AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez



Anonymous

Invité


Invité



T'as pas un Kleenex(c) ou deux ? ou 8 ? T_T [Sung Yoon] Empty
MessageSujet: T'as pas un Kleenex(c) ou deux ? ou 8 ? T_T [Sung Yoon]   T'as pas un Kleenex(c) ou deux ? ou 8 ? T_T [Sung Yoon] EmptyMer 12 Déc - 13:37

TITRE :

 T'as pas un Kleenex(c) ou deux ? ou 8 ? T_T [Sung Yoon]




 

Il faut que je vois quelqu’un. J’ai envie de pleurer. Comment j’ai pu lui faire ça ? Comment avons-nous pu faire ça ? Je veux même pas repenser à tout ça… Ses… Ses yeux et son corps… Je me mets à rougir bêtement, descendant les marches du bâtiment des dortoirs, téléphone à la main. Seung Yoon. Il faut que je parle à Seung Yoon. Avec hâte et nervosité, je me dépêche de chercher son nom dans mon répertoire et relâche la pression sur le bouton vert. Toutefois, il fallait encore que ça réponde. Ca sonne une fois. Deux fois. Trois fois… Je tombe sur la messagerie et reste paniqué, sortant de l’immeuble, les iris embués.

« Yoon… j’ai fait la plus belle gourde de ma vie… Oh je t’en prie réponds… J’ai fait le con. J’ai… S’il te plait… Je veux te voir… »

Ne sachant pas trop quoi dire d’autre après tout, j’allais pas lui dire au téléphone que j’ai failli Yong Ran…. Oh mon Dieu, qu’ai-je fait ? Je touche mes joues chaudes et cours vers le building de la compagnie, tentant de me faire tout petit. J’ai honte, j’ai l’impression que c’est écrit partout sur mon front et… Caché près d’un mètre 80 c’est pas facile…

Je file à la réception et agresse presque les secrétaires. Je veux l’emploi du temps de Yoon. Même si j’ai l’air d’une groupie acharnée… Non attends, je fais partie de la société…

« Euh oui Jae Won… »

Bien, j’ai la salle où ma demoiselle travaille. Je file, je cours, j’ai l’impression que ma vie se résume à fuir et oui, c’est le cas. Je veux vite la retrouver pouvoir la serrer dans mes bras et enfin pleurer convenablement. Enfin, je vais peut-être pas l’agresser quand elle travaille…

Pourquoi pas d’abord ?

J’en sais rien, je crois que j’ai agressé assez de monde comme ça aujourd’hui.

Encore en train de parler de « ça » oui ! Va te faire foutre Jae Won, tu mérites de mourir dans un coin, ça t’apprendra à être une immondice de la nature, une erreur !

Je m’arrête un instant et me regarde dans le reflet d’une vitre. Non, je n’ai pas du tout bonne mine et en plus de ça, mon col de chemise est pas bien retourné. On est maniaque ou on ne l’est pas. Je fais abstraction de mes paupières gonflées et de mes joues complètement fades de couleur, si ce n’est pas pour dire blanche comme un derrière puis, entre-ouvre la porte qui m’est est destinée…

« Bonjour… Bonjour… » dis-je en me prosternant doucement et en chuchotant, pour ne pas perturber les gens qui travaillent.

Et oui, il y avait du monde, gentiment, je vais dans la loge, son manager m’agressant presque du style « Tu fais quoi là, petit ? » et lui expliquant que je venais la kidnapper, il sourit et me fait assoir sur une chaise, tripotant maintenant du maquillage parce que j’ai que ça à foutre…

Un soupire ou deux, je fais des tours sur mon siège à roulettes puis tombe connement par terre. Génial. Vive moi.

Et en plus, il faut qu’elle arrive pile à ce moment-là !

Je soupire et me relève avec peine, fronçant les sourcils. Bonjour, je suis un abruti. Tu vas bien ? Moi ouais ça va. Je ne dis mots. En fait, une fois sur mes deux pieds, ma mine se décompose et fermant la porte derrière elle, quelques gouttes salées coulent le long de mes joues et me retournant vers elle, j’éclate en sanglots et trottine jusqu’à elle pour la serrer dans mes bras, fortement, tentant d’étouffer mes couinements de tristesse.

« J’ai… J’ai fait une énorme connerie… Peut-être la pire de toute ma vie. J’ai… J’ai… »

Nous asseyant sur le sofa de la petite pièce, je la serre contre moi et pose mon menton sur son épaule, son dos collé à mon torse. Je laisse mon souffle chatouiller ses clavicules puis continue mon récit :

« J’ai fait le con avec Yong Ran. »

Je laisse une moue s’installer sur mes lèvres puis, pinçant mon inférieure entre mes dents, je demande d’une petite voix :

« T’es occupée ? Tu ne veux pas t’occuper de moi pour cette journée ? »

D’une petite mine renfrognée, je rougis et tente d’esquisser un sourire, forcé. Oui, j’ai vraiment pas envie de rester seule et tu es une des rares personnes en fait, la seule, que je supporte autant et qui ne me juge pas comme un imbécile heureux.

Je tenter les yeux cocker puis la regarde en papillonnant des paupières. On ne dit pas « Non » au grand Jae Won. Hein ? On ne dit pas non !


Revenir en haut Aller en bas




Anonymous

Invité


Invité



T'as pas un Kleenex(c) ou deux ? ou 8 ? T_T [Sung Yoon] Empty
MessageSujet: Re: T'as pas un Kleenex(c) ou deux ? ou 8 ? T_T [Sung Yoon]   T'as pas un Kleenex(c) ou deux ? ou 8 ? T_T [Sung Yoon] EmptyJeu 13 Déc - 12:19

TITRE :

 T'as pas un Kleenex(c) ou deux ? ou 8 ? T_T [Sung Yoon]




 

Je n'avais pas revu Kee Jay depuis ce jour là. Mais j'essayais de rependre pied. Parce que je ne voulais pas que cela ait une influence sur mon travail. Cependant, j'aurais bien voulu voir Wonnie pour lui en parler. Je ne savais plus trop comment m'y prendre aussi...

Mais là, j'étais en pleine répétition de ma chorégraphie. Le chorégraphe battait les temps de chaque mouvement. Je le suivais du regard, mais pas avec ma tête. J'avais la tête ailleurs. Je ne faisais que quelques erreurs, mais je m'en sortais pas trop mal.

Le chorégraphe annonça la pause, après avoir fait un petit feedback. Je repris mon souffle, et puis j'allais récupérer ma serviette. Je sortis mon portable de mon sac histoire de voir si on m'avait envoyé un sms. Je fus surprise d'y trouver un message vocal de Jae Won. Je me mis à l'écouter.

« Yoon… j’ai fait la plus belle gourde de ma vie… Oh je t’en prie réponds… J’ai fait le con. J’ai… S’il te plait… Je veux te voir… »

Oh la la la la ! Ce fut la panique dans ma tête. Jae Won avait une voix brisée, et je le voyais déjà la mine toute tristounette. J'avais envie de dire à mon manager que je ne pouvais pas continuer l'entrainement, parce que... Parce que j'avais une urgence. Mais le chorégraphe était revenu et je dû, à regrets, me remettre au travail. Cette fois je n'étais pas du tout concentrée.

Jae Won... Qu'est-ce que t'as encore fait ??? Pourquoi tu t'en veux comme ça Wonnie ? J'aime pas quand tu m'appelles avec une voix pareille... Je ratais un mouvement, et failli tomber.

« Ahn Sung Yoon ! Qu'est-ce que vous faites ?» Zut.. Grillée. Je me pinçais la lèvre.
« Je suis désolée ! » Je fis une courbette. « Depuis peu, je ne me sens pas bien et je n'arrive pas à me concentrer... »

Le chorégraphe soupira et m'accorda une pause. Je retournais donc à ma loge, me passant et repassant ma serviette sur le visage. Jae Won... Non mais qu'est ce que t'as foutu ! Je veux te voir du coup ! J'entrais dans la salle principale, mon manager me tomba dessus et me dit que Jae Won était là et m'attendais. Je ne lui laissais pas le temps de finir sa phrase, j'étais déjà entré dans la loge.

Jae Won... Qu'est -ce que tu fous par terre ? Oh non ! Me fais pas une tête comme ça. Il alla vite vers moi, ferma la porte et me pris dans ses bras en pleurant comme un enfant. Je sentais le pire. Je l'enlaçais aussi du coup. J'aimais pas le voir pleurer.

« Bon sang, Jae Won ! Mais qu'est ce qui t'arrive ? »
« J’ai… J’ai fait une énorme connerie… Peut-être la pire de toute ma vie. J’ai… J’ai… »
« Hein ? Quelle bêtise ?»

Il m'entraîna sur le sofa, son torse contre mon dos, le menton sur mon épaule, me serrant toujours dans ses bras.

« J’ai fait le con avec Yong Ran. » J'aurais du m'en douter. « T’es occupée ? Tu ne veux pas t’occuper de moi pour cette journée ? »

Je me mis face à lui. Roooh non mais il me tuait avec sa tête là. Il me faisait de ses yeux, làà et puis il tentait de sourire, alors que je voyais bien que mon petit Wonnie n'avait pas du tout la tête à sourire. Et après ? Il m'offrit des yeux de cockers.

Je lui souris et lui ébouriffa affectueusement les cheveux.

« Maah... T'arrives au bon moment, j'ai pas la tête à m'entraîner depuis ton message, et j'ai droit à une pause. Puis tu sais parfaitement que je suis là toujours si t'as des soucis. Alors me voilà ! »

Je le repris dans mes bras. « Yoonie sera là pour son petit Wonnie, alors tu arrêtes de pleurer d'accord ? Et tu dis me dis tout. Parce que pour que tu t'en veuille comme ça... C'est que ça doit être grave.» J'allais lui redonner son sourire et le rassurer.

Je lui tendis des mouchoirs. Parce que je sentais que ça n'allait jamais s'arrêter sinon. Et j'aimais pas le voir pleurer.



Revenir en haut Aller en bas




Anonymous

Invité


Invité



T'as pas un Kleenex(c) ou deux ? ou 8 ? T_T [Sung Yoon] Empty
MessageSujet: Re: T'as pas un Kleenex(c) ou deux ? ou 8 ? T_T [Sung Yoon]   T'as pas un Kleenex(c) ou deux ? ou 8 ? T_T [Sung Yoon] EmptyDim 16 Déc - 17:19

TITRE :

 T'as pas un Kleenex(c) ou deux ? ou 8 ? T_T [Sung Yoon]




 

Je pense que c’est la première fois que j’ai autant pleuré. Oui parce que même quand ma mère est partie j’ai pas autant pleurer. Mais là, j’ai mis en colère la dernière personne qui le mérite. Après tout ce qu’il a fait pour moi, je me demande encore comment je vais pouvoir lui faire face ?

Si du moins je peux encore lui faire face. Parce que maintenant, c’est clair et net, je ne veux plus l’approcher. Je me déteste tant. Je l’ai sali, je lui ai balancé physiquement ce que j’ai au plus profond de moi. Ma haine… Ma colère… Ma solitude.

J’ai tellement tout abandonné pour lui, j’ai tellement tout oublié pour lui, oublié ces exs, oublié son ignorance de mes sentiments, oublié sa façon de jouer avec mon cœur même s’il en est pas conscient. C’est de ma faute, tout est de ma faute.

Je soupire et alors que je la serre contre moi, je respire son doux parfum ou devrais-je dire, l’odeur fruitée de son déodorant puis, l’embrasse sur la joue pour la rassurer mais mes larmes sont repartis de plus belle, me demandant pourquoi je la touche avec ses mains si impropres à la nature et erreur de toutes bonnes mœurs humaines. Oh mon Dieu, je crois que je devrais me faire interner ou arrêter par la police.

J’attrape volontiers le mouchoir, me mouchant dedans avec puissance. Je crois que j’ai fait trembler toute la Corée du Sud.

« Qu’est-ce que… Je ferais sans toi… Ma Yoonie… » tentais-je de dire entre deux halètement et deux reniflements digne d’un porcelet rose à queue tire-bouchon.

Rattrapant un autre mouchoir, je finis d’inonder la pièce aussi bien de bruits que de larmes pour enfin me racler la gorge, tousser un bon coup et la regarder avec le visage aussi gonflé qu’un ballon de baudruche.

« J’ai… J’ai failli… J’ai failli… »

Rien que d’y repenser me donne envie de vomir… Son corps si doux et ses yeux qui ne demandaient que de l’amour et moi… Comme un con moi… Je l’ai… Je me ressens partir et me lève d’un coup, tentant de retenir mes pleurs mais au final, je me mets à sangloter, digne d’un homme tout ça…

« On jouait… Innocemment. Et tu connais Yong Ran il est tellement adorable et joueur… Mais… Surtout adorable… Et joueur. Enfin, il a… Il m’a chauffé sans faire exprès et… J’ai failli le. Je m’en veux tellement. »

Essuyant du dos de ma main les perles salées j’appuie ma deuxième paume sur le rebord de la coiffeuse et n’ose pas regarder ma meilleure amie dans les yeux. Je ne veux pas qu’elle voit combien je peux être pitoyable. Je dirais même pitoyablement pathétique. C’est regrettable de finir comme ça, moi un être plein de rage et de colère, pourquoi l’amour doit toujours pâtir de nos défauts ? Je caresse mon menton, fixant dans ce reflet mes propres pupilles et d’un geste plein de honte, ferme mes paupières en fronçant les sourcils.

« Quand Yong Ran était sous moi… J’avais envie de lui donner du plaisir. Mais j’ai cru qu’il jouait avec moi. J’ai cru qu’il se foutait de moi. Et j’ai voulu lui faire mal. Et je lui ai fait mal… Comme j’aurais fait mal à quelqu’un qui m’a brisé le cœur… »

Me retournant d’une mine désolée et embarrassée, je me rapproche d’elle et m’accroupit en face, tombant sur mes genoux brusquement, mes doigts se glissant sur ses jambes pour attraper le bas de son tee-shirt et ne lui montrer que le haut de ma nuque Ô combien la misère peut s’accabler sur mes épaules.
Je pleure encore, de chauds chagrins glissant le long de ce visage déjà meurtri et abbatu :

« J’aurais dû arrêter ! Ou alors lui donner ce qu’il voulait comme d’habitude ! Même s’il riait de moi… je le voulais aussi ! Je voulais sentir ses lèvres sur les miennes et qu’il me fasse l’amour comme je l’ai toujours rêvé ! » hurlais-je de désespoir, un grand silence venant nous happer quelques secondes après.

Ce n’est pas comme si elle ne savait pas que je suis amoureux de lui… Posant ma joue sur son genou droite, je serre Yoonie contre moi et laisse mes iris vitreux divaguer dans le vide.

« Il doit me détester… Comme je me déteste maintenant. Voir plus. Il a toutes les raisons pour. Il a quand même dû me balancer son pied dans la face pour que je réagisse… Je me sens sale. Je devrais même pas te toucher. »

J’eus pris un ton blasé. Je n’ai même plus la force de me battre ou de me justifier, pour moi, j’ai eu tort et je n’aurais jamais dû. Mais, je ne sais pas non plus ce que j’aurais dû faire… Partir en courant ? Haa…

« Tu veux pas sortir avec moi ? Dehors j’entends bien hein… »

Je lève mon front pour la contempler et lui souris doucement, passant mes doigts musclés sur sa peau de bébé.

« Et je te paye un thé. »

Parce que le café c’est pas bon ! Mais au fond, j’aurais bien voulu m’endormir sur ses genoux, c’est confortable… Enfin, ce n’est peut-être pas une bonne idée, surtout que j’ai dû attirer toute l’attention du STAFF en hurlant comme ça dans la loge.

Oui enfin, ça change pas de d’habitude vous me direz, faut toujours que je râle…


Revenir en haut Aller en bas




Anonymous

Invité


Invité



T'as pas un Kleenex(c) ou deux ? ou 8 ? T_T [Sung Yoon] Empty
MessageSujet: Re: T'as pas un Kleenex(c) ou deux ? ou 8 ? T_T [Sung Yoon]   T'as pas un Kleenex(c) ou deux ? ou 8 ? T_T [Sung Yoon] EmptyVen 21 Déc - 22:42

TITRE :

 T'as pas un Kleenex(c) ou deux ? ou 8 ? T_T [Sung Yoon]




 

Je détestais voir Wonnie dans un tel état. Pour une simple et bonne raison : ça me donnait envie de pleurer aussi. Et je n’avais pas, là, suffisamment de mouchoirs pour deux. Et puis bon parce que je n’ai jamais supporté de voir mes amis et tous ceux qui me sont chers dans un tel état de remords, de regrets et tout ce qui se rapproche de ce genre de chose. Mais l’heure ici présente était grave. Et je le sentais de plus en plus. J’avais Wonnie dans mes bras, j’essayais de sécher ses larmes et surtout de lui faire un peu cracher ce qui lui pesait tant sur le cœur.

Il m’embrassa sur la joue, mais je vis malheureusement les larmes noyer de nouveau ses si beaux yeux. Je me pince la lèvre lui donnant un mouchoir. Non, DES mouchoirs. Les seuls que j’avais. Il se moucha avec une telle force que je cru qu’il allait s’arracher le nez.


« Qu’est-ce que… Je ferais sans toi… Ma Yoonie… »

« Mais rien, Wonnie, on le sait très bien tous les deux ! Tu auras toujours besoin de mon épaule, de mes genoux, de mes bras pour pleurer, pousser des coups de gueule ou même rigoler. »

Oui oui. Tout ça. Pour tout ça. Je lui caressais doucement les cheveux, mon côté un peu Unnie ressortant avec lui. Enfin, quand il était comme ça, j’avais plus envie de lui faire de gros câlin et de lui faire manger des gâteaux qu’autre chose. Il prit un nouveau mouchoir, qu’il s’empressa d’utiliser avec ardeur, empêchant de nouveau le silence de s’installer en pleurant. Puis il tourna sa bouille rougie par les pleurs. WONNIEEE ! Me regarde pas comme ça ! J’eus envie de pleurer aussi. Mais là, c’était très fooort !

« J’ai… J’ai failli… J’ai failli… »


J’hochais la tête, l’encourageant à parler. Allez dis-moi tout ! Que je pleure vraiment ! Je passais mes bras autour de ses épaules, pour lui donner un peu de réconfort.

« On jouait… Innocemment. Et tu connais Yong Ran il est tellement adorable et joueur… Mais… Surtout adorable… Et joueur. Enfin, il a… Il m’a chauffé sans faire exprès et… J’ai failli le. Je m’en veux tellement. »


Je m’attendais à tout. Mais alors là, vraiment à tout. Et je crois que je m’étais bien attendu à ce qu’il était en train de me dire. Mes bras durent quitter ses épaules. Il était allé faire face à la coiffeuse. Je le regardais, l’écoutais attentivement, mes petits poings posés sur le bas de mon visage, retenant avec force mes larmes. Je suis tellement empathique quand il s’agit de Wonnie.

« Quand Yong Ran était sous moi… J’avais envie de lui donner du plaisir. Mais j’ai cru qu’il jouait avec moi. J’ai cru qu’il se foutait de moi. Et j’ai voulu lui faire mal. Et je lui ai fait mal… Comme j’aurais fait mal à quelqu’un qui m’a brisé le cœur… »

J’avais quitté le canapé, m’apprêtant à le serrer dans mes bras. Wonnie ! Mais qu’est-ce qu’il t’a pris ? Comme je comprends ta douleur ! Yong Ran est si sensible ! Il s’était jeté à mes pieds, ses bras passant autour de ma taille. J’en retombais assise sur le canapé. Ses larmes inondaient presque mes genoux maintenant. Quelle scène dramatique et tragique tenions-nous, là, tous les deux ! Si quelqu’un nous voyait, il penserait qu’on tourne une scène de drama !

« J’aurais dû arrêter ! Ou alors lui donner ce qu’il voulait comme d’habitude ! Même s’il riait de moi… je le voulais aussi ! Je voulais sentir ses lèvres sur les miennes et qu’il me fasse l’amour comme je l’ai toujours rêvé ! »

Mes mains lui apportèrent de nouvelles caresses. Je partageais sa douleur et je le laissais parler. Je n’osais pas l’arrêter. Je voulais qui vide son cœur de cette peine. Il aimait tellement Yong Ran. Ça, oui, je le savais très très bien.

« Il doit me détester… Comme je me déteste maintenant. Voir plus. Il a toutes les raisons pour. Il a quand même dû me balancer son pied dans la face pour que je réagisse… Je me sens sale. Je devrais même pas te toucher. »

Je tentais alors de le rassurer :

« Mais non ! Je suis sûre qu’il saura te pardonner. Laisse-lui simplement le temps. Il ne te détestera pas. S’il te voyait là, je suis même sûre qu’il te pardonnerait sur le champ ! Sinon, c’est un sans cœur ! Qui, en te voyant ainsi, ne saurait comprendre ta douleur mon Wonnie ? Non, sincèrement, mon Woonie, laisse-lui le temps et tu verras qu’il te pardonnera, verra ton repentir et tes regrets ! Et je te promets qu’il t’aimera ! »

Un petit silence c’était installé, durant lequel je laissais mes mains lui caresser doucement les cheveux, pour le réconforter.

« Tu veux pas sortir avec moi ? Dehors j’entends bien hein… Et je te paye un thé. »


Ses doigts me donnèrent des petits frissons. J’hochais la tête en lui souriant : « Je pense que ça te fera du bien ! Un grand bol d’air te remettra sur pied ! »

Je n’aimais pas le café. On n’aimait pas le café, alors forcément, le thé ça m’allait très bien ! Je le redressais et le pris doucement par la main. Je pris la direction de la porte, l’ouvris et vis les têtes de tout le staff tourné vers nous, des points d’interrogations sur tous les visages. Je toussotais un peu, reprenant un peu de contenance, et sans me préoccuper de leur tête, j’entraînais Wonnie loin du studio, des studios et de cet endroit où tout le monde nous regardaient bizarrement. Un seul salut : ALLER DEHORS !

Et c’est donc sans m’arrêter une seule fois, sans même accorder un regard, et sans même dire un mot à Wonnie, parce qu’il n’y avait rien à dire pour l’instant, que je l’entraînais dehors, dans la rue, sous le ciel tout gris. A croire que tout le monde est sur le registre des larmes. Je me tournais alors vers Wonnie et lui souriant :

« Tu veux aller dans quel café ? Notre préféré ? Ou bien tu as une envie particulière ? Dis-moi tout ! Yoonie t’offrira le meilleur des gâteaux qui soient de toute façon ! »


Revenir en haut Aller en bas




Anonymous

Invité


Invité



T'as pas un Kleenex(c) ou deux ? ou 8 ? T_T [Sung Yoon] Empty
MessageSujet: Re: T'as pas un Kleenex(c) ou deux ? ou 8 ? T_T [Sung Yoon]   T'as pas un Kleenex(c) ou deux ? ou 8 ? T_T [Sung Yoon] EmptyDim 23 Déc - 19:31

TITRE :

 T'as pas un Kleenex(c) ou deux ? ou 8 ? T_T [Sung Yoon]




 

Ma relation avec Sung Yoon s’est construit rapidement, nous nous étions connu au lycée mais surtout à l’agence et à dire vrai, j’ai toujours apprécié sa présence, elle a toujours réussi à me faire sourire et pourtant, dès le début je lui avais dit que j’aimais un homme. Elle est comme une sœur, ce genre de sœur a vous consoler… Et à rigoler aussi avec vous. Je l’aime énormément et comme elle le dit si bien, je ne pourrais sûrement pas vivre sans elle. Elle est tellement tolérante et compréhensive, qui ne pourrait pas craquer pour sa petite bouille ? Pouvoir être aussi gentille avec moi, ne pas se vexer quand je sors une petite vanne… Savoir faire ressortir en moi cette âme sensible et perdue. Voilà, ma confidente, ma sœur, ma meilleure amie, c’était surtout… Ma clé. Elle arrive à ouvrir ce verrou que je me suis moi-même apposé, sacrifiant ainsi toute ma personne pour le reste du monde.

Pouvoir déballer mon sac face à elle, ça me permet d’aller mieux, elle est un peu comme un journal intime, j’ouvre une page, je pleure, je crache, je crie mes peines, mes joies et mes colères et à la fin, tout semble plus léger. Peut-être pas plus compréhensible mais au moins, plus supportable. Ce que j’ai fait… On ne peut l’excuser. Les yeux de Yong Ran pouvaient tout me dire, les yeux de Yong Ran eurent un impact si géant sur mon cerveau, rien que d’y penser… Je me sens encore pleurer…

Mes mots me sonnent crus et intimes, me dévoilant à elle comme je ne me suis jamais dévoilé. Elle le sait, mon amour pour lui, mon rêve que j’ai abandonné pour lui, ce que je cache depuis si longtemps, ce que j’ai pu endurer pendant tout ce temps… Elle sait tout de ma souffrance et je crois que je suis à bout car, à force de l’aimer et de m’oublier, j’ai peur de finir par le haïr.

« Je ne suis pas du même avis que toi… Comment peut-on aimer un… Un violeur… Violent… Tu parles d’un amour. Je ne suis qu’un salaud. »

Je déglutis et essuie mes joues, profitant de la chaleur de son corps, tentant de rattacher mon âme à quelque chose d’humains et effacer les idées glauques qui se trémoussent et me narguent. Je lui propose une sortie, tant qu’à faire ça pourrait peut-être me faire du bien et souris à sa réponse, je n’en attendais pas moins d’elle.

« Merci tellement d’être là pour moi »

Serrant sa main, je baisse la tête bêtement, tentant de cacher mon visage turgide des curieux membres de l’équipe et m’empêche aussi de pleurer par la même occasion, mes mouchoirs dans l’autre main… Elle est où la poubelle ? J’en trouve une vite fait et jette au passage mes kleenex, les yeux d’une maquilleuse complètement éberluée par le ravage qui s’est produit sur mon épiderme faciale. Et oui madame, quand on a un gros chagrin ça fait comme ça. Votre petit vie n’a peut-être pas autant de rebondissement que la mienne toutefois, je pense que vous devez connaître cela. Je lui grogne presque au visage et retourne me préoccuper de Sung Yoon, suivant timidement derrière elle, espérant ne croiser personne dans les couloirs. Surtout pas mon manager ou les Dazzlin’B.

Ah… Je soupire et trouve une paire de lunettes de Soleil au fond de mon sac à dos, espérant un minimum de me camoufler, c’est pas comme si j’étais en train de sortir avec une des dernières stars du moment hein… Comment ça si ? Oui ben écoutez, de toute façon des rumeurs sur moi et Sung Yoon y en a déjà pleins alors, je m’en fou un peu. J’y peux rien si on fait un beau couple. Surtout que rien réellement ne me rattache comme étant son petit ami potentiel étant donné que… Ben… Elle ne m’aime pas comme ça. Je prends une mine sérieuse un instant puis souris doucement, joignant nos deux mains.

« Je veux… Je veux aller manger dans un salon de thé !
»
annonçais-je tel un enfant, en fronçant les sourcils et faisant la moue.

Oui, j’ai 3 ans et demi et je refuse qu’on ne cède pas à mes caprices. D’ailleurs, c’est pas un caprice, c’est un besoin vital. J’ai besoin de thé ! Sans même réellement attendre sa réponse, je la tire vers le passage piétons le plus proche et souris à quelques passants qui jappent nos deux prénoms.

Je vous l’ai dit, c’est pas de notre faute si on est mignon ensemble ! M’enfin, je suis encore plus mignon avec Yong Ran. A cette pensée, je sens les larmes remonter à mes paupières et je lâche en grognant :

« Et je veux un gâteau au thé noir, un gâteau à la crème de thé à la rose, une théière de thé vert et… Et une deuxième théière de thé vert, il m’en faudra. »

Je laisse un léger rire s’engouffrer en ma gorge et la regarde en pinçant les lèvres et les étirant doucement. Tu vois… Je vais déjà un peu mieux. Bon ok, je suis en même temps, complètement dévasté et je ne peux pas tomber plus bas, mais, je vais mieux ! Et puis, on va manger et boire du thé, alors je vais pas me plaindre.

« Et t’as intérêt à me parler de lapin rose et de film romantique si tu veux pas que je me remette à pleurer comme une madeleine. »

Je vous dis que je vais repleurer et on va sûrement en reparler, je me connais si j’ai pas trouvé une certaine solution ça va me hanter et après ça va me chambouler et déjà, je ne supporte pas l’idée de ne plus pouvoir me brosser les dents avec cette abruti de lapinou et dormir avec lui et… Merde. Voilà, je me sens déjà renifler sous les sanglots.


Revenir en haut Aller en bas




Anonymous

Invité


Invité



T'as pas un Kleenex(c) ou deux ? ou 8 ? T_T [Sung Yoon] Empty
MessageSujet: Re: T'as pas un Kleenex(c) ou deux ? ou 8 ? T_T [Sung Yoon]   T'as pas un Kleenex(c) ou deux ? ou 8 ? T_T [Sung Yoon] EmptyJeu 27 Déc - 17:03

TITRE :

 T'as pas un Kleenex(c) ou deux ? ou 8 ? T_T [Sung Yoon]




 

Wonnie je le connais depuis le lycée, mais à dire vrai, je crois que c’est nos histoires de cœur qui nous ont vraiment rapprochés. Il a toujours été important dans ma vie, mais depuis que je suis à l’agence, je crois qu’il l’est encore plus. Déjà, il faut dire que cela n’avait pas été si simple pour lui de me confier qu’il aimait un homme. Mais moi je n’avais aucun tabou, et qu’il aime un homme ou une femme n’aurait rien changé au soutien que je lui porte maintenant. Wonnie c’est un peu mon petit frère. Ou mon frère tout court. Je ferai tout pour lui apporter mon soutien, lui donner le sourire, tout ça. Disons que je ne me pose pas question avec lui. Je reçois ce qu’il me dit et surtout je n’ai pas besoin de me forcer à le comprendre. Je l’ai toujours compris. Alors certes notre superbe amitié fait la fureur des tabloïds que ce soit dans la rue ou sur le net, mais rien ne pourra la détruire.

Et là il était tellement malheureux. Moi, l’empathique et la bisounours que je suis, je ne pouvais que le comprendre et partager sa peine. Il semble tellement craintif de voir que ce qu’il a fait a mis en péril sa relation avec Yong Ran, que je m’efforce de lui donner des paroles rassurantes. J’essaie tant bien que mal de lui faire entendre le fait que Yong Ran ne pouvait que lui pardonner. Non mais s’il le voyait ! S’il le voyait là ! Certes sur mes genoux, mais s’il voyait sa peine ! Mon dieu ! Mais… Sûr qu’il lui pardonnerait ! Il ne pourrait pas le haïr ! Sauf que Wonnie était persuadé du contraire. Il s’en voulait tellement, au point de se traiter de salaud. Je m’en pinçais la lèvre :

« Wonnie. Tu n’es pas un salaud ! Ne dis pas de choses pareilles ! » C’est vrai. S’il avait été un salaud, je ne serais même pas là à le réconforter. « Un salaud ne s’en voudrait pas, et ne serait pas là à pleurer sur mes genoux. »

Je lui donnais des caresses et un peu de réconfort parce qu’au fond il en a bien besoin. Et puis j’acceptais aussi sa proposition de faire une sortie et de prendre l’air. Je voulais retrouver le Jae Won souriant que je connais. Il me remercia d’être là pour lui. Non mais il n’a pas besoin de me remercier. S’il le faut je pourrais toujours rester là à lui offrir mes bras pour qu’il vide toutes les larmes de son corps. Je lui adressais un sourire amical, lui ébouriffant un peu les cheveux affectueusement. « Tu n’as pas à me remercier pour ça Wonnie ~ » Je lui pris doucement la main et l’entraîna loin de ce studio et de toute cette foule de personnes beaucoup trop curieuses. Une fois dehors, je sortis mon écharpe et mes lunettes de soleil pour bien passer inaperçue, même s’il est évident que certaines personnes nous reconnaîtront quand même. Je me fiche un peu de ce que l’on peut raconter sur nous, mais bon. C’est mieux de limiter les dégâts. De toute façon, ils peuvent dire ce qu’ils veulent, Wonnie c’est juste mon meilleur ami et ça le restera ! Et il formera un joli couple avec Yong Ran ! Un couple même mille fois mieux que le nôtre vu par les journalistes !

Main dans la main, Wonnie ne tarda pas à me faire part de ses envies. Il avait même pris une bouille tellement choupi, que je cru en mourir de rire. Je me contentais cependant de lâcher un rire léger en voyant sa tête.

« Je te reconnais bien là avec ton goût passionné pour le thé~. Allons-y ! Allons conquérir ce salon de thé ! » Il m’avait déjà entraîné vers le passage piéton quand je lui avait dit ça. Ralala. Il ne perdait pas le nord quand il s’agissait de thé !

Il lança aussi après en grognant tout ce qu’il voulait comme gâteaux et le nombre de théière qui lui faudra. Je rigole en même temps que lui. « Yah yah ! Tu les auras ! Yoonie te les offira ! » Et je ris encore quand il me donna presque comme ordre de lui parler de lapin rose et de film romantique. « Promis ! Je te parlerai même de nounours si tu veux.» Oui je ne voulais pas le voir repleurer. Comprenez-moi ! Wonnie est très important pour moi. Le voir souffrir autant, est vraiment la dernière chose que je veuille voir dans ma vie.

Déjà là je le revis sur le point de repleurer. AH NON ! PAS CA ! Je cherchais un truc bête à dire. Un truc vraiment bête. « Tu sais qu’il y a un super salon de thé pas loin qui fait des glaces cookies avec de gros morceau de cookies dedans ? Et des glaces Smarties avec de vrais smarties dedans ? Et en plus y’a plein de gâteau au thé comme tu veux~ et même que c’est trop bien là-bas » J’avais sorti le seul truc que j’avais en tête. Mais je n’avais pas envie qu’il pleure de nouveau. Je lui souris et finalement je l’emmenais dans ce salon de thé. Ce n’était pas cher, c’était trop bon et l’odeur de thé était bien présente. Une belle atmosphère chaleureuse s’y trouvait. Dans les vitrines des milliers de petits gateaux, cupcakes, cookies en tout genre étaient présentés. Des panneaux entiers présentant des tas de goûts de thé différents se trouvaient suspendus sur le mur derrière le bar. On nous mis à une table dans un petit coin tranquille et pas près des fenêtres qui donnaient sur la rue. La déco était très kitch et en plus les fauteuils étaient plus que douillet aux fesses. Je ne vais pas dans n’importe quel endroit moi monsieur ! Je vais là où mon fessier se sent bien sur un fauteuil au coussin bien moelleux. On s’y sent tellement bien qu’on pourrait y dormir ! Et c’est ça moi que j’aime ! De bons vrais fauteuils ! Au milieu d’une odeur de thé et de bons gâteaux bien fondants et appétissants.

On nous apporta la carte. Et comme je le lui avais dit : « là tu vois ! Y’a ton gâteau au thé noir ! » Qui l’eut cru ? Ce salon est juste un petit bijou. « Tu prends tout ce que tu veux ! Tout ce dont tu as envie. En plus de ce que tu m’as déjà demandé de prendre tout à l’heure~ »


Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé





T'as pas un Kleenex(c) ou deux ? ou 8 ? T_T [Sung Yoon] Empty
MessageSujet: Re: T'as pas un Kleenex(c) ou deux ? ou 8 ? T_T [Sung Yoon]   T'as pas un Kleenex(c) ou deux ? ou 8 ? T_T [Sung Yoon] Empty

TITRE :

 T'as pas un Kleenex(c) ou deux ? ou 8 ? T_T [Sung Yoon]




 



Revenir en haut Aller en bas

 

T'as pas un Kleenex(c) ou deux ? ou 8 ? T_T [Sung Yoon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» T'as pas un Kleenex(c) ou deux ? ou 8 ? T_T [Sung Yoon]
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Deux âmes perdues sur les falaises. [Nagate SEUL]
» Le pot de mayonnaise et les deux tasses de café...
» Fiche Technique de Danaël Ashlott [Ange ou démon ? Pourquoi pas les deux]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
New Generation :: C'est la fête à la New Génération :: The endBut nothing really disappears :: Finished stories-