AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .



Je suis une idole, aimez-moi ♥
avatar



Je suis une idole, aimez-moi ♥


•• Mes notes : 415
•• J'habite : Jongno-Gu
•• Métier : Idole

MessageSujet: Jun Ki ; We need to talk Dear èé   Dim 26 Jan - 14:50

TITRE :

 Jun Ki ; We need to talk Dear èé




 

Ce jour-là était un jour particulièrement important pour moi – certes – mais surtout pour Jun Ki. Oh il n’allait pas en revenir c’était certain, moi-même je me félicitais de ma surprenante perspicacité à avoir tout découvert. Pour une découverte, c’en était une, celle de Christophe Colomb me paraissait même moindre à côté de celle-ci. Haha, comment aurait-il pu voir avec tant de lucidité que son meilleur ami avait le béguin pour un autre mec et qu’ils étaient en froid, tout cela sans qu’on le lui ait dit ? La situation était en effet critique. Cela faisait plusieurs mois que je voyais mon ami loucher sur un certain Jung Aaron, avec une colère non des moindres. Déjà que déduire que Jun Ki était gay n’avait pas été si simple, mais ses blocages avec la gente féminine m’ont clairement fait comprendre qu’il ne jouait pas dans la même cour que la plupart des garçons – non sans une certaine déception, puisqu’il était très très beau quand même. Mais j’avais laissé ma déception personnelle de côté et j’avais décidé de tout faire pour venir en aide à mon ami. De plus, chose que je gardais pour moi, j’avais toujours rêvé d’avoir un meilleur ami gay. Autant dire que j’étais plus que partante pour soutenir Jun Ki dans sa recherche identitaire.

Seulement, le beau brun ne se faisait pas très accessible et j’avais grand-peine à obtenir sa confiance. Il niait en bloc avoir la moindre attirance pour les mecs malgré tous les signes de son comportement suspect que je lui présentais. A croire qu’il ne me faisait pas assez confiance. Pourtant, s’il y avait bien quelqu’un qui pouvait écouter d’une oreille attentive les problèmes des gens, c’était bien moi. Je veux dire, je n’avais pas eu la vie facile, loin de là, alors je pouvais comprendre ce genre de choses. Mais que voulez-vous, Jun Ki était du genre inaccessible et mystérieux donc, il me fallait creuser davantage. J’en étais venue de cette façon à comprendre sa relation complexe avec le mannequin, Jung Aaron, et ce jour-là, j’avais décidé de lui parler directement, de le mettre au pied du mur. Cette image m’arma de courage et de détermination dans mon entreprise : je me rendais dès lors chez le beau Roméo pour qu’il me déclare sa flamme pour l’élu de son cœur. Pas de chance pour lui, c’était un photographe et j’étais une célébrité, obtenir son adresse auprès de ses collègues contre de jolis sourires avait donc été un jeu d’enfant. Il ne pourrait pas se défiler si je mettais les pieds chez lui.

Une fois prête à partir, étant entièrement [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour le temps frais de cet hiver pénible, je me mis donc en route. Enfin, je marchai jusqu’à trouver le premier taxi qui accepterait de prendre une fille qui portait des lunettes de soleil… alors qu’il n’y avait pas le moindre rayon de soleil dans le ciel. Préserver son identité était une règle d’or à laquelle je ne pouvais échapper, même pour le bien de mon petit Jun Ki. Je me rendis d’ailleurs compte qu’en effet, il était plus jeune que moi d’un an, le poids de l’âge commençant soudain à m’envahir. Cela faisait tout de même plusieurs années que j’avais mis les pieds en Corée et pas moyen de me trouver un petit-ami. Bon, on pouvait enlever déjà trois ans de « retour à la vie normale » mais quand même. Les princesses Disney n’étaient-elles pas déjà toutes mariées ou n’avaient-elles pas trouvé le grand amour à mon âge ? J’avais l’impression d’être au bord du désespoir.

Quelques bonnes minutes plus tard et me voilà Mapo-gu, le quartier où résidait Jun Ki et j’étais même dans la rue où il habitait. Je me référai à l’adresse qui m’avait été donnée afin de trouver le bon numéro. Déjà que l’affaire n’allait pas être simple, si en plus, je me trompais de lieu de résidence, j’étais mal barrée. Je me demandais dans quel type de logement il vivait et, je ne fus pas vraiment surprise en découvrant la façade d’un petit appartement sur lequel était effectivement inscrit le numéro clef. Désormais commençait la phase la plus compliquée de mon travail. Je fis d’abord une prière silencieuse pour que personne d’autre ne soit chez lui, à part lui, en particulier le mannequin en question. Si jamais j’arrivais en plein milieu de leur réconciliation, je ne me le pardonnerais jamais, jamais, jamais. Ce fut donc timidement, à ma propre surprise, que je frappai trois coups à sa porte, avant de me rendre compte de la présence de la sonnerie, sur laquelle j’appuyai donc, me sentant bien bête. Je remis en place mes cheveux, à ce moment-là de couleur vert d’eau, et enlevai mes lunettes de soleil en priant pour que personne ne passe au même instant. Cela faisait beaucoup de prières en peu de temps, mais j’espérais qu’elles fussent exaucées.

Apparut alors la silhouette de Jun Ki, auquel je ne laissai même pas le temps de prendre la parole.

« Hey Jun Ki ! Ça va ? Je peux entrer ? »

Devant le temps de réaction du jeune homme, à mon goût bien trop longtemps, et l’absence de voix inconnue qui m’indiqua qu’il était seul chez lui, je décidai moi-même de m’inviter chez lui. Je ne risquais pas trop de l’énerver du moment que je restais sur le seuil, intérieur, non ? Je pris le risque, un joli sourire sur le visage pour me faire pardonner d’avance. Craignait-il déjà la raison pour laquelle j’étais venue le voir ? On verrait bien. Pour le moment, je me contentais d’enchaîner les phrases pour essayer de détendre l’atmosphère.

« Tu te demandes comment j’ai eu ton adresse hein ? Eh bien, sache que tes collègues ont un sens défaillant pour ce qui est de la discrétion, lui confiai-je en riant nerveusement, l’un d’eux est même fan de moi, donc ils m’ont vite dit où tu habitais. Je ne te dérange pas au moins ? Je voulais juste passer te faire un petit coucou, puisque ça fait longtemps qu’on n’a pas eu l’occasion de discuter ensemble. »

Ce n’était pas un mensonge. Cela devait faire trois bons jours que je ne l’avais pas vu et cinq jours que je n’avais pas pu avoir une vraie conversation avec lui. Alors oui, dans ma tête, cela faisait longtemps. J’espérais que je ne devrais plus attendre aussi longtemps après avoir abordé le sujet fâcheux…



Like A Wind
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« I searched for a hand to hold that would be with me in the future. No matter how many times, if I’m with you, I can overcome anything. •• .unbreakable »
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://newgeneration.forumactif.org/t1245-baek-liliana-i-will-survive http://newgeneration.forumactif.org/t1257-baek-liliana-i-m-addict-i-m-in-the-dark-i-m-dancing-in-the-dark#28123



je suis la star des backstages ; staff
avatar



je suis la star des backstages ; staff


•• Mes notes : 88
•• J'habite : Mapo-gu
•• Métier : Photographe

MessageSujet: Re: Jun Ki ; We need to talk Dear èé   Lun 3 Fév - 18:45

TITRE :

 Jun Ki ; We need to talk Dear èé




 


    Fatigué ? Légèrement oui. Je baillais alors comme pour me donner raison, alors que je récupérais mon matériel de travail pour rentrer chez moi. Je traînais les pieds jusqu'à ma voiture, distrait et un peu dans la lune. Je ne remarquais même pas les regards soucieux de mes collègues, si cela avait été le cas, j'aurai tenté de les rassurer sur mon état. Il n'y avait pas de quoi s'inquiéter après tout, j'avais uniquement travaillé tard dans la nuit pour finir un projet qui me tenait à cœur. A vrai dire, c'était un thème que j'avais imaginé pour Serenity. Il était assez vif et colorée, mais aussi très doux, des fruits, les couleurs pastels, tout ce que je voyais en elle, mais qui n'était pas accessible à tous. Je voulais immortaliser sa personnalité, l'imprimer sur papier photo.
    A cette pensée, un long soupir fila entre mes lèvres, j'étais vraiment désespérant. Il fallait que je me fasse une raison, mes chances s'étaient envolées le jour où j'avais décidé de laisser notre amitié derrière-moi. Même si aujourd'hui j'avais une chance d'arranger cela, ça ne changerait pas la donne pour autant.

    Une fois arrivé, je garais ma voiture sur le parking de mon lotissement, et maudissais le concierge de notre immeuble, à cause de lui, j'allais devoir monter 4 étages à pieds. Je disais souvent à Ga Yoon, ma petite sœur, de ne pas râler pour des choses futiles comme celle-ci. Mais il fallait reconnaître qu'elle n'avait pas tort. C'était fatiguant.
    Je soufflais dans mes cheveux fraîchement teint, et ouvrais la porte d'entrée, en rangeant mes clé dans la poche de derrière de mon jean.
    Je n'avais envie que d'une seule chose, et elle consistait en «dormir», mais avant cela, il fallait que je me douche, Ga Yoon rentrerait bientôt en plus, je n'avais pas la moindre envie d'entendre ses remarques piquantes. Pas aujourd'hui.

    Je filais donc à la salle de bain, et me glissais sous l'eau chaude, inspirant profondément à mesure que l'eau coulait le long de mon corps. Une fois lavée, j'attrapais ma serviette de bain, m'essuyais et me rhabillais avec quelque chose de plus léger et confortable. Un survêtement noir, et un t-shirt blanc. Comme mes cheveux goûtaient encore, je gardais ma serviette avec moi encore un peu, les frottant énergiquement jusqu'à ce que la sonnerie ne m'interrompe. J'y allais rapidement, pensant que ma sœur avait peut-être encore oublié ses clés, mais en ouvrant, se fût a quelqu'un d'autre que je fis face. Liliana, cette fille était aussi adorable et gentille que folle et têtue. Elle me mettait un peu mal à l'aise avec toutes ses questions relatant ma sexualité. J'avais beau l'apprécier, la situation serait beaucoup plus appréciable si elle arrêtait de croire que j'avais le béguin pour Aaron !

    La jolie blague. Aaron. Celui qui était dans le cœur de celle que j'aimais.
    CELLE que j'aimais vraiment.
    Aaron je le détestais. Un peu.

    « Hey Jun Ki ! Ça va ? Je peux entrer ? » Je hochais la tête tout en disant : «  Bien s... » A vrai dire, elle ne me laissait pas le temps de répondre, alors je me contentai d'ouvrir un peu plus la porte pour que la tornade Lili' fasse son entrée dans mon appartement.

    D'ailleurs, pause.
    Comment savait-elle où j'habitais?
    Et puis, rassurez-moi. Elle n'était pas là pour me bourrer le mou à propos d'Aaron encore une fois, hein ?

    Je finissais rapidement de me sécher les cheveux, et étendais ma serviette sur le radiateur le plus proche. Je me tournais vers elle, un peu perplexe. « Tu te demandes comment j’ai eu ton adresse hein ? Eh bien, sache que tes collègues ont un sens défaillant pour ce qui est de la discrétion, l’un d’eux est même fan de moi, donc ils m’ont vite dit où tu habitais. Je ne te dérange pas au moins ? Je voulais juste passer te faire un petit coucou, puisque ça fait longtemps qu’on n’a pas eu l’occasion de discuter ensemble. » Je fronçais légèrement les sourcils, pas convaincu. Je n'étais pas à l'aise avec les femmes, certes. Mais je savais voir lorsqu'elles brodaient. Et c'était précisément ce que Liliana était en train de faire.

    « Eh bien... C'est bon à savoir tiens... Et non, ne t'en fais pas, tu ne me déranges pas.. Un fin sourire embarrassé étira les commissures de mes lèvres, tandis que je me tapotais la nuque, un peu gêné. Je finissais par ajouter tout de même, histoire qu'elle ne croit pas que je suis dupe. « Ne le prends pas mal hein... Je suis content que tu sois là, mais on aurait pu se voir demain, au travail... Tu n'es pas venu jusqu'ici que pour me dire bonjour, pas vrai ?  » demandais-je en penchant la tête sur le côté, inquisiteur.




    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
    flower lady

    No matter if the winds blow, I hope you’ll come towards me, I pray that I’ll be the bright sun that makes you laugh, I pray that I’ll become like the little prince in the fairy tales,  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] just for love, so stay
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur



Je suis une idole, aimez-moi ♥
avatar



Je suis une idole, aimez-moi ♥


•• Mes notes : 415
•• J'habite : Jongno-Gu
•• Métier : Idole

MessageSujet: Re: Jun Ki ; We need to talk Dear èé   Lun 10 Fév - 15:19

TITRE :

 Jun Ki ; We need to talk Dear èé




 

Soyons clairs. Je n'avais aucune intention d'y aller par quatre chemins et je n'allais pas laisser à Jun Ki le luxe de pouvoir s'échapper ou de me mettre à la porte pour fuir la conversation. Je comptais seulement repartir de cet appartement quand il m'aurait tout avoué, même si pour cela je devais l'attacher à une chaise en le faisant saliver devant son repas préféré. Même si je n'avais aucune idée de ce que Jun Ki adorait manger. Néanmoins, en cherchant dans son frigo, je trouverais bien. De toute façon, improviser était une qualité clef pour une idole alors je savais faire. Tout cela ne m'empêcha pas de faire mon sourire d'ange quand Jun Ki parut à la porte. Même si j'étais prête à parier que l'innocence que je feignais n'allait pas tarder à l'interpeller. Nous avions ne pas être véritablement proches, nous nous connaissions déjà plutôt bien et il nous était déjà difficile de jouer la comédie vis-à-vis de l'autre. C'était pour cela que je n'admettais pas qu'il puisse oser me dire, à moi. Si je m'étais quasiment infiltrée dans son logement à son insu, c'était bien pour qu'il ne me laisse pas sur le paillasson, au cas où, et surtout parce qu'il faisait très froid. Mine de rien, je pouvais être frileuse parfois, être chouchoutée comme une star avait aussi ses inconvénients. J'observai rapidement mon interlocuteur. Tout semblait indiquer qu'il sortait de la douche. Même si je n'avais plus quinze ans, ce genre de situation suffisait à me mettre un peu mal à l'aise, alors qu'au fond, c'était idiot. J'étais sûre que si un jour Jun Ki venait chez moi pour me faire avouer par exemple que j'avais été une prostituée et que je venais de sortir de la douche, cela me semblerait être très étrange et très improbable comme scénario. Raison de plus donc pour ne pas l'importuner trop longtemps – le temps de ma présence chez lui ne dépendant que de lui après tout.

Je ne pus retenir un soupir de soulagement en entendant mon ami dire que je ne le dérangeais pas. Ouf. C'était déjà ça de gagné. En plus, je lui transmettais une information capitale : ses collègues n'étaient pas des gens fiables et ils se laissaient facilement acheter. Peut-être qu'il serait plus vigilant à l'avenir, chose qui d'un côté pourrait m'être défavorable. Mais je ne comptais pas mentir sur ça, au moins. D'ailleurs Jun Ki me fit rapidement savoir qu'il savait que ma présence ne relevait pas d'une simple visite amicale. C'était vrai. Si cela avait été le cas, j'aurais ramené un gâteau ou quelque chose du genre, c'était sûr. Mais j'avais été trop pressée et mon but était trop important pour que j'y pense. J'avais presque l'impression d'être un agent en mission, dont la réussite déterminerait le sort du reste de l'humanité. Je fis donc ma petite bouille, toute mignonne, et d'un geste de la main, je demandai la permission à mon hôte de m'asseoir. Cette fois, j'attendis réellement qu'il me la donna pour m'exécuter. Je serrai les jambes, me tins droite, comme si j'avais une nouvelle importante à lui annoncer. J'attendis qu'il prit à son tour place dans un fauteuil pour commencer à parler.

« Tu me connais trop bien c'est un fait, commençai-je, en effet, je ne suis pas simplement venue te rendre visite, même si j'avoue que la perspective de découvrir où tu vis aurait suffi à me faire venir. »

J'avais ajouté la dernière partie de la phrase en riant. Nerveusement bien sûr. Je me demandais comment aborder le sujet sans qu'il ne se fâche, sans qu'il ne soit sur la défensive. On était amis quand même, non ? C'était mon devoir que d'apprendre ses secrets et de les garder. Et puis, je devais bien l'avouer, avoir un pote gay m'avait toujours fait rêver. Pour faire les magasins par exemple, c'était bien plus amusant ! Je n'avais pas la prétention de devenir la meilleure amie de Jun Ki, à qui il pourrait tout confier, mais quand même, la perspective de séances de vernis avec lui me disait bien. Donc, je pris mon courage à deux mains et un air sérieux également. Vas-y Lily, tu peux le faire !

« Je suis venue ici pour te parler d'Aaron. Ah ! Ne t'énerve pas, ne dis rien, laisse-moi terminer avant, veux-tu?, dis-je en anticipant sa réaction, je sais que c'est compliqué, que tu n'as pas forcément envie d'en parler, peut-être pas avec moi d'ailleurs. Mais quand même, Jun Ki, tu pourrais être honnête avec moi, non ? Je sais bien qu'il y a quelque chose qui se trame entre vous et j'apprécierais, vraiment, que tu me dises la vérité cette fois. »

Pause. Comment allait-il réagir cette fois ? Je savais que le sujet était toujours sensible, ce que je comprenais tout à fait. Se confier n'était jamais chose simple et je n'étais pas la personne la plus proche de Jun Ki sans doute. Mais si pour une fois, une seule fois, il me disait la vérité, je lui en serais vraiment reconnaissante. Qui sait ? Je pourrais même me confier à lui à mon tour, après tout ?

« Je n'ai aucun préjugé Jun Ki tu sais. Tu n'as pas à avoir peur de mon avis, je suis sûre que je pourrais t'apprendre des choses plus surprenantes que ce que tu as à me dire.  »

Comment se vendre implicitement en deux secondes, bravo Liliana ! Je n'en laissai rien paraître. Après tout, c'était quasiment une phrase toute faite que l'on disait à ses amis, pour les rassurer. Non, Jun Ki n'irait sûrement pas s'imaginer que ça veut dire que je porte un secret qui est probablement plus lourd que moi. Enfin, j'osais l'espérais. Vraiment.



Like A Wind
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« I searched for a hand to hold that would be with me in the future. No matter how many times, if I’m with you, I can overcome anything. •• .unbreakable »
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://newgeneration.forumactif.org/t1245-baek-liliana-i-will-survive http://newgeneration.forumactif.org/t1257-baek-liliana-i-m-addict-i-m-in-the-dark-i-m-dancing-in-the-dark#28123



je suis la star des backstages ; staff
avatar



je suis la star des backstages ; staff


•• Mes notes : 88
•• J'habite : Mapo-gu
•• Métier : Photographe

MessageSujet: Re: Jun Ki ; We need to talk Dear èé   Jeu 13 Fév - 16:45

TITRE :

 Jun Ki ; We need to talk Dear èé




 


    Je ne connaissais pas Liliana depuis très longtemps, mais le moins que l'on puisse dire, c'est que lorsqu'elle avait une idée en tête, elle ne l'avait pas ailleurs. Et ça me rendait un peu mal à l'aise, car je ne savais pas comment lui faire comprendre ce que j'avais en tête. C'était comme aujourd'hui, je n'étais pas franchement certain de vouloir savoir la raison qui faisait qu'elle était arrivée ici, car nous allions sûrement rentrer dans une nouvelle conversation où elle serait persuadée de faire mon bien, alors qu'elle se trompait lourdement, et frappait à environ 30 kilomètres du vrai fond du problème. Il ne fallait pas croire que je ne l'aimais pas hein, elle était adorable, et avait de la bonne volonté à revendre. Puis, elle était mignonne aussi, je serai aveugle que de ne pas le reconnaître. Ses cheveux étaient magnifiques, et une vraie source d'inspiration pour un photographe comme moi.

    Je lui fis un léger signe de tête pour qu'elle s'assoit, et je faisais de même. Perplexe, je passais de nouveau ma main dans mes cheveux, je n'avais jamais été très doué pour meubler les conversations, alors si elle n'allait pas droit au but rapidement, ça allait vite devenir... embarrassant. « Tu me connais trop bien c'est un fait, en effet, je ne suis pas simplement venue te rendre visite, même si j'avoue que la perspective de découvrir où tu vis aurait suffi à me faire venir. » Je ne réussi pas à me retenir de rire légèrement à cette remarque, elle était terrible.

    Toujours réponse à tout. Et un aplomb sans limite.

    « Viens en au but, tu veux bien ? De plus, j'ai comme le sentiment que tu vas encore tenter de déplacer des montagnes, alors autant... Enfin, ne le prends pas mal hein, je ne dis pas ça pour te vexer...  » terminais-je, en posant mon coude sur la table, et en mettant ma tête dans le creux de ma main. Silencieusement, car gêné qu'elle puisse mal prendre ce que je venais de dire. C'était sorti comme ça, sans vraiment réfléchir. « Je suis venue ici pour te parler d'Aaron. Ah ! Ne t'énerve pas, ne dis rien, laisse-moi terminer avant, veux-tu?  Je sais que c'est compliqué, que tu n'as pas forcément envie d'en parler, peut-être pas avec moi d'ailleurs. Mais quand même, Jun Ki, tu pourrais être honnête avec moi, non ? Je sais bien qu'il y a quelque chose qui se trame entre vous et j'apprécierais, vraiment, que tu me dises la vérité cette fois. » Je fermais les yeux aussitôt, me massant les tempes lentement. Qu'est-ce que je disais hein ?

    J'avais touché dans le mile quand j'avais dis qu'elle allait essayer de déplacer des montagnes.

    «  Liliana... Comment est-ce qu'il faut que je te le dise. C'est pas que je ne veux pas t'en parler, c'est qu'il n'y a rien à dire. Je n'aime pas Aaron, bien au contraire...  » Je soupirai doucement, tentant tant bien que mal de lui sourire pour qu'elle ne se sente pas mal à l'aise. « Je n'ai aucun préjugé Jun Ki tu sais. Tu n'as pas à avoir peur de mon avis, je suis sûre que je pourrais t'apprendre des choses plus surprenantes que ce que tu as à me dire.  » Je laissais courir mes doigts sur le bois de ma petite table.

    «  Le moins que l'on puisse dire c'est que tu es têtue hein ? Je te promets que c'est la vérité, je ne suis pas gay. Pas du tout, pas le moins du monde.  » dis-je en faisant la croix avec mes bras juste devant mon visage.

    Je ne savais pas comment le lui expliquer clairement sans qu'elle ne se vexe ou pense que j'étais de mauvaise foi. Je lui disais pourtant la vérité...

    ...C'est fou, quand même.


Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur



Je suis une idole, aimez-moi ♥
avatar



Je suis une idole, aimez-moi ♥


•• Mes notes : 415
•• J'habite : Jongno-Gu
•• Métier : Idole

MessageSujet: Re: Jun Ki ; We need to talk Dear èé   Mar 4 Mar - 17:20

TITRE :

 Jun Ki ; We need to talk Dear èé




 

Soyons honnêtes, je savais parfaitement à quoi je m’exposais en venant à l’improviste chez Jun Ki en lui disant, d’une façon pas très polie de surcroît, que j’en avais assez de son petit manège secret avec Aaron. D’ailleurs, maintenant que c’était fait je m’attendais déjà à ce qu’il me mette à la porte sans autre forme de procès. En fait, je ne connaissais pas encore suffisamment bien Jun Ki pour savoir s’il allait se mettre en colère ou s’il allait être touché par ma dévotion à son égard. Je préférais anticiper toutes les réactions humainement possibles et j’avais bien pris soin de le faire avant de me rendre chez lui. Il ne s’en doutait peut-être pas, mais j’étais plutôt à fleur de peau comme fille, et pour peu qu’on me fasse une remarque de trop c’était comme envoyé un petit caillou dans un vase de cristal : ce n’était a priori pas grand-chose, mais le vase se brisait en mille morceaux. Je souhaitais donc que Jun Ki reste un type sympathique et gentil jusqu’au bout, cela me ferait vraiment, vraiment plaisir. Promis, je ne demanderais rien à Noël si mon ami avait la bonté de ne pas me rejeter comme la pire des malpropres, ce serait l’un des plus beaux moments de ma vie. Enfin, je pensais que ce serait le cas.

Le fait que Jun Ki me voyait comme la fille qui voulait déplacer des montagnes ne me gênait absolument pas. Cela me faisait presque plaisir si ce n’était pas vu comme une chose plutôt négative de son point de vue. Si personne ne déplaçait de montagne, on n’avancerait jamais après tout, sans mon initiative de ce jour, je n’aurais peut-être jamais su la vérité. Enfin, ça, c’était le cas où Jun Ki se confiait enfin à moi après m’avoir menti plusieurs fois sans hésiter. Non, je n’attendais pas d’excuse de sa part, ça je savais déjà que je pouvais faire une croix dessus. De la reconnaissance peut-être en revanche, cela me ferait plutôt plaisir, je devais l’avouer. Mais je n’avais pas assez d’orgueil pour ne rêver qu’à cela, ce que je voulais avant tout, c’était la vérité, rien que la vérité cette fois-là. Je ne mettrais pas un pied hors de cet appartement tant qu’il ne m’aurait pas tout avoué – ou qu’il ne m’aurait pas expulsé. Je veux dire, on était amis non ? Okay, Jun Ki ne m’avait jamais fait de déclaration solennelle en me promettant une amitié éternelle, mais il me semblait qu’on avait dépassé le stade de « simple collègues de travail » quand même. Enfin, si ce n’était pas le cas, je ne saurais même pas comment réagir. Bref, le fait était que pour moi des amis, ça se faisait confiance et ça se disait la vérité. J’attendais donc de la part de mon vis-à-vis qu’il soit honnête avec moi, quitte à être un peu trop franc. Mais il semblait qu’il ne voyait pas les choses de cette façon.

Je relâchai mon regard – précédemment occupé à le sonder comme un détecteur de mensonge – et ma tête en même, admirant le plafond avec un intérêt inattendu, même de ma part. Sa réponse me dépitait encore plus. Pourquoi ne pouvait-il pas se confier à moi ? Comment espérait-il me faire croire qu’il ne se passait rien entre lui et Aaron ? Honnêtement, il me prenait pour une idiote ou quoi ? Je savais bien que je pouvais paraître un peu simplette mais à ce point, il ne fallait pas exagérer non plus. Prenant le peu de courage qu’il me restait à deux mains, je relevai la tête, lâchant un soupir au passage. Je n’étais pas douée pour cacher mes sentiments et mes émotions s’exprimaient d’elles-mêmes. J’espérais que Jun Ki était bien accroché : jamais je ne m’étais montrée en colère, ou ne serait-ce qu’exaspérée devant lui. Il n’avait toujours vu que la gentille Liliana, celle qu’il pensait sûrement un peu bête.

« Tu me prends pour une poire c’est ça ? Tu sais, je suis peut-être un peu simplette sur les bords Jun Ki, mais je ne suis pas une demeurée pour autant. Ne me fais pas croire qu’il ne s’est strictement rien passé entre toi et Aaron, je ne le croirai pas. Il y a un problème entre vous deux et cela, tu ne peux pas le nier. »

Oui je commençais à en avoir assez de tourner autour du pot. Poser cent fois la même question et avoir cent fois la même réponse, cela devient lassant à force, surtout quand ce n’est pas la réponse que l’on attend. Peut-être m’étais-je montrée un peu trop sèche dans mes propos, mais là, à ce moment précis, je n’étais pas d’humeur à m’excuser. Je lui enverrais une boîte de chocolats par la poste avec un joli mot tout mignon pour réparer cet impair. Je me levai, puisque j’étais un tant soit peu énervée, et que dans ces moments-là, je ne pouvais pas rester assise. Je me mis à faire les cent pas, bras croisés, retournant le problème autant de fois qu’il me semblait nécessaire. Non je ne voyais pas d’autre explication.

« Et puis, si tu n’es pas gay, pourquoi t’as l’air si tétanisé devant les filles ? Non sérieusement Jun Ki, dès que y’en a une qui te montre que tu l’intéresses on a l’impression qu’elle devient un T-Rex sur le champ ! Alors excuse-moi d’essayer de faire preuve d’un peu de lucidité, mais avoue quand même que mon point de vue se tient. »

Il ne pouvait pas me dire que j’inventais n’importe quoi. C’était logique. Dès qu’une fille s’approchait de lui, avec un joli – ou pas – sourire charmeur, il devenait tout rouge et c’était mission impossible. Je n’avais jamais vu un garçon paniquer autant au contact des filles, c’en était presque inquiétant en y réfléchissant. Alors oui, j’en avais déduit qu’il était gay, je ne l’expliquais que comme cela.

« Après, si tu as une autre explication logique – et vraie – à me proposer, je suis toute ouïe. »

Sur ces belles paroles, je me rassis, jambes et bras croisés, les oreilles très attentives à ce que Jun Ki pourrait me dire. On ne savait jamais, j’aurais peut-être droit à une belle révélation.



Like A Wind
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« I searched for a hand to hold that would be with me in the future. No matter how many times, if I’m with you, I can overcome anything. •• .unbreakable »
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://newgeneration.forumactif.org/t1245-baek-liliana-i-will-survive http://newgeneration.forumactif.org/t1257-baek-liliana-i-m-addict-i-m-in-the-dark-i-m-dancing-in-the-dark#28123



je suis la star des backstages ; staff
avatar



je suis la star des backstages ; staff


•• Mes notes : 88
•• J'habite : Mapo-gu
•• Métier : Photographe

MessageSujet: Re: Jun Ki ; We need to talk Dear èé   Ven 14 Mar - 12:49

TITRE :

 Jun Ki ; We need to talk Dear èé




 


    Sérieusement, j'étais à court d'arguments. Puis c'était un peu vexant qu'elle pense que sous prétexte que la présence féminine ne me mettait pas à l'aise, j'étais gay. Je n'aimais juste pas qu'on me regarde avec des yeux intéressés, et souvent, trop souvent, c'était ce qui arrivait. Cela ne signifiait en aucun cas que je ne les aimais pas ! J'étais maladroit, et c'est tout, ne pouvait-elle pas comprendre ça ?

    Visiblement, ça allait être compliqué, car elle était venue me voir avec une idée précise de ce qu'elle voulait entendre en tête. Je lui disais la vérité en plus, mais à cause de ses attentes, elle pensait que je la lui cachais. Aaron, je ne pouvais pas l'encadrer. Alors en être amoureux ? Quelle blague pas drôle. Je soupirai longuement en remarquant que je l'avais mise en colère. Cela dit, ce n'était pas de ma faute. Si elle voulait se plaindre, qu'elle aille en référer à son entêtement maladif. « Tu me prends pour une poire c’est ça ? Tu sais, je suis peut-être un peu simplette sur les bords Jun Ki, mais je ne suis pas une demeurée pour autant. Ne me fais pas croire qu’il ne s’est strictement rien passé entre toi et Aaron, je ne le croirai pas. Il y a un problème entre vous deux et cela, tu ne peux pas le nier. » Je me pinçai les lèvres, levant les yeux au ciel.

    «  Mais arrête s'il te plaît, je te dis la vérité ! C'est vexant que tu crois à ce point que je te mens. Aaron ne doit même pas me connaître, il n'y a rien entre nous. Si tu veux tout savoir, je ne peux pas l'encadrer. Et ne t'imagines que c'est une excuse de gay refoulé. C'est peut-être le seul sur cette planète, et tu ne comprendras pas pourquoi, mais je peux pas. Si j'étais gay, crois bien que je jetterai mon dévolu sur quelqu'un d'autre.  » Bon au moins, j'espère qu'avec ça, elle allait comprendre qu'elle allait limite trop loin avec ses insinuations.

    Je n'aimais pas la voir nerveuse comme ça, car elle était mon amie, mais il fallait qu'elle comprenne qu'elle fasse fausse route, même si elle semblait déjà être allé très loin dans l'écriture du script du film qu'elle s'était fait sur ma vie amoureuse. « Et puis, si tu n’es pas gay, pourquoi t’as l’air si tétanisé devant les filles ? Non sérieusement Jun Ki, dès que y’en a une qui te montre que tu l’intéresses on a l’impression qu’elle devient un T-Rex sur le champ ! Alors excuse-moi d’essayer de faire preuve d’un peu de lucidité, mais avoue quand même que mon point de vue se tient.Après, si tu as une autre explication logique – et vraie – à me proposer, je suis toute ouïe. » Je sentais vraiment que la conversation allait être longue, terriblement longue.

    «  Calme toi, s'il te plaît... Qu'est-ce qu'il faut que je fasse pour que tu me crois ? C'est pas de lucidité don tu fais preuve, mais sans vouloir te vexer, de bêtise... Je ne te mens pas, crois moi. Je suis mal à l'aise en leurs présence, mais j'aime les femmes, d'accord ? Si ça peut t'aider à me croire, je peux te dire qu'en ce moment je suis amoureux. Kan Serenity. Si tu veux fais des recherches, vu que ma vie a l'air de te passionner... » proposais-je en soupirant doucement, il fallait vraiment qu'elle s'arrête là, car c'était blessant. Est-ce que je donnais cette image de gay refoulé à d'autre ?

    «  Est-ce que c'est suffisant comme vérité logique et vraie à tes yeux, ou tu vas essayer de me trouver un nouvel amant ?  » demandais-je doucement, en appuyant ma tête dans la paume de ma main, avec mon coude sur la table.




    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
    flower lady

    No matter if the winds blow, I hope you’ll come towards me, I pray that I’ll be the bright sun that makes you laugh, I pray that I’ll become like the little prince in the fairy tales,  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] just for love, so stay
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur



Je suis une idole, aimez-moi ♥
avatar



Je suis une idole, aimez-moi ♥


•• Mes notes : 415
•• J'habite : Jongno-Gu
•• Métier : Idole

MessageSujet: Re: Jun Ki ; We need to talk Dear èé   Lun 7 Avr - 18:34

TITRE :

 Jun Ki ; We need to talk Dear èé




 

Vraiment, je n’étais pas contente. Je n’aimais pas quand on me mentait ou que l’on me cachait quelque chose. Enfin, je comprenais que chacun avait son ou ses petit(s) secret(s) bien à lui, qu’il y avait des choses inavouables parfois, même à ses propres amis – je ne le savais que trop bien. Mais quand même, j’avais senti le truc et puis mince, il n’y avait pas de honte à avoir à être gay quoi ! Enfin, personnellement ce n’était pas mon cas, mais même si la Corée du Sud n’était pas le pays le plus ouvert d’esprit à ce sujet, il me paraissait logique qu’il n’y avait pas de raison d’avoir honte pour ce genre de chose. A mon sens, si je devais choisir, je préfèrerais encore annoncer à ma famille que j’étais lesbienne plutôt que de leur avouer que j’avais été une prostituée. Mine de rien, j’étais quasiment certaine qu’ils l’accepteraient mieux et moi-même venant d’une amie, j’aurais la même réaction. Alors, le fait que Jun Ki persistait à vouloir tout me cacher m’horripilait terriblement. S’il s’avisait de me mentir à nouveau, promis, juré, je me levais, je claquais la porte de son logis et je ne lui adressais plus jamais la parole. Je me demandais si après tout, ce n’était pas ce qu’il cherchait.

Pourtant il persistait à nier qu’il y avait quoi que ce soit entre Aaron et lui. Je fus même surprise de l’entendre dire que, s’il était gay, il ne se serait sûrement pas intéressé à Aaron. Ah. Tiens donc. Le pire, c’était qu’il semblait sincère. Il me fit presque douter de mes accusations mais toutefois, cela ne me désarçonna pas pour lui montrer qu’il y avait de quoi se poser des questions du fait de son attitude vis-à-vis des membres de la gente féminine. Je pouvais reconnaître que je m’étais peut-être trompée sur la nature de sa relation avec Aaron – et encore – mais malgré tout, on ne m’enlèverait pas de la tête que Jun Ki ne pouvait physiquement pas être avec une fille. Me représenter cette situation en tête était impossible. Je n’y arrivais pas. Son attitude vis-à-vis des femmes était vraiment trop bizarre pour que je puisse concevoir que cela pouvait être possible. Et puis, avouons-le, je me sentirais horriblement mal si je me rendais compte, qu’en fait, je m’étais trompée sur toute la ligne. J’avais beau être gentille pour la plupart des gens, je n’en restais pas moins un être humain têtu et qui avait du mal à reconnaître qu’il avait tort.

Dès que le mot « bêtise » sortit de la bouche de Jun Ki, je gonflai les joues, mécontente, et serrai les poings. Même s’il était possible qu’il me le démontre ensuite par a + b dans les minutes qui allaient suivre, je n’aimais pas que l’on me traite de « bête » ou d’ « idiote ». C’était toujours blessant comme qualificatif, même si la plupart des gens me considéraient de la sorte, parce que j’étais trop crédule selon eux. L’entendre de la bouche d’un ami, de Jun Ki, cela me faisait mal. Des fois, je me demandais si les gens avaient réellement conscience du poids qu’avaient leurs mots sur moi. Ok, j’étais Liliana l’idole sûre d’elle mais ce n’était pas vraiment moi, il ne fallait pas grand-chose de la part d’un ami pour me faire mal. Et c’était précisément ce que venait de faire Jun Ki. Je me serais certainement focalisée là-dessus s’il n’avait pas eu une information digne de ce nom à me dévoiler par la suite : il était amoureux de Serenity.

Sur le coup, je ne pus que cligner des yeux, bêtement, comme une idiote – une vraie cette fois, j’en avais bien conscience. Pause. Jun Ki était en train de me dire qu’il n’était pas gay, qu’il n’aimait pas Aaron mais qu’il était amoureux de Serenity. ?  A première écoute son nom ne me disait rien, mais je visualisai ensuite la petite trainee qui était à la New Generation. Enfin, elle ne devait avoir qu’un ou deux ans de moins que moi cela dit. En fait, si je n’étais déjà pas assise, je serais tombée par terre. Du coup, je fis l’inverse : je me levai et commençai à faire les cents pas pendant cinq bonnes minutes. Serenity ? Serenity ?! Ah ouais. Bon. Je n’avais plus grand-chose à faire.

« Sérieusement ? Toi ? Tu es amoureux de Serenity ? … Donc tu n’es pas gay ? »

Ok, là j’allais passer pour la bonne copine qui commençait à devenir un boulet. Mais je n’en revenais pas. Non seulement, je m’étais trompée mais en plus, Jun Ki aimait une fille. Une fille bordel ! C’était quand même la chose à laquelle je m’attendais le moins.

« Enfin, je veux dire… Evidemment que tu n’es pas gay du coup. Han. Je me suis foirée à ce point ? Bon… Tout va bien… Je crois que je ne vais plus me lancer dans les enquêtes personnelles pendant un moment, t’en penses quoi ? »

Je lâchai un rire nerveux, gênée par la situation. En fait, je me sentais bien. Bien que Jun Ki se soit enfin confié à moi, qu’il m’ait enfin avoué ce qu’il cachait, même si cela ne correspondait pas du tout à ce que je m’imaginais.

« Mais pourquoi tu ne me l’as pas dit plus tôt ?, ajoutai-je en m’asseyant à nouveau sur le fauteuil, ça fait combien de temps ? Elle le sait ? Vous êtes ensemble ? C’est du sérieux ? Tu lui as déjà parlé au moins ? »

Chassez le naturel et il revient au galop. J’avais désormais des tas de questions qui me trottaient dans la tête et je ne sortirais plus tant que je n’aurais pas mes réponses. Je souriais, j’étais excitée comme une puce. Jun Ki était amoureux, Jun Ki était amoureux ! Je me sentais comme une maman qui apprenait que son enfant avait sa première copine. Stupide mais réel, eh oui. J’attendais les détails de cette relation, ne tenant plus compte de mon erreur désastreuse, comme si elle n’avait jamais existé. Mon attitude devait désespérer Jun Ki, mais peu importait.

« Je peux avoir quelque chose à boire ? Je veux dire, tu as sûrement des tas de choses à me raconter et je pense qu’un verre ne serait pas de trop, si ça ne te dérange pas bien sûr. »



Like A Wind
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« I searched for a hand to hold that would be with me in the future. No matter how many times, if I’m with you, I can overcome anything. •• .unbreakable »
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://newgeneration.forumactif.org/t1245-baek-liliana-i-will-survive http://newgeneration.forumactif.org/t1257-baek-liliana-i-m-addict-i-m-in-the-dark-i-m-dancing-in-the-dark#28123



je suis la star des backstages ; staff
avatar



je suis la star des backstages ; staff


•• Mes notes : 88
•• J'habite : Mapo-gu
•• Métier : Photographe

MessageSujet: Re: Jun Ki ; We need to talk Dear èé   Jeu 10 Avr - 13:50

TITRE :

 Jun Ki ; We need to talk Dear èé




 


    Franchement, j'avais du mal à croire que je l'avais enfin avoué. De vive voix. C'était sorti tout seul, et si naturellement que j'en venais à me demander depuis quand est-ce que j'aimais Serenity de cette façon. Je ne pensais pas être si désespéré pourtant. Mais pour qu'une amie à moi doute de ma sexualité à cause de mon agacement envers Jung Aaron, c'est que je devais manquer de discrétion et de subtilité.

    Au moment où je sortais de mes pensées, c'était pour voir Liliana trotter devant moi, visiblement choquée et préoccupée. J'étais vraiment médusé par ce spectacle. Eh bien quoi ? Elle avait sérieusement pensé que j'étais gay alors ? Il faudrait vraiment que je songe à être moins embarrassé en compagnie des femmes, pour éviter ce genre de malentendu à l'avenir, vraiment. D'un côté, j'avais de la « chance » d'éprouver ce genre de sentiment pour une femme comme Serenity. Elle était tellement dans son monde qu'elle ne remarquerait probablement jamais la manière dont je la regardais. J'en soupirais, las. « Sérieusement ? Toi ? Tu es amoureux de Serenity ? … Donc tu n’es pas gay ? » Un fin sourire étira mes lèvres, oh n'y voyez nul amusement. J'étais juste dépité.

    «  Oui, sérieusement je ne suis pas gay. Est-ce que tu es déçue ?  » demandais-je, calmement, gardant mon sourire. Après tout, je ne pouvais pas lui en vouloir de s'être fourvoyée, ça pouvait arriver. Même si c'était un peu vexant.

    « Enfin, je veux dire… Évidemment que tu n’es pas gay du coup. Han. Je me suis foirée à ce point ? Bon… Tout va bien… Je crois que je ne vais plus me lancer dans les enquêtes personnelles pendant un moment, t’en penses quoi ? » Lentement, je hochais la tête et laissais courir mes doigts sur le bois de la table. Elle était mignonne à essayer d'arranger le coup. «  Tu pourrais arrêter tout court, non ? Parce que tu ne sembles pas vraiment être faite pour ça, sans vouloir te vexer. Si ça peut te rassurer, tu chantes et danse très bie... Enfin, voilà.  » dis-je en passant une main dans mes cheveux qui faisaient un peu brouillon pour le coup. Oui, Liliana était une amie à moi, et la complimenter ne devrait pas me poser problème.

    «ne devrait» oui. C'était ça qui faisait toute la différence, et qui expliquait probablement le malentendu sur ma sexualité.

    « Mais pourquoi tu ne me l’as pas dit plus tôt ? ça fait combien de temps ? Elle le sait ? Vous êtes ensemble ? C’est du sérieux ? Tu lui as déjà parlé au moins ? » J'arquais un sourcil, en l'observant s'installer à nouveau sur le fauteuil. Après les explications erronées, elle voulait maintenant que je lui fasse un compte rendu de mon amour à sens unique pitoyable ? « Je peux avoir quelque chose à boire ? Je veux dire, tu as sûrement des tas de choses à me raconter et je pense qu’un verre ne serait pas de trop, si ça ne te dérange pas bien sûr. » Je pouffais de rire, en me levant de ma chaise. «  Du jus de fruit, c'est tout ce que j'ai.  » dis-je en sortant deux verres, et en versant du jus d'orange dans les deux.

    Je les apportais ensuite, et m'installais dans le sofa, non loin du fauteuil où Liliana était assise. «  Qu'est-ce que tu veux que je te dise hein ? Elle ne le sait pas, et non nous ne sommes pas ensembles... Je la connais depuis très longtemps, quand j'étais encore un enfant oui. Donc oui, je lui ai déjà parlé ! Je suis timide, pas frigide !  » répondis-je en souriant gêné.

    Interrogatoire terminé ou bien ?





    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
    flower lady

    No matter if the winds blow, I hope you’ll come towards me, I pray that I’ll be the bright sun that makes you laugh, I pray that I’ll become like the little prince in the fairy tales,  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] just for love, so stay
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur



Je suis une idole, aimez-moi ♥
avatar



Je suis une idole, aimez-moi ♥


•• Mes notes : 415
•• J'habite : Jongno-Gu
•• Métier : Idole

MessageSujet: Re: Jun Ki ; We need to talk Dear èé   Jeu 1 Mai - 14:03

TITRE :

 Jun Ki ; We need to talk Dear èé




 

Je n’étais pas sûre que déçue fût le mot exact pour décrire mes sentiments. Plus un terrible sentiment de honte en vérité. Je n’arrivais pas à croire que j’avais pu me tromper à ce point et pire encore, que j’avais harcelé Jun Ki des mois durant, à tort. A vrai dire, je ne savais pas pourquoi je n’étais pas déjà par terre, à genoux en le suppliant de me pardonner. Sans doute me raccrochais-je au peu de fierté qu’il me restait. Si je pouvais, je creuserais un tunnel au milieu du salon de Jun Ki et je me terrais sous terre pour toujours. Je me sentais tellement mal pour lui, quel fardeau j’avais dû être pendant tout ce temps. Toutefois, il avait aussi sa part de responsabilité dans l’affaire : il aurait dû me dire directement que je faisais erreur et qu’il aimait une fille. J’allais les observer avec plus d’attention désormais. Mais je n’allais pas le dire à Jun Ki, sinon il me tuerait. Façon de parler bien entendu… Quoique. Son compliment sur mes compétences me fit plaisir et je me résignai au fait qu’effectivement, je ne devrais plus jamais faire de conclusions ou de déductions sans avoir des preuves concrètes, genre indéniables.

Ce fut avec grand plaisir que j’acceptai le jus d’orange de Jun Ki. Je m’imposais un peu chez lui mais je ne pouvais pas repartir sans en savoir plus, et visiblement je n’avais pas eu une mauvaise idée puisque lui aussi s’était servi un verre de jus. Heureusement que j’avais pris l’initiative au final. On se réconfortait comme on pouvait. Je commençai donc à boire, tout en écoutant le récit de Jun Ki sur le statut actuel de sa relation avec Serenity, Serenity sur laquelle je devrais désormais enquêter d’ailleurs. Toujours sans rien dire à mon ami. Après tout, je ne risquais de commettre une bêtise à présent, non ? Il la connaissait depuis son enfance ? Et elle ne le savait toujours pas ? Mais, mais, mais…

« Tu plaisantes, Jun Ki ? Tu la connais depuis si longtemps et tu ne lui as jamais ouvert ton cœur ? Mais… Pourquoi ? »

Non ce n’était absolument pas comme s’il m’avait dit à peine deux minutes plus tôt qu’il était timide. Timide je voulais bien, mais à ce point… C’était presque une maladie ! Et il s’étonnait que j’aie pu penser qu’il était gay ! Ce garçon était désespérant. Je voulais dire, qu’est-ce qu’il risquait ? Elle n’allait pas le manger quand même ! Quelque chose me disait que j’avais tout intérêt à m’en mêler si je voulais que Jun Ki concrétise sa belle histoire d’amour. Je n’étais pas réellement un professeur qualifié en amour, mais il y avait les bases quand même. Des bases que Jun Ki ne semblait même pas connaître. Affligeant.

« Écoute-moi, si tu es amoureux de Serenity, il faut peut-être lui dire, ou le lui comprendre, non ? Enfin je dis ça comme ça, parce que vu que ton histoire a l’air de traîner, si tu veux vivre un joli roman d’amour avec Serenity, il faut peut-être… Te bouger les fesses ? »

Honnêtement, qu’est-ce qu’il attendait ? Qu’elle lui saute dessus ? Je fis une grimace en levant les yeux au ciel. Nous devions trouver un moyen pour que Jun Ki se fasse une place dans le cœur de sa dulcinée. Or, si sa phobie des femmes persistait, nous étions mal barrés. Un fait existentiel me vint alors à l’esprit : se pourrait-il que… ? Non… Je me tournai vers Jun Ki, lui faisant face et redoutant le pire.

« Dis-moi… Tu sais au moins comment t’y prendre pour séduire une fille ? »

Question a priori étrange pour un jeune homme de vingt-deux ans, certes. Mais Jun Ki n’était pas un garçon comme les autres – mais il ne s’appelait pas Ziggy et il n’était pas comme Ziggy finalement – alors je m’attendais au pire. Déjà que je me doutais qu’il n’avait jamais… voilà quoi, alors c’était plus que possible. J’espérais que la réponse serait positive, sinon nous aurions du pain sur la planche ! Et une autre gorgée de jus d’orange pour se donner du courage : Liliana, tu vas avoir du travail ma grande !

Spoiler:
 




Like A Wind
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« I searched for a hand to hold that would be with me in the future. No matter how many times, if I’m with you, I can overcome anything. •• .unbreakable »
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://newgeneration.forumactif.org/t1245-baek-liliana-i-will-survive http://newgeneration.forumactif.org/t1257-baek-liliana-i-m-addict-i-m-in-the-dark-i-m-dancing-in-the-dark#28123



je suis la star des backstages ; staff
avatar



je suis la star des backstages ; staff


•• Mes notes : 88
•• J'habite : Mapo-gu
•• Métier : Photographe

MessageSujet: Re: Jun Ki ; We need to talk Dear èé   Jeu 1 Mai - 21:47

TITRE :

 Jun Ki ; We need to talk Dear èé




 


    Liliana était la première à être mise au courant pour mes sentiments, et même si je me sentais plus léger, j'avais le sentiment de ne pas avoir choisi la bonne personne pour me confier. Je n'avais rien contre Liliana, bien au contraire, mais elle pouvait se montrer têtue à outrance, et je n'étais pas prêt à ce que tout le voisinage soit mis au courant. A commencer par Ga Yoon, elle n'était pas idiote, et devait se douter de quelque-chose depuis le temps, mais il y avait un monde entre un doute et une certitude. Voilà pourquoi il était préférable de garder cette nouvelle au chaud pour le moment. J'avais eu l'idiotie de penser qu'elle se contenterait de cet aveu, mais elle me prouva très rapidement le contraire. J'en hoquetais de surprise : « Tu plaisantes, Jun Ki ? Tu la connais depuis si longtemps et tu ne lui as jamais ouvert ton cœur ? Mais… Pourquoi ? » Aïe, elle savait appuyer là où ça faisait mal en plus ? Je fronçais les sourcils, et déglutissais avec peine, comme si je venais d'être pris sur le fait. « Délit de mutisme sentimental » je voyais le tableau d'ici.

    «  C'est compliqué, tu sais... Je ne peux pas juste arriver, et lui dire «je t'aime» comme ça... répliquais-je, en entrelaçant mes doigts, nerveux. Elle resterait comme deux ronds de flancs, et j'aurai l'air idiot ! J'ai disparu de sa vie pendant des années, des choses ont changés... » Oui, beaucoup de choses ont changées !

    A commencer par ses fiançailles probables, et son mariage futur, oh et il y avait ses enfants éventuels... J'exagérais peut-être un peu. . .


    Elle n'avait sûrement qu'un enfant.

    Je secouais la tête, me concentrant sur mon verre de jus, trempant mes lèvres dedans, distrait. « Écoute-moi, si tu es amoureux de Serenity, il faut peut-être lui dire, ou le lui comprendre, non ? Enfin je dis ça comme ça, parce que vu que ton histoire a l’air de traîner, si tu veux vivre un joli roman d’amour avec Serenity, il faut peut-être… Te bouger les fesses ? » Je rougissais presque aussitôt à l'idée de réellement 'bouger mes fesses' comme elle le disait si bien. J'avais vraiment trop peur de l'incommoder. J'étais l'ami sur qui elle pouvait compter, l'ami qui l'acceptait comme elle était, et à qui elle pouvait tout dire. L'ami qui serait auprès d'elle, si besoin est. Voilà ce que j'étais pour elle, et elle ne m'envisagerait jamais comme plus. C'était frustrant, blessant mais criant de vérité.

    « Qui a dit que je voulais un joli roman d'amour hein ? Tu tires encore des conclusions Sherlock. dis-je en souriant, gentiment. La situation actuelle me convient, tu sais, mentis-je. Puis elle est amoureuse d'un autre, d'Aaron justement. J'ai pas le droit de m'imposer.  » Là par contre, c'était la stricte vérité. Je le refusais, bel et bien.

    Et c'était ça qui me faisait peur principalement. Si un jour, je me déclarais, en précisant que je n'attendais rien d'elle, je le savais : notre relation ne serait plus la même. « Dis-moi… Tu sais au moins comment t’y prendre pour séduire une fille ? » «  Hein? » répliquais-je, en manquant de m'étouffer avec mon jus. Séduire une fille? Jamais je n'avais fais ça, aussi loin que mes souvenirs me portaient. De nouveau, je rougissais, gêné par mon absence totale d'expérience amoureuse. «  Hm... C'est à dire que... Enfin... Je n'ai jamais vraiment fait ça, tu sais... Du coup, j'imagine que je ne suis pas très doué en la matière ? C'est grave ?  » demandais-je sincèrement, espérant qu'elle dirait non.

    Mais je n'avais pas grand espoir.
    Maintenant, j'étais prêt à parier qu'elle allait se proclamer coach...



Spoiler:
 




    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
    flower lady

    No matter if the winds blow, I hope you’ll come towards me, I pray that I’ll be the bright sun that makes you laugh, I pray that I’ll become like the little prince in the fairy tales,  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] just for love, so stay
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur



Je suis une idole, aimez-moi ♥
avatar



Je suis une idole, aimez-moi ♥


•• Mes notes : 415
•• J'habite : Jongno-Gu
•• Métier : Idole

MessageSujet: Re: Jun Ki ; We need to talk Dear èé   Ven 16 Mai - 16:59

TITRE :

 Jun Ki ; We need to talk Dear èé




 

Désormais, je savais que le cœur de Jun Ki était pris par une femme et je devais donc savoir où en était la situation. Et quelle ne fut pas ma surprise lorsque je sus qu’elle était au point mort ! Je veux dire, être ami, c’est bien, mais quand on aime quelqu’un, le mieux c’est de se mettre en couple avec la personne en question, non ? Enfin, c’était ce qu’il me semblait, je n’avais pas vraiment d’expérience en ce qui concernait les relations dites « sérieuses », mais au moins je savais que lorsqu’on aimait quelqu’un, il y avait un certain nombre de choses à faire. D’abord, se rapprocher de ladite personne, chose que Jun Ki avait très bien faite vu qu’ils étaient amis d’après ses dires. Ensuite, il y avait l’étape de la déclaration et ça, qu’il le veuille ou non, il ne pouvait pas passer à travers. Sinon, comment diable changer le statut de la relation en question, hein, je vous le demande. Après, il y en avait qui s’en passaient et faisaient comprendre de façon plus « significative » à la personne qu’elle les intéressait, mais en général, ce n’était pas vraiment une preuve d’amour à mon sens. Enfin, bref, il fallait décider Jun Ki à passer à la seconde étape et je pouvais sentir du fauteuil où je me tenais qu’il n’était pas décidé, du tout, à changer quoi que ce soit.

Apparemment, la situation semblait plus compliquée que je ne le pensais. Je fronçai les sourcils aux dires de mon ami. Alors comme ça ils ne s’étaient pas vus pendant des années ? Des choses avaient changé ? Comme quoi ? Je ne voyais pas en quoi le fait de ne pas se voir pendant quelques mois… bon des années comme il venait de dire. On pouvait ne pas se voir mais toujours avoir les mêmes sentiments l’un envers l’autre. Si son raisonnement était vrai, mon frère aurait pu me mettre à la porte parce que j’avais disparu de la surface de la terre pendant plusieurs années et qu’en plus, ma situation avait été assez précaire. Hum hum. Mais cela avait l’air important puisque Jun Ki me semblait bien tracassé pour une histoire d’absence de quelques années. Mais juste après que je lui eusse demandé de se bouger les fesses justement, il me fit part du problème. Aaron. Oh. D’où l’antipathie qu’il éprouvait à son sujet. Tout était clair !

« Oooh ! Je vois ! C’est pour ça que tu tires la gueule dès que tu le vois ! Mais, tu ne peux pas rester comme ça Jun Ki. Je veux dire, c’est horrible quoi. Tu ne vas pas passer ta vie à regarder la fille que tu aimes avec un autre mec ! Je sais que tu es gentil, mais t’infliger ça, ce n’est plus de la gentillesse Jun Ki, c’est du masochisme. »

C’était vrai quoi, rien que d’y penser, c’était presque si je n’avais pas envie de pleurer pour lui. Et puis, honnêtement, ce n’était pas pour rajouter mon grain de sel, mais entre Aaron & Jun Ki, il n’y avait pas photo, si je me trouvais à la place de Serenity, je choisirais Jun Ki sur le champ. Il n’y avait pas plus parfait comme garçon ! Enfin, peut-être si on enlevait le côté un peu « coincé » de sa personne, cela ne lui ferait pas de mal. En parlant de cela, justement, je lui posai la question fatale qui me trottait en tête depuis plusieurs minutes. En effet, si Jun Ki ne s’était pas lancé, ce n’était peut-être pas tant qu’il ne le voulait pas, mais plutôt qu’il ne savait pas comment faire. Le pire, c’était que j’étais presque sûre de voir juste. Le simple fait qu’il eût manqué de s’étouffer avec son jus d’orange me fit soupirer de désespoir. J’en étais sûre. Jamais, jamais, jamais, Hee Jun Ki n’avait dragué une fille. J’ajoutai cela à la liste des choses qu’il faudrait corriger chez le jeune homme. Le truc, c’était que ça ne s’apprenait pas vraiment, en général, c’était naturel, voire spontané. Je veux dire, on sait par nature ce qu’il faut faire quand on veut séduire quelqu’un mais j’avais l’impression de parler de quelque chose de totalement inconnu à mon ami. Or, il allait en avoir besoin s’il voulait parvenir à ses fins.

Je me donnai une tape sur le front quand je l’entendis me confirmer son absence de connaissance en la matière. Non seulement il fuyait les femmes mais en plus, il ne savait même pas comment s’y prendre avec elles. Jamais ça ne lui était arrivé d’avoir besoin de séduire une femme par intérêt ? Non, je me refusai de lui poser la question, je pouvais deviner la réponse toute seule, comme une grande. Je finis mon jus d’orange d’une traite, essayant de me remettre de cette nouvelle. Eh bien la tâche ne serait pas facile. Je me levai d’emblée, sans prévenir, sans doute lui avais-je fait un peu peur et lui fis face, les mains sur les hanches, l’air inquisiteur.

« Hee Jun Ki. Si tu veux conquérir la femme de ta vie, il va falloir travailler tes « techniques de drague ». Et je suis sérieuse. Il n’est pas question que tu t’y prennes comme un manche avec Serenity. Tu as de la chance, la nature t’a déjà conféré un sex appeal avantageux. Maintenant il faut que tu apprennes à t’en servir. »

Je me sentais naître une vocation de chaman prête à lui apprendre tous les savoirs sur l’art de la séduction. Jun Ki avait besoin d’aide et j’étais clairement qualifiée pour lui apporter la mienne : sans rire, qui mieux que moi pouvait lui apprendre à utiliser ses charmes ? Comme quoi, avoir un passé obscur pouvait être utile. Je mis ensuite à faire les cent pas, cherchant comment lui montrer que cela pouvait être utile. Je me doutais bien que le convaincre de suivre mon enseignement ne serait pas si simple, je devais donc trouver des arguments de taille. Une fois trouvés, je revins face à lui et posai soudainement mes mains sur les accoudoirs du fauteuil où il était assis, penchée, le fixant droit dans les yeux. Effrayante ? Probablement.

« Par exemple ! Séduire une femme peut t’apporter beaucoup d’avantages tu sais. Une promotion, une boisson offerte et bien d’autres choses. Tu pourrais même décrocher un contrat grâce à ça ! Tu n’imagines pas le nombre de choses qu’on serait prêt à t’offrir si tu savais utiliser tes attributs comme il se doit. Et puis, Serenity n’y serait peut-être pas indifférente. C’est le petit quelque chose qui peut tout changer, tu vois ? »

Le pire, c’était que c’était vrai tout ce que je lui disais. Un petit sourire, un physique mis à son avantage, tout cela pouvait changer bien des choses. Sur ces paroles, que j’espérais être convaincantes, j’allai me rasseoir dans le fauteuil où je me trouvais un peu plus tôt, jambes croisées.

« Tu vois, juste une posture peut changer la façon dont on te perçoit. Une femme qui se tient droite, jambes croisées, sera toujours plus attirante que celle qui a le dos rond et les jambes n’importe comment. Ne serait-ce même que les vêtements, en fait. Si tu veux impressionner ta dulcinée, il va falloir mettre le paquet. Tu as des habits chics au fait ? »

C’était presque si je me demandais s’il n’allait pas me mettre dehors. Mais peu importait. Nous devions faire quelque chose pour son histoire, je refusais de rester les bras croisés à regarder se jouer sa petite tragédie amoureuse.

« Ah, une dernière chose : tu as déjà fait plus que te tenir à côté d’une fille ? Genre, tu en as déjà embrassé une ? »

Autant mettre les points sur les i maintenant. Ma séance d’entraînement allait être dure et longue, je le sentais d’ici. Mais quoiqu’il en soit, j’étais bien décidée de faire de Jun Ki un maître en art de la séduction !




Like A Wind
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« I searched for a hand to hold that would be with me in the future. No matter how many times, if I’m with you, I can overcome anything. •• .unbreakable »
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://newgeneration.forumactif.org/t1245-baek-liliana-i-will-survive http://newgeneration.forumactif.org/t1257-baek-liliana-i-m-addict-i-m-in-the-dark-i-m-dancing-in-the-dark#28123



je suis la star des backstages ; staff
avatar



je suis la star des backstages ; staff


•• Mes notes : 88
•• J'habite : Mapo-gu
•• Métier : Photographe

MessageSujet: Re: Jun Ki ; We need to talk Dear èé   Ven 16 Mai - 21:48

TITRE :

 Jun Ki ; We need to talk Dear èé




 


    Pour être honnête, mon manque latent d'expérience amoureuse ne m'avait jamais paru être un problème jusqu'ici. Je n'étais pas du tout à l'aise avec les femmes, alors pourquoi diable devrais-je leurs faire des avances, ou pire encore : en tomber amoureux ? Quelque part, cette histoire d'amour à sens unique avec Serenity arrangeait bien mes affaires, car je pouvais mettre tout mes complexes sur le dos de cette relation problématique. Oui, vous avez bien lu « complexe ». C'était sûrement idiot -au moins j'en avais conscience- mais le fait d'être un soit-disant beau garçon handicapait vraiment, je ne voulais pas qu'on m'accorde des faveurs juste en s'apercevant que j'étais plutôt mignon. Je n'en voyais pas l'intérêt, et je ne souhaitais pas soutenir ce genre de comportement en agissant moi-même ainsi.

    Je regardais Liliana du coup de l’œil, jugeant s'il serait utile de tenter une explication de ma façon de voir les choses. Je finissais par ne lâcher qu'un soupire las, rentrant mes épaules vers l'intérieur, trouvant l'idée mauvaise. Elle ne comprendrait pas, c'était l'évidence même. Je ne mettais pas son intelligence en jeu non, plutôt son entêtement et son aplomb. Liliana avait beau être haute comme trois pommes, du haut de ses talons de dix centimètres, elle en imposait bien plus qu'on ne l'imaginerait. Voilà pourquoi je décidais de ne pas jouer avec le feu, et de me faire tout petit après cette confession qui allait probablement la désespérer. « Oooh ! Je vois ! C’est pour ça que tu tires la gueule dès que tu le vois ! Mais, tu ne peux pas rester comme ça Jun Ki. Je veux dire, c’est horrible quoi. Tu ne vas pas passer ta vie à regarder la fille que tu aimes avec un autre mec ! Je sais que tu es gentil, mais t’infliger ça, ce n’est plus de la gentillesse Jun Ki, c’est du masochisme. » Aïe, c'était plus douloureux que ce à quoi je m'étais attendu tout compte fait. Je m'humectais les lèvres, essayant de trouver un peu de courage en dardant du regard le papier peint cramoisi, mais rien : je ne fis que déglutir avec peine, nerveux un peu.

    « Ce n'est pas aussi terrible que tu le dis tu sais, il m'arrive d'oublier ! Et puis ça va bien finir par se tasser, non ? Je pense que c'est mieux ainsi de toute façon, elle pourrait avoir peur du changement. » Ou peut-être était-ce moi ?

    Je buvais encore une gorgée de jus, cherchant désespérément à trouver un peu de contenance. Mais cette traîtresse m'avait abandonnée. J'avais l'impression que Liliana pouvait voir à travers moi, qu'elle savait que je ne comptais rien faire, laisser la situation telle quelle, comme un fragile château de carte qu'on aurait peur de voir s'effondrer. Le moindre déplacement un peu trop risqué pourrait être fatal, à croire que je n'avais pas confiance en Serenity, ou en moi. Cela ne pouvait pas être la raison, n'est-ce pas ?
    Je secouais vivement la tête, pour me reprendre. Je m'égarais et ça n'était pas vraiment le moment pour. Liliana semblait perdre tout espoir en la possibilité d'une descendance chez les Hee et je ne pouvais pas lui en vouloir. Du moins, n'en faisait-elle pas un peu trop là ? Elle me fichait la frousse avec ses grands airs, à tel point que je m'enfonçais un peu plus dans mon fauteuil, ne la quittant pas des yeux, de peur qu'elle attaque. Non sans déconner, elle avait vraiment des airs de tigresse là, effrayant. « Hee Jun Ki. Si tu veux conquérir la femme de ta vie, il va falloir travailler tes « techniques de drague ». Et je suis sérieuse. Il n’est pas question que tu t’y prennes comme un manche avec Serenity. Tu as de la chance, la nature t’a déjà conféré un sex appeal avantageux. Maintenant il faut que tu apprennes à t’en servir. » A cette déclaration, j'ouvrais des yeux ronds, et clignais deux-trois fois, avant d'enfin me décider à émettre un son.

    « Euh... Je suis prête à parier que tu peux faire mieux Jun Ki. Je crois vraiment que tu prends ça un peu trop à cœur... Surtout que tu dois le savoir aussi bien que moi, elle a beau être ma meilleure-amie, si je me déclare, je vais perdre mes moyens, que je sois calé niveau techniques ou pas. Je ne sais pas comment me servir de ce que la nature m'a donné... C'est pas si terrible que ça... » répliquais-je, bougon et vexé aussi un peu.

    Je sursautais lorsqu'elle se retrouva si près de moi, et plaquais ma tête contre le dossier de mon fauteuil, hésitant même à respirer. « Par exemple ! Séduire une femme peut t’apporter beaucoup d’avantages tu sais. Une promotion, une boisson offerte et bien d’autres choses. Tu pourrais même décrocher un contrat grâce à ça ! Tu n’imagines pas le nombre de choses qu’on serait prêt à t’offrir si tu savais utiliser tes attributs comme il se doit. Et puis, Serenity n’y serait peut-être pas indifférente. C’est le petit quelque chose qui peut tout changer, tu vois ? » Mes joues s'empourprèrent à mesure que j'encaissais ce qu'elle me racontait, et je déglutissais avec difficulté. J'avais l'impression d'être à l'armée et d'apprendre les rudiments de la défense. Pourquoi est-ce qu'elle était si sérieuse d'un seul coup ?

    «  Mais... Mais je ne veux pas faire ça moi... C'est pas honnête, et puis Nutty a eu tout le temps d'y réfléchir, elle s'en fiche pas mal que je sois mignon, et c'est tant mieux, en plus je ne sais pas comment faire pour ça, je n'ai pas l'habitude, je risquerai juste de m'humilier tu sais... » annonçais-je, plus sérieux que jamais. J'étais vraiment persuadé de ne pas en être capable. J'avais trop de responsabilités pour me permettre de jouer ici et là.

    Voilà, c'était la faute à mes responsabilités.

    Je respirais un peu plus à l'aise quand elle se recula, et retourna s'asseoir, mais je continuais de l'observer agir, médusé par le spectacle qu'elle m'offrait. « Tu vois, juste une posture peut changer la façon dont on te perçoit. Une femme qui se tient droite, jambes croisées, sera toujours plus attirante que celle qui a le dos rond et les jambes n’importe comment. Ne serait-ce même que les vêtements, en fait. Si tu veux impressionner ta dulcinée, il va falloir mettre le paquet. Tu as des habits chics au fait ? » Je me donnai tout de même la peine de réfléchir à cette question, même si je ne voyais pas tellement où est-ce que ça allait nous mener, puis je finissais par me rendre compte que...

    «  Tu entends quoi par chic ? Une chemise noire, ça compte ? Et je dois sûrement avoir un chapeau que Ga Yoon m'a offert quelque part dans ma chambre. Tu crois que ça ferait l'affaire ?  » demandais-je en regardant d'un œil distrait les vêtements que je portais déjà sur moi.

    « Ah, une dernière chose : tu as déjà fait plus que te tenir à côté d’une fille ? Genre, tu en as déjà embrassé une ? » A nouveau, je fus pris par une quinte de toux plutôt violente, et mon sang ne fit qu'un tour, avant de venir se placer dans mes pommettes qui s'enflammèrent. «  Non pas vraiment... Enfin, jamais sur la bouche.  » déclarais-je, tentant de dissimuler ma nervosité. Après tout, j'étais grand, je pouvais parler de ce genre de chose sans être mort de honte, non?





    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
    flower lady

    No matter if the winds blow, I hope you’ll come towards me, I pray that I’ll be the bright sun that makes you laugh, I pray that I’ll become like the little prince in the fairy tales,  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] just for love, so stay
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur



Je suis une idole, aimez-moi ♥
avatar



Je suis une idole, aimez-moi ♥


•• Mes notes : 415
•• J'habite : Jongno-Gu
•• Métier : Idole

MessageSujet: Re: Jun Ki ; We need to talk Dear èé   Ven 23 Mai - 15:27

TITRE :

 Jun Ki ; We need to talk Dear èé




 

Plus la conversation progressait, plus je me disais que j’allais peut-être avoir une petite conversation avec Serenity. A moins que d’ici là Jun Ki ne soit en mesure de se comporter comme un homme, un vrai, avec un courage dans le cœur et du poil sur les fesses ! Non parce que s’il fallait attendre que mon ami décide de faire le premier pas, je sentais que j’allais pouvoir regarder sa petite tragédie romantique avec du popcorn pendant longtemps. Cinq ans facilement je pensais. Je ne reprochais rien à Jun Ki, il était très gentil, pas rancunier en plus, tout ça mais sérieusement, il avait besoin que quelqu’un lui bouge les fesses. J’avais l’impression d’avoir un adolescent en face de moi qui venait d’avoir son premier coup de foudre et je ne plaisantais pas. Sa posture seule témoignait d’un état d’esprit similaire : les épaules rentrées, la façon dont il s’humidifiait les lèvres nerveusement et déglutissais, tout ça c’était des symptômes qu’on avait à l’adolescence, soit quand on devait parler de nos sentiments amoureux ou quand les parents se mettaient en tête que parler de sexualité avec les jeunes, c’était une bonne chose. Et j’en venais à me dire que notre conversation commençait à s’étaler sur les deux options, à mon plus grand désespoir.

J’eus un air blasé à l’écoute de la réponse que m’offrit Jun Ki. Passer ? Non, mais il était sérieux ? Il était amoureux de Serenity depuis des années et il pensait que ça allait juste passer ? J’avais presque envie de me taper la tête sur un mur, là, tout de suite. Sans rire, je n’avais peut-être pas eu l’occasion de sortir avec quelqu’un mais s’il y avait une chose que je savais, c’était qu’on ne cessait pas d’aimer une personne d’un coup comme ça. Il me suffisait de voir combien des filles pouvaient s’acharner à essayer de se raccrocher à mon frère, c’était désespérant. J’en venais presque à souhaiter de ne jamais tomber amoureuse mais ça, c’était juste avant de me dire que je ne pouvais pas désespérer de trouver le prince charmant, en bonne fan de Disney que j’étais. Honnêtement, il me semblait que même moi j’en savais plus sur le sujet que lui et pourtant, ce n’était pas moi qui étais amoureuse en l’occurrence. Jamais je n’avais dû jouer les mamans pour quelqu’un mais là, j’avais l’impression que ça allait être une première. Jun Ki pouvait dire ce qu’il voulait, me trouver chiante s’il voulait mais le fait était là : il avait besoin d’aide et j’étais la seule à être en mesure de la lui offrir sincèrement, sans me moquer de lui.

Ma surprise fut sans appel quand je vis Jun Ki s’enfoncer dans le fauteuil et écarquiller les yeux à mes dires. Sans rire, je lui faisais peur ou bien ? Non. S’il avait peur de moi là déjà, on était mal. Très mal. Je n’étais le genre de fille impressionnante quand même, ou bien on ne m’avait pas tout dit. Nous étions amis, si déjà il était mal à l’aise avec moi, je n’osais pas imaginer ce que ça pourrait être avec Serenity, pour laquelle il avait des sentiments. Non mais qu’est-ce qu’il pensait lui répondre quand ils aborderaient le sujet ? Non parce que, d’après ses dires, c’était sa meilleure amie alors ce genre de sujet allait forcément finir par venir dans leurs conversations. A moins qu’elle ne soit aussi coincée ? J’en doutais. Jun Ki était une exception de la nature, dans tous les sens du terme. Il avait beau être doté des plus beaux attributs, sa timidité – qui n’était même plus de la timidité à ce niveau – était assez impressionnante. Jamais je n’avais vu cela de toute ma vie et j’étais prête à parier que si je faisais un sondage, ses autres connaissances diraient la même chose. Autant dire que la tâche qui m’attendait n’était pas des moindres. Mais tel un soldat partant à la guerre, j’étais prête à surmonter toutes les épreuves, qu’importe le prix, pour le bien de Jun Ki, même si je devais aller engueuler Serenity moi-même. Projet que je gardai pour moi bien soigneusement.

Alors qu’il m’affirmait qu’il ne savait pas comment s’y prendre – chose que j’aurais pu deviner toute seule – et qu’il avait peur de souffrir d’une honte monstrueuse, j’intervins de suite pour le rassurer. Je n’allais pas l’envoyer au champ de bataille sans préparatifs, bien entendu, j’y tenais moi à mon petit soldat !

« Non mais ne t’inquiète. Je vais te coacher avant, t’apprendre les ficelles de la chose. Tu verras ce n’est pas bien compliqué au fond. Il faut y croire, c’est le plus important. »

Eh oui, parce qu’il y allait sans la moindre motivation, il ne risquait pas de faire le moindre effet, ça c’était sûr. De plus, je me rendis compte que le concept « classe » paraissait bien abstrait pour lui. A part une chemise et un chapeau, ça ne semblait pas lui évoquer grand-chose. Cela dit c’était déjà bien dans un sens, mais je prévoyais secrètement une sortie shopping avec mon ami en détresse. Un bon petit relooking ne lui ferait pas de mal, qui sait, peut-être pourrais-je en prime demander l’avis de Calliope ? C’était sans doute la meilleure placée pour m’épauler pour ce genre de défi après tout.

Là, ce fut moi qui m’enfonçai dans le fauteuil. QUOI ? Déjà sa quinte de toux m’avait inquiétée mais quand il me déclara qu’il n’avait jamais, jamais embrassé personne, je fus mortifiée. Comment c’était possible ? Il n’avait jamais été attiré par quelqu’un ou bien ? Je renonçai donc à lui demander s’il avait plus que faire un câlin à une fille dans sa vie, j’étais à peu près sûre de connaître la réponse désormais. Ouah. Je ne m’en remettais, j’avais l’impression d’avoir subi un électrochoc terrible. On m’aurait passée sur la chaise électrique, l’état aurait été à peu près similaire, excepté la terrible souffrance que j’aurais subie, bien entendue. Je me passai la main dans les cheveux, décontenancée. Eh bien, je n’étais pas au bout de mes peines, j’allais devoir mettre toutes mes capacités au maximum pour espérer tirer quelque chose de Jun Ki, sans quoi, il était condamné à finir ses jours seul. Chose impensable pour l’amie fidèle que j’étais et qui étais prête à l’aider, quoiqu’il arrive.

« Ok… Bon écoute, on va déjà regarder ton armoire, on passe à la pratique après, d’accord ? »

Sans attendre sa réponse, je me levai d’emblée du fauteuil et l’entraînai avec moi vers les escaliers. Les chambres étaient toujours à l’étage, ça j’en étais sûre. Et je ne mis pas beaucoup de temps à trouver celle de Jun Ki, c’était assez facile et ce fut la première pièce que j’ouvris. La providence était avec moi, je pris cela comme un signe de bénédiction sur la mission qui m’attendit. Je lâchai le pauvre jeune homme et me dirigeai d’un pas assuré vers son armoire, que j’ouvris sans la moindre gêne. Il n’y avait rien qui puisse me choquer, c’était sûr, pas moi. La plupart de ses vêtements étaient évidemment des jeans et des t-shirts et j’aperçus ladite chemise noire, seule, pendant sur un cintre. Sans hésiter, je la décrochai et la lançai à Jun Ki sans quitter l’armoire du regard. C’était officiel, j’allais avoir du travail. Je choisis ensuite un jean un peu plus soigné que les autres et l’envoyai de la même manière que la chemise à Jun Ki. Mon regard tomba par hasard sur les sous-vêtements du jeune homme et… là non plus ce n’était pas une réussite.

« Tu déconnes là Jun Ki ?, lançai-je sans prévenir en sortant l’un de ses caleçons, on ne met pas ça à ton âge ! Comment diable espères-tu t’en sortir avec ça ? »

Je n’avais pas prévu de passer dans les boutiques de sous-vêtements pour hommes moi ! Je me donnai une tape sur le front, désespérée. Eh bien, la tâche allait effectivement être très rude. Je n’avais pas mesuré à quoi je m’engageais avec tout ça. Je laissai ma main sur ma bouche un instant, ne sachant que dire. Comment pouvais-je lui parler désormais sans être affligée ? Mon pauvre Jun Ki, tu avais vraiment du travail à faire.

« Bon, enfile-moi ça déjà et retrouve-moi en bas. On a du pain sur la planche. »

Ça, il me semblait qu’il l’avait plutôt compris mais bon, on n’était jamais trop prévenant. Je revins dans son salon où nous étions un peu plus tôt et enlevai mon écharpe ainsi que ma veste, que je déposai toutes deux sur le fauteuil. Autant me mettre à l’aise puisque nous en aurions pour un moment à première vue. J’ajustai mon haut blanc à manches trois-quarts en soupirant : qu’est-ce qu’il ne me ferait pas faire hein ! Plusieurs minutes s’écoulèrent avant que je ne revisse le visage de mon ami, vêtu ainsi que je l’avais indiqué. Bon, ça changeait déjà un peu, c’était ça de gagné.

« Jun Ki, quoique tu puisses penser, c’est pour ton bien que je fais cela. Écoute-moi, il va falloir qu’on travaille ensemble pour que tu sois un minimum apte à séduire une fille. Tu as du potentiel et il faut l’exploiter. Tu es prêt ? »

Je préférais quand même lui demander son avis avant, même si au fond ça n’allait pas changer grand-chose. J’aurais peut-être dû me lancer dans l’enseignement. Enfin, bon, s’il avait des questions, c’était le moment ou jamais parce qu’après, nous allions travailler d’arrache-pied. Je ferais de lui l’homme canon qu’il aurait dû être, nah !

Spoiler:
 




Like A Wind
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« I searched for a hand to hold that would be with me in the future. No matter how many times, if I’m with you, I can overcome anything. •• .unbreakable »
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://newgeneration.forumactif.org/t1245-baek-liliana-i-will-survive http://newgeneration.forumactif.org/t1257-baek-liliana-i-m-addict-i-m-in-the-dark-i-m-dancing-in-the-dark#28123



je suis la star des backstages ; staff
avatar



je suis la star des backstages ; staff


•• Mes notes : 88
•• J'habite : Mapo-gu
•• Métier : Photographe

MessageSujet: Re: Jun Ki ; We need to talk Dear èé   Lun 26 Mai - 13:53

TITRE :

 Jun Ki ; We need to talk Dear èé




 


    Jun Ki, tu es fichu.

    Voilà ce à quoi je pensais depuis que j'avais annoncé la nouvelle surprenante à Liliana -non je n'étais pas gay, dommage pour elle-. Je n'avais jamais eu honte de moi, fier de ce que j'étais aujourd'hui, me basant sur des faits que je considérais comme un peu plus sérieux qu' «avoir la côte avec les filles», mais pour le coup, j'étais vraiment embarrassé, comme si j'avais fais quelque chose de mal, ou avait été mal éduqué.
    A mes yeux, Liliana en faisait encore un peu trop, je ne voyais pas ce qu'il y avait de si terrible à être inexpérimenté. Je n'étais pas un mauvais garçon, un peu permissif peut-être, mais ne jamais avoir embrassé une fille n'était pas une tare, j'en étais persuadé. Pas vrai ? J'étais loin d'être bête.
    Ce qui m'agaçait cela dit, c'était qu'avec mon physique, tout le monde s'attendait à ce que je sois un tombeur. Ce qui ne m'aidait pas le moins du monde, ça me mettait la pression plus qu'autre chose. Je savais qu'elle ne le voyait pas ainsi, mais le fait qu'elle en parle si naturellement, comme si c'était un vrai cadeau, me mettait mal à l'aise. Je serai sûrement plus apte à me mettre la honte qu'à toucher les sentiments d'une femme. « Non mais ne t’inquiète. Je vais te coacher avant, t’apprendre les ficelles de la chose. Tu verras ce n’est pas bien compliqué au fond. Il faut y croire, c’est le plus important. » Je fis la moue, en soupirant longuement. Je n'étais pas convaincu le moins du monde, mais il fallait que je paraisse un tant soit peu emballé, non ?

    Je me pinçais les lèvres : « Et tu as déjà eu un petit-ami toi pour être si certaine que tu vas arriver à tirer quelque chose de moi ? demandais-je, las. Puis je me rendis rapidement compte que : Oh pardon, je ne voulais pas être vexant, ça ne me regarde pas hein !  » Je m'empressais d'ajouter ces quelques mots, car il se pouvait qu'elle le prenne mal, si jamais elle n'en avait pas eu. Et je n'y tenais pas, ce n'était pas du tout le but de la manœuvre.

    Alors sinon, en plus d'être confiant, il fallait aussi que je sois habillé avec classe ? Mais comment étais-je sensé savoir ce qui était entré dans cette catégorie? Ce concept me paraissait si abstrait parfois. J'avais beau être un photographe, qui ne manquait jamais d'idées pour mes différents shooting, j'étais beaucoup moins qualifié lorsqu'il s'agissait de s'occuper de ma propre personne. Triste ? Probablement, mais je n'avais jamais eu personne derrière moi pour me reprendre en main, alors je m'étais juste habitué. « Ok… Bon écoute, on va déjà regarder ton armoire, on passe à la pratique après, d’accord ? » Je sursautais comme si je venais d'être piqué à vif. « C'est vraiment nécessaire ?  » Mais elle était déjà partie dans ma chambre, telle une furie à la recherche de ce qui allait me faire tomber.

    Pourquoi avais-je la nette impression que nous allions de mal en pis ?

    Je la rejoignais rapidement, et elle avait ouvert mon armoire en grand, la passant au peigne fin. Nerveux, je passais une main dans mes cheveux et soufflais profondément. Quelle galère. « Tu déconnes là Jun Ki ? on ne met pas ça à ton âge ! Comment diable espères-tu t’en sortir avec ça ? » Je m'empressais de lui prendre mon caleçon des mains.

    « Du calme voyons ! Si tu crois que j'ai assez d'argent pour m'acheter de nouveau sous-vêtements plus classe, tu te mets le doigt dans l’œil Liliane, et celui-ci, ben.. c'est mon porte bonheur... J'y tiens, alors... J'étais rouge pivoine : … Alors pas touche.  » terminais-je, en détournant le regard à l'autre bout de la pièce, comme si ce n'était rien. « Bon, enfile-moi ça déjà et retrouve-moi en bas. On a du pain sur la planche. » Je regardais ma chemise et le jean et hochais la tête doucement, penaud.

    Quand elle retourna au salon, je fronçais les sourcils, et enfilais ma chemise noir, enlevais le pantalon que j'avais et me regardais cinq secondes dans le miroir. Je tirais sur le caleçon que je portais, tout en soupirant. Je finissais par enfiler le jean que Liliana m'avait choisi, et terminais de me sécher les cheveux.
    Une fois prêt, je retournais la voir, gêné. « Jun Ki, quoique tu puisses penser, c’est pour ton bien que je fais cela. Écoute-moi, il va falloir qu’on travaille ensemble pour que tu sois un minimum apte à séduire une fille. Tu as du potentiel et il faut l’exploiter. Tu es prêt ? » Je haussais les épaules, faisant la moue. J'avais l'impression d'être un clown habillé comme ça.

    « Tu es certaine que c'est une bonne idée ? Je ne vois pas encore où c'est bénéfique pour moi. Puis... comment tu veux que je m’entraîne pour les autres choses que j'ai jamais faite hein ? C'est super gênant, tu le sais ? Je me pinçais les lèvres : Mais bon, qu'est-ce que tu veux que je fasse ? Une jolie chemise ne fait pas tout.  »

    J'allais au moins me donner la peine d'essayer, pour qu'elle comprenne qu'elle perdait son temps... J'appréciais l'effort qu'elle faisait hein... Là n'était pas le problème.

Spoiler:
 




    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
    flower lady

    No matter if the winds blow, I hope you’ll come towards me, I pray that I’ll be the bright sun that makes you laugh, I pray that I’ll become like the little prince in the fairy tales,  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] just for love, so stay
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur



Je suis une idole, aimez-moi ♥
avatar



Je suis une idole, aimez-moi ♥


•• Mes notes : 415
•• J'habite : Jongno-Gu
•• Métier : Idole

MessageSujet: Re: Jun Ki ; We need to talk Dear èé   Lun 2 Juin - 12:57

TITRE :

 Jun Ki ; We need to talk Dear èé




 

Oui, bon je reconnaissais que j’y allais un peu fort et pas très délicatement de surcroît. Mais que voulez-vous, il fallait soigner le mal par le mal et si je ne donnais pas un bon petit électrochoc à Jun Ki dès à présent, eh bien on pouvait faire une croix sur la progéniture des Hee. Chose qui n'était pas possible bien entendu, je comptais sauver les futurs enfants de mon idiot d'ami & de Serenity. Me voilà désormais investie d'une mission des plus importantes et je me jurai de ne pas laisser de répit à mon acolyte tant qu'il ne se serait pas déclaré. Autrement dit, Jun Ki allait m'avoir sur le dos pendant un bon moment, qu'il le veuille ou non. Cela dit, il était vrai que je n'étais pas forcément obligée d'aller fouiller dans ses affaires personnelles pour cela, surtout dans son tiroir de caleçons. C'était plus fort que moi il fallait que tout fût parfait, jusqu'au bout. La décence ne signifiait alors plus grand chose pour moi et je fus surprise de l'indignation de mon vis-à-vis, qui m'arracha littéralement son caleçon des mains. Non mais sans rire, c'était ça son caleçon porte-bonheur ? Cela m'inquiéta tant, qu'une fois en bas, en attendant que Monsieur se change parce que j'étais sûre qu'il était pudique à en mourir, eh bien je recherchai les magasins Undiz qui se trouvaient dans le coin sur mon téléphone. Il fallait faire quelque chose et j'avais pu mémoriser la taille du caleçon de Jun Ki juste avant qu'il ne me reprenne ledit vêtement. J'allais pouvoir lui faire une jolie surprise dans peu de temps, haha.

Il n'y avait pas photo, à peu près bien habillé, Jun Ki avait un charme indéniable. Dommage que l'esprit qui soit à l'intérieur de ce corps d'Apollon avait autant connaissance du concept « sexy » qu'une hu ître. Du gâchis, du beau gâchis voilà ce que faisait Jun Ki et j'avais le devoir, non la mission de réparer cet horrible méfait. J'en connaissais une qui m'en serait reconnaissante tiens. J'observai donc ma victime de haut en bas, pensive. Oui, ce n'était pas encore cela, le « chic » n'était pas encore atteint, je le sentais bien. On allait devoir trouver mieux pour conquérir la belle de ce prince.

« Laisse faire les professionnels, lui rétorquai-je gentiment, je n'ai peut-être pas eu de petit-ami mais je suis sérieusement plus expérimentée que toi, ça tu peux me croire. »

Il en déduisait ce qu'il voulait, de toute façon, j'étais à peu près sûre que la vérité ne serait pas la première chose qui lui viendrait à l'esprit. Jun Ki était trop innocent pour cela et mon image ne collait absolument pas à ce qui s'était passé. Je mentirais si je disais que sa question ne m'avait pas travaillée tout à l'heure. Il était vrai que je n'avais jamais eu l'occasion d'avoir une relation sérieuse, à mon grand dam, et en fait c'était quelque chose que je regrettais amèrement. J'aurais bien voulu avoir un petit-ami, qu'il m'emmène au cinéma ou dans un parc, qu'on s'engueule, qu'on rigole ensemble, même si c'était pour qu'après il me largue pour la première bimbo bonde italienne qui passait. Au lieu de cela, ma vie sentimentale se résumait en un mot : néant. J'aurais dû songer à faire un autre métier qu'idole, au moins, j'aurais eu du temps à consacrer à ma recherche du grand amour. C'était triste en y pensant, je n'avais eu le temps d'avoir un amoureux alors que j'étais adolescente et désormais, j'étais trop prise par mon travail pour penser à tomber amoureuse. Il me semblait que j'allais avoir besoin de quelques séances de psychanalyse bien corsées d'ici quelques temps. Cela dit, quand on avait un grand frère qui montait la garde, ça dissuadait grandement les concurrents. Peut-être que je devrais songer à trouver  un moyen d'envoyer Lorenzo dans un salon de couture à Paris ? A méditer.

Revenons à nos moutons. J'avais un pauvre agneau devant qui ne demandait qu'à avoir un peu d'aide pour séduire sa jolie chèvre – oui ça n'avait aucun sens, chut. C'était peut-être idiot mais en vérifiant si j'étais à l'aise maintenant que j'avais ôté ma veste et mon écharpe, je constatai que même avec mes bottines à très hauts talons, eh bien Jun Ki faisait bien une tête de plus que moi. Si c'était pas malheureux. Je devrais peut-être songer à porter une échelle sous mes pieds... Bref ! Il fallait d'abord procéder par un petit exercice afin que je puisse juger du niveau de mon élève, que je devinai être médiocre d'avance, si pas lamentable. Déjà je doutais entièrement du fait qu'il prenne son courage pour faire ce que je lui demandais. Si jamais il osait se dégonfler, il allait le regretter. Vraiment le regretter.

« Bon, tout d'abord, un petit truc tout bête, mais je sais que tu ne vas pas aimer. Je t'explique : je marche dans la rue, on se croise, tu veux me séduire. Que fais-tu ? Vas-y, montre-moi! »

C'était drôle mais j'avais presque l'impression d'être une couguar. Cela dit, Jun Ki n'était pas beaucoup plus jeune que moi, un an à peine me semblait-il mais il était tellement puérile dans ses manières que j'avais le sentiment qu'il y avait plus entre nos deux âges. Et pourtant, je n'étais pas particulièrement mature, bien au contraire, mais là, on atteignait le summum en fait. Il était si innocent, si naïf qu'il me semblait que j'étais sur le point de faire un détournement de mineur. Ce pourrait être une bonne chose que Serenity n'ait pas à ressentir la même chose, sinon cela allait quelque peu poser problème à mon avis. Ou alors elle avait une patience de reine. J'attendais tranquillement de voir ce qu'il allait faire, me préparant à lui montrer comment il fallait procéder, vu qu'il allait se vautrer en beauté. C'était beau l'amitié non ?




Like A Wind
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« I searched for a hand to hold that would be with me in the future. No matter how many times, if I’m with you, I can overcome anything. •• .unbreakable »
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://newgeneration.forumactif.org/t1245-baek-liliana-i-will-survive http://newgeneration.forumactif.org/t1257-baek-liliana-i-m-addict-i-m-in-the-dark-i-m-dancing-in-the-dark#28123



je suis la star des backstages ; staff
avatar



je suis la star des backstages ; staff


•• Mes notes : 88
•• J'habite : Mapo-gu
•• Métier : Photographe

MessageSujet: Re: Jun Ki ; We need to talk Dear èé   Sam 7 Juin - 20:42

TITRE :

 Jun Ki ; We need to talk Dear èé




 


    J'avais vraiment l'impression d'être un clown. Je ne ressentais pas vraiment le besoin d'être à l'aise avec les femmes en fait. Elles étaient là, j'étais là, on cohabitait sans violence, pourquoi vouloir changer un plan qui avait fait ses preuves pendant des années ? Puis Liliana ne connaissait pas Serenity. Si d'aventure, je changeais d'eau de toilette dans le but de lui plaire, elle ne le remarquerait probablement jamais pour ainsi dire. J'avais déjà toute les cartes en main pour lui plaire en plus : un Macdonald en face de là où j'habite, et une carte bancaire paiement rapide. What else ?
    Je n'avais en aucun cas accepté de suivre ses cours. Mais avec Liliana, ne pas la mettre dehors après une proposition équivalait à un oui apparemment. Et puis de toute manière, maintenant qu'elle avait mis le nez dans mes caleçons, je crois que je n'avais plus rien à lui cacher de plus honteux, alors autant m'apprendre des trucs maintenant qu'elle était là, pas vrai.

    « Laisse faire les professionnels, je n'ai peut-être pas eu de petit-ami mais je suis sérieusement plus expérimentée que toi, ça tu peux me croire. » Je fis la moue, en pinçant ma lèvre supérieure entre mes dents. J'avais vraiment l'air aussi désespéré que ça pour qu'elle se sente investie d'une mission ? Le soupçon d'ego que j'avais, était offensé, voilà.
    Je baissais la tête vers elle, et plongeais mon regard dans le sien, sérieux : « Pourquoi tu te donnes cette peine si tu penses que je suis un cas sans espoir ? Ne dis pas le contraire.  » Malgré le côté vexant de cette constatation, je ne pouvais m'empêcher de sourire gentiment. Elle voulait bien faire, je le savais alors je ne pouvais lui en vouloir, tant qu'elle se cantonnait à mon style vestimentaire, c'était supportable.

    Le truc, c'est qu'elle ne s'occupait pas que de ça.

    « Bon, tout d'abord, un petit truc tout bête, mais je sais que tu ne vas pas aimer. Je t'explique : je marche dans la rue, on se croise, tu veux me séduire. Que fais-tu ? Vas-y, montre-moi! » J'ouvrais la bouche, puis la refermais, et réitérais l'expérience au moins trois fois. Je levais mon index, et remuais la main doucement, comme si je relevais l'intérêt d'une telle remarque. « Te séduire. Oui, bien sûr. Tout de suite. C'est comme si c'était fait.  » Mes joues s'enflammaient doucement, alors que mon amie était en train de se changer en une femme lambda : bégaiement et gêne à la clé était le lot usuel des femmes lambda avec Hee Jun Ki. Pas d'exception.

    J'inspirai profondément, laissant mes joues se gonfler seule : « Séduire... Séduire.... » En fait, elle avait raison, j'étais vraiment un cas désespéré, car je ne trouvais rien à lui dire dans cette optique. C'était ridicule, il fallait que je fasse des efforts. Je fis un pas vers elle, laissant derrière moi mon embarras, je l'espérais :

    «  Hmmm... Bonjour, en fait je voulais vous dire que je vous trouve si jolie que j'en ai oublié mes belles phrases, c'est idiot hein ?  » Pendant que j'avais dis cela, je ne l'avais pas quitté des yeux, et j'avais l'impression d'être un petit garçon qui demande une sucette à sa maman. Ridicule en d'autres mots. Je laissais tomber ma tête en arrière et soupirais péniblement : « On ne peut pas commencer par plus facile ? Je me sens vraiment idiot là, tu n'as pas idée...  » lui confiais-je en me tapant doucement le front avec la paume de ma main, las.

    « Non sincèrement, j'ai pas envie de faire ça je crois. Tu es mon amie, pas une simple inconnue, c'est gênant. Tu me reçois ? » demandais-je en appuyant mon index contre son front, comme pour qu'elle imprime le message correctement cette fois-ci.




    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
    flower lady

    No matter if the winds blow, I hope you’ll come towards me, I pray that I’ll be the bright sun that makes you laugh, I pray that I’ll become like the little prince in the fairy tales,  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] just for love, so stay
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur



Je suis une idole, aimez-moi ♥
avatar



Je suis une idole, aimez-moi ♥


•• Mes notes : 415
•• J'habite : Jongno-Gu
•• Métier : Idole

MessageSujet: Re: Jun Ki ; We need to talk Dear èé   Ven 27 Juin - 16:46

TITRE :

 Jun Ki ; We need to talk Dear èé




 

Je ne savais pas exactement ce qui m’était passé par la tête quand j’avais demandé à Jun Ki d’essayer de me séduire. Soyons objectif : il n’y avait pas la moindre chance pour qu’il y arrive. J’aurais dû m’en douter mais quand même, j’avais décidé de lui laisser le luxe du doute et de lui donner une chance. Après tout, il était peut-être moins ignorant que je ne le pensais. Ou pas. Mon intuition devait être partie en vacances ou perdue dans une jungle lointaine, puisque j’avais eu faux sur toute la ligne pour son histoire avec Aaron et que désormais, je nourrissais le faible espoir que Jun Ki ne soit pas complètement étranger aux pratiques de séduction. De toute façon, dès qu’il s’amusa à faire le poisson trois fois de suite, je savais pertinemment au fond de moi que c’était fichu. Je ne savais pas pourquoi je n’étais pas intervenue pour stopper les dégâts de suite. Encore une petite étincelle d’espoir qui se battait en duel contre la fatalité qui me gagnait de plus en plus. Étincelle qui tenait bon en écoutant la déclaration de mon vis-à-vis. Je le croyais presque quand il me dit que c’était comme si c’était fait. Idiote.

Et puis les joues de Jun Ki se mirent à gonfler de manière inexpliquée. Et puis il répéta le mot « séduire » en boucle, comme un enfant lorsqu’un mot dont il ne saisissait pas le sens lui trottait en tête. Rien de bien rassurant à vrai dire. J’espérais au moins qu’il connaissait la définition de ce verbe, pitié, ne me dites pas qu’en plus il ne savait même pas ça. De nouveau, un souffle d’espoir m’envahit quand il s’avança vers moi. Vas-y Jun Ki, arme-toi de courage même si ce n’est que pour trente secondes, tu peux le faire, tu peux me prouver que tu es capable de dégager un sex appeal autrement qu’en portant une chemise. Et étrangement au lieu de m’effondrer dans le fauteuil juste derrière moi, j’esquissai un petit sourire amusé en entendant sa tentative désespérée. A vrai dire, je faisais tout pour ne pas attraper un fou rire qui me coûterait cher. C’était mignon oui, mais pas sexy du tout ! Au moins quand il était idiot, il était mignon, c’était déjà ça. Mais il ne tenta pas plus et se contenta de rejeter la tête en arrière, accompagné d’un soupir. Il baissait déjà les bras. Cela suffisait à résumer le problème.

« Tu veux que je sois honnête ? Ce n’est pas si mal, tu aurais pu faire pire. Déjà tu n’as pas bégayé, c’est une bonne chose non ? Le truc, c’est que tu n’y crois pas une seule seconde Jun Ki. Tu essaies parce que je te le demande mais au fond, tu penses déjà que tu vas être ridicule. Essaie d’y croire un minimum. Sans rire, physiquement tu es irréprochable, si tu te donnais les moyens, tu pourrais y arriver tranquille. »

Et voilà, je venais de découvrir le problème de « Monsieur les filles me font peur » en trente secondes. Alors ne méritais-je un diplôme en psychologie masculine en fin de compte ? Bon peut-être pas encore. Il me souligna le fait que je sois son amie ne le mettait pas vraiment à l’aise en l’occurrence. Logique. Moi non plus je n’aimerais pas vraiment à avoir à draguer un de mes amis, enfin il me semblait qu’avec quelques verres et si c’était un défi à relever, je serais capable de le faire. Mais Jun Ki, c’était Jun Ki quoi et j’avais beau penser qu’avec moi il serait peut-être plus à l’aise, visiblement, ce n’était pas le cas. Je ne pouvais quand même pas l’obliger à faire abstraction de notre amitié.

« Ok, je comprends. C’est un peu bizarre c’est vrai. Je te ferais essayer plus tard sur une inconnue puisque c’est ça qui te dérange. Parce que là tu as d’autres trucs prévus je pense après, enfin j’espère, tu as une vie sociale quand même ? Bref, je m’égare. Juste, excuse-moi, mais c’est pour ton bien, il va quand même falloir que tu apprennes à embrasser quelqu’un. Ce serait bête que tu te grilles auprès de Serenity pour une histoire de baiser non ? »

Oui, je n’avais oublié qu’il n’avait jamais embrassé une fille et que c’était un truc super important. Je ne pouvais pas le laisser partir à l’aveugle comme ça. Même lui il aurait peur et se dégonflerait au dernier moment. Et ça, j’en étais sûre, foi de Liliana. Je remis en place mes mèches de cheveux avant de m’approcher de Jun Ki en inspirant un grand coup. Oui, moi-même j’avais du mal à réaliser ce que j’allais faire mais bon, je n’avais pas franchement le choix après tout. Je passai mes bras autour du cou de Jun Ki et le fixai dans les yeux. Il allait me prendre pour une folle.

« Ne t’en fais pas, c’est purement éducatif. Je fais ça dans ton intérêt, histoire que tu n’aies pas une dose de stress intense quand le moment sera venu. »

J’eus un moment d’hésitation. Tout de même, avoir sa première fois avec son amie, c’était limite. Il risquait d’être traumatisé. Cela dit, quand on s’attardait sur mon cas, c’était un désastre fini, cela avait un parfait inconnu – ok j’avais eu de la chance il n’était pas mal, Sonia y avait veillé pour ma première fois – donc il s’en remettrait. Doucement, j’approchai mon visage de celui de Jun Ki et posai doucement mes lèvres sur les siennes. S’il survivait à ça, il y avait encore de l’espoir pour ce petit. Je ne m’attardai pas et au bout de quelques secondes, je me détachai de lui et reculai un peu, appréhendant sa réaction.

« Tu vois ? Ça n’a rien de sorcier, au fond. »

Pitié, s’il y avait la moindre entité omnipotente là-haut, faites qu’il ne me fasse pas une crise de nerfs.


Spoiler:
 




Like A Wind
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« I searched for a hand to hold that would be with me in the future. No matter how many times, if I’m with you, I can overcome anything. •• .unbreakable »
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://newgeneration.forumactif.org/t1245-baek-liliana-i-will-survive http://newgeneration.forumactif.org/t1257-baek-liliana-i-m-addict-i-m-in-the-dark-i-m-dancing-in-the-dark#28123



je suis la star des backstages ; staff
avatar



je suis la star des backstages ; staff


•• Mes notes : 88
•• J'habite : Mapo-gu
•• Métier : Photographe

MessageSujet: Re: Jun Ki ; We need to talk Dear èé   Dim 29 Juin - 21:01

TITRE :

 Jun Ki ; We need to talk Dear èé




 


    Profondément, je soupirais. Je n'étais pas vexé qu'elle soit complètement désespérée à cause de moi, car j'étais à peu près dans le même état. Je me faisais l'effet d'un adolescent de dix ans. C'était très embarrassant que d'apprendre une chose qui était sensé se faire naturellement à la base. J'étais gauche avec les femmes, c'était un fait. Cela dit, avoir les bases m'aurait au moins évité cette petite leçon particulière. Liliana ne devait pas être beaucoup plus expérimentée que moi, et pourtant elle était dix fois plus à l'aise. Je n'avais pas beaucoup de fierté, je m'en rendais compte, mais le peu d'ego de mâle que j'avais, était sévèrement blessé. J'allais prendre sur moi, et tenter de ne pas trop de me ridiculiser, histoire qu'elle n'ait pas trop honte de moi. Avant qu'elle quitte l'appartement, elle allait devoir s'engager à ne répéter cela à personne. Hee Ga Yoon m'embêterait pour le restant de mon existence si elle venait à l'apprendre. Elle était déjà assez insupportable sans que je n'ai à lui tendre un bâton pour me battre.

    Qualifier une petite sœur d'agaçante, c'est comme dire qu'un nain est petit.
    C'est une évidence, mais ça n'en est pas moins criant de vérité.

    « Tu veux que je sois honnête ? Ce n’est pas si mal, tu aurais pu faire pire. Déjà tu n’as pas bégayé, c’est une bonne chose non ? Le truc, c’est que tu n’y crois pas une seule seconde Jun Ki. Tu essaies parce que je te le demande mais au fond, tu penses déjà que tu vas être ridicule. Essaie d’y croire un minimum. Sans rire, physiquement tu es irréprochable, si tu te donnais les moyens, tu pourrais y arriver tranquille. » Voilà, maintenant j'avais l'impression d'être un attardé. Et puis encore cette histoire de physique... J'avais vraiment du mal avec cette façon de penser : j'étais mignon, donc je devais forcément être un tombeur ? Je fis la moue en me mordillant la lèvre inférieure, et je levais les yeux au ciel un quart de seconde. Mais au final, je me résignais, un fin sourire étirait mes lèvres : elle me disait que je ne m'en sortais pas aussi mal qu'attendu, c'était bien non ?

    « Je n'y peux rien, je ne me sens vraiment pas à l'aise, forcer le trait ça donne ça... Enfin, si tu dis que ça n'est pas si mal, c'est rassurant, faut croire que je sais le faire en fin de compte...Plus ou moins.  » Plus ou moins oui, il fallait que j'essaie de me convaincre que j'en étais capable, sinon elle ne me laisserait pas tranquille, je commençais même à me demander si elle ne comptais pas tenter d'intervenir auprès de Serenity elle-même. Si jamais elle le faisait, j'allais mourir de honte, et au sens propre du terme.

    J'essayais de lui expliquer mon problème, du moins celui du moment, celui qui faisait que je n'arrivais pas à me donner complètement dans ce petit exercice. Je m'en voulais un peu, ce n'était pas que je ne voulais pas, j'étais vraiment bloqué, je n'y arrivais pas. J'étais peut-être un cas finalement.

    « Ok, je comprends. C’est un peu bizarre c’est vrai. Je te ferais essayer plus tard sur une inconnue puisque c’est ça qui te dérange. Parce que là tu as d’autres trucs prévus je pense après, enfin j’espère, tu as une vie sociale quand même ? Bref, je m’égare. Juste, excuse-moi, mais c’est pour ton bien, il va quand même falloir que tu apprennes à embrasser quelqu’un. Ce serait bête que tu te grilles auprès de Serenity pour une histoire de baiser non ? » J'ouvrais des yeux ronds après son petit monologue, et comme à l'accoutumée, je hoquetais. Apprendre à embrasser ? Comment est-ce que j'allais faire ça moi ? Et en plus elle voulait me laisser faire des travaux pratique avec une inconnue ? Voilà qui risquait de promettre...

    « Et comment je fais ça moi, tu veux aussi que j'embrasse une inconnue? Et sinon, oui, j'ai une vie sociale, tu n'as pas besoin d'être blessante Liliana...  » lui dis-je en haussant les sourcils, et en croisant les bras.

    « Ne t’en fais pas, c’est purement éducatif. Je fais ça dans ton intérêt, histoire que tu n’aies pas une dose de stress intense quand le moment sera venu. » Je fronçais les sourcils cette fois, et plantais mon regard interrogateur dans le sien. Quand elle s'approcha de mon visage, je déglutis avec peine, et gêne. Alors autant vous dire que lorsqu'elle m'embrassa, même si automatiquement, mes yeux se fermèrent, je me sentis très honteux. Je serrais les poings contre mes cuisses, ne sachant que faire de mes mains, et attendis quelques secondes qu'elle se recule.

    C'était... mouillé.

    Quand elle arrêta finalement, je détournais le regard presque aussi sec. « Tu vois ? Ça n’a rien de sorcier, au fond. » Je m'essuyais les lèvres avec le revers de la main, vraiment très gêné. « Tu es folle, vraiment. Et tu passes les bornes là, tu ne crois pas... Je n'ai jamais demandé de conseils, mais passe encore... Alors les travaux pratiques... J'hésite à te demander de sortir là, tu vois..  » Je n'arrivais pas à lui en vouloir, vraiment. Mais j'avais l'impression de passer pour un idiot, et peu importe comment on le disait, être inexpérimenté en amour, ne faisait pas de moi un cas.


Spoiler:
 




    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
    flower lady

    No matter if the winds blow, I hope you’ll come towards me, I pray that I’ll be the bright sun that makes you laugh, I pray that I’ll become like the little prince in the fairy tales,  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] just for love, so stay
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur



Je suis une idole, aimez-moi ♥
avatar



Je suis une idole, aimez-moi ♥


•• Mes notes : 415
•• J'habite : Jongno-Gu
•• Métier : Idole

MessageSujet: Re: Jun Ki ; We need to talk Dear èé   Ven 4 Juil - 12:21

TITRE :

 Jun Ki ; We need to talk Dear èé




 

Je ne savais pas ce que Jun Ki avait en tête à la fin. Qu’est-ce qu’il pensait, que du jour au lendemain il allait être doté d’un don divin qui lui permettrait de dépasser son malaise avec les femmes et qu’il pourrait déclarer sa flamme à Serenity sans passer pour le pire des imbéciles ? Moi, personnellement, j’étais plutôt sceptique sur la question, sans vouloir l’offenser. Il avait un long chemin à parcourir et le chemin n’était pas des plus faciles à traverser. Même si contre toute attente j’avais pu observer qu’il n’était pas aussi gauche que je le pensais, enfin, si, mais il savait faire avec dans un sens. Disons qu’il savait rendre sa timidité mignonne plus que ridicule et ça, mine de rien, c’était déjà un bon point, même s’il ne devait pas en avoir conscience. La preuve étant que ma remarque sur sa prestation l’avait rassuré, il avait donc eu l’impression de passer pour un abruti fini, d’où ma remarque précédent. Comment diable espérait-il séduire si lui-même pensait qu’il n’y arriverait jamais ? Je devrais peut-être l’emmener voir un psychologue, ça pouvait être une bonne chose en fin de compte. Ou pas. En fait, je me disais qu’il aurait encore plus le sentiment d’être un cas désespéré et qu’il risquait de se braquer. Or, ce n’était pas mon objectif, je voulais au contraire lui montrer que ce n’était pas si difficile et que tout espoir n’était pas perdu.

Je fis une petite moue en remarquant que ma réflexion l’avait blessé. Je ne voulais pas, j’avais simplement sorti ça comme ça, plus par taquinerie qu’autre chose et j’étais un peu triste qu’il l’ait mal pris. Je me doutais bien que sa timidité ne devait pas l’empêcher de pouvoir avoir des discussions, déjà avec les hommes ce ne devait pas être un problème, mais il me semblait également l’avoir vu échanger quelques paroles avec des femmes sans bégayer. Bref, j’étais déçue qu’il ait pris ma remarque au sérieux et j’espérais qu’il n’allait pas avoir la somptueuse idée d’inventer un après-midi entre potes pour me mettre à la porte, même si je doutais du fait que ce soit son genre de faire ça. S’il avait envie que je parte, il me le dirait tout simplement. La preuve étant que c’était plus ou moins ce qu’il me dit après que je l’ai embrassé. J’écarquillai les yeux, non seulement il était embarrassé – chose on ne pouvait plus normale d’accord – mais en plus il semblait… En colère ? Jun Ki… En colère ? Si je n’avais pas été aussi abasourdie par la situation, je l’aurais filmé, sans rire.

Nerveusement, je remis en place mes cheveux, ne sachant pas trop quoi dire. Jamais je n’avais vu Jun Ki en colère, c’était une première et à vrai dire, je commençais à comprendre ce que ça faisait pour lui d’être confronté à des tentatives de séduction auxquelles il ne comprenait rien. Je ne savais pas comment réagir. Je devais prendre mes affaires et partir comme il me l’avait suggéré ? Ou l’engueuler parce qu’il faisait sa prude ? Eh bien… Je tombai dans le fauteuil derrière sans un mot, le dévisageant de la tête aux pieds. On lui avait déjà dit qu’il était sexy quand il se mettait en colère ? Je me jurai personnellement de garder cette réflexion quelque peu déplacée pour moi-même. En attendant, le silence de plomb qui s’était installé me mettait incroyablement mal à l’aise et j’étais presque persuadée que Jun Ki n’appréciait pas non plus cette ambiance.

« Heu… Je suis désolée si tu trouves que j’en fais trop… Je ne voulais pas te blesser Jun Ki, je voulais seulement t’aider, alors pardonne-moi si tu penses que je suis allée trop loin… »

Oui c’était un peu bateau, mais franchement, je ne savais pas quoi lui dire d’autre. Il m’avait littéralement laissée sur le cul avec sa réaction complètement inattendue. C’était peut-être moi qui avais besoin d’aller voir un psy en fin de compte. J’avais l’impression que je n’allais jamais me remettre de cette crise de colère, aussi minime fut-elle. C’était un épisode inédit que je n’étais pas prête d’oublier, oh non. Toutefois, il était grand temps de reprendre mes esprits et de passer à autre chose, sinon on allait se sentir idiots tous les deux pour le restant de nos jours.

« Bon, laisse tomber la pratique, déclarai-je finalement en me relevant, je pense que tu sauras t’en tirer sans trop de mal. Mais bon… Si tu veux des conseils ou si tu as des questions, je suis là hein. »

Voilà. Il était mieux à partir de ce moment qu’il se contente de me poser des questions, je n’avais pas envie qu’il me refasse une scène, même si c’était plutôt impressionnant.

« Tu veux toujours que je m’en aille ou tu me tolères encore un peu ? »

Non parce que j’aimerais savoir s’il avait sorti cela sous le coup de colère ou s’il voulait vraiment que je m’en aille. On ne savait jamais et je préférais lui demander pour partir de moi-même avant qu’il ne pousse vers la porte d’entrée. Si on pouvait éviter cela, ce serait vraiment, vraiment génial.




Like A Wind
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« I searched for a hand to hold that would be with me in the future. No matter how many times, if I’m with you, I can overcome anything. •• .unbreakable »
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://newgeneration.forumactif.org/t1245-baek-liliana-i-will-survive http://newgeneration.forumactif.org/t1257-baek-liliana-i-m-addict-i-m-in-the-dark-i-m-dancing-in-the-dark#28123



je suis la star des backstages ; staff
avatar



je suis la star des backstages ; staff


•• Mes notes : 88
•• J'habite : Mapo-gu
•• Métier : Photographe

MessageSujet: Re: Jun Ki ; We need to talk Dear èé   Jeu 17 Juil - 21:54

TITRE :

 Jun Ki ; We need to talk Dear èé




 

    En réalité, je me sentais vraiment incrédule et idiot. Jamais je n'aurai imaginé qu'il soit nécessaire d'aller si loin dans ces petites leçons particulière. J'avais honte, car elle m'avait prise de court. Un baiser hein ? J'étais peut-être vieux jeu, mais j'aurai aimé le garder pour une vraie occasion, avec celle que j'aimais. Si ce n'était pas Serenity, je n'allais pas en mourir, mais j'aurai vraiment voulu que les choses se passent autrement. Maintenant c'était trop tard, un premier baiser n'était pas quelque-chose que l'on pouvait effacer à sa guise. C'était sûrement exagéré d'y tenir à ce point, mais on ne me changerait plus maintenant, n'est-ce pas ?

    Je n'en voulais pas à Liliana, non. Je savais qu'elle avait fait ça pour m'aider, et me rendre plus à l'aise pour la prochaine fois. Mais j'avais besoin de réfléchir à propos de ma vie. J'aurai bientôt 23 ans et mon premier baiser n'était qu'une blague. Je savais que ça n'était vital pour personne, mais je devais forcément faire quelque-chose de mal non ? Pour qu'on m'attende à des endroits où je ne voulais pas aller. « Heu… Je suis désolée si tu trouves que j’en fais trop… Je ne voulais pas te blesser Jun Ki, je voulais seulement t’aider, alors pardonne-moi si tu penses que je suis allée trop loin… » Profondément, je soupirais.

    «  Ne crois-pas ça d'accord, je ne t'en veux pas vraiment, c'est pas comme s'il y avait mort d'homme, c'est juste que... laisse tomber.  » lâchais-je, las. Je n'étais plus du tout d'humeur à jouer pour être honnête.

    « Bon, laisse tomber la pratique, je pense que tu sauras t’en tirer sans trop de mal. Mais bon… Si tu veux des conseils ou si tu as des questions, je suis là hein. » Je plantais mon regard dans le sien, et soufflais, plus fatigué que ça à quoi je m'étais attendu. « Tu veux toujours que je m’en aille ou tu me tolères encore un peu ? » Je me dirigeais vers la petite fenêtre du salon, et l'ouvrais, comme pour me laisser un peu de temps avant de répondre. Je ne tenais pas à ce qu'un malaise s'installe entre nous, car je considérais Liliana comme une très bonne amie, mais je me connaissais, et pour aujourd'hui, j'avais eu ma dose d'émotion. Quand je fatiguais vraiment trop, je ne parlais presque plus, et préférais jouer le solitaire. Je voulais le éviter cela.

    Je revenais vers elle, et m'essayais sur le canapé, toujours tourné vers elle : «  Je ne t'en veux pas d'accord ? Et je te suis très reconnaissant de vouloir m'aider comme ça. Mais pour aujourd'hui, je pense qu'on va s'arrêter là... Je préférerais que tu partes oui.  » J'avalais mon jus d'orange en deux temps trois mouvements, gêné.

    « On se revoit bientôt d'accord ? Je n'ai pas envie qu'un malaise s'installe... J'ai juste besoin d'être seul maintenant je crois. Excuse-moi de te mettre dehors, comme ça...  » ajoutais-je en passant une main dans mes cheveux, quelques peu gêné.


Spoiler:
 




    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
    flower lady

    No matter if the winds blow, I hope you’ll come towards me, I pray that I’ll be the bright sun that makes you laugh, I pray that I’ll become like the little prince in the fairy tales,  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] just for love, so stay
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur




Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Jun Ki ; We need to talk Dear èé   

TITRE :

 Jun Ki ; We need to talk Dear èé




 



Revenir en haut Aller en bas

 

Jun Ki ; We need to talk Dear èé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bill Clinton : Talk is Money (al konprann se piyay!)
» Dear Journal ~
» How to talk with me.
» Dear Diary ~ Elanore Loyld
» [ANIME] Dear Boys : Présentation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
New Generation :: Welcome to Séoul! :: Mapo-gu - Seodaemun-gu You. Me. Fun. Now. :: Les Résidences -