.

J'esquisse un faible sourire. « Bien sûr que ça me va, t'es gentil. » C'est comme un petit cadeau bonus, ce qu'il me propose. Soudainement, je me sens un peu soulagée et en quelque sorte en sécurité. J'ai envie de dormir jusqu'au week-end prochain. Ce sera toujours plus sage que de consommer de l'alcool et me jeter dans les bras de rencontres de soirées. Avec tous les profiteurs qui peuplent cette ville, je risque juste d'aggraver ma situation.

Il faut dire que dans tout ça, le seul point positif est la présence de Nam Sun. Je le regarde du coin de l’œil sans grande discrétion. Je me penche ensuite pour lui faire un câlin et lui glisse quelques mots à l'oreille : « Merci Nam Sun, je crois que sans toi, je serais très seule. »





Eun Hee ; La violence ne résout rien.  Icon210 Eun Hee ; La violence ne résout rien.  Icon010 Eun Hee ; La violence ne résout rien.  Icon310
▬ IF IT WAS MEANT TO BE THEN IT WILL HAPPEN ▬
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé





Eun Hee ; La violence ne résout rien.  Empty
MessageSujet: Re: Eun Hee ; La violence ne résout rien.    Eun Hee ; La violence ne résout rien.  Empty

TITRE :

 Eun Hee ; La violence ne résout rien.




 



Revenir en haut Aller en bas

 

Eun Hee ; La violence ne résout rien.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
New Generation :: C'est la fête à la New Génération :: The endBut nothing really disappears :: Finished stories-