AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez



Anonymous

Invité


Invité



[+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei Empty
MessageSujet: [+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei   [+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei EmptySam 8 Déc - 0:38

TITRE :

 [+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei




 

Premier jour de congé ! J’étais happy. Et en plus, plus qu’happy. On avait taffé dur pendant une semaine, moi je m’étais donné à fond, j’avais encore mangé comme un petit fou ; Kei s’était encore occupé de nous, et surtout avait fait une crise d’asthme. Je crois que je ne suis pas prêt d’oublier cette journée. Parce que voyez –vous, quelque chose en moi avait changé. J’étais devenu encore plus… Attaché à Kei. Je n’arrivais pas à l’admettre, parce que voilà quoi. C’est… C’est toujours très irréaliste à mes yeux. Et puis vous savez, je le voyais tellement comme mon petit frère où truc du genre, que c’était dur de paraître normal devant les trois autres et surtout devant Kei. Et puis lors de cette journée il c’était passé tellement de chose. Le voir faire une crise avait accentué mon souci de le protéger, de prendre soin de lui. Il ne pouvait pas refuser ça quand il était dans un état pareil. Et ensuite, ce moment dans la salle de bain. Même au bout d’une semaine je n’avais pas réussi à me la retirer de la tête. Elle était devenue naturelle à mon cerveau donc je n’y prêtais pas plus attention que ça. Mais sans vouloir vous mentir, elle avait dû provoquer une mutation en moi.

Mais passons ! Aujourd’hui j’avais envie d’aller quelque part avec Kei. Les autres n’étaient pas là, on était les deux tous seuls. Pourquoi y aller avec Kei ?... Parce que je sentais que j’avais un truc à lui dire. Et que je ne voulais le lui dire qu’à lui. Et puis depuis cette journée, j’avoue que ma tête était un peu ailleurs, toujours tournée vers lui. C’était incompréhensible, et je pensais que Kei pouvait m’aider à comprendre… Il comprendrait sûrement, en bonne maman qu’il était… Et je n’avais toujours pas bougé de mon lit. J’étais sûr que Kei était debout par contre. La petite maman du groupe ne traînait pas. Le seul qui traînait c’était moi. Par contre, j’avais envie d’être dans un endroit calme avec Kei. Et puis j’avais envie de sortir, prendre l’air et pas seulement rester dans cet appartement. Je ne savais pas trop ce qu’il avait prévu… Mais j’allais devoir trouver peut être un prétexte pour l’emmener avec moi. Je me souvenais alors qu’il y avait un film d’action que je voulais voir. Mais pas question que je paie un DVD, vu le prix que ça coûte. Puis même, ce film, je ne savais pas s’il était bien. Alors qu’une solution : aller l’emprunter à la bibliothèque.

Pour être honnête, mes nuits depuis cette journée où Kei était mal, je n’arrivais pas à dormir, même si je me buvait trois verres de lait chaud d’affilé. C’était dur à comprendre. Il envahissait ma tête alors même que… Que je ne voulais que dormir ! Du coup, là je traînais dans mon lit… Peut-être que j’avais envie de voir notre diva entrer dans ma chambre et venir me réveiller… Mais j’étais du genre impatient aussi. Et si je traînais encore, j’allais rater l’occasion d’aller faire un tour à la bibliothèque avec Kei. Du coup, en grognant, geignant et compagnie je me tirais de mes draps et traînant des pieds, j’allais à la cuisine. Kei n’était pas là. Zut. Je ne prendrais pas le petit déjeuner avec lui. C’était triste. Enfin, je trouvais ça dommage. Quoi que non. Il aurait vu ma tête de zombie décoiffé. Non mais depuis quand le matin je me souciais de l’image que pourrait voir Kei de moi ? Il m’avait déjà vu décoiffé et mal fringué ! J’avais vraiment besoin de me bouffer mes céréales…

Je ne tardais donc pas à prendre mon petit déjeuner avant d’aller traîner mes pieds dans la salle de bain. Cette fameuse salle… Où j’avais vu…. NON ! pas le moment de penser à cet instant dès ce matin. J’allais ne pas être en forme après sinon. J’entrais sous la douche… NON NON NON…. Di Lan, ne pense plus à rien du tout. Ca vaudrait mieux pour toi. Je me lavais donc, et une fois lavé et habillé j’allais à la recherche de Kei. Où pouvait-il bien être…. Dans le salon ? Je l’imaginais mal dans le salon… La cuisine ? Il n’y était pas avant, alors porquoi il y serait ? Sa chambre alors ? Beaucoup plus probable. Du coup je tentais la chambre. Je me dirigeais vers cette porte. Elle était fermée. Et moi je me mettais à hésiter à l’ouvrir. Non mais Didi, ce n’est qu’une porte ! Elle ne va pas te bouffer ! Je frappais doucement à la porte. « Kei ? » J’entendais du bruit de l’autre côté. Il devait s’y trouver. « Kei, je peux entrer ? J’ai un truc à te demander… » J’attendis qu’il m’ouvre. La porte s’ouvrit. Je le vis. Rah ! Mais… Il était devenu plus beau en une semaine ou bien j’avais un gros soucis ??? « Dis, ça te dis, de m’accompagner à la bibliothèque ? Les autres ne sont pas là…. Et puis, bon,… J’ai pas envie d’y aller tout seul… » Je détournais un peu les yeux. Non mais qu’est ce que j’avais pas dit comme bêtise. Depuis quand je me sentais obligé de donner une raison pour qu’il m’accompagne ?... Je devais vraiment pas aller bien du tout….




Dernière édition par Hwang Di Lan le Lun 10 Déc - 23:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas




Anonymous

Invité


Invité



[+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei Empty
MessageSujet: Re: [+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei   [+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei EmptySam 8 Déc - 1:49

TITRE :

 [+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei




 

Une journée de repos bien méritée s’annonçait aujourd’hui à moi comme une cerise sur un gâteau, pour les autres membres du groupe aussi d’ailleurs. Je m’étais réveillé tôt et j’avais préparé un petit déjeuner pour ceux qui n’allaient pas tarder à se lever ensuite. Avec tout ça, j’étais devenu bien matinal et je m’en rendais compte maintenant, une douche une fois que la vaisselle de tout le monde était faite puis je prenais du temps dans la salle de bain histoire de bien commencer ma journée. Une douche plus que longue une fois qu’ils avaient tous pris la leur… Tous sauf un, bien évidemment Di Lan trainait encore au lit comme un pacha et s’il ne se levait pas dans l’heure suivante, maman le ferait. Mais pour le moment, il fallait que je m’habille convenablement tout en restant simple. Je me demandais comment occuper ma journée en même temps parce que je ne pensais qu’à répéter et répéter encore là.

Finalement, commencer par le ménage de ma chambre ne m’avait pas paru une mauvaise idée alors j’avais branché un casque sur mon lecteur mp3 puis je l’avais mis sur mes oreilles avant de lancer la musique tout en faisant ce fameux ménage. Je fredonnais les airs ou chantais carrément les chansons parfois, je ne m’étais pas aperçu que mes colocataires et amis qui étaient déjà debout avaient pris la poudre d’escampette sans même m’avertir. « Bon bon bon… Ceci étant fait, il ne me reste qu’à faire mon lit et ensuite passer un petit coup d’aspirateur, ce sera juste parfait. » On ne change pas une équipe qui gagne, en l’occurrence ma manie de parler et moi. Tout en faisant le ménage, je m’étais mis à penser à Di Lan, au fait que j’allais devoir me bouger pour savoir ce qu’il en était et s’il dormait toujours ou pas. Mais lentement mes pensées ont pris un autre chemin… Raaah, vilain cerveau qui me fait penser à lui alors que je ne le voyais que comme un ami, un frère… Il me faisait progressivement changer ma vision de lui et je n’aimais pas vraiment ça. Enfin, c’était agréable les sensations que ça me provoquait dans le sens ou de suite en le voyant je me sentais bien, mon cœur se réchauffait à certains moments même mais souvent je me disais que ça ne se faisait pas. Parfois, c’était même malsain la façon dont je pensais à lui. Je fantasmais carrément et puis bon, une fois ça m’a provoqué une réaction honteuse mais chut, j’essaie de l’oublier, mon cerveau me joue trop de tours en ce moment.

Je reprenais donc mon ménage avant de finalement me décider à aller chercher l’aspirateur, pour se faire, je retirais mon casque parce que je préférais ne pas prendre le risque d’endommager mon lecteur, donc le laisser sur mon lit était la solution. Mais j’entendis toquer à ma porte, fermée comme souvent et je me demandais qui c’était et ce qu’il voulait, je me préparais à prendre la parole mais ce ne fut pas nécessaire. « Kei ? » Ah… Quand je pensais à lui, il était donc réveillé, tant mieux. Mais je pris un peu peur en entendant sa seconde phrase… « Kei, je peux entrer ? J’ai un truc à te demander… » Mon comportement n’avait pas changé, ou du moins pas beaucoup, je paniquais carrément à l’idée qu’il ait pu déceler quoi que ce soit comme le fait que je l’observais parfois quand il était occupé ou autre. Stop Kei, tu penses trop, du calme. Voilà, mon cerveau essayait de me raisonner encore une fois et c’était une affaire rapide parce que je prenais sur moi. Puis finalement j’allais ouvrir la porte de ma chambre et je ne trouvais rien d’autre à faire que de lui adresser un sourire. « Oui ? » C’était la seule chose que j’avais pu sortir, j’étais resté figé sur sa personne et puis dans cette situation que dire d’autre hein ?

Ce n’était pas possible de faire autant d’effets, il fallait vraiment que je remette de l’ordre dans ma vie. En pincer pour un hétéro en plus qui plus est du groupe où je suis et qui ne me voit que comme un frère… « Dis, ça te dis, de m’accompagner à la bibliothèque ? Les autres ne sont pas là…. Et puis, bon,… J’ai pas envie d’y aller tout seul… » Il venait de me demander de l’accompagner à la bibliothèque et j’avais eu quelques secondes de silence avant de lui adresser un sourire. « …Oui, sans hésitation. » Non mais c’était quoi ça ? Genre je lui répondais comme s’il venait de me demander de sortir avec lui ou même en mariage mais non… Ce n’était qu’une simple sortie à la bibliothèque, je me retenais de me taper la tête dans l’encadrement de la porte maintenant. Sa demande m’avait touché parce que c’était à moi qu’il demandait de venir, peut-être par manque de choix mais je préférais ne pas penser à ce possible détail. Soudainement, une partie de sa phrase venait de me revenir en tête, ils étaient partis… D’accord, tant pis parce que j’étais heureux maintenant de savoir que j’allais passer un moment juste avec lui. « Je vais juste prendre une veste et… On y va quand tu veux, d’accord ? » Enfin, au diable le passage de l’aspirateur parce que ma chambre n’était pas si poussiéreuse et sale en fait.

La seule chose que je devais m’avouer était que malgré l’état catastrophique dans lequel notre logement pouvait bien être que j’irais quand même à la bibliothèque avec lui. Oui voilà où j’en étais après seulement une semaine, c’est pathétique et je le suis tout autant du coup. Me taper la tête serait finalement une bonne solution mais je me contenterais de prendre ma veste pour la garder en main si jamais il devait mieux se préparer avant de partir. Je remarquais d’ailleurs que ma gorge s’était asséchée depuis et donc, je devais aller boire. « Je vais juste me désaltérer avant sinon ça ne va pas le faire. » Je me rendais ensuite dans la cuisine et je prenais un grand verre d’eau avant d’aller dans le couloir de l’entrée et je déposais ma veste sur le porte manteau en cherchant où j’avais bien pu mettre mes chaussures histoire de ne pas le retarder.



Dernière édition par Ryu Jun Kei le Sam 8 Déc - 15:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas




Anonymous

Invité


Invité



[+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei Empty
MessageSujet: Re: [+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei   [+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei EmptySam 8 Déc - 13:37

TITRE :

 [+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei




 

« …Oui, sans hésitation. » Si vous aviez vu ce sourire qu'il m'avait adressé ! Bon certes pour vous ce serait juste un sourire normal, mais pour moi, c’était pas un sourire normal. C’était un sourire… spécial. Un sourire qui faisait vibrer mon cœur d’une façon que trop nouvelle, et qui me rendait tout bizarre. Moi ? En pincer pour mon cadet ? HAHAHAHA…. J’ai rien contre les homo ou bi hein, mais moi, j’suis hétéro ! Comment j’pourrais en pincer pour mon cadet ? … Mais j’avoue que c’est la première fois qu’un sourire me faisait un tel effet. Non mais… mais… en plus il était encore plus beau parce que c’était le sourire de notre diva… oui je suis en train de me faire des nœuds au cerveau juste sur le sourire de Kei. Passons. Je peux vous dire aussi que j’étais dans un état d’ultra bonheur… Là aussi c’est un truc que je ne m’étais pas connu avant. J’avais tellement envie qu’il vienne avec moi, vous comprenez, alors savoir qu’il m’avait dit un OUI aussi rapide et en plus tellement affirmatif ! « Cool ! » Oui, oui j’osais exprimer ma joie. D’ailleurs ça devait se voir sur mon visage que j’étais super content. Encore plus qu’au réveil. « Je vais juste prendre une veste et… On y va quand tu veux, d’accord ? » Mais oui ! Prends ta veste, et viens avec moi à la bibli’ pour choper des livres et des DVDs ~. Mais pourquoi j’étais aussi excité d’aller à une bibliothèque ? Non en fait je crois que j’aurais pu aller n’importe où avec Kei et être dans le même état. « Ça marche ! Je fais mon lit et on y va » Et depuis quand je faisais mon lit moi ? J’avais vraiment du manger un truc durant la semaine pour être aussi différent.

Je ne voulais pas perdre de temps. Je me précipitais vers ma chambre, comme un gosse tout content d’avoir sa maman juste pour lui et pour une sortie qu’il avait choisi lui-même et qu’elle avait accepté de faire, sans lui faire d’histoire. Je fis mon lit, et je me surprenais à chercher à ce qu’il soit parfait. Kei m’avait-il refilé son microbe du perfectionnisme ? Je ne saurai le dire, mais une fois que mon lit me paraissait juste trop bien fait, je quittais ma chambre en enfilant ma veste. Je me retrouvais avec lui dans l’entrée à chercher mes chaussures. Je les enfilais et puis j’attendis qu’il soit prêt. Après quoi, j’ouvrais la porte de l’appartement. « Let’s go ! » Qu’est-ce que j’avais pris ce matin ? Rien, juste mes céréales pourquoi ? J’étais super excité ? Sans doute.

La bibliothèque était assez loin. Dehors il faisait beau. Tant mieux ! Je n’avais pas envie qu’il fasse moche. On prit les transports pour arriver enfin devant le bâtiment. J’y entrais avec lui, salua les bibliothécaires… Des vieilles à lunettes. Tant mieux ! Au moins personne dès l’entrée ne nous avait reconnus. Non mais faut bien se mettre en tête que là, on était dans un lieu public et que nous étions des célébrités. Et moi je voulais être tranquille avec Kei, sans être dérangé toutes les cinq minutes. Alors autant se faire discret. Il faisait chaud et douillet dans la bibliothèque. J’ai toujours aimé cette ambiance. En plus y’avait pas un bruit. C’était tellement… Apaisant. Je me tournais vers Kei et lui dit doucement, pour pas déranger les gens « Viens, on va au rayon DVD. Et si tu vois un truc qui t’intéresse, tu m’dis » je lui souris et alla avec lui vers les films.

Je me retrouvais à côté de Kei, devant l’étagère remplies de DVD. Et comme on était censé ne pas faire trop de bruit, je m’étais un peu rapproché de Kei pour lui demander « Dis, tu m’aides à trouver, le DVD de City Hunter ? » C’était pratiquement dit dans le creux de son oreille. Mais je n’avais pas envie de déranger les gens. Mais je vous avouerais que je me trouvais… Un tout petit peu trop près. Ça me fit un effet bizarre. Alors je remis un peu de distance entre lui et moi. Pour calmer un peu ce qui était en train de se produire dans ma tête. Les mains dans les poches, un peu crispé, je parcourais l’étagère du regard. Jetant de temps en temps des regards vers Kei. Pourquoi il attirait mes yeux sur lui comme ça, comme un aimant ? C’était quoi mon problème sérieux ? « … Tu le vois ? » Moi non. Mais je ne cherchais pas en fait. Enfin pas vraiment.


Revenir en haut Aller en bas




Anonymous

Invité


Invité



[+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei Empty
MessageSujet: Re: [+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei   [+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei EmptySam 8 Déc - 15:39

TITRE :

 [+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei




 

En l’entendant parler je me demandais réellement ce qui se passait pour qu’il fasse autant de changements comme… Faire son lit, enfin je n’allais pas me plaindre du fait qu’il le fasse, c’était mieux pour lui de se coucher dans un lit bien fait, il n’en dormirait que mieux. Enfin, c’est sur ses pensées que je l’attendais patiemment maintenant jusqu’à entendre le feu vert de monsieur. « Let’s go ! » Il avait l’air hyper excité pour une simple sortie à la bibliothèque mais ça me faisait plaisir de le voir comme ça. Un retour en enfance peut-être ? C’était à la fois mignon et un peu surprenant de sa part mais on ne pouvait pas nous reprocher de grandir trop vite au moins, être un adulte c’est avoir des problèmes tout le temps. J’évitais de trop le regarder histoire qu’il ne me jette pas une phrase cinglante, enfin qui serait perçue comme telle par mes oreilles et ma matière grise. Surtout que maintenant nous étions dehors, j’avais pris soin de fermer la porte tout en le suivant pour finalement prendre les transports et nous rendre ainsi jusqu’à la bibliothèque. Ah, si seulement elle était à proximité, tout aurait beaucoup mieux mais non, sauf que ce n’était pas le moment de râler pour un détail aussi futile hein ?

Je détaillais le ciel une fois dehors puis nous étions en route pour le bâtiment quelques secondes plus tard. Il faisait beau… Une journée un peu fraiche mais agréable vu que le ciel était dégagé, tant mieux, lorsqu’il fait gris notre moral est souvent bas. Enfin c’est une constatation que j’ai pu faire mais ça n’est pas le cas pour tout le monde, certains ne sont pas influencés par la météo et le ciel. Pendant le trajet, j’avais regardé mon accompagnateur de temps à autre tout en me perdant dans des pensées plus ou moins futiles le concernant mais j’interdisais formellement à ma tête de s’égarer. Je ne m’étais même pas rendu compte que j’étais plongé dans un silence de mort inhabituel. Puis nous étions entrés dans la bibliothèque et j’avais dit bonjour poliment à l’entrée comme d’habitude avant de l’entendre me parler mais les informations mirent un petit moment à être décodée par mon cerveau. « Viens, on va au rayon DVD. Et si tu vois un truc qui t’intéresse, tu m’dis » Je relevais les yeux vers lui et je vis son sourire… Ah non, ce n’était pas vraiment le moment de craquer mais… Il allait me tuer, mon cœur n’allait absolument pas tenir le choc. C’est vilain de me maltraiter comme ça sans le savoir hein Di Lan, je te pardonne mais quand même, c’est juste vilain. Je le suivais vers l’endroit où il se rendait tout en me disant que je n’allais pas assez souvent à la bibliothèque et que l’ambiance était vraiment super. Le silence, le fait que personne ne nous ait encore reconnu et même, ce n’est pas un endroit où pousser des cris d’hystérie, le silence est de mise donc c’est vraiment cool.

Et une fois là-bas je m’apercevais que je n’avais toujours pas daigné lui parler pour répondre, il allait me penser malade d’un coup. Ce n’était pas le cas, enfin si mais pas comme ça… Bon, il serait temps que j’arrête de penser à des bêtises pareilles. « [color=indigo]Dis, tu m’aides à trouver, le DVD de City Hunter ? » Si je pouvais ? Non, je ne peux pas parce que je ne veux pas, réfléchis Flamby, tu poses des questions un peu idiotes mais je t’aime quand même. Je tournais la tête vers lui pour lui adresser un sourire. « City Hunter ? D’accord, je vais chercher si je le trouve. » Et je me plongeais aussitôt dans une recherche en parcourant chaque titre du regard pour voir si je l’apercevais. Je tenais simplement à lui faire plaisir alors je restais concentré même si mes yeux déviaient parfois sur sa personne mais très rapidement, j’avais un peu honte de ressentir ce genre de choses. « … Tu le vois ? » Non mais dès que ce serait le cas, tu serais le premier à en être informé, je te le promets. Bref, je secouais la tête négativement en sachant qu’il devait m’observer en attendant une réponse.

Finalement je le trouvais finalement et je le tirais de l’étagère. « Je l’ai ! » J’étais fier de moi, j’avais trouvé ce qu’il cherchait mais… « Par contre… Je ne te le donne qu’à condition que tu fasses ton lit tous les matins et comme il faut puis que… » Hm, réflexion intense sur ce que je pouvais bien lui demander alors que j’agitais, enfin pas vraiment mais un peu comme, le DVD sous son nez, l’ambiance était un peu trop coincée. Comment la détendre et faire en sorte qu’on se relâche un peu, oui j’avais bien senti qu’il était aussi tendu que moi. « Oh et puis finalement non, tu ne le mérites pas. » Et je lui tirais la langue avant de partir avec la boite du disque pour passer de l’autre côté de l’étagère et s’il me suivait j’allais faire le tour comme ça, il ne pourrait pas avoir son film mais… J’eu un léger sursaut en le voyant devant moi et je venais de réprimer un cri de surprise pour ne pas attirer l’attention sur nous même si l’endroit était désert en quelques sortes.

Je le regardais alors qu’il était devant moi un peu trop proche vu qu’il m’avait pris par surprise puis, je ne sais pas ce qui m’est passé par la tête, je l’ai embrassé. Le baiser furtif et qui me remplit de gêne parce que je me demande pourquoi j’ai fait ça alors je m’éloigne et lui pose le DVD dessus, le lâchant même quitte à le laisser tomber une fois que je l’ai pressé contre sa poitrine. « Je… Tiens, je te le donne finalement. » M’échapper, voilà ce que je voulais faire, je regardais le sol en me maudissant d’avoir laissé une simple pulsion agir puis je me retournais en essayant de contenir ma honte et le fait que j’avais simplement envie de pleurer. Maintenant le truc c’était où aller, je ne rentrerais pas direct c’était clair, mais j’avais simplement fait le geste de partir parce que je m’étais retrouvé bloqué en pensant mais finalement j’avançais en profitant de l’effet de surprise qu’il devait avoir. Je n’allais plus jamais osé le regarder en face, c’était clair et net.

Revenir en haut Aller en bas




Anonymous

Invité


Invité



[+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei Empty
MessageSujet: Re: [+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei   [+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei EmptySam 8 Déc - 17:28

TITRE :

 [+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei




 

On était devant l’étagère. Assez proche. Et suffisamment pour que ça me donne une impression bizarre. Je demandais alors à Kei de m’aider à trouver mon DVD. Mais plus je pensais, plus je me disais que ce DVD… En fait je m’en moquais un peu. Je voulais juste passer un bon moment avec Kei. Quitte à ce que l’on fasse un cache-cache dans la bibliothèque. Ouais. C’était gamin, mais on n’allait pas pouvoir me changer comme ça. Kei accepta de m’aider. Il est tellement gentil. Surtout aujourd’hui. Il ne me dit même pas non quoi. C’est assez surprenant. Mais Kei est surprenant de toute façon. « Je l’ai ! » Et moi tout content : « SUPER ! » Je tendais la main vers le DVD mais celui-ci s’éloigna de moi. Kei. A quoi tu joues, hein ? « Par contre… Je ne te le donne qu’à condition que tu fasses ton lit tous les matins et comme il faut puis que… » Et voilà qu’il me faisait un chantage. Je fis une moue boudeuse. « Que quoi ?... » J’attendais la suite du coup. « Oh et puis finalement non, tu ne le mérites pas. » Et là je le vis courir à l’autre bout de l’étagère pour disparaître derrière. « Yah…YAH ! » Il n’allait pas du tout m’avoir comme ça lui ! J’allais dans le sens opposé et puis quand je l’entendis en train d’arriver j’apparut d’un coup de derrière l’étagère « BOUH ! » Je le vis sursauter. On était proche là. Et moi j’avais mon sourire vainqueur sur les lèvres. Mais après c’est lui qui me surpris….

Il m’a…. Les lèvres…« Je… Tiens, je te le donne finalement..» Il s’en alla. Et… Il a… Moi… Sur… J’étais paumé. Perdu. J’avais le cœur qui battait fort. Je serrais même le DVD contre ma poitrine. J’étais ultra surpris. Kei m’avait embrassé. En pleine bibliothèque. Heureusement personne ne nous avait vus. Mais il avait pris la fuite tellement vite ! Mon cerveau était totalement blanc. Absent. Je crois que je venais de comprendre mieux pourquoi tout à coup mon comportement vis-à-vis de Kei avait changé. Pourquoi il me faisait un tel effet en étant torse nu dans une salle de bain et pourquoi son sourire avait un tel effet sur mon esprit. Kei. T’es fort, t’as fait d’un hétéro, un mec raide dingue de ta bouille et plus…

Ma main alla sur mes lèvres, comme si je sentais encore les siennes. Punaise… Ce contact… Je l’avais aimé. Je me rendais compte que Kei ce n’était pas comme un frère que je le voyais. Du moins ce ne l’était plus. Je me sentais… à la fois léger et content, parce que Kei m’avait aidé indirectement à le savoir. Et puis parce que savoir que c’était lui qui m’aimait, c’était juste… Tellement beau. J’y croyais pas. Et je finissais par sourire bêtement. Je fixais après le DvD et réfléchis très vite. Kei a pris la fuite… Il a peur que je lui fasse une histoire ? Mais… Non, il ne faut pas croire ça ! Finalement je m’en foutais royalement de ce film. En fait dès le départ c’était juste un prétexte pour être avec Kei. C’était très fort venant de ma part mais, voilà, pas la peine que je le garde plus longtemps. Et puis fallait que je dise à Kei que ce n’était pas du tout mal ce qu’il venait de faire. Au contraire. Je rangeais vite fait, au pif, le DVD et alla retrouver Kei. Où s’était-il caché le vilain… Je n’avais pas envie de me dire qu’il avait pu quitter la bibliothèque.

Finalement, je le retrouvais. Je me précipitais vers lui et lui attrapa le poignet. « Kei.. » Non je ne pouvais pas lui dire quoi que ce soit là, au milieu de la bibliothèque… Je l’entrainais derrière au moins trois rangées d’étagères. Je lui tenais toujours le poignet et… Je crois que je n’avais pas envie de le lâcher. Je n’avais pas envie qu’il prenne la fuite à nouveau. Je n’avais pas non plus envie qu’il s’en veuille. Je le regardais. La scène précédente, me revint en tête, et j’crois que je ne pouvais pas m’empêcher de rougir légèrement. « Kei… Je… » Je buggais, je ne savais pas quoi lui dire… Pourquoi mon cerveau s’était mis en mode mute hein ? J’avais besoin de lui là.


Revenir en haut Aller en bas




Anonymous

Invité


Invité



[+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei Empty
MessageSujet: Re: [+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei   [+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei EmptySam 8 Déc - 18:36

TITRE :

 [+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei




 

Comment changer une harmonie en une semaine ? Je venais de le faire et en toute connaissance de causes. Normalement je n’aurais pas dû m’en vouloir d’exprimer physiquement ce que je ressentais mais là oui. Je me jetais tout ce que je pouvais comme mauvaises paroles alors que je venais de le faire. D’un côté je me sentais soulagé et de l’autre non, pour moi c’était perdu d’avance. Non mais vous m’avez bien regardé ? Je suis certain que si j’avais demandé des conseils, on m’aurait dit d’oublier et pourtant je n’avais pas pu effacer ce regard et l’impression qu’il m’avait fait avoir. Je me savais agréable physiquement, on me l’avait dit clairement à plusieurs reprises mais pour moi, il avait fait bien plus que s’il avait utilisé des mots. Il avait simplement lâché une bombe à retardement…

Je n’en revenais pas moi-même, non seulement je l’avais embrassé mais en plus j’avais pris un risque totalement con. J’allais m’en vouloir encore longtemps pour mon geste totalement débile et du coup, j’avais tout simplement pris la fuite comme un lâche, je n’avais absolument pas envie qu’il m’en mette plein la tête, ça pouvait attendre… Tout ce que je voulais c’était me cacher dans un terrier aussi petit que possible pour que personne ne vienne m’y chercher mais c’était impossible. Donc je voulais juste quitter ce lieu mais je sentis alors une main saisir mon poignet pour me retenir alors que je me dirigeais vers la sortie. « Kei.. » Non, il n’allait quand même pas me le dire maintenant, enfin je voulais dire que ce n’était en aucun le lieu pour un scandale ou se faire engueuler. Mais finalement il me tirait et je n’avais d’autre choix que de le suivre pour finalement s’arrêter plus loin et je fixais le sol, honteux et tout confus. « Kei… Je… » Ça va, je sais que tu n’es pas comme ça et je m’en veux mais je ne pouvais pas te le dire comme ça alors je cherchais les formes tandis que mes yeux s’embuaient progressivement, légèrement paniqué. « Je suis désolé d’avoir fait ça… C’était ridicule et totalement inapproprié d’agir sous l’influence d’une pulsion comme ça… » Si j’avais pu j’aurais ajouté que pourtant je ne pouvais pas empêcher le fait que mon cœur en avait battu à tout rompre. Ne pas encore plus le déranger, c’était ce que je voulais.

Je relevais ensuite les yeux vers lui après avoir ravalé un peu ma grosse honte et je prenais une bouffée d’air. « Je me tiendrais loin, promis… Je sais très bien que ce n’est pas ton genre et pourtant je l’ai fait. Ne m’en veux pas trop ni trop longtemps… J’ai déjà trop gâché de choses alors je m’en voudrais si tu ne voulais plus jamais m’adresser la parole suite à ça. » Je le pensais sincèrement, étouffer tout ce que je ressentais était mieux pour nous et le groupe. Pourquoi je ne m’étais pas contenté de ce que j’avais hein ? La vie m’avait assez fait de cadeaux et moi, je m’amusais tout bêtement en jouant avec le feu au risque de me brûler. Et lui qui ne me lâchait plus le poignet, j’avais envie de le supplier de le faire tout en pensant que finalement je n’avais pas mal fait et qu’il ne me le reprochait pas. J’en avais une boule de stress à l’estomac et je me disais que j’allais entendre quelque chose de négatif, ce serait totalement normal mine de rien. Il pouvait bien me le reprocher, j’étais préparé à entendre ce qu’il avait à dire même si mes yeux étaient encore humides et mon regard incertain et coupable.

Di Lan, tu me rends totalement idiot et perdu, tu le sais ça ? J’avais envie de me cacher et en même temps que tu me dises que tu ne m’en voulais pas et que ça n’avait aucune incidence sur notre relation amicale et professionnelle. Un rêve en somme et ces derniers temps j’étais très fort pour rêver en l’incluant dans mes petits fantasmes même les plus minimes, d’ailleurs il fallait mieux que j’imagine des petites scènes innocentes parce qu’une fois ça suffit. Bref, je n’avais pas à repenser à ça c’est mais mon cerveau s’embrouillait totalement vu la situation. « Encore désolé… » Bien évidemment, j’ignorais totalement ce qu’il pensait au fond, je crois même que s’il avait parlé je n’avais rien entendu tellement mon cerveau était empli de bourdonnements intempestifs. Du coup, je n’avais qu’une envie m’enfuir encore et je tirais en espérant qu’il me lâche sans savoir que tout ce que je ressentais était partagé.

En réalité j’étais partagé entre ce sentiment de lâcheté et fuite avec celui de rester et de savoir ce qu’il avait à me dire. Qu’il me pousse dans le but de me faire comprendre que c’était mort ou qu’il me serre dans ses bras… Je voulais juste qu’il me garde contre lui, avec ce câlin que je m’imaginais depuis quelques jours. Juste sentir que mes sentiments étaient partagés et pas uniquement à sens unique.

Revenir en haut Aller en bas




Anonymous

Invité


Invité



[+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei Empty
MessageSujet: Re: [+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei   [+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei EmptySam 8 Déc - 20:35

TITRE :

 [+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei




 

Il m’avait embrassé. Et cela avait été suffisant pour me faire réaliser que je ne le voyais pas comme un frère. J’aimais Kei. C’était devenu clair dans mon esprit. Et le voir prendre ainsi la fuite me faisait croire qu’il avait l’impression que ce qu’il avait fait avait été une erreur. Il me savait hétéro. Peut-être était-ce pour cette raison qu’il avait pris la fuite. Mais qu’est-ce qu’on en avait à faire qu’on soit homo ou hétéro hein ? Ce n’était pas quelque chose de mal d’aimer quelqu’un. Et l’idée qu’il se sente bête d’avoir fait ça me faisait de la peine. L’imaginer se dire qu’il avait fait une erreur, me faisait de la peine. J’en étais là. Je l’aimais au point de ressentir tout ça. Et jusqu’ici, j’avais été aveugle. Mon cœur ne m’avait rien dit d’autre que c’était impossible jusqu’ici. Ou que ce n’était qu’un frère. Mais non. J’avais vraiment apprécié qu’il fasse ça. Pour plein de raison. Je ne voulais pas qu’il s’éloigne. Je n’avais pas envie qu’il parte. Je ne voulais pas le voir sortir de la bibliothèque. J’avais abandonné le DVD et j’avais rattrapé Kei à temps pour l’entraîner à l’écart, loin de tous les regards possibles. Les livres seront notre ultime protection. Parce que je voulais qu’il ne comprenne pas les choses de travers.

Mais même une fois avec lui, je ne trouvais pas les mots. Et puis sa tête. Il ne me regardais pas, mais.. Mon dieu. Le voir comme ça, me tuait. Je voulais qu’il me regarde. Qu’il lève les yeux. Je ne voulais pas qu’il s’en veuille autant, mais apparemment c’était trop tard. En plus, il prenait déjà les choses dans le mauvais sens. « Je suis désolé d’avoir fait ça… C’était ridicule et totalement inapproprié d’agir sous l’influence d’une pulsion comme ça… » Il me laissait sans voix. Sans voix, parce que je n’aimais pas le voir comme ça. Et le voir s’en vouloir autant. Je n’avais même pas envie de l’interrompre. J’hésitais. Entre plein de chose. Tout un tas de truc se mélangeaient dans ma tête. Je parvins enfin à dire quelque chose : « Non… T’as pas à t’en vouloir… » Et quand il releva les yeux vers moi… Je mourrais une deuxième fois. J’avais jamais vu Kei au point de vouloir pleurer. Il s’en voulait autant ? Punaise, je devais le sauver super vite. Parce que sinon il allait vraiment par en être blessé. Je ne le lâchais toujours pas. « Je me tiendrais loin, promis… Je sais très bien que ce n’est pas ton genre et pourtant je l’ai fait. Ne m’en veux pas trop ni trop longtemps… J’ai déjà trop gâché de choses alors je m’en voudrais si tu ne voulais plus jamais m’adresser la parole suite à ça. » Tu as tout faux Kei. Absolument tout faux. Il me tua une troisième fois. Se tenir ? Mais… Non il n’a pas besoin ! Et je ne veux pas ne pas lui adresser la parole. Je veux juste… Être avec lui, sortir avec lui, manger avec lui, rire avec lui, travailler avec lui… Dormir avec lui… Ma tête bouillonnait, mon cœur battait fort, j’en tremblais presque. Mes mots restaient tous accrochés au bord de mes lèvres, prêts à tomber dès que l’occasion se présentait. « Encore désolé… » Désolé de quoi ? Je le sentais être en train de chercher à s’échapper. Di Lan… Agit vite, sinon tu vas le perdre et pour de bon cette fois…

IL n’allait pas partir. Je n’allais pas laisser faire ça. Je resserrai mon étreinte sur son poignet et le tira vers moi, de façon à ce qu’il se retrouve dans mes bras. Mon cœur battait la chamade. J’avais l’odeur de Kei en plein nez. Je sentais sa chaleur entre mes bras. C’était agréable. Je resserrais mon étreinte sur lui. Il n’allait pas partir, et il n’ira nulle part sans moi. « Kei. T’es bête. » Mon courage était revenu. Mon esprit était clair. Je savais ce que je faisais, et j’avais pleinement conscience qu’il m’arrivait juste un truc extraordinaire. « T’as pas à t’en vouloir comme ça. C’est quoi cette phrase « c’est pas ton genre » ? Tu te fais trop de nœuds au cerveau. T’as rien gâché, t’as tout arrangé au contraire. Arrêter de t’adresser la parole ? Kei, tu te fais vraiment trop de nœuds au cerveau. » A regret je desserrais un peu mon étreinte, mais pas trop. Je lui caressais doucement la joue. Je l’embrassais. A mon tour. Je me sentais…. Sur un nuage en fait. Je détachais nos lèvres et je lui dis en prenant un faux air sérieux: « Je t’interdis d’être à plus d’un mètre de moi en dehors des temps de travail. Compris? Je tiens trop à toi pour que je puisse supporter de te voir trop loin de moi. Si tu te retrouve trop loin, j'crois que j'en mourrais. » Tout là dedans était vrai. J'ai bien failli mourir 4 fois si je ne l'avais pas retenu et pris dans mes bras. Le voir triste me tuait, le voir être en colère contre lui même me tuait... Le voir partir loin de moi me tuait. Je lui souris et avec toute ma sincérité, je lui dis la phrase magique qui résoudrait tout tout tout : « Je t’aime Kei. »

Pas question qu’il me sorte que je disais ça sur un coup de tête, parce que sinon… J’allais bouder. Ou l’embrasser bien plus que de cette manière encore toute douce et presque timide, pour lui montrer que je l'aimais vraiment très fort.


Revenir en haut Aller en bas




Anonymous

Invité


Invité



[+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei Empty
MessageSujet: Re: [+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei   [+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei EmptyDim 9 Déc - 0:23

TITRE :

 [+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei




 

Mon petit crâne me faisait des misères, il me faisait vraiment trop penser et puis je voulais fuir de peur qu’il ne me le reproche et qu’il me dise que j’étais dégueulasse ou pire que ça. Oui, je ne dois être qu’un froussard dans le fond, c’est ça, voilà la raison de ma petite lubie de vouloir partir. Pourtant il me retenait fermement et avait même encore plus serré son étreinte sur mon avant bras… Je me demandais bien pourquoi il faisait ça au fur et à mesure que je parlais mais je n’y avais pensé que très brièvement en fait, tout s’embrouillait pire que dans une fourmilière et encore, les fourmis sont connues pour leur sens de l’ordre donc ça n’avait vraiment aucun rapport. Et puis pourquoi je n’arrivais pas à rester digne devant lui hein ? C’était vraiment un vilain tour de la vie ça, comme si j’en avais pas assez parfois de petits coups durs. D’ailleurs, je cherchais encore clairement à m’échapper quand, alors que je ne m’y attendais vraiment pas, il me tira à lui pour m’étreindre en douceur avant de resserrer cet étau qu’il avait formé avec ses bras.

Il était en train de faire quoi là ? Je n’y comprenais strictement rien et du coup, je restais figé. « Kei. T’es bête. » Bête ? Oui, il devait avoir raison, je me sentais bête de toute façon donc je ne pouvais qu’approuver sans broncher ce qu’il disait maintenant. J’étais décidé à écouter tout ce qu’elle avait à me dire, j’avais besoin de savoir à quoi il pensait car mon sac était bien vidé et à moitié allégé du coup. Il fallait simplement que je pense à ne pas lui couper la parole vu qu’il ne m’avait eu la gentillesse de ne pas couper la mienne. « T’as pas à t’en vouloir comme ça. C’est quoi cette phrase « c’est pas ton genre » ? Tu te fais trop de nœuds au cerveau. T’as rien gâché, t’as tout arrangé au contraire. Arrêter de t’adresser la parole ? Kei, tu te fais vraiment trop de nœuds au cerveau. » Quoi ? Pourquoi je ne me faisais pas engueuler ou réprimander pour ce que j’avais fait ? Flamby… Tu veux trop être gentil avec moi mais je mérite entièrement que tu me dises que j’ai mal… Mon cerveau venait de se vider totalement d’un coup, mes pensées étaient coupées. Mon cœur aussi à fait un arrêt avant de se mettre à battre à une vitesse folle. Mes yeux s’étaient fermés automatiquement et j’avais apprécié ce baiser un peu timide et hésitant qu’il m’avait donné tout en me demandant la raison de son geste alors qu’il se détachait de mes lèvres et que mes yeux s’ouvraient de nouveau. « Je t’interdis d’être à plus d’un mètre de moi en dehors des temps de travail. Compris? Je tiens trop à toi pour que je puisse supporter de te voir trop loin de moi. Si tu te retrouve trop loin, j'crois que j'en mourrais. » Une interdiction de m’éloigner alors que je venais de faire un truc qu’il n’aurait pas été censé apprécier mais qu’il m’avait rendu en un sens il y a quelques secondes ?

Il me troublait et bien plus que de raison puis je me sentais bien dans ses bras, ça avait quelque chose d’apaisant et de rassurant et puis de plein de choses positives. Je me décidais finalement à y rester un peu mais il venait de reprendre la parole. « Je t’aime Kei. » Ce fut le choc de nouveau et je pensais même que c’était une illusion de mes oreilles jusqu’à ce que ça me monte bien au cerveau. Et là… Je sentais mon souffle se couper totalement et je commençais à avoir du mal à respirer, d’ailleurs ça devait commencer à se voir vu que je cherchais mon souffle. Puis je plongeais la main dans ma poche et je cherchais ma ventoline histoire d’en prendre une bouffée et me reprendre avant de la ranger de nouveau dans ma poche. « Désolé… Mais au moins j’y ai pensé cette fois… » Je sais, je ne lui réponds pas mais j’espère qu’il ne m’en voudra pas de ne pas le faire immédiatement parce que rien qu’en y repensant je sens mon souffle me quitter de nouveau et il faut que je reprenne mes esprits. « J’aimerais rentrer… » Je me détache ensuite de lui et lui prend le poignet pour le tirer et faire le chemin inverse histoire de regagner l’appartement qui est encore vide, une chance dans un sens.

Je le tirais jusqu’au salon ensuite et je me posais sur le canapé avant de repenser à ma petite crise. « Je suis désolé mais tu m’as surpris… Je… Tu as dit ça parce que c’était dans le feu de l’action hein… ? Je me suis vraiment emballé, mon cœur et tout, je me suis senti bien puis mal… Mais je ne voulais pas être mal… Je… » Je voulais sincèrement lui répondre mais je n’arrivais pas encore à me faire à l’idée qu’il pouvait m’aimer comme je le pensais et l’espérais.

Revenir en haut Aller en bas




Anonymous

Invité


Invité



[+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei Empty
MessageSujet: Re: [+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei   [+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei EmptyDim 9 Déc - 13:35

TITRE :

 [+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei




 

Je lui ai dit. Je l’avais dit. Ce mot magique, qui pourrait tout arranger, faire en sorte que son visage s’illumine et retrouve le sourire. Je l’aimais. J’en étais… Fou amoureux ? Ouais. C’est ça. Ses yeux, ses cheveux, ses lèvres… J’aimais tout. Certes on pourrait dire que c’est parce que je tiens beaucoup à lui. Mais justement. Dès qu’il était loin de moi, je me demandais toujours s’il allait bien, ce qu’il faisait, s’il n’avait pas besoin de moi. Déjà quand il avait été malade, je n’avais pas eu envie de partir de l’appartement. J’y étais resté. Même s’il n’avait plus besoin de moi. Et depuis, Kei avait toujours été dans ma tête. De toutes les manières. Que ce soit parce que je voulais savoir ce qu’il faisait. Ou bien que ce soit le souvenir de lui dans la salle de bain. Je lui avais donc dis ce que mon cœur avait toujours essayé de dire à ma raison. Mais je ne m’attendais pas vraiment à cette réaction de sa part. Je venais de lui faire un choc tel, qu’il en perdait la capacité de respirer. Je me pinçais la lèvre. Le voir prendre sa ventoline, me faisait un effet bizarre. Avais-je mal agis du coup ? Je n’avais aucunement envie de provoquer chez lui une crise d’asthme… Il quitta mes bras. J’eus peur. Je n’arrivais pas à comprendre ce qu’il se passait dans sa tête. Je ne m’étais vraiment pas attendu à ça. Quoi ? Il pensait que je me moquais de lui ? Penser ça me fit beaucoup de peine. « J’aimerais rentrer… » Je ne répondis pas. J’avais le cœur qui battait fort d’angoisse. Je me disais que j’avais aggravé la chose. Ne me dis pas que j’ai fait ça sur un coup de tête, Kei. Sinon je risque d’exploser. Il me prit le poignet et m’entraîna hors de la bibliothèque et de cette même manière on était rentré à l’appartement.

J’y retirais vite fais mes chaussures avant de me faire entrainer au salon. Il se mit dans le canapé. Je m’installai à côté de lui. Je sentais qu’il avait quelque chose à me dire. Je le laissais parler. « Je suis désolé mais tu m’as surpris… Je… Tu as dit ça parce que c’était dans le feu de l’action hein… ? Je me suis vraiment emballé, mon cœur et tout, je me suis senti bien puis mal… Mais je ne voulais pas être mal… Je… » Je soupirais. Déjà j’étais soulagé que sa légère crise soit due à la surprise et pas à cause d’autre chose. Mais après. Il croyait donc vraiment que je n’étais pas sérieux et qu’il avait vraiment fait un truc mal. Mon cœur se mit à battre vite.

Je me l’étais dit plus tôt. S’il me disait ça, j’allais faire quelque chose pour lui prouver que je ne disais pas de paroles en l’air. Et bien souvent, je trouvais que faire quelque chose valait mieux que de dire quelque chose. Je profitais donc de sa pause, pour me tourner vers lui, rapprocher mon visage du sien, glisser ma main sur sa joue et l’embrasser. Kei, t’es bête. Je ne veux pas te tuer, mais voilà. Tu me pousses à le faire. J’allais lui en donner un vrai. J’entrouvrais ses lèvres et ma langue alla trouver sa partenaire. Un baiser doux, passionné, mais assuré. La timidité était bien loin. Et je devenais littéralement accro à ses lèvres.

J’aurais trop aimé pouvoir le prolonger, mais il ne fallait pas que je réduise mon argumentaire à ce geste. Je détachais mes lèvres des siennes, les joues sans doute légèrement rouges. « Kei. T’es dans ma tête tous les jours, toutes les heures, toutes les minutes. Si t’es loin, je me pose tout un tas de question, je n’suis pas tranquille et mon cerveau n’est juste occupé que par toi. » Je marquais une pause. Je détournais un peu les yeux : « J’ai pas dit ça sur un coup de tête. » Avant de les reporter sur lui : « Je t’aime vraiment Kei. Ça parait bizarre comme ça, mais c’est vrai. Et t’entendre dire que c’était dit dans le feu de l’action…. Ça fait un peu mal là… » J’avais mis ma main sur ma poitrine, mes doigts serrant, sous le stress, mon T-Shirt. Je ne le quittais pas des yeux, sous mes doigts je sentais les battements fort de mon palpitant. S’il pouvait seulement les sentir…. Il me croirait peut être un peu plus non ?


Revenir en haut Aller en bas




Anonymous

Invité


Invité



[+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei Empty
MessageSujet: Re: [+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei   [+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei EmptyDim 9 Déc - 15:38

TITRE :

 [+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei




 

Rentrer, voilà ce qu’il me fallait maintenant. C’était simple et au moins s’il devait provoquer en moi encore une impression de perte de souffle, je préférais que ce soit en privé mais normalement, la surprise passée tout devrait bien se dérouler. Durant le trajet du retour, silence de mort et c’était compréhensible de ma part comme de la sienne. Ensuite, nous étions entrés dans l’appartement et direct dans le salon parce que ça me semblait être la meilleure pièce pour une conversation sérieuse. Au départ, j’avais pensé à ma chambre histoire d’être certain que personne ne vienne mais comme l’appartement est vide, c’était un peu inutile. Puis j’avais dit ce que je pensais en essayant d’être le plus court possible. Mon cœur était en train de battre tellement vite que ça m’en donnait l’impression que ma poitrine allait partir en morceau et qu’il s’échapperait pour s’arrêter plus loin. Enfin, image un peu gore en somme mais ça n’en était pas le but. La confusion me prenait vraiment et vive les nœuds que mon cerveau avait en ce moment, vous savez le genre bien difficile à défaire malgré une volonté de fer.

Puis là, sa main se posa sur ma joue puis son visage se rapprocha du bien et je sentis de nouveau le contact de ses lèvres. Un frisson naquit sur ma peau et je le sentais clairement alors qu’il ne faisait pas froid dans notre nid douillet, c’était juste son contact qui le provoquait. Mes yeux se sont fermés après quelques secondes et je lui ai laissé prendre l’accès qu’il voulait avant de participer un peu à ce baiser. Les fourmis qui prenaient d’assaut mon estomac me faisaient une drôle de sensation, j’étais heureux en fait qu’il s’intéresse à moi de cette manière et s’il n’en prenait pas l’initiative, je ne couperais pas le contact de nos lèvres. Ce fut finalement lui qui se détacha de mes lèvres et je me surpris à m’y accrocher un peu. « Kei. T’es dans ma tête tous les jours, toutes les heures, toutes les minutes. Si t’es loin, je me pose tout un tas de question, je n’suis pas tranquille et mon cerveau n’est juste occupé que par toi. » Je le regardais alors qu’il tournait le regard tout en enchainant alors que je restais silencieux. « J’ai pas dit ça sur un coup de tête. » Ah… Je m’étais totalement trompé, d’accord mais jusqu’à il y a quelques minutes je pensais encore que mon cerveau m’avait juste joué un sale tour. Il prit de nouveau la parole alors que je n’avais pas détourné les yeux de sa personne, un peu perdu dans mes pensées. « Je t’aime vraiment Kei. Ça parait bizarre comme ça, mais c’est vrai. Et t’entendre dire que c’était dit dans le feu de l’action…. Ça fait un peu mal là… » Il serrait son t-shirt au niveau de son cœur et je pinçais mes lèvres, un peu gêné.

Je ne savais pas quoi faire mais au fur et à mesure je reprenais un peu le dessus sur mes pensées et je prenais sa main dans la mienne avant d’aller l’embrasser tout en douceur tout en posant une main sur sa joue. « Je… Moi aussi tu sais… Mais ça paraissait irréaliste au départ parce que les hommes ne te plaisent pas, même si on ne choisit pas qui on aime… » Je me perdais totalement dans mes paroles mais au moins mon cerveau se déliait petit à petit et j’arrivais un peu à m’exprimer. J’ajoutais donc ce qui me passait par la tête « Tu sais, quand tu m’as regardé dans la salle de bain ce jour là… Je me suis surpris à avoir aimé ton regard et j’y ai repensé non stop, je voulais juste encore sentir le même regard sur moi mais c’est débile hein ? » Et là je pensais juste que je devais me taire parce que je me sentais en train de dire n’importe quoi. Et puis pourquoi ne pas lui dire carrément que je fantasmais sur lui pendant que j’y étais ? Mon cerveau me disait juste "Kei, la ferme" et il avait bien raison, je me faisais encore des tonnes de nœuds au cerveau et maintenant je n’avais plus de raison de m’en faire de toute façons.

Je me contentais de le serrer dans mes bras ensuite, tout en douceur mais en le gardant contre moi. Je profitais juste d’un câlin qu’il ne me refuserait pas vraiment. Mon cœur battait toujours la chamade mais je me sentais simplement bien, quand à savoir si nous allions entamer une relation ou pas ? Je n’étais pas contre, bien au contraire, mais je lui laissais le choix de ce cas. En tout cas, la seule chose que je voulais c’était être avec lui et partager beaucoup de choses, de la plus banale à la plus extraordinaire tout en prenant notre temps s’il voulait bien partager un petit bout de sa vie avec moi. Enfin je pensais ça alors qu’on vivait déjà ensemble et qu’on partageait pratiquement chaque heure de notre vie entre les répétitions, les interviews, les concerts et j’en passe… Mais ça n’avait rien de plus que des relations de travail et amicale en même temps. En tout cas je n’étais pas très bavard aujourd’hui !

Revenir en haut Aller en bas




Anonymous

Invité


Invité



[+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei Empty
MessageSujet: Re: [+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei   [+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei EmptyLun 10 Déc - 23:12

TITRE :

 [+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei




 

Je n’avais pas pu m’empêcher de l’embrasser. Avec passion. Je n’avais eu aucune envie de quitter ses lèvres, mais pour dire ce que j’avais à dire, je n’avais pas eu le choix. Je pouvais le dire maintenant. J’aimais Kei énormément. Plus que n’importe qui je crois. Et j’aimais tout chez lui. Il était si attentionné, doux, avec nous. J’aimais ses yeux, le regard qu’il avait quand il me regardait là. Son visage. Ses lèvres. Tout. J’avais dit ce que j’avais sur le cœur. Je n’arrivais pas à ralentir le rythme de ce dernier d’ailleurs. J’avais envie que Kei me croit, même si au fond ça pouvait lui paraitre bizarre que je passe d’hétéro à gay comme ça, pratiquement du jour au lendemain. Mais j’avais bien réfléchis. J’avais bien remarqué aussi qu’il était constamment dans ma tête. Tout ça avait fait que je ne pouvais pas me voiler la face plus longtemps. Il aurait été une fille, j’crois bien que ça n’aurait rien changé. Je sentis sa main prendre la mienne, l’autre se poser sur ma joue et puis ses lèvres retrouvèrent les miennes. Je crois qu’à force, j’allais en devenir fou. Si douce, si sucrées. Non mais j’allais vraiment en devenir dingue. Je n’avais pas eu envie qu’elles s’en aillent. Mais il eut des choses à me dire. « Je… Moi aussi tu sais… Mais ça paraissait irréaliste au départ parce que les hommes ne te plaisent pas, même si on ne choisit pas qui on aime » My God… Ca le travaillait tant que ça que je sois hétéro ? Si j’avais été gay, il n’aurait pas été dans le même état ? Genre, je parie qu’il aurait essayé tout autant de fuir comme il avait essayé de faire à la bibliothèque. « Oublie ça tu veux… On s’en fiche non ? Que j’sois hétéro ou pas, ça aurait changé quoi ? Perso, j’crois pas que ça aurait changé grand-chose. Même si peut être que je me serais moins torturé le cerveau. Mais au fond, selon moi ça n’aurait rien changé. » J’allais effleurer doucement sa joue. « Tu sais quand tu m’as regardé dans la salle de bain ce jour-là… Je me suis surpris à avoir aimé ton regard et j’y ai repensé non-stop, je voulais juste sentir le même regard sur moi mais c’est débile hein ? » J’en rougis. « Ah… Euhm… Bah… Tu sais… Cette fois-là… J’avais pas pu m’empêcher de te regarder…. Non de te fixer du regard… » Je détournais un peu les yeux, me sentant rougir un peu plus. J’y repensais. Ça me rendait fou. Cette vue, me rendait fou. Rien que d’y repenser et je sentais mon cœur battre encore plus fort. Je m’en pinçais la lèvre.

Il me serra ensuite dans ses bras. En douceur. Je passais mes bras autour de sa taille. Je le serrais doucement contre moi en retour. Je sentais de nouveau son odeur. J’en vins carrément à fermer les yeux pour la savourer. La chaleur de ce contact… Son odeur. Ça allait me rendre encore plus fou. Mais le sentir là tout contre moi, me mettais dans un état où je n’y croyais pas. Je me demandais si je ne rêvais pas. Si c’était encore vrai. Je le resserrai un peu plus, collant mon visage sur son épaule, mes doigts allant caresser doucement ses cheveux. Comme si je voulais m’assurer qu’il était bien là. Maintenant on était ensemble. On allait entamer une nouvelle relation. Totalement différente. Je n’arrivais plus à penser correctement. Honnêtement, son odeur et sa chaleur me rendait totalement fou. Fou de lui. Et j’en vins à penser que le T-Shirt de Kei était gênant. Je crois que je ne réfléchissais pas trop à ce que je faisais, ma main alla se glisser sous son T-shirt. J’avais envie de sentir sa peau sous mes doigts. L’image de Kei torse nu dans la salle de bain était revenue. La même pensée me pris : j’avais envie de le toucher, de goûter sa chair. Voilà. Il me rendait fou au point d’en avoir envie. J’avais desserré un peu mon étreinte. « Kei… Je… J’ai envie de toi… » Mes doigts caressaient doucement son dos et son torse. Mes lèvres vinrent effleurer son cou. Je ne savais pas trop ce que je faisais. Mon esprit était ailleurs, mais l’envie je l’avais.

Je savais que ça allait être la première fois que j’allais le faire avec un mec. Mais là je ne me posais même pas la question de savoir si j’allais bien m’y prendre ou pas. J’étais obsédé par l’envie de renforcer le contact qu’on avait eu jusqu’ici. J’avais envie de sentir sa peau sous mes doigts, de sentir ses mains sur la mienne. C’était tout. Et puis, j’avais envie de le faire mien. Là de suite.


Revenir en haut Aller en bas




Anonymous

Invité


Invité



[+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei Empty
MessageSujet: Re: [+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei   [+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei EmptyMar 11 Déc - 17:28

TITRE :

 [+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei




 

Les lèvres de Di Lan me rendaient complètement accro, limite dans un état de béatitude puis il fallait aussi avouer qu’il embrassait plus que bien à mon goût mais c’était totalement normal non ? Après tout, il avait eu des expériences à son âge et puis… Bref, il était tout ce dont j’avais pu rêver niveau homme et je jure que je ne le laisserais pas s’échapper facilement. Enfin, je pensais ça mais si jamais il ne me voulait plus, je ne m’accrocherais pas désespérément parce que ça ferait de moi une personne pire que pathétique, c’est ce pas ? Sauf que le sujet n’est pas là. Tout ce que mon aîné est me rend totalement… Amoureux en fait, il est juste parfait à mes yeux et personne ne pourra me faire changer d’avis ou très difficilement et en y mettant beaucoup de temps. Puis je m’étais remis à parler parce que j’avais besoin de dire ce que je voulais pour échanger mon avis avec lui dans un sens. « Oublie ça tu veux… On s’en fiche non ? Que j’sois hétéro ou pas, ça aurait changé quoi ? Perso, j’crois pas que ça aurait changé grand-chose. Même si peut être que je me serais moins torturé le cerveau. Mais au fond, selon moi ça n’aurait rien changé. » Il avait raison, à quoi bon penser trente ans à ça, après tout il m’a dit m’aimer et mon cœur en a été réchauffé au maximum. Mais je ne vais pas revenir trente sur le fait que ça fait du bien de se sentir aimé quand on aime aussi. Puis je me sentais allégé de nouveau en lui disant ce que je pensais de ce qui s’était passé il y avait maintenant une semaine. Je le vis rougir légèrement et je sentis une pointe de gêne dans son regard qui me fit regretter un instant mes paroles. « Ah… Euhm… Bah… Tu sais… Cette fois-là… J’avais pas pu m’empêcher de te regarder…. Non de te fixer du regard… » Oui, je l’avais remarqué et maintenant en y repensant mes joues s’empourpraient à leur tour sans que je ne puisse contrôler ce détail mais tant pis.

Je le serrais dans mes bras et profitais de ce moment qui me relaxait un peu et me faisait repenser au fait que je m’étais stressé pour rien en fait et ça me donnait envie de rire de moi-même mais je n’en eu pas l’occasion… Une de ses mains venait de se glisser sous mon haut et elle me fit frissonner en frôlant la peau de mon dos. J’aurais pu le repousser mais ce n’était pas la sensation la plus désagréable du monde malgré le fait que je ne comprenais pas pourquoi il ne s’était pas contenté de la laisser sur le tissu. Dans le fond, être ailleurs et juste penser à rester dans ses bras le plus longtemps possible me faisait oublier le reste. « Kei… Je… J’ai envie de toi… » Si j’avais pu m’étouffer en prenant ma respiration, croyez-moi que je l’aurais fait à l’instant même tellement il m’avait de nouveau pris de court. Ce qu’il y avait de bien était qu’il n’avait pas pu déceler ma surprise parce qu’il avait pris d’assaut mon cou en y déposant ses lèvres alors que ses doigts parcouraient mon buste. Là, je sentais que ma peau s’était totalement recouverte de frissons et je pinça mes lèvres en réflexe. Il avait vraiment l’air sûr de ses envies.

Et moi qui n’avais pas encore pris la parole, il fallait que je le fasse ? Non, les actions seraient mieux adaptées dans ce cas pour lui faire comprendre ce que je voulais. Timidement, je glissais donc une main sous son T-shirt pour effleurer sa peau du bout des doigts. « Je… J’en ai envie aussi… » En même temps, ce n’était pas un secret et ni comme si je me voilais la face, bien au contraire. Simplement, je ne savais pas jusqu’à quel point il était prêt à aller mais ce n’était pas un problème, je me contenterais de ce qu’il avait à me donner. En me disant cette phrase, il avait réveillé cet hémisphère de mon cerveau qui était endormi mais maintenant c’était mort, je voulais qu’on aille aussi loin que possible. Finalement ma main quittait la chaleur de sa peau parce que je voulais prendre son visage dans les mains et j’allais ensuite l’embrasser en douceur au départ. Mes lèvres s’entrouvraient ensuite pour laisser passer le muscle humide qu’elles contenaient. Celui-ci allait délicatement jouer avec les amas de chair formant la bouche de mon aîné tandis que mes joues devenaient de nouveaux roses à cause de la petite sensation de chaleur qui m’envahissait.

C’est avec regret que je rompais ce baiser mais il le fallait bien. Avec un peu plus d’assurance maintenant, je glissais mes mains vers sa taille pour lui retirer finalement ce qu’il porte en haut et profiter de la vue de son torse sans pouvoir me retenir et me mordiller la lèvre inférieure. Mes mains vont ensuite se poser sur son torse et le caresse en douceur tandis que mes lèvres rejoignent de nouveaux celle de l’homme que j’aime tellement j’y suis déjà attaché.

Revenir en haut Aller en bas




Anonymous

Invité


Invité



[+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei Empty
MessageSujet: Re: [+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei   [+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei EmptyJeu 13 Déc - 18:50

TITRE :

 [+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei




 

J’avais suivi mes envies et mes désirs sans penser à d’abord me demander si ça ne lui posait pas de problème. J’avais envie de sentir la chaleur de son corps encore plus. Son odeur m’avait rendu fou. Ses lèvres et son regard aussi. La douceur de sa peau sous mes doigts n’arrangea pas le problème. Je lui fis part de mes envies. J’avais bien sentis son corps pris d’un frisson. Je ne voulais pas provoquer de nouvelle crise par la surprise que cela pouvait provoquer chez lui, alors j’y étais allé en douceur et pas trop vite. Enfin, si on pouvait dire que je n’étais pas allé trop vite. Et puis je sentis sa main aller sous mon T-shirt. J’eut un frisson aussi. « Je… J’en ai envie aussi… » Mon cœur rata un battement. J’abandonnais son cou, sa main quitta ma chair pour aller rejoindre l’autre, tenant ainsi mon visage. Ses lèvres retrouvèrent les miennes pour m’embrasser. J’entrouvrais aussi les miennes, invitant sa langue à rejoindre sa partenaire. J’en fermais les yeux tellement j’aimais ce contact. Je n’avais pas envie qu’il s’arrête, mais cela arriva quand même. Je sentis ses mains sur ma taille et finalement je me retrouvais sans mon T-Shirt. Doucement, la chaleur de mon corps montait. Ses caresses me firent frissonner. Je profitais aussi de cette pause pour lui retirer son haut aussi, et ce avant qu’il ne m’embrasse de nouveau.

Je le voulais. Il me rendait dingue. Il était devenu une obsession. Depuis que je l’avais vu dans cette salle de bain. Je ne l’avouerai même pas à moi-même, mais ça avait fait l’objet de fantasmes qu’auparavant je ne m’étais pas vraiment connu. Je caressais son dos, son torse avec douceur, tout en partageant et répondant avec passion à son nouveau baiser. J’en vins à le serrer un peu plus contre moi, renforçant mes caresses. Mes lèvres allèrent ensuite embrasser son cou. Je l’avouerai sans problème que je ne sais pas trop comment faire avec un mec. Mais pour le moment, mon cerveau ne se souciait pas de ça. Et puis j’étais plutôt bien accompagné. En tout cas, mes doigts ne cessaient de l’effleurer ou de le caresser. Je lui embrassais et mordillais le cou. Pas au point d’y laisser des marques, parce que je ne voulais pas que ça se sache. Je descendais pour embrasser son torse. Et puis mes lèvres rejoignirent les siennes et je l’embrassais langoureusement, alors que l’une de mes mains caressait doucement son torse et descendait lentement vers sa ceinture. Je faisais un peu comme je le sentais. Je me demandais qu’est-ce que j’aimerai qu’il me fasse… Ou un truc dans le genre… Et je le faisais. Et là, ma main détachait sa ceinture, pour aller, peut-être un peu timidement, dans son calçon. Mes doigts allèrent caresser son entre jambe. J’avais quitté ses lèvres. Je voulais savoir si ça lui apportait du plaisir ou pas. Je sais pas. J’avais agis à l’instinct.

Je commençais à masser son membre en douceur. « Tu… Tu m’dis si ça va pas… » J’avais pas pu m’empêcher de lui dire ça. Mais j’étais sans doute pardonné par le fait que c’était vraiment la première fois que je le faisais avec un mec. En tout cas, je ne m’arrêtais pas. Les joues un peu rougies par ce que je faisais mais aussi par la chaleur qui commençait à monter, j’allais de nouveau embrasser son cou. Dans mon action, je l’avais mis allongé sur le canapé. A croire que c’était une meilleure position pour lui comme pour moi. Je ne pensais plus rien. Je ne sentais plus rien d’autre que son odeur, sa chaleur, la chair de son torse sous mes doigts et son membre déjà dur sous mes doigts. Je me foutais de savoir quelle heure il était. J’avais la tête juste occupée par ce qu’on était en train de faire, et par ce qu’on allait faire. Je n’entendais que sa respiration. Le reste était totalement absent à ma conscience.


Revenir en haut Aller en bas




Anonymous

Invité


Invité



[+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei Empty
MessageSujet: Re: [+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei   [+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei EmptyVen 14 Déc - 19:22

TITRE :

 [+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei




 

La situation avait pris une tournure à laquelle je ne m’étais pas du tout attendu mais aussi surprenante soit elle, elle était agréable du fait que ses doigts parcouraient ma peau et me faisait frissonner alors que mon cœur se réchauffait progressivement… Que je pouvais enfin avoir la prétention de me dire que j’avais droit à le toucher. Je ne pensais à rien d’autre que profiter de ce moment et de ce qu’il avait à me donner, il avait parfois des gestes hésitants mais ils étaient pardonnés parce que je savais bien qu’une première n’est jamais facile. Ses baisers me transportaient plus que je ne le pensais et lorsqu’il se mit à quelque peu martyriser la peau de mon coup, un léger soupir d’aise franchit le seuil de mes lèvres, le premier en fait parce que malgré ma volonté de faire dans le discret et silencieux, je ne pouvais pas tellement m’en empêcher. Il ne voyait pas le rouge de mes joues, c’était tant mieux parce que ça me gênait un peu vu que je ne l’aurais pas pensé si entreprenant. Surtout que là, il avait déjà sa main bien placée après avoir défait ce qui le gênait et ça m’obligea à mordiller un peu plus ma lèvre inférieure avant qu’il ne vienne prendre possession de mes lèvres et me faire profiter d’un baiser qui me procurait une nouvelle fois cette sensation. Il en avait profité pour m’allonger sur le canapé et ce n’était pas plus mal de me retrouver allongé, ça facilitait grandement les choses.

« Tu… Tu m’dis si ça va pas… » Quand il prononce cette phrase, je pose alors mes yeux sur lui et affiche une petite moue avant de l’embrasser et je mordille délicatement sa lèvre inférieure au passage avant de me détacher de sa bouche pour sourire. « Tout va bien, je t’assure… Tu te débrouilles très bien… » Tout en parlant, mes mains avaient fait leur bout de chemin sur son torse pour atteindre sa taille et défaire ce qu’il portait pour finalement commencer à lui retirer son pantalon tout en prenant de nouveau possession de ses lèvres. En quelques secondes, je venais de l’obliger à retirer sa main de mon caleçon et de le faire s’allonger à ma place. Ensuite ? J’avais tout simplement posé mes lèvres sur son cou histoire de l’embrasser en douceur puis de le torturer gentiment avant de les descendre sur son torse, voulant juste goûter chaque parcelle de celui-ci. Par la même occasion, j’en avais profité pour lui retirer son pantalon, le laissant donc en sous-vêtement et ma main s’était posée sur son entre-jambes dans le but de le caresser.

Tout en lui était assez enivrant, plus j’en avais et plus j’en voulais… Et ce malgré moi, je ne pouvais non plus empêcher mon cœur de battre à tout rompre. En fait, tout ce que je pensais maintenant c’était à savoir si je ne m’y prenais pas mal avec lui, je n’avais pas envie qu’il soit déçu. Mes caresses étaient lentes et appliquées au départ puis j’avais fini par glisser la main dans son dernier vêtements pour laisser mes doigts entrer en contact direct avec ce qu’il contenait tout en remontant ma bouche à la sienne et lui donner un baiser bien passionné en laissant ma langue rejoindre de nouveau celle de mon aîné. Je fis finalement glisser son dernier vêtement tandis que mes lèvres étaient retournées s’occuper avec son cou sans pour autant le marquer malgré l’envie furieuse que j’avais de le faire.

Quelques minutes plus tard, mon regard se posa sur son visage et je fis un nouveau sourire, la timidité était derrière moi et ce n’était pas plus mal. Mes yeux avaient déviés petit à petit pour avoir une surprise de taille, c’était le cas de le dire même… Bon, pas de quoi se démonter pour ça Kei, ce mec n’a presque pas de défauts donc tu t’attendais à quoi hein ? Enfin, je parsemais de nouveau la peau de son buste de doux baisers en descendant au fur et à mesure pour finir par ses cuisses sur lesquelles je restais un moment. Je finis par embrasser l’extrémité de sa verge tout en douceur avec seulement le souci de lui procurer du plaisir. Finalement je fais en sorte qu’il passe la barrière de ce qui forme mes lippes pour imiter les mouvements que ma main faisait plus tôt tout en les faisant durer un instant avant de finalement le laisser en une sorte tranquille pour me redresser. « Ça va… ? » Je ne savais vraiment pas quoi dire d’autre alors que j’allais finalement embrasser sa joue.

Puis je me lève et retire mes derniers vêtements avant de me remettre sur lui pour être cette fois bien à califourchon sur lui avant de le regarder tout en ayant le rouge aux joues parce que j’ai honte qu’il puisse me voir dans le plus simple appareil. Pourquoi ? Parce que je ne suis pas très à l’aise avec mon corps dans le fond. « S’il te plait… Ne regardes pas trop sinon je vais virer rouge pire que ça… » Malgré ma phrase, je ne pensais pas qu’il y ait de réel problème avec mon apparence et puis s’il m’aime c’est totalement non ? Et voilà comment changer un peu l’ambiance de la situation juste pour dire une petite phrase. Mais bon, j’allais juste rattraper ça en l’embrassant le plus langoureusement possible. Ce que je fis aussitôt parce que ça permettait de l’occuper aussi. Tant qu’à y faire, je profitais de ce moment pour "préparer un peu le terrain" si l’on peut dire avant de faire en sorte que son corps soit lié au mien. Puis mon visage se dissimula au creux de son cou pendant cette liaison qui était maintenant entamée puis terminée avec un peu de peine quand même.

Revenir en haut Aller en bas




Anonymous

Invité


Invité



[+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei Empty
MessageSujet: Re: [+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei   [+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei EmptyVen 14 Déc - 23:04

TITRE :

 [+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei




 

Si j’avais su que Kei et moi ça finirait comme ça, pour sûr qu’avant j’aurai dit que c’était impossible. Cependant, il faut croire que sa bouille et tout ce qu’il était m’avait attiré. Non. Obsédé. Je l’adorais. Je l’aimais. Et maintenant, c’était lui tout entier corps et âme que je voulais, que j’aimais. C’était peut-être quelque chose d’extraordinaire mais c’était pourtant le cas. Je le voulais tout entier. Quand je l’avais vu torse nu dans la salle de bain, je n’avais pu détacher mes yeux, mais je sais que c’était parce que je voulais déjà mettre mes mains dessus, comme je le faisais là. L’atmosphère en cet instant s’était réchauffée. J’avais chaud. Je sentais aussi son corps se réchauffer au fur et à mesure que je le caressais. Etait-ce encore un rêve ou bien était-ce bien la réalité ? Je vivais un moment tellement particulier. C’était tellement nouveau, tellement agréable aussi. Je sentais sa chaleur sous mes doigts. Plus je le touchais, plus je le caressais et plus je l’embrassais, plus je le voulais. Mes envies s’étaient muées en désir. Je ne réfléchissais plus. J’agissais comme mon instinct et mon désir me l’ordonnaient. Si j’étais hésitant, oui, j’étais pardonné. Mais j’étais plus qu’heureux de pouvoir vivre cette expérience avec Kei. Et puis j’avais passé le seuil des simples caresses et baisers. J’avais glissé ma main dans son caleçon et j’avais commencé à caresser son membre. J’embrassais encore son cou. En plus d’entendre sa respiration, j’avais bien entendu son soupir d’aise. J’avais repris possession de ses lèvres, de son cou aussi. Je l’avais allongé sur le canapé. J’avais commencé à le masser doucement. Je n’avais pas envie de commettre d’erreur, de faire quelque chose qu’il n’aimait pas. J’avais alors osé lui demander si ça allait, sans m’arrêter pour autant. Il me rassura. « Tout va bien, je t’assure… Tu te débrouilles très bien… »

Je continuais alors. Je n’arrêtais pas. Je frissonnais sous ses caresses et puis je sentis ses mains défaire elles aussi ma ceinture. Mon pantalon me fut enlevé. Ses lèvres rejoignirent les miennes. Et puis, il retira ma main. Je ne lâchais pas ses lèvres à ce moment-là. Je le laissais m’allonger. Mes bras l’enlaçaient tandis qu’il m’embrassait le cou. J’avais instinctivement penché légèrement la tête pour le lui donner tout entier. Il descendit ses lèvres sur mon torse. Je me retrouvais sans mon pantalon, à soupirer d’aise sous ses baisers. J’avais rougis d’un coup quand je sentis sa main sur mon entre jambe. Même à travers le caleçon, ça m’avait fait une impression tellement forte, que je m’en pinçais la lèvre. Ma température avait monté encore d’un degré. Il me caressait le membre à travers le tissu, et ça me rendait juste dingue. Et puis sa main entra en contact direct avec mon entre jambe et, mes bras autour de son cou, j’étouffais un soupir dans le baiser qu’il me donna. Si j’avais su que même avec un homme on pouvait ressentir autant de chose, je crois que j’aurais tenté l’expérience plus tôt. Il retira mon caleçon, et attaqua mon cou, m’arrachant cette fois un soupire de plaisir.

Il me regarda alors en souriant. Je lui souris aussi. Je me remis à rougir comme un bêta en le voyant me dévorer des yeux. C’était pas gênant, mais presque. Et puis, je sentis de nouveau ses lèvres sur mon torse. Je le sentis descendre de plus en plus. Je commençais à me demander ce qu’il comptait faire. Je m’étais un peu redresser. Il s’était attaqué à mes cuisses, mon cœur s’était mis à battre la chamade tellement je me demandais ce qu’il allait faire. Il n’allait quand même pas. Et bah… Si… Ses lèvres. Je les avais senties là, sur mon entre jambe. J’avais lâché un soupir de surprise. « kei, qu’est-ce que tu.. » Pas le temps de finir la phrase, il était déjà en train de le prendre tout entier dans sa bouche. Et moi ? Moi je m’étais remis allongé, les mains sur mon visage, cachant mes joues ultra rouges, j’arrivais pas non plus à arrêter de soupirer de plaisir. En fait, c’était tellement agréable comme sensation. C’était vraiment trop agréable. Je baissais mes mains quand je le sentis s’arrêter. « Ça va… ? » Il venait de me tuer. Mais j’hochais la tête. Je m’étais un peu redressé. Je le vis retirer les derniers vêtements qui lui restaient. Je n’arrivais pas à détacher mes yeux de son corps. Appuyé sur mes coudes, je ne le quittais pas des yeux. Il s’était mis à califourchon sur moi, rougissant comme jamais. « S’il te plait… Ne regardes pas trop sinon je vais virer rouge pire que ça… » Je passais ma main sur sa joue, lui souriant, plongeant du coup mon regard dans ses yeux. Ses lèvres retrouvèrent les miennes. Elles avaient le don de m’enivrer. Et là, tout s’accéléra.

Je sentis son corps se lier au mien. Cette fois j’avais lâché un soupir un peu plus fort. Comment ça, c’était possible d’abord ? Mais ça l’était. Et c’était juste incroyable. Et finalement à ce stade, je crois que je ne me posais plus trop de questions de savoir si c’était possible ou pas. J’étais en lui. Et il fallait que je bouge. Sinon il allait morfler. Non ? J’étais quand même hésitant. Devais-je vraiment bouger ? Ou bien le laisser faire ? Je m’en pinçais les lèvres. Et puis au final, Je le fis basculer sur le canapé. La seule différence avec une fille c’était ça. Sauf pour le reste. Et pour ce que je devais faire là. Fin c’est ce que je pensais. Mais je ne voulais pas lui faire mal non plus. Donc j’y allais en douceur. J’entamais un mouvement de va et viens, l’une de mes mains lui tenant le bassin. C’était incroyable, c’était pas du tout comme on pouvait l’imaginer. La tête contre son épaule. Plus je bougeais, plus j’avais la sensation que son corps en redemandais. C’était trop bon. Trop agréable. Chaque coup me faisait lâcher un gémissement. Et ne voulant vraiment pas lui faire mal « Kei… Surtout… Tu me dis si j’te fais mal… ». Et je continuais. C’était si agréable, que j’avais peine à garder ce rythme doux. Je commençais déjà à accentuer un peu plus mes mouvements en lui, le tenant plus fermement.


Revenir en haut Aller en bas




Anonymous

Invité


Invité



[+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei Empty
MessageSujet: Re: [+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei   [+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei EmptyDim 16 Déc - 22:55

TITRE :

 [+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei




 

Le fait qu’il hoche la tête pour me signifier que ça allait me rassurait un peu parce que j’avais peur qu’il n’apprécie rien de ce que je pouvais mettre en œuvre pour lui fournir du plaisir éphémère. En fait, j’espérais juste lui faire passer le meilleur moment possible pour qu’il ait envie de recommencer plus tard mais je pouvais juste me planter et ne pas du tout lui convenir. Ce qui me ferait un peu mal de ne pas le satisfaire dans le fond mais ses soupirs m’avaient quand même donné la preuve qu’il appréciait un minimum l’initiative et ça me rendait heureux. Oui, il en faut peu mais savoir que la personne qu’on aime est satisfaite ça n’a pas de prix. « Kei, qu’est-ce que tu.. » Je me souviens maintenant de la phrase qu’il a prononcé juste avant comme s’il ne s’y attendait pas mais… Jamais personne ne lui avait fait cela ? La question me brûlait les lèvres mais finalement elle ne les franchissait pas car celles-ci s’étaient de nouveau écrasées sur celles de mon aîné pour un baiser plus que plaisant. D’ailleurs, ça me faisait encore repenser au fait que j’étais littéralement attaché à toute sa personne mais bon, je ne faisais que penser et repenser les mêmes choses dans le fond. Surtout que maintenant, j’avais lié son corps au mien non sans ressentir une petite douleur mais elle était bien vite partie tandis que rester immobile m’avait permis de m’habituer à cette présence.

J’étais dans un dilemme autant que lui sans le savoir vu que j’hésitais à commencer des mouvements et ainsi donner une sorte de feu vert mais finalement il prit les devants. Et je me retrouvais de nouveau allongé sur le canapé et je sentis qu’il agrippait mon bassin en commençant de doux mouvements ce qui me fit frissonner. Mes mains se mirent à parcourir son dos et je soupirais faiblement d’aise au départ tandis que mon corps s’habituait à ça. Après un court instant, des gémissements timides franchissaient le seuil de mes lèvres et mes yeux s’étaient clos comme pour mieux profiter de ce qu’il faisait. « Kei… Surtout… Tu me dis si j’te fais mal… » Mes mains s’attardaient parfois sur sa peau mais seulement quelques secondes puis mes ongles s’enfoncèrent légèrement dans son épiderme alors qu’il augmentait les mouvements. Je sentais le rouge bien présent sur mes joues à cause de la chaleur qu’il me provoquait entièrement en fait. Et ça m’avait même fait gémir plus fort. Je me demande s’il sait le plaisir qu’il me donne mais je ne crois pas en fait vu sa phrase, j’arrive quand même à glisser. « Pas du tout… Continue… » Oui, j’en réclamais plus comme mon corps en réclamait plus en fait, pour une fois mon cerveau et lui s’étaient mis d’accord et ce n’était pas plus mal. Chacun de ses mouvements me donnait des frissons et je n’avais pas honte d’en vouloir plus, d’ailleurs j’essayais même de le lui signifier en faisant pression légèrement sur ses reins.

Je me demandais toujours comment on en était arrivés là et je n’arrivais toujours pas à croire que j’avais pu le séduire… Comment ? Je n’avais rien fait, je ne suis pas non plus séduisant à mort, mon corps n’a rien d’extraordinaire et pourtant il ne pouvait s’empêcher de me regarder comme si j’étais la plus belle "chose" au monde. Mon cœur ? Il le faisait battre à tout rompre, il était tellement important que même passer un simple moment à le regarder faire serait suffisant dans le fond mais là, il me donnait bien plus que je ne pouvais espérer. Si je devrais mourir après ça, tant pis parce que je vivais un instant de pur bonheur… Heureusement que la mort n’était pas au programme, je voulais encore partager des tonnes de moments avec lui, lui prouver par des actions que je l’aime vraiment. « … Di… Lan… » Oui, je venais de lâcher son prénom dans un gémissement sans m’en apercevoir et si j’avais pu continuer de parler, en d’autres circonstances je l’aurais fait mais ce n’était pas le moment.

Ce moment… Je ne voulais pas qu’il s’arrête de peur que ce ne soit qu’un rêve que j’étais en train de faire. Le plus merveilleux de ma vie si on le prenait comme ça. Sous ses coups de reins j’avais l’impression de défaillir tout en voulant qu’il donne encore plus de sa personne. Tout le monde sait en plus que cet acte provoque de l’endorphine et que celle-ci procure du bonheur donc il n’y a aucun mal là-dedans n’est ce pas ? Mes gémissements s’étaient faits encore plus audibles tandis que le temps avait bien passé, ma température était bouillante et du coup la sueur avait perlée sur mon corps comme sur celui de mon aîné. Malgré le peu de moyens dont je disposais je faisais en sorte de lui procurer un peu plus de plaisir, me contractant de temps en temps. Mes mains parcouraient toujours son dos de temps à autre mais j’essayais de ne pas trop abuser. Sauf que j’aime réellement sentir ses muscles sous mes doigts, il est bien fait alors je préfère en profiter tant que j’en ai le droit.

Revenir en haut Aller en bas




Anonymous

Invité


Invité



[+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei Empty
MessageSujet: Re: [+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei   [+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei EmptyMar 25 Déc - 17:28

TITRE :

 [+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei




 

La sensation de ses lèvres sur mon entrejambe m’avait vraiment surpris. On ne me l’avait jamais fait. Mais bon je crois bien que ça ne m’aurait jamais traversé l’esprit. Cependant, je ne pouvais pas nier que c’était super agréable. Même trop. Heureusement que Kei n’a pas chercher à savoir si c’était ma toute première. J’aurais eu un peu de mal à lui répondre. Et puis il avait lié nos deux corps. J’avais hésité. Pendant une minute. C’était lui ou moi qui allait bouger. Et finalement je pris l’initiative. D’abord tout doucement. Pour pas le brusquer. Je m’assurais que tout était comme il le fallait. Je n’avais vraiment pas envie de faire une erreur.

J’avais entamé des mouvements plus passionnés en lui. Il m’avait rassuré. Je sentais son corps frissonner sous mes doigts. Je frissonnais sous ses caresses. La chaleur me prenait et se mêlait à la sienne. J’aimais tout en lui. Vraiment tout. Il me rendait fou. Dingue. Et là, plus j’allais et venais en lui, plus j’en voulais. J’allais toujours plus loin. Plus fort. Ses soupirs et ses gémissements ne faisaient que m’encourager. Ses jambes s’étaient resserrées sur mes reins comme s’il m’en redemandait. Il m’avait demandé de continuer. J’étais soulagé que tout lui aille, que tout lui plaise. Parce que je n’étais pas vraiment prêt à m’arrêter. Je le tenais toujours bien fermement donnant des coups de reins plus fort et surtout plus profonds.

Il lâcha mon nom dans un gémissement. Mon cœur rata un battement. Je ne m’arrêtais pas pour autant. J’avais envie qu’il le redise. Encore et encore. Alors je repris mes mouvements plus intenses. Je ne sais pas comment ni pourquoi avec lui c’était allé si vite. Mais je ne voulais pas comprendre. J’étais déjà très attaché à lui. Mais là je l’étais encore plus. Je l’aimais encore plus. Mes mains glissèrent sur son dos, mes lèvres allèrent embrasser son cou. Dès que je l’avais rencontré, j’avais eu encore plus envie de lui montrer que je n’étais pas celui que toutes les mauvaises langues présentaient comme un bad boy sans cœur ou super violent. J’avais eu envie de me rapprocher de lui, de m’en faire un ami. Et plus je m’étais rapproché, plus j’avais développé pour lui un attachement plus fort. J’étais vraiment heureux que cet attachement soit réciproque. Parce que je ne sais pas comment j’aurais pu faire pour tenir le coup. Mais là, il n’était pas du tout question de penser à ça. Kei m’appartenait maintenant. Et je me jurais de ne pas le quitter, de rester toujours près de lui, le plus possible. De faire en sorte que le « nous » soit là à jamais.

Je sentis ma limite arriver. Je donnais les derniers coups de reins avant de sentir mon corps se contracter et je jouis en lui en lâchant un long gémissement de plaisir. J’étais mort. Enfin, plutôt vidé. La mort n’était pas vraiment au programme. Remarque, mourir dans les bras de Kei, ça donnerait une scène de drama tellement belle qu’elle en arracherait des larmes… mais c’pas le moment de penser à ce genre de chose stupides. Je m’étais juste allongé sur lui, juste le temps de reprendre mon souffle, et quelques forces, avant de me retirer de lui. Et puis, je me trouvais bien là, dans ses bras. Le visage contre son cou, je crois bien que je n’y croyais toujours pas. L’avoir fait avec un mec… avec Kei. Non mais si on m’avait prédit que ça se passerait comme ça, et qu’en plus ça allait être aussi excitant que ça l’avait été, je crois que je me serais déclaré plus tôt… BAKA ! Oui, j’étais idiot de penser des trucs pareils. M’enfin, là, j’étais vraiment bien dans ses bras. Si on n’avait pas été sur le canapé, j’me serais endormi direct. « Kei… Je t’aime… » Je ne savais pas quoi dire d’autre d’intelligent. Je crois que je ne le lui dirais jamais assez.


Revenir en haut Aller en bas




Anonymous

Invité


Invité



[+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei Empty
MessageSujet: Re: [+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei   [+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei EmptySam 2 Fév - 21:23

TITRE :

 [+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei




 

Je me demandais encore comment nous en étions arrivés à passer le pas si vite, surtout sans que j’en ai honte pas que je sois horrible, non je suis beau et je le sais mais il y a toujours de la gêne la première fois et avec lui, je n’y avais pas pensé. Mais le résultat était là, nous partagions ce moment qui était plus que fabuleux et je me surprenais à lui en redemander encore et encore, à prononcer parfois son prénom plus ou moins discrètement entre des soupirs de plaisir. Son corps brûlant me rendait totalement fou et ce moment était passé bien trop vite alors que je me sentais si bien ensuite. Son corps toujours là, son souffle sur ma peau et celle-ci se couvrant de frissons plus qu’agréable alors que je me remettais lentement et en douceur de mes émotions. Pauvre canapé quand même, nous venions de lui faire subir une épreuve et cette pensée me fit sourire malgré moi alors que j’embrassais finalement la joue de mon aîné. « Kei… Je t’aime… » Un nouveau sourire s’affichait sur mes lèvres après sa courte phrase et je caressais sa peau à nouveau sans rien dire pendant quelques longues secondes, yeux clos et profitant de l’écho de sa phrase dans ma tête jusqu’à ce qu’elle ne soit plus qu’un lointain bruit pour finalement devenir inaudible. « Je t’aime aussi… Plus que tu ne peux l’imaginer… Mais ce n’est qu’un début en fait… » Oui parce que plus allait passer plus j’allais l’aimer, c’était quasi certain. Maintenant qu’il était là et de cette manière dans ma vie, hors de question de tout gâcher et/ou de le laisser partir sans rien faire si jamais j’ai encore de l’espoir et la volonté de le faire d’ici le moment où ça arrivera.

Je restais là, immobile et perdu dans des pensées digne d’un dessin animé totalement idiot alors que finalement celles-ci déviaient vers l’avenir et je me disais qu’un jour, on enverrait des signes malgré nous parce que notre situation fera que ça arrivera. Bien évidemment pour ma part je ferais attention à ce que chaque petit geste d’affection soit discret si nous sommes en public ou qu’il passe pour une démonstration amicale. Mais ce serait dur quand même, puis éviter d’éveiller les soupçons de fans qui fantasment sur des relations ambigües entre nous c’est comme vouloir se cacher derrière un petit pot de fleurs en quelques sortes. Bon, trêve de pensées de couple parce que mon cerveau me réclamait du repos. « On va se reposer dans ma chambre ? En fait ce n’est pas vraiment une question… Je suis fatigué et toi aussi je suppose… » Une petite moue dans le but de l’appâter suit ma phrase mais bon, il n’aurait rien contre je pense.

Puis je bouge légèrement pour qu’il fasse de même et je me lève en lui volant un rapide baiser au passage avant de ramasser nos vêtements en silence et lui jeter ce qu’il faut pour qu’il se couvre un minimum avant de faire de même et enfiler mon sous-vêtement. Ensuite, direction la salle de bain pour mettre nos affaires dans le panier de linges sales. Puis direction ma chambre et au passage, je vais lui prendre la main pour le tirer avec moi et y entrer avant de m’effondrer complètement sur le lit et attraper mon cher coussin par habitude en fait avant de finalement le laisser de côté pour enlacer mon aîné en douceur. Je pensais déjà à toutes les petites choses qu’on allait faire dès le lendemain, les petits bisous, les petits câlins… Sauf qu’à peine ces pensées étaient arrivées à mon cerveau qu’elles s’en étaient envolées et je finissais par m’endormir sans prendre la peine de me couvrir parce que finalement je me sentais bien et que je n’avais besoin de rien d’autre que sa présence à mes côtés.

Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé





[+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei Empty
MessageSujet: Re: [+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei   [+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei Empty

TITRE :

 [+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei




 



Revenir en haut Aller en bas

 

[+18 !] | Going Crazy 'bout you | Ft. Ryu Jun Kei

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Joe Jack-La vie au bout des doigts
» 03. Redhead, you konw you're driving me crazy right ?
» mes décorations en bois
» Un p'tit bain... Et plus? [ Seiko ♥ ] -Hentaï-
» Une serviette ? Un bout de gateau ? Et ta mère je la *** ?!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
New Generation :: C'est la fête à la New Génération :: The endBut nothing really disappears-